Les dirigeants européens font la politique de l’autruche

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Titien, L'enlèvement d'Europe - Ce que Zeus fit à Europe, les eurocrates le font aujourd'hui...

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dirigeants européens font la politique de l’autruche

Publié le 15 septembre 2011
- A +
Titien, L'enlèvement d'Europe - Ce que Zeus fit à Europe, les eurocrates le font aujourd'hui...

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume-Uni

La partie est bientôt finie. La Grèce doit rembourser sa prochaine part de dette avant le 17 octobre, et les marchés s’attendent désormais à ce que j’avais prévu depuis longtemps : un défaut de paiement à grande échelle. Il est possible qu’un nouveau plan de sauvetage soit élaboré, et que l’effondrement soit retardé de quelques mois supplémentaires. Dans tous les cas, les banques européennes approchent de leur « moment Lehman ». Voilà la tempête annoncée depuis longtemps, qui fut longue à venir mais s’annonce durable.

Désormais, toutes les options sont mauvaises. Le moins mauvais scénario serait une rapide désintégration de l’euro dans les formes, autorisant la Grèce et les pays environnants à dévaluer et à rechercher une croissance stimulée par l’exportation. Le pire serait de nier la réalité, poursuivre en l’état tant bien que mal, avec pour conséquence une catastrophe qui n’en sera que plus terrible quand elle arrivera. Il n’est pas difficile de deviner quelle option privilégiera Bruxelles.

Je le dis souvent, Shakespeare a quelque chose à nous dire sur tous les sujets, y compris sur la façon dont les eurocrates auront provoqué leur propre perte :

The plague of Greece upon thee, thou mongrel beef-witted lord!

[Que la peste grecque t’emporte, seigneur batard à l’esprit bovin!]

—-
Sur le web
Traduction : ML pour Contrepoints

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Je ne commente pas l’intérêt économique de garder à tout coût la zone euro, mais il y a un autre problème :
    la Grèce a une situation géographique stratégique : elle sert de tampon oriental à l’Europe. Si la Grèce sort de la zone euro (voir de l’UE), n’aurait-il pas un risque de fragiliser d’avantage les frontières européennes (émigration, islamisme, etc) ?

    • La Grèce N’A PAS une situation géographique stratégique, et elle ne sert pas de tampon oriental à l’Europe. Et quand à la question des frontières … c’est quoi, les frontières terrestres de la Grèce ?

  • Au moins ces quelques lignes ont le mérite de la clarté !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Ben Krishna. Un article de The Conversation.

La question de savoir si les virus sont vivants reste controversée. Cependant, comme tous les êtres vivants, ils évoluent. Ce fait est apparu très clairement au cours de la pandémie de SARS-CoV-2, le coronavirus responsable du Covid-19 : de nouveaux variants préoccupants ont émergé régulièrement, venant bousculer l’actualité.

Certains de ces variants se sont révélés plus efficaces que les précédentes versions du SARS-CoV-2 pour se propager d’une personne à l’autre et ont fini par ... Poursuivre la lecture

Par Philippe Aurain.

Les économistes sont très forts pour prédire les crises économiques. La preuve, ils ont prédit dix des trois dernières. La boutade ramène l'économiste à ce qu'il est : un prévisionniste (quelqu'un qui détecte et prolonge des tendances) et non un devin. C'est dommage.

La prédiction (annonce des ruptures spontanées) serait plus utile. Elle permettrait d'anticiper les crises. Mais ce faisant, elle les empêcherait. Une fois une crise prédite, des mesures peuvent être prises pour l'empêcher. Nous aurions vendu le... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Gary Galles. Un article du Mises Institute

Nul ne doit profiter du malheur des autres.

J'ai entendu et lu de telles affirmations à maintes reprises, pratiquement chaque fois qu'il y a une urgence ou une catastrophe quelque part, ou chaque fois qu'une bonne action est considérée par quelqu'un comme essentielle ou quelque chose dont il a "besoin".

C'est pourquoi, lorsque j'ai trouvé cette citation en tête de l'article de Leonard Read intitulé "To Alleviate Misfortune", dans le numéro de novembre 1963 de The Freeman, ell... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles