Crise : bon anniversaire !

Il y a cinq ans, une petite crise commençait… dont nous ne sommes pas sortis. Bon anniversaire !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Crise : bon anniversaire !

Publié le 10 août 2012
- A +

Il y a cinq ans, une petite crise commençait… dont nous ne sommes pas sortis. Bon anniversaire !

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Il y a cinq ans, le 9 Août 2007, en pleine nuit, les bourses asiatiques plongent de 3%, révélant aux « analystes » l’existence de la crise larvée des subprimes aux Etats-Unis. La chute va se poursuivre pendant une petite semaine, entraînant dans son sillage les bourses européennes et américaines. Le Nikkei perdra ainsi plus de 10 % en quatre séances, le CAC 40 et le FTSE 100 (Angleterre), 8,4 %, et le Dow Jones comme le Nasdaq 6 %.

Ce même 9 août, BNP Paribas en France, IKB en Allemagne, suspendent plusieurs de leurs fonds dans lesquels se trouvaient logés des subprimes. C’est le chiffon rouge qui terminera d’exciter les marchés, qui se mettent à vendre de tout, y compris des actifs « solides », pour dégager du cash. Plus personne, en particulier les banques, ne prête d’argent aux autres, c’est la crise des liquidités. Jean-Claude Trichet, alors patron de la Banque Centrale Européenne, bien qu’en vacances lui aussi, prend aussitôt une décision stratégique qui permettra de souffler un peu. Dans la journée, la BCE publie un communiqué annonçant qu’elle prêtera autant d’argent qu’il lui en sera demandé : « La BCE note qu’il y a des tensions sur le marché monétaire européen, elle a décidé de souscrire à 100 % des offres soumises ». Le soir, près de 100 milliards d’euros auront quitté (virtuellement )les caisses de la BCE, et irrigueront les échanges interbancaires.

Comique, non? Cinq ans après, une déclaration de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France, laisse entendre ce que nous vous annoncions il y a quelques jours : les interventions de la Banque centrale européenne (BCE) pour faire baisser les coûts excessifs des emprunts de pays comme l’Espagne ou l’Italie « seront d’une ampleur suffisante pour avoir un impact fort sur les marchés. N’ayez aucun doute sur la détermination du conseil des gouverneurs (de la BCE) et sur sa capacité à agir dans le cadre de son mandat» , a-t-il ajouté.

le honzec - anniversaire de la crise

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le risque d’un appauvrissement quasi généralisé en Occident, et spécialement dans l’Union européenne, est aujourd’hui très important.

Les politiques menées en Occident, et surtout celle de la Commission européenne, conduisent inévitablement à une grave diminution du niveau de vie.

Il ne s’agit pas, aujourd’hui, de parler de l’inflation qui accable notamment la zone euro.

Elle est certes un danger réel et important, surtout pour ceux qui possèdent des liquidités, des emprunts d’État ou autres obligations à long terme. Les ... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Juste avant le début du conflit en Ukraine, j’avais mis en avant plusieurs raisons montrant que Poutine ne craignait pas l’Europe. La dépendance énergétique et les effets néfastes d’une potentielle guerre énergétique en était une. Nous y sommes désormais.

Les sanctions européennes contre la Russie et les contremesures de cette dernière ont débouché sur un affrontement économique sur l’énergie. Néanmoins, un certain nombre d’éléments montrent que la situation en Europe va être difficile à supporter pour les Européens cet hiver : l’appro... Poursuivre la lecture

Les drames aux urgences hospitalières rebondissent avec le retour massif des malades non covid. En 2019 les services d’urgences connaissaient déjà la crise la plus grave depuis ces 10 dernières années, avec plus de 25 000 000 passages par an.

Il n’était pas rare de rester 12 heures sur un brancard avant d’être pris en charge. Désertées par les malades paniqués par le covid pendant la pandémie elles connaissent un nouvel afflux alors que 20 % des lits sont fermés faute de personnels.

La liste des hôpitaux en difficultés est longue <... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles