Florange, Flamanville : la politique des couacs industriels

De Florange à Flamanville, ce n’est pas une politique industrielle que le gouvernement mène, c’est une politique des couacs industriels !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manifestation syndicale à Florange en février 2012

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Florange, Flamanville : la politique des couacs industriels

Publié le 7 décembre 2012
- A +

Ce n’est pas une politique industrielle que le gouvernement mène, c’est une politique des couacs industriels ! De l’EPR de Flamanville à la sidérurgie à Florange, c’est couac sur couac. Il est temps de regarder la réalité en face.

Par Philippe Robert.

Manifestation syndicale à Florange en février 2012

Aux toutes dernières nouvelles, l’EPR de Flamanville va coûter plus cher que prévu, soit 8,5 milliards d’euros. Une paille. Et les antinucléaires de service d’exiger d’emblée l’arrêt immédiat de cette construction pharaonique.

Mais si cette question sensible pose légitimement un certain nombre d’interrogations auxquelles nul ne saurait se dérober, il faut aussi savoir raison garder et ne pas se laisser aller à tirer d’inutiles plans sur la comète.

En effet, songer aujourd’hui à un démantèlement de l’EPR de Flamanville sans prendre en compte, d’une part, l’état d’avancement de la construction en cours et, d’autre part, ce qu’elle a déjà coûté relèverait de la dernière incurie.

S’agissant de Florange et des faux espoirs de pérennisation du site grâce au projet ULCOS (toujours pas au point), pour enfouir du CO2 il faut produire de l’acier et pour produire de l’acier il faut des clients : où sont les clients ?

Profitant de la brèche ouverte par le psychodrame national qu’est devenu Florange, les médias se font un malin plaisir de convaincre les Français que Lakshmi Mittal serait un affreux prédateur qui aurait juré la perte de l’acier français.

Hélas, l’acier français n’est plus compétitif à l’échelle de la planète et, depuis des lustres, ne cesse plus d’agoniser, une longue agonie puissamment accélérée par la crise qui ne cesse plus de martyriser une France anachronique.

Car dans le monde férocement compétitif auquel nous devons nous adapter à marche forcée ou bien régresser sans espoir de retour, c’est définitivement la règle schumpetérienne qui prévaut : la destruction créatrice, comme dans la vraie vie.

À lire également sur Contrepoints :

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  •  » où sont les clients ?  » Les clients sont, potentiellement, les fabriquants de tubes d’acier nécessaire aux fourreaux de protection des puits pour extraction de gaz de schiste et aux conduites de transports de celui-ci.

  • L’Etat français est spécialiste des idées industrielles sans débouchés.
    Avion Concorde, Bateau France, Train Bertin, Informatique Bull.
    La seule exception réside dans le nucléaire civil qui rendait l’électricité sure et bon marché, jusqu’à ce que les écolos s’en mêlent et plombent les prix avec les hérésies solaires et venteuses.

  • Les syndicalistes de VALLOUREC devraient se rapprocher de ceux ARCELOR.

  • S’agissant de l’EPR, ce ne sont pas seulement les antinucléaires qui se réjouissent de la renaissance du débat portant sur son opportunité. Il semblerait qu’EDF soit enfin décidée à ne pas sombrer dans ce gouffre financier : http://impolitique.com/2012/12/07/lepr-est-mort-vive-fessenheim-le-debat-sur-la-transition-energetique-face-a-ses-tabous/

  • Comparativement, qu’aura coûté le CERN de Geneve à ses Etats contributeurs pour la méga-construction du « Grand collisionneur de hadrons » (LHC) et une (encore assez hypothétique…) confirmation d’existence du Boson de Higgs & Co ?
    Rien à y redire … en un comparatif d’effets utilitaires induits ?
    Ah oui ! Fichtre, ya la recherche fondamentale qui fait vivre grand nombre de chercheurs … cherchant à trouver -conceptuellement- qqchose de neuf ! :o)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Élysée a proposé Emmanuelle Wargon jeudi pour présider la Commission de régulation de l’énergie. Cette ex-ministre au Logement et ex-secrétaire d’État à l’écologie sous le premier mandat de Macron se retrouverait à un poste clé des instances chargées du fonctionnement des marchés du gaz et de l’électricité. Et ceci dans une période de crise énergétique.

Très honorée de la confiance du Président de la République pour présider la CRE, sous réserve des auditions parlementaires. La souveraineté énergétique, la protec... Poursuivre la lecture

Selon Le Point, un « conseiller » gouvernemental avouerait que, en application d’une directive Européenne de 2018, la France risque une forte amende de 500 millions d’euros pour ne pas avoir suffisamment développé les énergies renouvelables (EnR), notamment éoliennes et photovoltaïques.

 

La France a 40 ans d’avance

La France a 40 ans d’avance dans le domaine de la transition énergétique, notamment dans la production d’électricité décarbonée grâce au nucléaire.

Mais peu importe qu'elle soit l’un des pays européens qu... Poursuivre la lecture

Suite aux trois décisions importantes prises ces derniers jours (voir ci-dessous), l’idéologie écologiste reviendrait-elle à une conception plus réaliste de la défense de l'environnement, et les dirigeants européens commenceraient-ils à comprendre que la radicalité écologique est une catastrophe ?

 

Trois décisions importantes récentes Le Centre industriel de stockage géologique des déchets nucléaires (CIGEO) est enfin déclaré d'utilité publique. Le Parlement européen valide le label vert pour le gaz et le nucléaire afin de f... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles