2012, un tour de plus pour Sarkozy ?

Quel pronostic, à 9 mois des présidentielles 2012 ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

2012, un tour de plus pour Sarkozy ?

Publié le 28 septembre 2011
- A +

2012, un tour de plus pour Sarkozy ?

Avec la nouvelle rouste de magnitude 9 que vient de se prendre la droite parlementaire et la perte de sa majorité au Sénat, on pouvait s’attendre à des répliques sismiques plus ou moins fortes. Cela n’a pas manqué avec, par exemple, la polémique du président de la haute chambre qui ne veut pas décaniller. Et logiquement, cette nouvelle déconfiture titille quelques confrères blogueurs qui en profitent pour nous livrer, déjà, leurs pronostics pour la présidentielle de 2012.

Je pourrai ainsi citer l’intéressant billet de Toréador dont l’analyse le pousse à voir Sarkozy réélu en 2012. Pour lui, les jeux sont déjà faits : Sarkozy va se retrouver devant Hollande au second tour, et ce sera un non-combat tant le différentiel de classe est grand entre le Président sortant et le directeur de Prisunic. Non-combat qui entraînera tout de même une toute petite victoire de Sarkozy.

De son côté, l’Hérétique ne déroge pas à son centrisme et déclare même, avec une tirade au style un peu grandiloquent qui ne lui ressemble pas, qu’il soutiendra François Bayrou jusqu’à son dernier souffle. J’ose espérer qu’il s’agit du dernier souffle de Bayrou et non celui du blogueur, ce qui lui laisse une chance, moyennant un infarctus opportun, de se sortir de ce guêpier dans lequel il s’est gentiment fourré… Dans son billet, en effet, il estime que le Bayrou a des chances de se révéler comme l’Homme Providentiel, à la fois propre sur lui, honnête, droit dans ses bottes, indépendant, crédible, frisé et pourquoi pas, beau avec un petit côté ténébreux sur lequel la caméra n’arrive pas à faire le point.

Je n’ai pas ici besoin de citer l’avalanche de billets de la gauchosphère espérant humidement l’avènement de Martine Aubry, de François Hollande ou, dans un registre oscillant entre l’autisme et un cynisme presque méchant, la pauvre Ségolène ; ils sont faciles à trouver, nombreux, avec l’argumentation aussi astucieuse que bien construite que tous les socialistes officiels sont capables d’invoquer au meilleur de leur forme.

À l’aune de ces éléments, se lancer dans le pronostic revient essentiellement à endosser l’une des analyses déjà existante. En plus, question risque, c’est couillu : nous sommes à huit mois de la présidentielle, et la situation politique intérieure et extérieure est à ce point confuse et changeante qu’essayer l’exercice, c’est échouer à coup sûr.

On peut aussi lancer la carte Inquisition Espagnole. Eh oui : personne ne s’attend jamais à l’Inquisition Espagnole !

Nobody never expects the Spanish Inquisition

Mais puisqu’il faut se mouiller de temps en temps, voici ma propre analyse, en ce 28 septembre. On se doutera qu’elle a encore des chances de changer dans les prochains mois.

J’élimine par avance le cas où la situation économique et financière de la France, catastrophique, provoque un bouleversement radical de la vie politique (émeutes, couvre-feu, état d’urgence et j’en passe). Les élections, remises à des périodes plus calmes, seraient donc profondément changées et toute prévision deviendrait alors impossible… Cette situation est de plus en plus tangible à mesure que se murmurent dans les couloirs feutrés des agences de notations de pénibles dégradations. Si le pire n’est pas certain, il n’en reste pas moins possible. Et s’il y a trois ou quatre ans, on haussait les épaules à l’évocation d’une perte du AAA français ou de la faillite du pays, maintenant, plus personne ne moufte.

Reste donc la situation où les élections ont bel et bien lieu. On imaginera sans mal que Sarkozy se représente : il est soutien de famille, ne l’oublions pas, avec une femme oisive et coûteuse et un enfant en bas-âge. Et, objectivement, il n’a aucune espèce de compétence en poterie, macramé, animation de groupes d’enfants ou de pâtisserie créative : la présidence de la république est probablement un choix logique, en désespoir d’autre carrière sereine.

On imaginera aussi, toujours sans grande difficulté, que la droite saura se tenir à peu près tranquille et que les divisions et déchirures internes sauront rester petites, discrètes et patchées à la superglu le temps d’arriver en juin 2012.

En face, tout est encore très flou.

Bien sûr, Hollande, propulsé par un charisme dont les doses se mesurent en picogramme, se détache un peu du fond de la casserole socialiste. Mais si les comptes des bulletins de vote sont aussi précis que lors de la désignation de la première secrétaire, Titine a ses chances.

Le second tour des présidentielles semble donc se résumer aux trois situations suivantes :

a/ Sarkozy – Hollande. Un petit excité mal habillé contre un édredon flou et empathique comme un abribus, le débat sur la Une promet d’être passionnant. Comme Toréador, je pense que les gens voteront un peu plus contre Hollande que contre Sarkozy, dans un score serré comme un café SNCF.

b/ Sarkozy – Titine. Pour le coup, le débat sera un long échange de casseroles respectives, de la fonte, de l’alu, du cuivre, du lourd qui fait mal. Mais là encore, je donne un léger avantage à Sarkozy, président catastrophique mais candidat efficace. Aubry a toujours ce côté moralisateur et on peine à voir la carrure d’une présidente de la république dans cette secrétaire socialiste fadasse.

c/ Sarkozy – Le Pen. Là, le débat serait animé, les talents rhétoriques de la challenger donnant probablement du fil à retordre à un type qui sera éprouvé par cinq années particulièrement rock’n’roll à la tête d’un pays en déroute. Et le résultat serait incertain, tant l’abstention serait probablement importante. On ne peut pas écarter un score bananier, mais Sarkozy serait probablement réélu.

Comme on peut le voir, dans chacune des trois hypothèses, Sarkozy serait réélu. Sans gloire, sans panache, et probablement sans espoir. Maintenant, il faut se rappeler qu’aucun Président n’a été reconduit sous la 5ème République. Les deux mandats successifs de Mitterrand et de Chirac doivent tout aux cohabitations qui les ont précédés. C’est là qu’on pourrait rire.

En effet, Sarkozy réélu, rien n’empêche d’avoir (et mon petit doigt me dit que ce serait une possibilité assez forte), ensuite, un parlement … majoritairement PS. Cinq années d’immobilisme après des années d’excitations vaines et creuses : juste ce dont ce pays a besoin pour sortir du gouffre.

Pas de doute : ce pays est foutu.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Le score bananier de Chirac vint de ce que tous les socialistes ont voté pour lui. Certes avec la pince à linge sur le nez, mais ils sont allés aux urnes citoyens. Et pourquoi leur Jospin a-t-il été éliminé ? Il était aussi inconsistant qu’un Hollande ou une Aubry, mais il y eut, de plus, ce que la gauche appelle plaisamment « le tsunami ». Provoqué par un papy Voise opportunément exhibé à la télé.
    Dans l’autre sens, il y eut une élection européenne triomphale pour les verts, quand la télé passa habilement, juste la veille du scrutin, un documentaire d’Artus-Bertrand sur la planète en danger.

    Ne jamais sous-estimer le pouvoir des images et des symboles.

  • Le scénario le plus probable pour moi :

    – dégradation très marquée de la conjoncture économique dans les trimestres à venir, augmentant encore l’impopularité du gouvernement actuel et profitant largement au FN (les électeurs de droite se sentant logiquement trahis par les orientations choisies par Sarkozy), et un peu au PS.

    – Second tour Hollande-Le Pen, victoire d’Hollande et bon score (autour de 35%) de Marine le Pen récoltant une part importante des voix de l’UMP.

    – Implosion de l’UMP et constitution d’un nouveau bloc de droite associant FN et toute la droite de l’UMP, les centristes allant là où est leur vraie place, avec le PS.

    La crise offrira ensuite un boulevard à ce nouveau bloc à toutes les échéances électorales qui suivront, suivant le même mécanisme qui fera chuter Obama en 2012.

    • Pas impossible du tout. Cela se base sur une dégradation assez importante de l’éco française. Moui. Cette hypothèse est effectivement tout à fait crédible.

  • Dans ce cas, on est vraiment foutus, car le PS aura le temps de faire du dégât définitif dont on ne se remettra pas.

  • D’accord avec cet article! Dans tout les cas Sarkozy sera réélu, mais c’est vrais qu’il y à un risqe que l’Assemblée passe à Gauche juste après! L’UMP pourrait faire des cartes titrés ainsi: 2007-2012 : De l’agitation à l’immobilisme! Et au fond je suis sur qu’au final, en 2017 Sarko en sortirait avec tout les honneur, vu qu’entre 2012 et 2017 la Gauche (avec Hollande en Premier Sinistre???) aura coulé le pays!!

  • Je doute de la probabilité d’un tel scénario!! En fait je pense plutôt à un duel Sarko/ Hollando qui déboucherait sur une victoire aussi innatendue (vu que les institue sondagière s’excrime à nous dire le contrère) de Sarko en 2012!

    Parce que vous, je sais pas mais moi Hollande j’ai du mal à me le représenté Président de la République! Quand je l compare à De Gaulle, Pompidou, Giscard, Tonton, Jako et Sarko j’arrive pas à le caser dans cette famille la!

  • Mais non Hugues, ne t’inquiète pas, ni les uns ni les autres ne peuvent faire plus de dégats. Celui qui va être élu va voir l’Euro exploser et le pays s’effondrer. Il faut voter pour celui qui donne le plus l’impression de savoir gérer une crise. Mais ils n’auront pas le temps ni la possibilité de faire pire qu’aujourd’hui !

  • Je suis pour le scénario Abadie, ou au mieux, le scénario 2nd tour Sarko-Hollande, dans tous les cas, Hollande président.

    Et je confirme, ce pays est foutu. J’attendais de me barrer pour prendre ma retraite au chaud quand les enfants auront fini leurs études, mais j’envisage de plus en plus de le faire avant.

  • Il vaudrait bien mieux que Sarko perde en 2012. Si la droite gagne avec la catastrophe qui se profile le diagnostic des Français (soufflé par les pravdas nationales) serait « trop d’ultra-libéralisme » (sic) avec une explosion de la demande étatique et des politiques prêts à les satisfaire.

    Un comble !

    Si ce sont les socialistes qui se mangent le mur il est possible que le bon diagnostic émerge enfin par défaut. Tout va maintenant dépendre du timing des événements : le moindre rebondissement, fait divers peut faire basculer dans un sens ou dans l’autre. Sarko a un très mauvais bilan mais ils sont tellement pitoyables en face que tout est possible.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Maxime Lefebvre.

Il y a 14 ans, pendant que tous les regards se tournaient vers Pékin où s’ouvraient les 29e Jeux olympiques d’été de l’ère moderne, la guerre éclatait entre la Géorgie et la Russie. En jeu, les régions séparatistes pro-russes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, officiellement rattachées à la Géorgie.

Ce conflit présente de nombreuses similitudes avec celui qui sévit en Ukraine depuis le mois de février : une Russie de Poutine (qui, en 2008, était certes Premier ministre entre deux présidences, mais demeurait le ... Poursuivre la lecture

Par Elina Lemaire.

Remous provoqués par la scission de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) en quatre groupes politiques, interrogations autour de l’attribution aux groupes d’opposition de certains postes-clés à l’Assemblée nationale (vice-présidences, questures, présidence de la – très stratégique – commission des finances), réception des présidents des groupes par le président de la République au lendemain des élections, puis par la Première ministre à quelques jours de son discours de politique générale… La situ... Poursuivre la lecture

Par Eric Boehm.

L'annulation, la semaine dernière, de l'arrêt Roe v. Wade (1973) par la Cour suprême des États-Unis a été rendue possible, du moins en partie, par ce que le chef de la majorité au Sénat de l'époque, Harry Reid (démocrate du Nevada), a fait en novembre 2013.

À la recherche d'une victoire politique à court terme, Reid a mis en œuvre ce que les démocrates et les républicains avaient tour à tour menacé de faire pendant la majeure partie de la dernière décennie : abolir le filibuster (obstruction parlementaire corresp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles