Les fonctionnaires bien mieux payés que les salariés du privé

Les salaires des fonctionnaires sont plus élevés que ceux des salariés du privé : 15 % de plus, et 17 % de plus pour les employés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fonctionnaires

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les fonctionnaires bien mieux payés que les salariés du privé

Publié le 6 septembre 2012
- A +

Les salaires des fonctionnaires sont plus élevés que ceux des salariés du privé : le salaire annuel net moyen des agents de l’État était en 2008 de 28.460 euros, soit 15 % de plus que celui du secteur « privé et semi-public » (et 17 % de plus pour les employés). Derniers résultats disponibles à ce jour.

Par Alain Mathieu.

Article publié en collaboration avec le Cri du Contribuable.

Une caricature, mais une part de vérité?

En 1983 le ministre communiste Anicet Le Pors fit voter un statut de la fonction publique dont l’article 15 précisait :

« Le Gouvernement dépose tous les deux ans en annexe au projet de loi de finances de l’année un rapport sur les rémunérations et les pensions de retraite versées au cours des deux années précédentes à l’ensemble des fonctionnaires […] S’agissant des retraites, il comporte des éléments de comparaison avec le régime général et les régimes spéciaux ».

A l’époque, les fonctionnaires, bénéficiant de la garantie de l’emploi, étaient à égalité de poste moins bien payés que les salariés du secteur privé. Ce rapport fut donc publié tous les deux ans. La comparaison avec le secteur privé y était faite pour les salaires comme pour les retraites, à partir de données collectées par l’INSEE.

Mais les salaires réels de la fonction publique ont régulièrement augmenté depuis vingt ans, environ deux fois plus vite que ceux du privé. Si bien que la comparaison a fini par montrer que les salaires publics étaient supérieurs en moyenne à ceux du privé, particulièrement pour les plus bas salaires.

Ainsi, en 2007, le rapport annexé au projet de loi de finances pour 2008 constatait-il qu’en 2004 le salaire moyen des agents de l’État était supérieur de 14 % à celui du secteur privé, et de 20 % pour les employés. Pour les hôpitaux la comparaison était encore plus favorable au secteur public : + 24 %.

Les syndicats du secteur public se sont émus de cette comparaison, qui leur enlevait des arguments dans leurs négociations de salaires. Ils ont donc fait abroger dans la loi du 25 décembre 2007 l’article 15 de la loi Le Pors. La comparaison des salaires public/privé n’est plus publiée en annexe aux projets de loi de finances.

Mais l’Insee collecte toujours les données qui lui permettaient d’établir la comparaison. Il a publié le 12 novembre son « portrait social » de la France dans lequel on trouve une comparaison des salaires publics et privés. Celle-ci est moins détaillée que celle qui était fournie auparavant au Parlement, notamment pour les hôpitaux.

On y constate cependant que le salaire annuel net moyen des agents de l’État était en 2008 de 28.460 euros, soit 15 % de plus que celui du secteur « privé et semi-public » (et 17 % de plus pour les employés).

Faisons connaître cette comparaison tant qu’elle est disponible. Sans doute l’an prochain les syndicats empêcheront-ils l’INSEE de la publier.

Lire aussi :

Sur le web

 

Voir les commentaires (77)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (77)
  • Vraiment, je suis tout surpris.

  • Il serait également intéressant de faire des comparaisons sur le salaire complet.
    Les cotisations retraite employeur des fonctionnaires sont en effet très élevées. Comme on ne compare en général que des salaires nets ou bruts, utiliser des cotisations employeur permet de donner une illusion de salaire faible.

  • Il devient urgent d’augmenter les salaires dans le privé.

    • Si tu veux : juste fais-le (car bien sur, tu es un employeur privé qui décide des salaires, pour écrire ça, hein ?)

    • « Il devient urgent d’augmenter les salaires dans le privé. »

      Pour ce faire, il faudrait cesser le terrorisme fiscal et donc d’obliger les entreprises à être des receleurs pour l’Etat.

      • Pas d’accord! Ma boîte distribue ses 10 à 15% de dividendes aux actionnaires tous les ans (il y a 15 ans c’était 8%, comme quoi il y a des choses qui augmentent), a un C.A. brut et net en augmentation régulière et, quand les temps sont durs ou l’activité très chargée, elle répercute sur les salariés en production (dont moi). Résultat: depuis quatre ans l’absentéisme et les arrêts de plus d’une semaine ont été multipliés par 10!!!!! Mon mari est facteur, il bosse deux fois plus d’heures que moi pour moins de 40% de salaire en plus (je suis à temps partiel subi), à des heures aussi décalées, et en plus il se fait traiter de tire-au-flanc alors qu’il bosse autant que moi. En effet, il remplace les absents, et là où il est, il peut faire le boulot de trois personnes dans le même temps, le sien, plus celui de deux collègues absents. La Poste: 300000 salariés environ, un cotisant pour deux retraités. Ma boîte: 1000 salariés, régime général des retraites. Et je suis augmentées deux fois plus que mon mari pour l’ancienneté (moi 20 à 30E/an, lui max 10E/an). Mon père a été patron, c’est la spéculation qui lui a tout fait perdre. Mais il payait plus que correctement, ce qui lui a permis en montant sa boîte de débaucher les meilleurs de son secteur. Il ne faut pas oublier que le salaire, dans le privé, doit rétribué justement le travail ET motiver les salariés à se donner dans leur boulot au maximum. Avec mes collègues, on estime qu’on devrait être payés deux à trois fois plus. Pas par lubie, mais par rapport à ce que nous coûte notre travail physiquement, matériellement et surtout socialement (on est à Paris, ça compte!).

  • Cet article est incomplet. Oui les fonctionnaires de l’Etat sont mieux payés en salaire moyen annuel net que les salariés du privé. Mais celui qui a écrit cet article s’est bien gardé de parler de la fonction publique Territoriale (30% des fonctionnaires) dont ceux qui en font partie sont payés en salaire moyen annuel net bien en dessous des salariés du privé pour un niveau de qualification similaire.

  • Pour être plus complet que cet article et après avoir lu le portrait social de la France (INSEE Edition 2010), Voici des chiffres qui vous permettront de vous faire une idée « OBJECTIVE » :
    – Salaire de la Fonction Publique d’ETAT (Environ 50% des effectifs des fonctionnaires, année 2007, net annuel moyen) : 26930 €.
    – Salaire du Privé (année 2007, net annuel moyen) : 24 016 €.
    – Salaire de la Fonction Publique Hospitalière (Environ 20 % des effectifs des fonctionnaires, année 2007, net annuel moyen) : 25 200 €.
    – Salaire de la Fonction Publique Territoriale (Environ 30% des effectifs des fonctionnaires, année 2007, net annuel moyen) : 20 509 €.

  • Il est vrai que les conseils généraux et régionaux regorgent de cadres A qui se demandent parfois ce qu’ils font là. De plus c’est au sein de ces administrations que les avantages sont les plus nombreux (pour certains du moins). Mais il ne faut pas oublier les fonctionnaires qui travaillent dans de petites mairies ou autres administrations de proximité (poste, trésorerie, bibliothèque,garderie… où le travail est souvent plus conséquent et souvent sans aucune contrepartie.

    • AIE
      votre commentaire n’est pas pertinent car il s ‘agit de moyenne et que donc ceci exclu de rentrer dans le détail comme vous le faites en parlant de fonction publique territoriale. Car A ce moment là il faudrait également rentrer dans le détail pour le privé et vous verriez des catégorie de salariés bien moins payés que vos agents de la fonction publique territoriale.

      • Le commentaire d’AIE me paraît au contraire pertinent, puisqu’il apporte un complément d’information basé sur des données brutes officielles. ça permet de se faire une idée plus précise, et de fait, la fonction publique ne se réduit pas à la fonction publique d’Etat.

        ça ne change pas la conclusion : dans les branches représentant en cumul 70% des emplois de fonctionnaire, le salaire moyen est supérieur à la moyenne du privé.

        ce qui ne veut pas nécessairement dire que la plupart des fonctionnaires gagnent beaucoup plus qu’à un poste équivalent dans le privé (pour cela il faudrait des stats plus affinées que la simple moyenne globale), même s’il semble bien que dans la plupart des services publics (par ex voirie, espaces verts…) le privé paye moins, protège moins, et impose des conditions de travail plus dures, sans parler d’un relâchement fréquent en termes de d’entretien des infrastructures et de respect des normes de sécurité.

    • sans contrepartie autre qu’une garantis de travail à vie et une retraite bien supérieure…une paille.
      je ne parle même pas de la charge de travail. Je travail au smic dans la grande distribution (le nuit, les dimanches et jour férié, sans connaitre ses horaires plus de 3 semaines à l’avance, une pression constante, un rythme de travail plus que soutenue, strictement aucun avantages )… comment comparé cela à n’importe quel emploie dans la fonction publique?

  • Tiens, Le Honzec est enfin viré?
    C’est vrai qu’il virait un peu fonctionnaire plan-plan des dessins pas drôles sur commande…

  • Rien de nouveau, cette comparaison devient même lassante. l’INSEE a publié cette comparaison salaire public/privé tout en considérant que s’agissant d’une moyenne, elle n’avait aucun sens. Le calcul aboutissant à cette moyenne ayant l’art d’additionner des carottes et des navets. Il y a par exemple plus de cadre dans le public que dans le privé mais comparez les salaires d’un cadre du public et du privé au même niveau de diplôme et de compétence et vous verrez que la différence est en faveur du privé. L’urgence actuelle est surtout la réduction du nombre de fonctionnaires, qu’ils gagnent plus ou moins on s’en tape.

  • Cet article est ridicule et ces chiffres également!
    Il faut regarder à niveau d’études équivalents pour pouvoir comparer. Beaucoup d’agents de l’Etat ont au moins l’équivalent d’un master en poche, si vous faites la comparaison avec cette fois-ci le salaire des cadres du privé vous pourrez constater que la balance est totalement inversée!
    Arrêtez cette désinfo inutile!

    • Vous avez raison. Et il faut tenir compte de la longueur des cheveux, de la couleur des pulls et des autres paramètres qui, bien qu’exogènes au système, permettront sans souci d’arriver à la conclusion que les fonctionnaires sont *beaucoup moins* payés que les autres mais qu’au moins, ils travaillent avec la passion du service public chevillé au corps !

      Musique !

    • On peut en effet regarder ça, et on peut regarder d’autre facteurs comme le temps de travail, le temps de travail réel effectif, l’absentéisme, la production, la productivité, l’utilité réelle de la mission. On peut regarder beaucoup de facteurs. Je ne vous encouragerais pas sur cette voie là si vous cherchez à défendre les fonctionnaires, mais en effet, on peut.

      • Faites donc, vous aurez de belles surprises!

        • encore un syndicaliste de la fonction publique qui commente sur son lieu de « travail »

        • c’est tout fait, la fonction public coûte à la France, elle ne lui apporte rien. Donc le moindre centimes de salaire est déjà un en perte. La longueur des cheveux, la taille du zizi ou le nombre d’études poursuivie après les 30 première années n’ont aucun utilité dans le calcul…

          • Elle ne lui apporte rien, vraiment ? vous n’avez donc jamais bénéficié de l’école publique, de l’hôpital, pris des routes entretenues par la voirie, munies de panneaux de signalisation et de feux tricolores, éclairées par des lampadaires ? Il a bien fallu que des fonctionnaires s’occupent de répartir le budget, et gèrent ces services.

            Services qui peuvent être externalisés dans le privé il est vrai, et le sont de plus en plus, mais le principe reste le même : il faut que quelqu’un fasse ces choses et soit payé pour, en l’occurrence, avec de l’argent public.

            De même, vous n’avez jamais utilisé de l’électricité fournie par ERDF et de l’eau du robinet ? Si la fourniture en est en partie privatisée, ces services étaient 100% publics il y a peu. les prestataires privés ne font que les gérer à la légère tout en s’enrichissant grassement. Et bien des mairies reprennent en charge la gestion de l’eau, déçues par les abus des prestataires !

            Je suppose que vous n’avez jamais non plus assisté à une animation gratuite pour le public (concert, festival, feu d’artifice…) ou mis les pieds dans une médiathèque.

            Votre employeur peut bénéficier d’un certain nombre d’avantages accordés par la mairie, la Région, les CCI; des dispositifs d’aide à la création d’entreprise, d’incitation à s’installer, d’allégement des taxes et des impôts pour l’inciter à employer des apprentis de moins de 26 ans et autres… tous ces dispositifs sont aussi gérés par des fonctionnaires et aident à ce que votre emploi puisse exister.

            Enfin, peut être n’avez vous jamais touché aucune des aides diverses et variées proposées en France : prime pour l’emploi, allocation chômage, allocations familiales, remboursement des frais de santé… OK, toutes ne sont pas des prestations gérées directement par des fonctionnaires mais ce sont des organismes « semi-publics ».

            Même chose pour les transports publics et les HLM. ça a beau être semi-privé, à partir du moment ou de l’argent public y est injecté, ça suppose au minimum que des fonctionnaires se soient occupés de gérer et d’attribuer ces fonds, de mettre en place des programmes, etc. Au nom de quoi ce travail aurait moins de valeur que celui d’une entreprise privée ?

            Si pour vous ces prestations ne servent à rien, il serait logique que vous ne les utilisiez pas, et même que vous les remboursiez aux organismes concernés.

            Dans cette logique, je suppose que vous ne faites jamais aucune demande auprès d’aucun organisme public ou semi public, pour vous adresser exclusivement au privé. Et bien sûr, que vous refusez tout abattement d’impôts, puisque ces abattements et leur gestion sont aussi le fruit du travail de fonctionnaires, donc « inutiles »…

    • bien sur, bien sûr … |sarc on
      à l’INSEE ce sont tous des crétins inaptes et quand ils donnent des chiffres ils ne pensent pas tenir compte du niveau de diplômes.. Et puis même si ils y pensaient (ce serait étonnant de leur part, mais supposons) ils auraient tellement de mal à trouver l’information qu’ils ne pourraient pas ; l’INSEE ne sait jamais rien , c’est connu.
      De toute façon, ce ne sont pas des fonctionnaires, alors faut pas en attendre trop, n’est-ce pas ?

      D’ailleurs c’est terrible, on n’arrive plus à embaucher des fonctionnaire avec un master ou plus, pour remplacer ceux qui démissionnent en masse pour se dorer les c… dans le privé.

      Oh. Wait…
      |sarc off

      Le seul défaut de l’article, c’est qu’il date d’un an.

      • |sarc on
        vous êtes vraiment perspicace.
        |sarc off
        L’INSEE produit des données très intéressantes.
        Mais si vous lisiez leur document avant de parler, vous verriez qu’ils n’ont jamais fait la comparaison avancée par l’article. C’est l’auteur qui a eu l’initiative de la comparaison.
        Comparez plutôt le salaire d’un cadre du privé avec le salaire d’un cadre du public (ex. un ingénieur de recherche avec un ingénieur tout court) et après on en rediscute.

        • Il se trouve que je suis dans une tour de contrôle parfaite pour faire la comparaison, et
          1) j’observe que les cadre publics qui cherchent à aller dans le privé se compte à l’unité ; alors que des cadres privés (avec un boulot, pas des chômeurs) qui cherchent à rentrer dans le public, j’en vois plein. Mais les cadres sont des crétins qui ne savent pas compter, n’est-ce pas ?
          2) en fait, ils comptent très bien justement : la rémunération du public est effectivement plus élevée. Pour les enseignants par exemple, de loin la plus grosse population de « cadres », la rémunération privée est environ 1/4 de moins que dans le public. Pour les ingénieurs, la différence est moindre, mais le boulot est tellement plus cool dans le public que y’a toujours pas photo.
          Les seuls cadres que le privé paye mieux, ce sont les cadres dirigeants, dont il n’existe que quelques milliers d’exemplaires dans toute la fonction publique, et que la plupart des gens trouvent encore trop payés. Mais pas vous, sans doute, et je suppose (sarc on) que vous plaidez partout sur internet pour une revalorisation des salaires de ces gens…

          • 1) Vos observations me bluffent!

            2) Bon, au lieu de sortir des affirmations non fondées, pourquoi ne regarderiez-vous pas les chiffres de l’INSEE, institut dont vous m’avez pourtant venté les mérites (un point sur lequel nous sommes d’accord)? Je vous donne même le lien puisque vous semblez avoir du mal à le trouver: http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/FPORSOC10L.pdf . Et par pitié, ne soyez pas ridicule et comparez les catégories comparables.

            Voilà, le « débat » est clos.
            Merci, c’était passionnant!

            PS: la première et la dernière phrase peuvent être suivies d’une mention « sarc »

          • C’est ça, fuyez à l’abri d’un écran de fumée, c’est la seule ressource qui vous reste pour ne surtout pas reconnaitre la réalité.

          • Contrecontrepoints : « Je vous donne même le lien puisque vous semblez avoir du mal à le trouver: http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/FPORSOC10L.pdf . Et par pitié, ne soyez pas ridicule et comparez les catégories comparables.

            Voilà, le « débat » est clos.  »
            —————————————
            Pas si vite. D’après ces mêmes données de l’INSEE (cf tableau page 237), les « cadres » publics qui gagnent moins que dans le privé, c’est ceux dans la fonction publique d’état ou territoriale càd qui sont archi-pléthoriques et/ou qui n’en fichent pas une rame, n’ont pas responsabilité ni de compte à rendre et encore moins de pression des résultats ou de la concurrence. Les « cadres » dans la fonction publique d’état par exemple, représentent … 63% (!) des effectifs. Et ça ose s’appeler « cadre » et ça se plaint de gagner moins que dans le privé, non mais il faut arrêter le foutage de gueule.

            Les cadres publics du secteur hospitalier qui ont à peu près les mêmes charges et responsabilités que ceux dans le privé gagnent 20% de PLUS que dans le privé (chiffres 2008).

            Ca rejoint ce qui avait été dit, ce que tout le monde sait et que vous refusez d’entendre. C’est con les chiffres et ce n’est certainement pas vos « /sarc » à la noix qui vont les faire disparaître.

          • @minitax
            le taux de « cadres » monte à 63% parce qu’on y inclus les enseignants, qui sont 850 000 sur les 1,9 million du total des agents de l’état, soit 50% (sachant que les profs d’université et autres chercheurs ne sont pas dans ce budget…). Et comme dit plus haut, les enseignants public coutent 1/3 de plus que les enseignants du privé…
            Si on retient que les « cadres » hors enseignant, on tombe donc 13 % du total, ce qui est déjà bien plus conforme à l’intution

          • Ha enfin quelqu’un qui a lu le rapport!
            Merci de me soutenir miniMax, on est maintenant deux à affirmer que les cadres du public gagnent moins que dans le privé et que cet article est donc totalement biaisé.
            Comme quoi, il suffisait de lire le pdf pour être d’accord!
            Concernant l’efficacité, c’est un autre sujet, je ne suis pas là pour défendre les fonctionnaires mais pour dénoncer la désinfos.

            miniMax, on est également d’accord concernant les « sarc », ridicule!
            Comme quoi, plein de points communs!

          • De plus les fonctionnaires « cotisent » moins et moins longtemps pour la retraite que dans le privé et ont malgré tout des pensions bien plus élevées.

          •  » j’observe que les cadre publics qui cherchent à aller dans le privé se compte à l’unité ;  »

            Peut être parce qu’il faut qu’ils démissionnent, tout simplement.

            Mais j’ai bien compris qu’ici c’est un lieu de cassage de fonctionnaires.

            Bande de jaloux!

    • c’est vrai que la fonction public cultive l’art de faire peu avec beaucoup et que la plupart des énormes conneries pondu par ses services nécessites de mettre à plusieurs de hauts diplômés. Des individus normaux et isolés sont incapables de faire autant de dégâts…

    • Donc un ingénieur (master ?) devrait avoir le même salaire qu’une personne ayant fait une maîtrise en ornithologie ?

      Ce critère du « bac+x » ne vaut rien. Parce que les études n’ont pas les mêmes débouchés professionnels.

  • mon fils, militaire, donc avec le statut de fonctionnaire, est en Afghanistan depuis quelques mois. Quelqu’un veut prendre sa place pour gagner sa solde?

    • La majorité des libéraux (je crois) pensent que le statut de fonctionnaire est injustifié SAUF pour les activités régaliennes, dont la défense fait partie (quoique beaucoup de libéraux vous diront que l’armée ne doit servir qu’à la défense nationale, et n’a pas à aller se balader ailleurs)

      • Suppression du statut pour tous les fonctionnaires : un flic ou un juge d’instruction (vous voyez à qui je pense ?) qui fait une grosse connerie doit pouvoir être révoqué et rendre des comptes.

        • C’est justement pour éviter l’arbitraire, le fait du prince que le statut de fonctionnaire a été (je crois), et surtout se justifie pour les domaines régaliens. Imagine je suis juge d’instruction et j’enquête sur un « copain » (ami, appui politique, simple élu du même parti, de manière générale n’importe qui qu’on voudrait protéger pour une raison x ou y) etc.) d’un élu bien placé et que celui-ci peut me virer facilement… Alors bienvenue en dictocracie.
          Idem pour un flic.

          C’est une sorte de couche supplémentaire dans la séparation des pouvoirs.

          Tout du moins c’est la justification initiale et théorique.

          L’erreur a été d’étendre le statut de fonctionnaire aux domaines non-régalien, pour lesquels ce n’est pas vraiment justifié.

      • Il est tout à fait envisageable d’utiliser des armées privés et la dernière partie du post est tout à fait exact, les soldats français n’ont rien à faire en dehors de la France.

    • Il a été enrôlé de force ?

  • ouh là là le vilain complot

    En fait, la loi de 1983 n’a jamais imposé qu’une comparaison avec le privé soit faite.

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=A676A9BE911080C19131DCF502556263.tpdjo16v_2?idArticle=LEGIARTI000006366516&cidTexte=JORFTEXT000000504704&categorieLien=id&dateTexte=19870715

    En fait le fameux rapport n’a pas disparu depuis 2007. Il est même publié tous les ans (et non plus tous les deux ans). La transparence a donc été renforcée.

    La loi du 25 décembre 2007 abroge l’article 15 du statut des fonx mais déplace l’obligation de publication du rapport : elle figure maintenant à l’article 113 de la loi n° 2006-1666 du 21 décembre 2006 de finances pour 2007.

    Pour que le complot soit parfait, on peut même vérifier par soi-même que cette belle règle est bien toujours en vigueur :
    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=A676A9BE911080C19131DCF502556263.tpdjo16v_2?cidTexte=JORFTEXT000000615000&idArticle=LEGIARTI000006322858&dateTexte=&categorieLien=cid

  • « Les fonctionnaires bien mieux payés que les salariés du privé »
    Ouais, salaire identique pour tous !!!!

  • Bac +5, professeur des écoles(branleur) 7 ans d’affectations sur des postes changeant annuellement, en charge de direction(irresponsable) 1820€ net mensuel(l’opulence)… Encore un bel article qui soulève pas grand chose si ce n’est que privé comme public la seule chose qui augmente c’est le cout de la vie et l’inconfort qui va avec, de la à opposer sytémétiquement public privé…c’est léger.

    • Pour votre information, votre salaire est en fait (sous l’hypothèse que vous êtes à l’indice majoré 467, ce qui correspond me semble-t-il à votre description) de 4080 € par mois environ (ajouter les indemnités, le SFT etc. mais ce sont des bricoles que je néglige). Mais comme, postulat de la sociale-démocratie, le français moyen — vous y compris, malgré vos diplômes et vos responsabilités (on vous confie des enfants, des charges de direction) — est un crétin irresponsable et égoïste qui ne pense ni à son avenir ni à son prochain, l’État, dans sa grande prévoyance et bonté, a pensé pour vous qu’il valait mieux gérer à votre place une bonne grosse moitié de votre rémunération (avant impôts !). A la place des € vous avez des prestations en nature ou différées. Merci Dieu (alias l’Etat : omniscient, omnipotent, et Bon) et Pétain, l’importateur en France de cette merveilleuse invention de Bismarck (Pétain et Bismarck : deux grands bienfaiteurs de l’humanité, comme chacun sait).

      Et toujours pour votre information, la rémunération de votre strict équivalent travaillant dans l’enseignement privé sous contrat, même indice, même situation, n’est que 2930 € (il a le même net, mais il n’aura pas la même retraite !), soit un plus d’un 1/4 de moins que vous. Ce serait encore moins si il travaillait dans le privé pur.

      Pourquoi ? Parce que l’employé privé à une rémunération qui est en rapport direct avec la valeur de son travail, sans quoi il sera débauché par un autre employeur ou licencié ; pas l’employé public.

      Notez que le diplôme, en fait, on s’en branle : il n’y a pas, ni juridiquement ni même moralement, de garantie d’avoir un bon salaire avec un bon diplôme, ou de mal gagner sa croute quand on n’a pas de bon diplôme. Le cancre Dupond qui est sorti de l’école à 16 ans sans rien en poche a le droit de gagner 25 000 € par mois pendant que Durant, bac+8, chôme au RMI.

      • Super démonstration digne d’un super drh réponse à tout, je suis admiratif, j’imagine alors que si vous avez des enfants vous les confiez à un établissement privé ou il seront mieux suivi par ce personnel meilleur marché et responsable, puisque j’entends bien votre considération à l’égard du public du genre tous dans le même sac, je vous accorde certaines abérations du système, mais en conclure par l’apologie du self made man parti de rien arrivant au sommet en dit long… Bonjour le rêve Américain? yeah!!! freedom..democraty…peace in the world… Bref les valeurs qui nous tire par le haut quoi !

        • Vous êtes dans le public, vous êtes mieux rémunéré que votre équivalent privé. Point barre. Tout le reste est écran de fumée.
          La réalité vous gêne donc tant que ça, pour que vous vous sentiez obligé de changer de sujet ?

          • C,était trop factuel pour notre ami.

            D’ailleurs il est tellement mal loti qu’il pense quitter le public pour aller bosser dans le privé.

            Ce n’est pas pour rien qu’une extrême minorité de Français ont pour objectif de devenir fonctionnaire. C’est trop mal payé, trop de charge de travail et la garantie de l’emploi a vie n’est peut-être plus si sûre.

    • Parmis les fonctionnaires, comme dans le privé, comme chez les rentiers (là beaucoup), il y ceux qui sont grassement payés et ceux qui gagnent chèrement leur salaire.

      Les fonctionnaires d’état ou payés par l’état qui la gagnent chèrement sont les gendarmes, parfois les mililaires ou les policiers, les infirmier(e)s, les instits parfois et d’autres.

      Autrement dit, ceux qui sont sur le terrain, pour remplir une mission loin d’être facile de service public, avec mobilité imposée.

      Il fallait quand même le signaler.

      • « Les fonctionnaires d’état ou payés par l’état qui la gagnent chèrement sont les gendarmes, parfois les mililaires ou les policiers, les infirmier(e)s, les instits parfois et d’autres. »

        Peut-être. Ou pas.

        La seule façon de le savoir, c’est de comparer ce qu’ils gagnent avec leur homologue privé, quand c’est possible. Il n’y a que comme ça que le vrai prix des choses devient apparent.
        Pour les gendarmes, on a pas de comparaison. Pour les infirmier(e)s et les instits, si., et dans ces cas le public paye mieux, à boulot donné.

    • Et pourquoi le coût de la vie augmente ? Primo création monétaire (= inflation) et secundo : http://www.contrepoints.org/2011/01/16/11282-lassassinat-du-pouvoir-dachat

      On peut très facilement faire baisser massivement le coût de la vie, rapidement … en libéralisant.

    • Un cadre du privé n’a pas 4 mois de congés payés comme les profs. On ne peut pas tout avoir hein !

  • Attention
    je suis fonctionnaire depuis 20 ans et je touche 1210 € par mois soit 14 520 €. Il ne faut pas conforndre les fonctionnaires de l’état et les fonctionnaires des collectivités locales (mairie).

  • .
    Je suis libéral, du moins je le crois, je suis par exemple pour le chèque éducation , mais vous ne pouvez pas sortir des analyses aussi grossières et espèrer rester crédibles !
    Il est evident que vu les missions de l’état le niveau de recrutement moyen est plus élevé que le niveau de recrutement dans le privé !
    .
    Il faut comparer ce qui est comparable !
    Que certaines missions (enseignement, assurances sociales, sabté soient mises en concurrence avec le secteur privé, soit !
    Il serait même urgent de le faire !
    Mais pour prendre les enseignants, par exemple, ils sont davantage payés dans tous les pays comparables !
    Dans les lycées et en Suisse par exemple c’est le double en salaire brut !
    .

    • La vie en Suisse est également plus chère. Vous comparez à parité pouvoir d’achat ?

      Le fait est que le Parlement a abrogé la loi pour ne plus comparer public et privé, et cela est suffisant pour affirmer que les traitements des fonctionnaires sont probablement dans de nombreux cas trop élevés.

      D’autant plus qu’à l’étranger, lorsqu’on compare, il n’y a pas les mêmes charges de travail, ni les mêmes vacances, ni la même retraite, ni le même emploi garanti à vie. Cela dépend des pays.

      • Pour trancher ce débat il faudrait disposer d’une vraie analyse comparative fouillée, qui à ma connaissance n’existe pas.
        Un simple exemple avec les enseignants, qui effectivement ne sont pas les mieux payés en Europe, donc il faudrait les augmenter en salaire et en nombre apparemment.
        Heu… Pas si vite l’ami, c’est oublier que leurs homologues du privé à diplôme égal font aussi bien et pour moins couteux pour la collectivité, que le temps effectif de travail n’est pas le même (sans oublier tout ceux qui profite du système avec les cours à domicile type Acadom.. , que malgré y consacrer le premier poste budgétaire de l’état notre classement européen est en chute libre etc etc.

        Je ne sais pas si mes propos font avancer le débat, pas vraiment certainement mais au moins eu égard à mon épouse, infirmière DE dans le privé (qui à fait du public également), il fallait que je l’écrive. Venez lui parler de la différence public/privé, elle discerne bien maintenant ou sont les vrais avantages du statut de fonctionnaire…
        La bonne journée à vous

  • Il faut aussi préciser, chose qui n’a pas été faite, que les cadres A sont plus nombreux dans la FPE, ce qui fait monter la moyenne… L’auteur s’est bien gardé de le préciser, n’est-ce pas? Je suis cadre A de la FPE (enseignant) et je suis à 2400 euros BRUTS après 15 ans d’ancienneté… Il faut comparer ce qui est comparable et ne pas mélanger les serviettes et les torchons, on apprend ça à l’école…

  • Plus précisément, les catégories B et C de la fonction publique ont des salaires plus élevés que les emplois équivalents du privé. Pour la catégorie A c’est l’inverse.
    Si en moyenne le salaire du public est supérieur au privé, c’est surtout parce qu’il y a plus de catégories A dans la fonction publique (environ 60%) que dans le privé (environ 20%).
    Il faut comparer ce qui est comparable.

  • Merci pr ce genre de comparaison biaisée et orientée!!! Un minimum d’honnêteté intellectuelle, ce dt vs semblez dépourvu, aurait été de préciser :
    1) Que l’âge moyen ds le secteur public est supérieur à celui du secteur privé, d’où une première explication de cette différence de salaire moyen.
    2) Que la précarité et le temps partiel st moins répandus ds le public. Autre élément d’explication de ces disparités salariales.

    • Première observation grossière de chiffres de l’INSEE qui reste bien entendu à approfondir et cache sans doute beaucoup de disparités et d’inégalités.
      On peut par exemple mentionner que dans la catégorie B il y a une proportion non négligeable d’ingénieurs …
      Il est vain d’étaler des commentaires acerbes et stériles en l’absence d’une approche scientifique sérieuse pour rétablir les choses une fois pour toutes : analyser les données en étudiant de multiples paramètres tels que niveau d’études, sexe, salaire, fonction, etc., et là ça pourrait commencer à devenir intéressant et on aurait sans doute des surprises.
      Pour l’âge et la précarité, ça reste à prouver aussi par une « vraie » étude et pas des mots en l’air. Soyons sérieux avant de juger de l’honnêteté intellectuelle des autres …
      Concernant la précarité, la situation des contractuels de la FP n’est pas mirobolante avec aucune perspective d’évolution.

  • Je me fous bien de savoir ce que gagne mon voisin, fût-il (futile ?) fonctionnaire. Virez tout ça en commençant par les grévistes.
    Si le gouvernement ne le fait pas, demain, la fusillade !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’était mieux avant.

Mais de quel avant s'agit-il ? avant 1975, lorsque la France dégageait un budget non déficitaire ? c’est possible mais certainement pas avant 1945.

De 1945 à 1975, ce furent les Trente glorieuses, lorsque le PIB augmentait de 5 % par an et que le chômage restait en dessous de 4 %.

En 1973, le premier choc pétrolier est venu perturber cette belle mécanique. Le PIB progresse alors plus lentement et s'accompagne d’une augmentation sensible du chômage atteignant 10 % voire 24 % chez les jeunes.

Que s'... Poursuivre la lecture
1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

dotation générale de fonctionnement
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles