Les copains d’abord

imgscan contrepoints420

Recension de l’ouvrage du journaliste Vincent Nouzille, « La République du copinage »

Ils sont partout. Dans les cabinets, dans les entreprises publiques ou privées, chez les franc-maçons, dans les clubs… Ce sont ceux qui agissent auprès du pouvoir, pas toujours avec de bons résultats. Le journaliste Vincent Nouzille dresse un panorama complet de ce monde de copains : La République du copinage, Fayard, 2011.

Par Bogdan Calinescu
Article publié en collaboration avec l’aleps

L’auteur de cette enquête a inclus votre serviteur parmi ceux qui font partie des « réseaux qui comptent ». Il s’agit, bien entendu, des think tanks. Il est vrai que ceux-ci  occupe une place de plus en plus importante dans le paysage décisionnel français. Tant mieux. J’ai eu le privilège de constater de l’intérieur cette évolution à partir de la fin des années 1990. De là à dire que les think tanks sont décisifs dans l’élaboration des politiques publiques…  Malheureusement, ils ne jouent pas le même rôle que les énarques, anciens inspecteurs des finances… L’enquête de Vincent Nouzille est rondement menée. Sans tomber dans la caricature ou dans l’exagération, il énumère avec patience les membres de l’establishment, la caste proche du pouvoir. On n’y prêterait pas attention, s’il ne s’agissait que des relations désintéressées. Non, il est question de privilèges. Pourtant, Sarkozy avait fait campagne en 2007 pour une « démocratie irréprochable ». Les exemples de nominations de copains fourmillent : François Pérol, ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée nommé à la tête du groupe Banques Populaires-Caisse d’Épargne ; Christine Boutin éjectée du gouvernement et nommée à la tête d’une mission sur les « conséquences sociales de la mondialisation » ; Roger Karoutchi, bon ami du Président, devient ambassadeur auprès de l’OCDE ; Pierre Charon passe de l’Élysée au Conseil économique et social ; Dominique Tiberi, fils de…, devient « contrôleur général économique et financier de première classe » à Bercy, un poste qui vaut de l’or.

Vincent Nouzille a regardé aussi de près la liste des insignes de Légion d’honneur distribués depuis 2007. Parmi les proches de Nicolas Sarkozy qui étaient au Fouquet’s le 6 mai, une vingtaine ont été décorés. Parmi eux, Alain Minc et Nicolas Baverez. Pourquoi ? Plus étonnant, Jacques Servier, fabricant du célèbre Mediator, a, lui aussi, été décoré par Sarkozy qui avait été son conseiller juridique. Parmi les plus influents, les anciens énarques et polytechniciens. Un Xavier Musca par exemple, secrétaire général de l’Élysée, et grand « concocteur », avec Bercy, de la politique fiscale.  Ce sont eux qui veulent « préserver le modèle social français » et « réformer en douceur ». Ou Jean-Pierre Jouyet, ancien M. Europe à l’Élysée et aujourd’hui à la tête de l’Autorité des marchés financiers.

À côté des conseillers publics comme Guéant et Gaino, le Président dispose, comme ses prédécesseurs, de ceux de l’ombre, le « shadow cabinet ». Ils sont en charge des sujets délicats : l’Afrique, les élections, les nominations. À leurs côtés, les experts en sondages. Jamais ils n’ont été aussi puissants. Même un écolier pourrait remarquer à quel point le président prête attention aux humeurs du peuple. Souvent, les politiques changent en fonction des sondages…

Connaissez-vous les « vanity tanks » ? Ce sont des… « réservoirs de vanité ». Des associations de fans d’une personnalité politique. Le contraire d’un think tank. Il y a plein de structures apparues ces dernières années : Génération France autour de Jean-François Copé, France.9 autour de François Fillon, les Progressistes auprès d’Éric Besson, la Gauche moderne avec Jean-Marie Bockel… Difficile d’affirmer que ces « vanity tanks » contribuent beaucoup au débat d’idées. En tout cas, ils (elles ?) sont apparu(e)s dans l’entourage de Sarkozy. C’est aussi un moyen pour obtenir des subventions publiques.

Vincent Nouzille a raison de décrypter cet univers. Il a néanmoins tort de l’assimiler au libéralisme et à la personne de Sarkozy. Le copinage a bien fonctionné sous Mitterrand et Chirac… Ce qui montre qu’il s’agit là de l’une des dérives de l’étatisme.

—-
Sur le web