Émissions de CO2 : les voitures électriques françaises championnes

Publié Par Michel Gay, le dans Énergie et matières premières

Par Michel Gay.

La France est championne du monde de la propreté… pour les voitures électriques selon une étude de l’agence anglaise Bloomberg.

La pollution des voitures électriques est inférieure à celle des voitures à essence ou diesel mais elle dépend grandement de la production d’électricité du pays où la batterie est rechargée. Une production avec une faible émission de carbone, comme pour les énergies renouvelables et nucléaire, réduit considérablement la pollution atmosphérique.

En moyenne, les émissions d’un véhicule électrique (VE) représentent un peu moins de la moitié de celle d’une voiture essence ou diesel, mais il y a de grands écarts suivant les pays. La Norvège, par exemple, produit déjà presque toute son électricité avec ses barrages hydroélectriques.

En revanche, rouler en VE en Chine est à peine 15% plus propre qu’une voiture « thermique », et la situation évoluera lentement selon Bloomberg.

« Si français, si propre »

En France, plus de 90% de l’électricité est produite sans émission de gaz à effet de serre grâce au nucléaire et aux barrages principalement. Les voitures électriques n’émettent donc presque pas de gaz carbonique (CO2). Et, selon Bloomberg, la situation va perdurer même si les performances des moteurs thermiques s’améliorent.

Qui est le plus propre ?

Les émissions de gaz carbonique (CO2) des VE en France sont les plus faibles des grands pays industrialisés, et de loin !

Selon Colin McKerracher, directeur du centre d’analyse des transports chez Bloomberg New Energy Finance « la prochaine génération de VE deviendra propre plus rapidement que les moteurs thermiques dans les 25 prochaines années. Le futur est électrique« .

La France est déjà dans le futur puisque les émissions de CO2 de ses voitures électriques sont proches de zéro.

Pour les autres pays, plus il y aura de nucléaire et de renouvelables connectés au réseau, plus les déplacements en véhicules électriques seront globalement propres dans les prochaines années.

Ainsi, selon Don Anair, une voiture électrique alimentée uniquement avec des panneaux solaires photovoltaïques serait environ 10 fois plus propre que son équivalent « thermique », en tenant compte des émissions pour la fabrication de ces panneaux.

Mais une voiture alimentée uniquement avec de l’électricité provenant du nucléaire et des barrages, comme en France la nuit, est presque 100 fois plus propre qu’une voiture fonctionnant avec une énergie fossile !

Oui, la France est championne du monde des grands pays industrialisés pour la propreté des voitures électriques… et les autres pays sont loin derrière.

  1. d’un autre coté, être champion du monde dans la non émission d’un produit non polluant…
    défendre le nucléaire (et il vous avez raison de le défendre) mérite de meilleurs arguments.

  2. Propres… à considérer que les déchets radioactifs sont propres, alors le raisonnement est (presque) parfait!

    Disons plutôt que la voiture électrique française est la moins émettrice de GES.

  3. A priori, la production de CO2 lors de la construction, la maintenance et la destruction en fin de vie des centrales nucléaires est nulle puisque pas citée dans cet article. Pourtant les milliers de tonnes de ciment, les milliers de tonnes d’acier et leur transport doivent bien consommer un peu d’énergie. Est-elle renouvelable ou nucléaire elle même?

    1. A compare avec les autres sources au MWh d’électricité produite, et seulement à cette condition. Faites le calcul.

  4. Propre = peu d’ėmission de CO2 ?
    La Com’ pronuclėaire atteint ici ses limites., on passe de l’argumentation à la propagande.

    1. Et de votre côté, quels arguments ? Aucun, je suppose. Que des accusations sans preuves !

    2. @ Christial

      De la part de Michel Gay, vous vous attendiez à quoi?

      1. On attend toujours les arguments adverses (à Michel Gay) et on verra qui a raison, plutôt que des propos méprisants.

          1. Merci pour le lien … Du même auteur « L’électricité nucléaire est maintenant plus chère que l’électricité des renouvelables » https://reporterre.net/L-electricite-nucleaire-est-maintenant-plus-chere-que-l-electricite-des
            Du Gorafi mais spécialisé dans les sciences.

            1. Dans l’article cité est-il précisé que si l’électricité sur le marché de gros est à des cours bas c’est grâce aux subventions CSPE ( incluse dans les 63 % de charges autres que kWh de nos factures ), EEG et autres qui financent la surproduction d’électricité en Europe, surproduction induite par l’intermittence des renouvelables, rassurons nous nos factures ne vont pas s’alléger pour autant puisque l’on nous promet des charges CSPE pour 2017 en nette augmentation, des charges réparties sur les consommations d’énergies électriques et fossiles, donc un appel significatif des consommateurs à contributions.
              Quant aux cours bas du marché Epex, ils ne devraient pas perdurer et le kWh ( selon l’article 37 % de notre facture ) va encore s’apprécier sur la facture des petits consommateurs…

            2. Et le cout de l’intermittence, dans tout cela ? Que fait- on lorsqu’il n’y a pas de vent ou de soleil ? Comparer le cout d’une énergie intermittente (et encore beaucoup subventionnée) avec une énergie pilotable n’est pas sérieux ! Vous repasserez.

          2. Et combien ont déjà couté les énergies solaires, éoliennes et biomasse ? Jusqu’à présent plus de 4 milliard d’euros par an pour un tout petit pourcentage d’énergie électrique dans le mix.(2 à 3 % actuellement) Vous faites le calcul sur plusieurs années, comparé au nucléaire qui en fournit au moins 75 %.

        1. Parce que vous croyez sérieusement que le passage à la voiture électrique va modifier le climat, si peu que ce soit ? Combien coute des batteries performantes, durée de vie ? Ce sont des centaines de milliards qui seront nécessaires à une bascule subventionnée vers la voiture électrique, payés par les contribuables, même ceux qui n’ont pas de voiture, au nom d’une prétendue lutte contre le dérèglement climatique. Michel Gay croit-il d’ailleurs au dérèglement climatique, peut-il avancer un chiffre dans le gain de température ?
          L’électrique, propre ? Peut-être, mais pas à cause du CO2.
          C’est juste un argument boomerang pour les ecolos stupidement antinucléaires, bien vu mais moi je ne mange pas de ce pain lâ.

  5.  » Avec le smartphone sont arrivés le covoiturage et l’autopartage ; avec la crise du diesel, la méfiance envers les constructeurs ; avec les drames de la géopolitique, un rejet du pétrole ; avec Google, la voiture autonome ; avec les législateurs et la COP, une chasse aux émissions de polluants et de particules et au CO2. Ces coups de boutoir ébranlent les certitudes de l’industrie et la poussent à se remettre en cause.  » http://www.fondapol.org/etude/jean-pierre-corniou-le-nouveau-monde-de-lautomobile-2-les-promesses-de-la-mobilite-electrique/

    1. Mais, de par sa fabrication, la voiture électrique est-elle vraiment propre ?

  6. Dans l’article cité est-il précisé que si l’électricité sur le marché de gros est à des cours bas c’est grâce aux subventions CSPE ( incluse dans les 63 % de charges autres que kWh de nos factures ), EEG et autres qui financent la surproduction d’électricité en Europe, surproduction induite par l’intermittence des renouvelables, rassurons nous nos factures ne vont pas s’alléger pour autant puisque l’on nous promet des charges CSPE pour 2017 en nette augmentation, des charges réparties sur les consommations d’énergies électriques et fossiles, donc un appel significatif des consommateurs à contributions.
    Quant aux cours bas du marché Epex, ils ne devraient pas perdurer et le kWh ( selon l’article 37 % de notre facture ) va encore s’apprécier sur la facture des petits consommateurs…

    1. En réponse à Sdw, ci avant,

      Dans l’article cité
      https://reporterre.net/L-electricite-nucleaire-est-maintenant-plus-chere-que-l-electricite-des
      est-il précisé que si l’électricité sur le marché de gros est à des cours bas c’est grâce aux subventions CSPE

  7. Le célèbre scientifique américain James Hansen s’est converti au nucléaire. Ensemble avec trois autres spécialistes connus du réchauffement global, l’ex-climatologue en chef de la NASA a signé une lettre ouverte adressée « Aux personnes qui influencent la politique environnementale mais sont opposées à l’énergie nucléaire ». Le texte a été publié intégralement par le New York Times en novembre dernier (1). En voici un extrait :
    En tant que scientifiques du climat et de l’énergie préoccupés par le changement climatique, nous vous écrivons pour vous presser de plaider en faveur du développement et du déploiement d’installations nucléaires plus sûres. Nous apprécions l’importance que votre organisation attache au réchauffement global, et vos plaidoyers pour les énergies renouvelables. Mais l’opposition persistante à l’énergie nucléaire met en danger la capacité de l’humanité d’éviter un changement climatique dangereux. Pour se mettre a jour:
    http://www.lcr-lagauche.org/james-hansen-se-convertit-au-nucleaire/

  8. Regardez aujourd’hui le mix énergétique et vous vous ferez une idée du solaire et éolien.http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-mix-energetique

Les commentaires sont fermés.