Le système scolaire allemand

Les recettes d’un succès

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le système scolaire allemand

Publié le 16 septembre 2011
- A +

Les Français et les Allemands dépensent à peu près la même somme pour leur système scolaire, soit 70 milliards d’euros par an alors que la France compte 1,2 million d’élèves de moins.

Quant aux résultats, ils sont meilleurs en Allemagne : au classement PISA de 2009, l’Allemagne est remontée à 497 points soit une hausse de 13 points depuis son classement désastreux de 2000. La France, quant à elle, en a perdu 9 alors que son budget est en hausse constante.

Un paradoxe ? Les pistes d’explication sont nombreuses. L’autonomie locale des établissements, la concurrence entre Länder, et une politique active d’orientation professionnelle des élèves peuvent expliquer cette bonne performance pédagogique et budgétaire.

Lire la suite sur le site de la fondation iFRAP.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Mes deux enfants sont scolarisés dans le système allemand. Je suis en général d’accord avec les conclusions de cet article.
    Cependant, le système scolaire s’inscrit dans un tout et c’est peut-être ici un problème de mentalité, de société.
    En France, on fait tout pour avoir des diplômés, peu importe s’ils sont plus tard chômeurs ou non. Or en Allemagne, on insiste beaucoup sur le rôle social en responsabilisant les enfants très tôt par rapport à leurs études. On sait également que chacun peut apporter quelque chose à la société, même s’il n’a pas de (hauts) diplômes.
    Si les parents allemands peuvent apparaître parfois laxistes sur la scolarité de leurs enfants, en revanche, ils les éduquent au sens social du terme. En France, ceci passe au second plan, de facto l’éducation (soit poli, dit bonjour à la dame, va te laver les mains avant de manger …) est victime d’un « outsourcing » au profit de la garderie, du centre aérer, de la nounou … de l’école.
    Du coup, il y a en France une dichotomie incroyable entre la maturité sociale des enfants que l’on garde et occupe (sans les éduquer) et l’enseignement qu’on leur donne.
    Bref, là où le système français va produire un « Fachidiot » (idiot spécialisé), le système allemand va produire un ouvrier ou un technicien qualifié, sûr de lui et de son rôle dans la société, soit un diplômé universitaire, mais pas un de ceux issu des boîtes à bac, un de ceux qui est vraiment fait pour les études.
    D’ailleurs au Gymnasium (le lycée) les compositions à l’école comportent en général une question subsidiaire qui n’est pas dans les cours, histoire de voir si l’enfant de lui-même a élargi le sujet … c’est autre chose que de recracher des exercices stéréotypés et des cours par cœur comme dans mon enfance.
    La société allemande évolue. Malheureusement, il semble bien qu’avec le temps, elle se dirige lentement vers un modèle de plus en plus français, conduisant déjà à des problèmes au niveau du Kindergarten.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement allemand a demandé aux exploitants le maintien en réserve jusqu’au 15 avril 2023 de deux centrales nucléaires dont la fermeture était prévue au 31 décembre 2022 afin de fournir, si nécessaire, de l’électricité au cours de l’hiver à venir.

« La tâche consiste à assurer la sécurité de l’approvisionnement » a déclaré le ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck.

Est-ce la dernière cigarette du condamné, ou le mégot qui permettra de rallumer le foyer du nucléaire allemand ?

&n... Poursuivre la lecture

Par Reiner Marcowitz.

 

Le chancelier social-démocrate Olaf Scholz a déclaré lors de la session extraordinaire du Bundestag du 27 février 2022, en référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui avait commencé trois jours plus tôt : « Nous vivons un changement d’époque. »

Il a répété cette même formule lors du discours de politique générale européenne qu’il a prononcé le 29 août dernier à l’université Charles à Prague.

Ce changement d’époque (zeitenwende) est notamment marqué, pour Berlin, par une nouvel... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles