Qu’est-ce qui se passe quand le progrès humain s’interrompt ?

Il se peut que nous en sortions plus forts, de l’autre côté du déclin actuel, si nous parvenons à en supporter les terrifiantes difficultés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Progress source : https://unsplash.com/photos/cYUMaCqMYvI

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Qu’est-ce qui se passe quand le progrès humain s’interrompt ?

Publié le 18 février 2023
- A +

Par Joakim Book.

La vie sur Terre s’améliore progressivement, sous toutes ses formes. Les périodes sombres, comme celle que nous vivons actuellement, sont la principale raison pour laquelle c’est difficile à vendre pour la plupart des gens ; les crises énergétiques, l’inflation, les guerres, les déficits et les pandémies semblent suggérer que tout va mal. Lorsque certains (tel votre serviteur) répètent que factuellement la vie humaine s’améliore progressivement, ces déclarations tombent souvent dans l’oreille d’un sourd. Il semble au contraire que les choses n’ont pas l’air de s’améliorer. Il faut parfois prendre du recul pour voir le progrès, avancer de quelques décennies pour l’apprécier et accepter des compromis temporaires dans certains domaines.

Certaines souffrent alors que d’autres ne souffrent pas ; certains groupes humains, certaines régions et certaines industries sont frappés par des chocs qui les déciment pour des générations. Certains pays sont passés de l’agriculture de subsistance à l’industrie lourde, puis à des centres de services financiers de premier ordre en l’espace d’une génération, et ont vu nombre de leurs tropes culturels anciens et précieux remplacés en un clin d’œil.

L’être humain s’épanouit lorsque le prix des produits de première nécessité est bas. Aujourd’hui, les prix sont généralement élevés, comme le savent tous ceux qui font leurs courses ou qui sont confrontés à des factures d’électricité astronomiques. Dans un article plutôt sombre sur l’Amérique latine, The Economist a récemment noté que « ces neuf dernières années, la région n’a connu aucune croissance du PIB par personne. Les investissements ont chuté, la productivité stagne et la pauvreté a de nouveau augmenté ». Professer haut et fort un monde en constante amélioration semble irréaliste pendant une décennie de croissance stagnante.

Depuis 2020, l’Europe est confrontée à un scénario quelque peu similaire (ou depuis 2012, si vous êtes en Italie ou en Grèce) : des prix des matières premières élevés et en hausse, des déficits et des excès gouvernementaux effrénés, une confiance des établissements qui n’a jamais été aussi basse, une accélération de l’endettement privé et des revenus (réels) qui stagnent ou diminuent. Aux États-Unis, les revenus réels n’ont pas bougé depuis trois ans, vacillant dans l’ivresse des paniques, des politiques gouvernementales en matière de revenus, de l’inflation et des pénuries qui ont suivi. La confiance dans les institutions est déjà terriblement faible, mais plus important encore, elle continue de diminuer.

L’indice de liberté économique, publié chaque année par l’Heritage Foundation, a montré une forte baisse mondiale entre 2021 et 2022. Les économies du monde sont sensiblement moins libres que ces dernières années. La « bonne » nouvelle est que cela ne nous ramène qu’aux niveaux observés il y a une dizaine d’années. Pour certains pays, comme la Suède et l’Allemagne, la tendance à la hausse depuis les années 1990 reste intacte ; ces deux pays ont enregistré leur meilleur score en 2022. Pour les États-Unis et le Royaume-Uni, l’année 2022 a vu des scores inférieurs à ceux que ces pays avaient jamais connus.

L’indice de liberté humaine, une mesure concurrente de l’Institut Fraser du Canada, est encore moins optimiste quant à l’évolution des libertés civiles dans le monde :

« La liberté humaine s’est gravement détériorée à la suite de la pandémie de coronavirus. La plupart des domaines de liberté ont reculé, notamment l’État de droit, la liberté de mouvement, d’expression, d’association et de réunion, et la liberté de commerce. »

 

Pessimisme perpétué et stagnation consolidée

Qu’arrive-t-il à l’optimisme, à la raison, à la société, voire à la vie elle-même, lorsque le progrès humain s’arrête soudainement ? Le navire occidental a-t-il fait demi-tour ? « Le rêve est-il mort ? », se demandent les déclinistes depuis des temps immémoriaux.

Pas nécessairement. Comme l’a récemment observé l’excellent analyste macroéconomique Lyn Alden :

« Nous connaissons occasionnellement des périodes de repli et de désorganisation, et donc une baisse du niveau de vie, en raison d’un sous-investissement ou d’un mal-investissement ou de chocs externes. Les chaînes d’approvisionnement sont perturbées. Les produits de base connaissent des pénuries d’approvisionnement. Des guerres se déroulent. Parfois, les cultures se dégradent et réduisent leur taux d’innovation, ou dans un certain domaine la technologie atteint des limites inhérentes pendant un certain temps jusqu’à ce qu’une percée dans un autre secteur offre une autre opportunité d’amélioration. »

L’entrepreneur américain et fervent partisan du bitcoin, Michael Saylor, a également parlé de manière assez passionnée, dans le podcast de Lex Friedman, des grandes réalisations de l’humanité :

« Notre capacité à traverser l’océan, à faire pousser de la nourriture, notre capacité à vivre – c’est la technologie qui permet à la race humaine de passer, vous savez, d’une vie brutale où l’espérance de vie est de 30 à une vie où l’espérance de vie est de 80. »

Peut-être n’avons-nous pas atteint la fin du progrès toujours plus grand que les économistes, les médecins et les chercheurs ont cartographié et décrit depuis des décennies.

La réponse la plus équilibrée et la plus convaincante à l’accusation portée contre le progrès est que le jury n’a pas encore délibéré, même si un acquittement semble probable. Parfois, le progrès s’interrompt, même pendant de longues périodes, et jusqu’à présent, il est difficile de voir pourquoi la régression de l’époque actuelle devrait être considérée différemment.

Considérez la destruction du capital et des ressources entre 1938 et 1945, sans parler des souffrances humaines causées par les bombardements, la pénurie et les camps de la mort. Le sommet que la civilisation avait atteint en 1913, en termes de culture, de richesse, d’art et de prospérité, a mis des décennies à être retrouvé après la première rencontre de l’humanité avec la guerre totale mondiale et les idéologies totalitaires au service d’un grand gouvernement.

Même ainsi, les mouvements en faveur de l’égalité des sexes et des droits civiques n’ont pas sérieusement commencé avant un demi-siècle ; la plupart des améliorations mondiales en matière de santé, de richesse, de revenus et d’espérance de vie ont eu lieu après que les Européens et leurs alliés ont cessé de s’entre-détruire dans ce que l’historienne de l’économie Deirdre McCloskey appelle parfois la « guerre civile européenne, 1914-1989 ».

Si vous étiez Chinois, les années 1950 ont été la décennie la plus désastreuse de votre vie, même si les termes utilisés pour décrire le Grand Bond en avant de Mao Zedong étaient synonymes de progrès et de réussite. Si l’on fait abstraction des nombreuses infractions actuelles de la Chine à l’encontre des droits de l’Homme, ce pays est aujourd’hui l’exemple le plus réussi de croissance et d’éradication de la pauvreté de l’histoire moderne.

Si vous étiez Ukrainien pendant les purges de Joseph Staline dans les années 1930 (ou celles de Vladimir Poutine plus récemment), vous ne connaîtriez que le progrès de la mort, de la destruction et de la famine. Pendant environ une décennie dans les années 2000, l’Ukraine a été un miracle de croissance, se rapprochant rapidement des normes de vie européennes. Si nous endurons, la vie finit par s’améliorer – même cette fois-ci.

Si vous êtes un Américain blanc, la hausse du taux de mortalité et la baisse subséquente de l’espérance de vie que le reste du monde a connues pendant la pandémie ont été votre réalité pendant près d’une décennie. Le chômage, la sous-éducation et les opioïdes sont généralement cités pour expliquer les morts de désespoir de l’Amérique blanche.

Si vous êtes jeune en Grande-Bretagne et que nous prenons en compte les prix de l’immobilier, vous avez eu un revenu réel de ménage négatif pendant la majeure partie de votre vie professionnelle. Matériellement parlant, vous êtes à la traîne. Les appareils électroniques bon marché et l’effondrement du risque de mortalité infantile sont formidables mais ils ne sont pas d’un grand réconfort lorsque vous ne pouvez pas construire une vie qui s’approche de celle de vos parents.

Tout ne va pas bien, et surtout, les flèches ne pointent plus dans la bonne direction. Quelque chose s’est brisé – que ce soit de notre propre main, par hasard, par technologie ou par un leadership incompétent. Ce que plus de deux siècles d’enrichissement mondial nous disent, c’est que parfois le progrès fait une pause. Parfois, les choses empirent – sérieusement – pendant un certain temps.

Combattre le pessimisme est une tâche sans fin pour nous, les modernes. Même John Maynard Keynes a écrit en 1930 que « nous souffrons actuellement d’une mauvaise attaque de pessimisme économique ». Et Keynes et ses collègues théoriciens de l’économie avaient encore une décennie et demie de chaos, d’appauvrissement et de destruction à attendre, grâce à la Grande Dépression et à la Seconde Guerre mondiale.

 

Puis la vie s’est améliorée. Beaucoup mieux.

Personne, aujourd’hui ou lors de notre récent pic civilisationnel à la fin des années 2010, n’échangerait le confort matériel et les normes économiques d’aujourd’hui contre ce qui était considéré comme le nec plus ultra en 1930. « Sur mon lit de mort », déclare l’astrophysicien Neil DeGrasse Tyson dans son nouveau livre populaire intitulé Starry Messenger, « je serais triste de manquer les inventions et les découvertes ingénieuses qui découlent de notre ingéniosité humaine collective, en supposant que les systèmes qui favorisent ces avancées restent intacts ».

L’accusation selon laquelle nous avons en quelque sorte brisé la force mystique qui a propulsé le progrès humain pendant des siècles est, au mieux, prématurée. Il se peut que nous en sortions plus forts, de l’autre côté du déclin actuel, si nous parvenons à en supporter les terrifiantes difficultés.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Bonjour,
    N’y a-t-il pas un melange de notion ici ?
    La réponse à ma question risquera certainement de modifier ma bonne compréhension et adhésion à l’article : le progres technologique/scientifique est-il réellement un progrès humain ?
    Merci de votre éclairage,

  • La vie s’est améliorée avec la disparition des régimes communistes. Mais ces derniers reviennent en force en Amérique latine, au Canada et en Europe, voire même aux USA avec le Wokisme. C’est la première raison du déclin du progrès. La seconde est théorie des frères musulmans qui a radicalisé la pensée anti progrès car menée par l’Occident. Les régimes théocratiques extrémistes comme le Pakistan, l’Afghanistan, le Soudan, le Yémen, etc s’effondrent. Les autres régimes ne survivent que grâce au pétrole et s’effondreront dès que cette mane aura disparue par une baisse importante des besoins.
    La vie de l’humanité n’est donc pas prête à s’améliorer à cours ou moyen terme.

    • « La vie s’est améliorée avec la disparition des régimes communistes. »
      Sans etre un fan des cocos, c est pas toujours le cas. en afghansitan la chute des communiste a ete une regression avec les talibans
      et chez nous, on peut pas dire que c est les communistes (3 % des voix aux elections) qui ont planté la france. Mitterrand etait vichyste, Sarkozy et Chirac de droite. Reste eventuellement Hollande mais le costume est bien trop grand pour flamby

      • @cd
        Bonjour,
        Le communisme est le but du socialisme. Sarkozy et Chirac était des socialistes de droite. A part du capitalisme de connivence, ils n’ont pas amélioré beaucoup les droits des citoyens français.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Depuis sa création en 1979, la République islamique d'Iran est devenue la troisième plus grande menace pour la sécurité nationale des États-Unis. Il peut donc sembler que la stratégie idéale pour lutter contre cette menace soit une stratégie de confrontation et d'agression. Cependant, cette approche s'est révélée largement inefficace. La vérité, c'est qu'une politique belliciste qui met l'accent sur l'interventionnisme ne fait qu'aggraver les tensions avec les puissances étrangères adverses. En outre, de telles actions ternissent l'image inte... Poursuivre la lecture

Reportage très inquiétant de BFM à Toulon dans le Var. On y apprend que sur 12 canadairs possédés, seuls cinq sont opérationnels. Les autres ne sont pas entretenus et donc inutilisables. Pire, il y a aussi des problèmes de formation du personnel et des manques de pilotes.

Un manque de canadairs signifie que les feux ne pourront pas être combattus et vont donc s’étendre. Les sinistres vont ainsi pouvoir se propager. Le coupable sera tout désigné : le réchauffement climatique et le capitalisme, alors que le véritable problème réside dans... Poursuivre la lecture

Comme le résume La Tribune, les candidats aux élections proposent – d’un côté comme de l’autre – « [une] explosion de la dépense publique pour financer une politique de la demande plutôt que de l’offre, baisses d’impôts, ou encore le retour sur la réforme de l’âge de la retraite ».

Le parti au pouvoir n’est pas en reste, en quête de maintien du contrôle à l’Assemblée, et fait aussi des promesses de dépenses – sous forme de baisses des prix de l’énergie, et d’aides au logement.

Les Échos explique ainsi :

« … alors que l’ex... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles