Rapport sur la lutte contre le téléchargement illégal : qu’en penser ?

Le rapport de Mireille Imbert-Quaretta sur les moyens de lutte contre le streaming et le téléchargement n’apas attiré l’attention de la presse. A tort.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
site-internet-d-hadopi

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rapport sur la lutte contre le téléchargement illégal : qu’en penser ?

Publié le 4 mars 2013
- A +

Le rapport de Mireille Imbert-Quaretta sur les moyens de lutte contre le streaming et le téléchargement n’a pas attiré l’attention de la presse. À tort.

Par Roseline Letteron.

Le 25 février 2013, Mireille Imbert-Quaretta, membre de la Commission de protection des droits de la Hadopi, a remis son rapport sur les moyens de lutte contre le streaming et le téléchargement direct de contenus illicites. Il lui avait été commandé par le Président de la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet (HADOPI). Observons d’emblée que ce document n’a guère suscité l’intérêt des médias, même spécialisés. Sans doute sont ils davantage attentifs aux bruits annonçant la disparition pure et simple d’Hadopi, d’ailleurs relayés par Madame Imbert-Quaretta elle-même.

Le téléchargement direct et le streaming ont en commun de permettre aux internautes d’accéder à des œuvres protégées par les droits de la propriété intellectuelle, sans l’autorisation des titulaires de ces droits. Concrètement, ces œuvres sont stockées sur des sites, et il est possible d’y accéder, soit de manière durable par téléchargement direct, soit par un simple visionnage des contenus (streaming). Ces technologies succèdent peu à peu aux anciens systèmes « de pair à pair » (peer to peer), dans lesquels les ordinateurs des internautes se connectaient à un serveur central permettant de rechercher des fichiers stockés sur les disques durs des utilisateurs.

Les limites de la répression pénale

La sanction pénale est, depuis longtemps, au cœur du dispositif de lutte contre ces pratiques. Celle-ci a d’ailleurs été renforcée par la loi du 1er août 2006, qui crée un nouvel article L 335-2-1 du code de la propriété intellectuelle, sanctionnant les personnes fournissant des logiciels destinés à permettre la contrefaçon et celles qui incitent à leur usage. En même temps, s’est développée une approche pénale spécifique, permettant de sanctionner avec davantage de rigueur la contrefaçon, lorsqu’elle est liée à la criminalité organisée.

Le rapport met en lumière les limites de cette répression pénale, qui ne donne lieu qu’à très peu de poursuites judiciaires et à des condamnations relativement modestes. C’est ainsi que les créateurs du site Radioblog, qui enregistrait jusqu’à 800 000 visites par jour, ont été condamnés à neuf mois d’emprisonnement avec sursis et 10 000 € d’amende, sanction confirmée par la Cour de cassation le 25 septembre 2012. Le rapport des sénateurs Béteille et Yung, publié en février 2011, remarque à ce propos que les victimes de contrefaçon s’adressent à 75 % à la juridiction civile, sans doute précisément parce que les sanctions pénales sont trop légères. Enfin, les procédures de notification et les demandes de retrait de contenu adressées aux hébergeurs de ces sites sont assez largement dépourvues d’efficacité.

Ce constat ne prête pas vraiment à contestation, mais les conséquences qu’en tire le rapport Imbert-Quaretta témoignent d’une réelle incertitude sur la voie qui doit être suivie.

Un écosystème

Le rapport Imbert-Quaretta envisage l’ensemble des technologies de streaming et de téléchargement illégal comme un « éco-système », de plus en plus dominé par des opérateurs professionnels qui créent des sites permettant une contrefaçon à grande échelle. Interviennent aussi des moteurs de recherche qui orientent l’internaute vers les sites, des fournisseurs d’instruments de paiement et des fournisseurs de contenu publicitaire. Cette vision englobante conduit le rapport à préconiser une certaine forme d’autorégulation par les professionnels du secteur. On connait bien cette démarche qui privilégie les codes de conduite et les normes déontologiques, parfois au détriment de la sanction juridique.

Entre la sanction pénale et les codes de conduite, le rapport ne choisit pas. Il préfère affirmer qu' »il n’y a pas de solution unique », mais une multitude de choix possibles, allant de l’accroissement de la répression, à la mise en œuvre de politiques publiques favorisant notamment « l’implication des intermédiaires dans la prévention » des infractions. On imagine assez mal l’impact d’une telle politique de sensibilisation à l’égard d’entreprises bien souvent liées à la criminalité organisée et domiciliées en Russie. A cet égard, le rapport ne témoigne guère d’une politique volontariste. Il est plutôt le révélateur d’un certain sentiment d’impuissance des pouvoirs publics


Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • On peut toujours espérer que cette impuissance constatée des pouvoirs publics soit une révélation suffisante pour qu’un changement de cap soit donné. Mais existe t’il quelqu’un de suffisamment lucide dans ce gouvernement pour dire : arrêtons de dépenser à perte sur ce sujet, et favorisons l’offre légale. J’ai des doutes.

  • Et si l’offre légale était simplement à la hauteur de la demande tant en terme de prix que de mise à disposition ? (
    pour le prix, je ne parle pas de gratuité, je fais juste un ratio bête et méchant : un coffret dvd coute entre 30 et 50€ pour une saison de 24 épisodes, une location en VOD c’est environ 2,99 par épisode pour un visionnage limité à 48h (et je ne parle pas de la qualité) ce qui fait plus de 70€ pour une série qu’il ne sera pas possible de regarder à nouveau sauf à payer…)

    Ah mais… cela demande de s’adapter au marché, passons donc par une loi, ça sera moins fatiguant. (pourtant, côté adaptation on a une marge colossale… suppression de la chronologie des media, ou pour le moins, raccourcissement drastique, arrêter de nous prendre pour des vaches à lait sur la location en VOD, mise à disposition des catalogues dans leur totalité et pas simplement une partie dont le contenu varie trop régulièrement, avoir une VRAIE qualité dans le son et l’image, ce ne sont que quelques idées en vrac… les offres dites « légales » ne peuvent pas se battre sur le prix puisque le téléchargement illégal est « gratuit », à elles de se battre sur le service)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Dix ans déjà ! C'est formidable, comme le temps passe vite ! Eh oui, il y a 10 ans, était instaurée la Haute Autorité Destinée à Observer les Petits Internautes, HADOPI pour faire court, qui, outre une consternation compacte chez tous les acteurs d'Internet un tant soit peu compétents, déclenchait immédiatement la mise en place de toute une série d'intéressantes mesures dont on peut maintenant mesurer les effets réels.

Ah, 2009 ! Rappelez-vous, c'était la fin des années disco tecktonik et Internet était encore, dans l'e... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Pour les politiciens français, toute liberté n'est que menace. Elle doit être sévèrement encadrée, régulée voire réprimée si c'est possible puisqu'elle représente une façon de s'affranchir de l'influence de l'État et, plus concrètement, de s'affranchir de leur pouvoir. Or, si les députés, les ministres et tous les autres élus se sont bien fait suer pour arriver là où ils sont, ce n'est certainement pas pour voir se débiner sans mal ceux sur lesquels ils entendent régner, scrogneugneu !

C'est donc exactement pour cela qu... Poursuivre la lecture

C'est une évidence : le piratage des musiques et des films sur internet tue l'industrie musicale et cinématographique à grands coups de poignards dans le dos. Ou, en tout cas, cette abomination partageuse en dehors de toutes les rétributions consciencieusement prévues par les lois en vigueur provoque forcément un désastre financier : autrement dit, c'est sûr, Internet et les sites de partages illégaux de contenu sous droit d'auteur impactent négativement les industries culturelles.

C'est ce qu'a tenté de montrer une étude lancée par la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles