Le politicien le plus cher de l’histoire

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le politicien le plus cher de l’histoire

Publié le 11 octobre 2010
- A +

Ceux qui l’ont rencontré et ont essayé de lui expliquer les aspects les plus simples de sa mission précédente ont tendance à s’accorder sur une chose, il n’a pas inventé la poudre. Il ne donne pas le moindre signe de compréhension des aspects techniques du réchauffement climatique, ou de l’approvisionnement en énergie, alors même qu’il a été secrétaire d’Etat pour les deux.

Et, comme le signale Booker, Ed Miliband est aussi potentiellement le politicien le plus coûteux de toute l’histoire Britannique, après avoir été le champion de l’acte sur le changement climatique de 2008, la seule réussite sinificative de sa météorique carrière.

Etant donné l’imbécilité de cette législation, sa dépense extraordinaire et les dégats qu’elle va causer à l’économie, sans parler de l’effet funeste sur la vie des gens, on serait en droit de penser que cette seule réussite le disqualifie pour tout autre poste de haut rang, ou de quelque rang que ce soit à part attrapeur honoraire de chiens errants, non rémunéré.

Mais pas du tout. Ce qui manque de façon éclatante dans toutes les tentatives de trouver une quelconque substance à ce personnage étrangement bidimensionnel qui est désormais à la tête du parti travailliste, est toute référence à cette réussite même, le fait d’être potentiellement le politicien le plus cher de toute l’histoire de la Grande Bretagne.

La législation en question engage le pays, fait unique au monde, à couper les émissions de CO2 de 80% d’ici à 2050, à un coût estimé, sur le site web de son ancien Département de l’Energie et du Changement Climatique, jusqu’à 18,3 milliards de Livres Sterling par an pour les quatre prochaines décennies.

En liquide, ça veut dire 734 milliards de Livres Sterling, ce qui en fait, et de loin, la loi la plus coûteuse à être jamais passée par le parlement. Elle se montera à 700 Livres par foyer et par an, pendant que nous paierons pour des milliers d’autres éolienne inutiles et d’autres gestes Don Quichotesques, par le biais d’impôts en augmentation rapide de factures d’électricité qui explosent, de coûts de régulations draconiens et quoi d’autre encore, dieu seul le sait.

De plus, ni M. Miliband lui même ni les supporteurs de son Acte, ne sont le moins du monde en mesure de commencer à fournir une explication sur comment atteindre la cible de 80% sans mettre la clé sur la porte de virtuellement l’ensemble de l’économie.

Le politicien qui a pondu une telle loi est-il, pourrions-nous nous demander, digne d’être considéré comme notre futur premier ministre? Sauf qu’elle a été votée avec enthousiasme par quasiment tous les députés présents à la chambre des communes , y compris bien sûr les conservateurs de David Cameron et les Libéraux Démocrates, seuls trois d’entre eux ayant voté contre.

Où que nous nous tournions, les aliénés sont désormais fermement en charge de l’asile, et jusqu’au jour où suffisamment de politiciens reviendront à leurs esprits et réaliseront quelle gaffe catastrophique ils ont faite, il en sera ainsi.

Entretemps, nous dit Booker, chaque fois que nous voyons ou que nous entendons M. Miliband, nous pourrons au moins nous rappeler ce qui lui permet de prétendre à la renommée, le politicien le plus cher de l’histoire, responsable d’une loi qui est non seulement la plus coûteuse à être passée par le parlement mais qui sera reconnue, tôt ou tard, comme la plus démente.

Et voila ce qui est si profondément, sombrement déprimant, l’idée que nos députés, nombre d’entre eux réélus et toujours à la chambre des communes, puissent être si totalement stupides, si lourds et si dramatiquement aveugles qu’ils ont voté pour cette législation et partant de là, qu’ils ont soutenu Miliband, Cameron ou Clegg, qui chacun soutiennent eux même cette ruineuse imbécilité.

Avec ça et notre appartenance continue à l’Union Européenne, et de nombreuses autres insultes, aucune personne ne peut encore avoir à faire avec ces sots. Par quelque bout qu’on prenne le problème, ils se sont disqualifiées eux-même de la société polie.

Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • "cette seule réussite le disqualifie pour tout autre poste de haut rang, ou de quelque rang que ce soit à part attrapeur honoraire de chiens errants, non rémunéré." : mouarf !!

  • Pire encore, cette legislation garantit la destruction de toute activité économique autre que la finance et les services de proximité en Angleterre

    Ah si, il sera encore possible de prélever des impots, activité economique génératrice de richesse s'il en est. Enfin, génératrice de richesse pour les politiciens.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Quiconque pense que l’État doit intervenir massivement dans l’économie d’un pays sera certainement enchanté d’apprendre que la France jouit du privilège ambigu d’avoir reçu l’une des plus mauvaises notes du récent rapport Fraser 2021 sur la liberté économique au regard du critère « taille de l’État ». Avec un petit score de 5/10, elle occupe le 155ème rang sur 165 pays étudiés, en proche compagnie de véritables titans de la prospérité et de la liberté comme le Venezuela ou la Libye.

Car bien sûr, toute per... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Depuis son arrivée au gouvernement sous François Hollande, la presse n’a eu de cesse de présenter Emmanuel Macron comme un libéral. Forte de son inculture en la matière, elle pensait qu’il suffisait d’être passé par une banque d’affaires et d’avoir fait voter une loi de libéralisation de l’exploitation des autocars pour en être.

Néanmoins, les dernières semaines nous montrent que notre président fait tout pour se départir de cette étiquette. Une déclaration m’a notamment marqué ces dernières semaines, celle cr... Poursuivre la lecture

Par David Camroux. Un article de The Conversation

L’alliance AUKUS, réunissant l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, a officiellement vu le jour le 22 novembre 2021, lors d’une cérémonie de signature discrète à Canberra, environ deux mois après l’annonce publique et spectaculaire de l’accord par les dirigeants des trois pays concernés.

Dans l’intervalle, une avalanche d’analyses s’est concentrée sur les aspects stratégiques et géopolitiques de cette entente pour l’Australie et les États-Unis, tendant à minimiser ses dyn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles