La taxation fiscale aussi a des retombées

Quand on taxe un citoyen et lui enlève de l’argent qu’il ne peut plus dépenser, toutes ces « retombées » qui ne verront jamais le jour disparaissent aussi. On taxe un dollar, mais au final on en perd trois, ou quatre!

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
impots-taxes

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La taxation fiscale aussi a des retombées

Publié le 11 octobre 2012
- A +

Quand on taxe un citoyen et lui enlève de l’argent qu’il ne peut plus dépenser, toutes ces « retombées » qui ne verront jamais le jour disparaissent aussi. On taxe un dollar, mais au final on en perd trois, ou quatre !

Par David Descoteaux, depuis le Québec.

Surprise vendredi dernier à Québec : les finances publiques sont dans un pire état qu’on pensait ! Ça veut dire que vous devrez encore casquer, contribuables.

Le déficit atteint 1,6 milliard de dollars, dit le ministre des Finances Nicolas Marceau. Le double de ce qui était prévu. Pourquoi ? D’une part, la croissance économique est moins forte qu’on pensait. De l’autre, le gouvernement dépense plus que prévu. Quelqu’un est surpris ?

Mais ne vous inquiétez pas. Québec maintient toujours le cap vers l’équilibre budgétaire, assure M. Marceau. Seul hic : le cap est peut-être à la bonne place, mais le navire, lui, recule…

Le PQ a fait un tas de promesses pendant l’élection, sans trop savoir comment les payer. Mme Marois a aussi décidé de tout geler : les hausses prévues de tarifs d’électricité par le parti libéral, la hausse prévue des garderies à 7 $, la hausse prévue des frais de scolarité… En plus d’abolir la taxe santé, censée rapporter un milliard $ annuellement dans les coffres du gouvernement. Ajoutez à cela la fermeture de Gentilly-2, et le manque à gagner avoisine plusieurs milliards $.

Question comme ça : ça fait des années que les contribuables font la presque-totalité des efforts pour revenir à l’équilibre budgétaire. À coups de hausse de TVQ, de taxe santé, de taxe sur l’essence, de cotisations de toute sorte… Cette fois, le gouvernement va-t-il enfin faire un réel effort pour réduire ses dépenses ? Ou est-ce que les moutons que nous sommes doivent s’attendre à une nouvelle hausse de TVQ dans les mois qui viennent ? Nous sommes peut-être dociles, mais on n’a plus beaucoup de laine sur le dos…

Les études bidon

Toujours dans la section « Qui l’aurait cru ? » : les études de retombées économiques, qu’on nous balance chaque fois qu’un groupe de pression veut siphonner nos impôts pour son projet, ne seraient pas crédibles…

Cette fois, ce n’est pas moi qui le dis ! C’est l’économiste Jean-Marc Bergevin. Lui-même président d’une société qui se spécialise dans ce genre d’études. « Cette industrie évolue dans un monde sans règles, où chacun peut s’improviser spécialiste en calcul de retombées économiques, et utilise sa propre méthodologie. Le plus souvent dictée par la quête des plus grandes retombées possible pour les clients (responsables de festivals, événements et autres attractions) ». Tiré du journal Les Affaires.

Le professeur parle de « pratiques douteuses, voire carrément non conformes aux théories économiques les plus élémentaires ». Rien d’étonnant. En calculant de la sorte, on peut changer l’eau en vin. À lire ces études, on a l’impression de générer tellement de « retombées » chaque fois qu’on va au dépanneur s’acheter une bière, ou au restaurant pour luncher, que finalement le PIB de la province devrait être trois fois plus élevé que ce qu’on nous dit !

D’ailleurs, pourquoi les firmes qui publient ce genre d’études ne se penchent pas sur l’impact des hausses de taxes du gouvernement ? Après tout, le concept des retombées doit bien fonctionner à l’envers aussi, non ? Quand on taxe un citoyen et lui enlève de l’argent qu’il ne peut plus dépenser, toutes ces « retombées » qui ne verront jamais le jour disparaissent aussi. On taxe un dollar, mais au final on en perd trois, ou quatre !

Peut-être que les contribuables devraient se cotiser et se payer une « étude » bidon du genre. Si c’est ce que ça prend pour avoir l’attention de nos politiciens…

—-

Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Bastiat n’auait pas du ecrire « ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas » mais « Ce qu’on espere et ce qu’on refuse de voir »…

  • Que devriez-vous dire concernant la situation en France, où le gouvernement n’est dirigé que par des imbéciles incompétents qui pensent que la hausse des impôts relancerait la croissance ???

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis longtemps, circule l’idée de soumettre à l’impôt sur le revenu, non seulement les résidents français, comme c’est le cas actuellement, mais aussi les personnes de nationalité française vivant à l’étranger.

Un récent rapport d’information a été écrit sur ce sujet par la commission des Finances de l’Assemblée nationale. Sans avaliser un tel projet, cette commission préconise certaines mesures pouvant conduire à une taxation de certains revenus, et notamment, de plus-values pour les personnes quittant la France.

Un prétendu pac... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques. Un article de l’Institut économique Molinari

Comment se comparent les rendements de la répartition et de la capitalisation ?

Pour répondre à cette question, le concept de taxation « pure » ou « implicite » est utile. Il repose sur une comparaison entre le rendement de la répartition et celui de la capitalisation.

À prestation égale, la capitalisation permet au futur retraité de cotiser moins qu’en répartition pure puisque les versements produiront des intérêts permettant de bonifier les retraites.

... Poursuivre la lecture

La progression de la population, les familles qui se décomposent, l’immigration, augmentent les besoins en logement et imposent aux municipalités des solutions complexes et génératrices d’effets quelquefois pervers.

Pour permettre la construction de logements, les municipalités ou les communautés de communes sont amenées à réviser les PLU (Plans Locaux d’Urbanisme) qui déterminent la destination des terrains enregistrés au cadastre. Cette classification se détermine en différentes zones :

Urbaines, dites U À urbaniser, dites AU Lo... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles