Principe de précaution, outil de décision inutile

Sans responsabilité individuelle et sans concurrence, pas de gestion équilibrée du risque

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Principe de précaution, outil de décision inutile

Publié le 13 avril 2011
- A +

J’étais invitée jeudi 17 mars à parler de nos grandes peurs dans le cadre de l’émission Ce soir ou jamais de Frédéric Taddéi. Quel dommage que Jean de Kervasdoué n’y ait pas été invité ! Son dernier livre traite très exactement de toutes ces peurs qui présentent le fâcheux défaut de ne pas être toujours étayées. Il aurait ainsi su détruire de nombreux mythes à la mode sur les pesticides, le bio, les OGM, les antennes de téléphone mobile, le bisphénol A, etc., et enterrer avec nous le principe de précaution.

Le livre de Kervasdoué fourmille d’informations passionnantes sur ces sujets qui font monter l’adrénaline sans que cela soit pour autant toujours justifié. Il montre qu’il faut se méfier des statistiques tronquées et garder à l’esprit qu’une corrélation n’est en aucun cas la preuve d’un lien de cause à effet. Il faut disposer d’ordres de grandeur et d’un minimum de repères pour relativiser certaines informations.

Dans le domaine de l’alimentation, du cancer, du bio… les chiffres sont souvent instrumentalisés pour amplifier les dommages des uns ou les bénéfices des autres.

Or, leur analyse sobre et raisonnée indique que l’on trouve des substances cancérigènes (et parmi elles les pesticides) dans des aliments bio comme dans les aliments issus de l’agriculture intensive. La toxicité dans les deux cas pour l’homme dépend de la proportion de ces substances qui se révèle n’être que des traces. Sans nocivité, elles peuvent néanmoins être nécessaires pour la santé, comme le cuivre qui sert notamment à véhiculer le fer dans l’organisme et qui est largement utilisé dans l’agriculture bio pour lutter contre les pestes.

L’auteur rappelle d’ailleurs qu’une étude de l’Afssa (elle n’est d’ailleurs pas la seule) a montré en 2004 que la valeur nutritionnelle des aliments issus de l’agriculture traditionnelle valait celle des aliments bio et que l’usage que fait le bio du cuivre n’est pas non plus sans conséquence pour l’environnement.

Pour ce qui est des OGM, Kervasdoué rappelle ce qu’est le génie génétique et en quoi c’est seulement une méthode perfectionnée de ce que nos ancêtres ont fait de tout temps en croisant des espèces. Sauf qu’il est aujourd’hui possible d’isoler le gène dont on connait les heureuses propriétés sans traîner tous les autres.

Qui n’a pas non plus entendu parler du Bisphénol A maintenant interdit dans les biberons pour enfant ? Reste que là encore l’interdiction ne semble pas fondée sur des bases théoriques sûres et qu’il reste autorisé dans d’autres pays.

Du côté des antennes de téléphone mobile, faut-il s’inquiéter ? Peut être, mais en gardant à l’esprit que la longueur d’onde propagée par ces antennes est 100 à 100 000 fois moins forte que celle des ondes émises par les téléphones que nous collons à notre oreille, qui elles-mêmes sont 100 000 fois moins fortes que la longueur d’onde de la lumière visible. De quoi relativiser !

Quid du Gaucho et du Régent, deux insecticides eux aussi interdits en France car accusés de détruire les ruches de leurs habitants. Là encore, on découvre que les données ne semblent pas étayer le lien entre la mortalité des abeilles et ces produits chimiques, une étude de l’Afssa concluant au contraire que le facteur déterminant est la façon dont l’apiculteur traite ses ruches. Le livre est plein de ces informations qui mettent les choses en perspective et indique que les scandales qui éclatent les uns après les autres ne font qu’obscurcir le débat sur des questions qui peuvent être cruciales comme celui de la grippe A et du système de santé en France.

L’auteur y consacre des pages intéressantes qui l’amènent à se positionner sur le principe de précaution dont il dit clairement qu’il n’est pas un outil de décision utile car son application ne peut être raisonnable. Là encore, les mots sont justes et les réflexions intéressantes. Il nous semble que la réflexion aurait pu aller plus loin dans la mesure où le principe de précaution est avant tout un principe érigé par les pouvoirs publics qui font fi des institutions qui ont émergé au cours des siècles pour gérer au mieux le risque.

(Dessin de presse : René Le Honzec)

En effet, une fois le constat fait qu’il n’y a pas d’action sans risque, faut-il encore chercher à comprendre ce qui permet de limiter au mieux la prise inconsidérée de risques ou à l’inverse la trop grande précaution. L’un comme l’autre présentent des risques et le tout est de balancer l’un et l’autre. Or, un système sans responsabilité individuelle et sans concurrence ne semble pas pouvoir offrir une gestion équilibrée du risque. La critique acerbe de Kervasdoué à l’égard du fiasco de la gestion par l’État de la campagne de vaccination contre la Grippe H1N1 va d’ailleurs dans ce sens.

En fait, il est crucial d’avoir une réflexion approfondie sur la gestion centralisée du risque versus sa gestion par les individus. Dans les deux cas, des erreurs peuvent être commises par ignorance ou par nonchalance mais lorsque des individus assument les risques qu’ils prennent, il y a de grandes chances qu’ils les limitent et qu’ils essaient de s’en protéger tout en sachant qu’ils n’ont pas d’autre choix que d’innover pour avancer. Quand une bureaucratie est en charge de la prise du risque sans en subir directement les conséquences, le risque est très élevé de les voir se protéger avant tout du scandale et de tout interdire, y compris des innovations certes risquées mais dont les bienfaits sont importants.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Ben voilà, le « principe de précaution ».. pfff.
    C’est c’que j’dis: –>

  • Sous prétexte de précaution, l’Etat contraint les choix individuels par des interventions dont le fondement rationnel est faible, pour ne pas dire nul.

    Le principe de précaution est en réalité extrêmement risqué.

    C’est une erreur de penser que le principe de précaution est une absence de choix : parce que l’action publique se résume toujours à faire des choix et parce que le principe de précaution réduit artificiellement l’éventail des possibles, l’usage du principe de précaution conduit à des choix erronés et même nocifs pour les populations, d’autant plus nocifs que la prévention individuelle est réduite par une certaine confiance dans les choix publics (« ils savent », « ils ne peuvent pas se tromper »).

    L’exemple de cette prise de risque insensée est la détaxation relative du gasoil par rapport à l’essence, sous le prétexte idiot de limiter les émissions de CO2, alors que les particules et autres rejets du gasoil sont réellement et immédiatement dangereux pour la santé.

    L’interdiction de l’exploitation du gaz de schiste en est un autre, dont nous regretterons amèrement les conséquences économiques, sinon géopolitiques, au cours des prochaines décennies.

    • Bonjour Madame,

      En préambule je voudrais vous indiquer par quel biais j’ai abouti à votre message. Auditeur de France Inter, j’ai, via le site de la tête au carré, lu beaucoup de réactions occasionnées par les propos tenus par M. de KERVASDOUÉ essentiellement, et qui ont motivées ma curiosité.
      C’est donc à ce titre que je prends la peine de rédiger ce qui va suivre.
      Par esprit d’honnêteté, je veux aussi vous dire que ma sensibilité humaine va plus vers les fondations naturelles de notre environnement que vers le matérialisme appliqué que nous déployons à toute force pour nous préserver de notre condition de base, et je précise que la maestria développée par l’espèce humaine me donne froid dans le dos.
      Après lecture de vos propos, je ne peux que sortir renforcé dans l’idée que l’élaboration d’une société prenant au fur et à mesure la place que les lois naturelles ont toujours jouée dans notre évolution finira par nous conduire à une situation que nous provoquons d’ores et déjà. Or, selon vos propos, vous avez l’air de vous réjouir de cette tournure des choses. Pouvez-vous alors me confirmer que les générations à venir n’auront pas à déplorer notre comportement manquant singulièrement d’une certaine profondeur de vue ?
      Que pensez-vous de la CROISSANCE exponentielle de l’humanité, alors que de tout temps un équilibre salutaire propice à la perpétuation de la vie a toujours RÉGULÉ les flux ?
      Vous abordez le thème de l’exploitation du gaz de schiste… Êtes-vous à ce point confinée dans vos appréciations de directrice générale de l’Institut économique Molinari, et plus prosaïquement si loin d’une vision globale des choses, que vous placez au dessus de tout le règne d’une seule espèce sur un état des choses profitable à lui seul ?
      Pour ma part, je reste indéfectiblement attaché à l’idée que la furie humaine conduira à une situation de blocage, car loin de pouvoir tout gérer comme la nature le fait elle-même de manière totalement passive, l’espèce humaine via sa quête éhontée à s’assurer un confort tant économique, que vital, finira par déclencher des forces contradictoires, dont la gestion ne saurait être humaine, et qui nous dépasseront comme nous ont dépassés les conséquences des développements énergétiques et industriels de ces dernières décennies… et que vous appelez apparemment de vos vœux : « nous regretterons amèrement les conséquences économiques, sinon géopolitiques, au cours des prochaines décennies. »
      Je crois moi que ce que nous regretterons, et plus particulièrement les générations suivantes, c’est notre aveuglement égocentrique à vouloir tout contrôler, et les conséquences justement insoupçonnables de nos agissements contemporains.
      Ce n’est qu’à titre personnel que j’évoque tout ceci, mais aussi pour vous montrer que chaque représentant de l’espèce ne va pas forcément dans la même logique que celle de mise dans cette société actuelle. J’espère ainsi que vous n’aurez pas un jour à regretter, comme moi je le regrette, la valeur de nos agissements et de notre parcours au sein d’une société qui n’amène que des problèmes de plus en plus grande échelle et nous conduisant à la rationalisation de notre environnement, loin des faits naturels qui, force est de le constater, régissent l’existence bien au-delà de notre propre petite sphère.
      Je retourne pour ma part m’enthousiasmer sur la richesse de la vie, et vous laisse assumer votre voie jusqu’à la fatalité s’abattant NATURELLEMENT sur chaque chose matérielle.

      Bien cordialement,

      Un homme sans illusion

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Papy ! Ma prof d'histoire-géo a dit que le glyphosate est cancérigène ». Mon petit-fils a osé contester... Résultat : une menace de punition (dit-il)... Petite plongée dans le formatage des jeunes cerveaux.

Mon petit-fils m'a montré son cahier avec, collé dedans comme c'est maintenant d'un usage répandu, une page intitulée « Fiche de révisions sur l'AGRICULTURE FRANÇAISE ».

J'imagine cette fiche utilisée à Paris, pour et par des élèves qui ne sont jamais sortis au-delà du périphérique...

 

Des « savoirs » à « m... Poursuivre la lecture

Il faut être aveugle et de mauvaise foi pour soutenir la Convention de Berne (1979) qui, en France, s’est transformée en politique de Gribouille à savoir :

Favoriser la multiplication d’une espèce dangereuse pour la faune ongulée et le pastoralisme et bientôt, tout naturellement pour l’Homme comme cela fut le cas jusqu’au milieu du XIXe siècle, Financer les multiples associations qui, par sensiblerie, militent pour le développement d’une espèce désormais menaçante, Interdire aux bergers de se défendre efficacement contre les prédateurs, ... Poursuivre la lecture

Par André Heitz.

La Commission européenne a organisé une consultation sur la « législation applicable aux végétaux produits à l’aide de certaines nouvelles techniques génomiques ». Elle s’est close le 22 octobre 2021. Les Verts/ALE du Parlement européen ont mis en place un système de contributions panurgiques pour s’opposer à toute réforme.

Pour un esprit rationnel, la réglementation européenne des « organismes » (plantes) génétiquement modifiés (OGM) est un désastre. La directive 2001/18/CE du Parlement européen et du Conseil d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles