Industrie, énergie, agriculture : la décadence française

Si nous voulons nous affranchir de la valeur travail et si, sur toute une vie active, notre souhait est de travailler 30 % de moins que nos voisins allemands c’est notre décision, mais il faut admettre un niveau de vie 30 % inférieur et un État qui fonctionne moins bien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo de Anthony Choren sur Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Industrie, énergie, agriculture : la décadence française

Publié le 7 mars 2023
- A +

Rien ne va plus dans notre pays qui s’installe dans une perte de savoir-faire dans pratiquement tous les domaines économiques.

Après avoir assisté à la décomposition de notre système productif industriel qui, je le rappelle, est passé en 20 ans de 24 % du PIB à moins de 10 % à ce jour, c’est également notre développement énergétique qui bat de l’aile. Et, c’est inadmissible, notre agriculture qui suit la même pente.

 

La France n’est plus autosuffisante en agriculture

En moins de dix ans, notre balance commerciale agricole européenne est passée d’un excédent de 6 milliards d’euros à un déficit de 300 millions en 2022.

En 20 ans, la France est passée du deuxième au cinquième rang des exportateurs mondiaux.

Le pays importe 70 % des fruits consommés.

En 40 ans, le nombre de paysans est passé de 1,6 million à 400 000 aujourd’hui et va certainement passer à 200 000 en 2030.

Cet effondrement n’est pas dû uniquement à l’environnement fiscal mais également à une spécificité française qu’est la surinterprétation des normes européennes, avec pour conséquence une seconde pénalisation des agriculteurs sur le marché mondial mais surtout européen.

 

Gestion absurde de l’indépendance énergétique

Suite au premier choc pétrolier de 1973, Pierre Messmer, Premier ministre de Georges Pompidou, décide d’axer la production d’électricité sur le nucléaire, démarrant ainsi la construction de 19 centrales, en activité avant la fermeture de Fessenheim.

Nos écolos irresponsables, aidés en cela par un François Hollande soucieux uniquement de son élection à la présidence, ont décidé idéologiquement la mort du nucléaire, n’hésitant pas pour cela à mentir et surtout à trahir. Dominique Voynet, ministre du gouvernement Jospin, n’a même pas honte de s’en vanter dans une vidéo ou elle avoue un deal fomenté avec son collègue britannique pour casser la filière nucléaire européenne, faisant fi des consignes de son Premier ministre de tutelle ; et au grand bonheur des Allemands qui n’en demandaient pas tant.

Puis c’est au tour de Nicolas Hulot, ministre démissionnaire sous Macron, parti en laissant un dossier explosif qui consistait à sortir coûte que coûte du nucléaire sans aucune autre solution pour prendre le relais ; et malgré un rapport de 2018, qu’il avait lui-même commandé avec Bruno Le Maire.

Classé « secret défense », ce rapport annonçait ce que nous constatons à ce jour, c’est-à-dire une insuffisance énergétique, et prônait l’urgence absolue de démarrer rapidement la construction de 6 nouveaux EPR : comme par hasard M. Hulot, auditionné dernièrement par l’Assemblée nationale, semble frappé d’amnésie et ne souvient plus de ce rapport.

Le résultat est catastrophique, tant du point de vue financier qu’écologique, un comble pour ceux sensés en être les défenseurs.

L’ardoise est sévère : outre l’abandon de Superphénix (Jospin) et Astrid (Macron) qui auraient résolu le problème des déchets nucléaires et auraient garanti une indépendance d’au moins un siècle à un coût extrêmement bas, selon Les Échos, le coût des délires écolos se chiffre à 29 milliards de dollars pour l’année 2022.

Tout confondu, ce seront des centaines de milliards gaspillés dans les années à venir et ceci sans qu’aucun coupable ne soit sanctionné !

 

La désindustrialisation à l’origine de cette débâcle

Une industrie à la dérive à laquelle on ajoute un prix de l’énergie qui s’envole suite à une gestion désastreuse, entraîne le pays dans une spirale autodestructrice qui ne pourra donc pas mettre fin à sa désindustrialisation malgré les incantations du ministre des Finances.

Largement dénoncé dans mes précédents articles, c’est la surreprésentation administrative et son coût pharaonique amplifiée par une overdose de contraintes aussi inutiles qu’inefficaces qui ont conduit à surimposer et surtaxer les entreprises les rendant de ce fait non concurrentielles.

La solution de facilité adoptée d’acheter à l’étranger ce qui n’est plus produit à des prix raisonnables sur le sol français a comme résultat un déficit extravagant de la balance commerciale de 164 milliards en 2022 battant tous les records, sans compter le coût de la dépendance à des pays producteurs pas toujours fréquentables.

Entre autres preuves du déclassement industriel : la fabrication du matériel de défense du pays. Nos gouvernants qui se targuent à raison d’être le seul pays européen à pouvoir intervenir sur les lieux de conflits, achètent des fusils en Allemagne alors que, comme aux États-Unis, l’industrie militaire pourrait rapporter des devises. Notre voisin l’a bien compris car malgré sa faiblesse militaire il est capable de produire 4000 chars Léopard tandis que la France n’a même pas produit 1000 chars Leclerc.

Industrialisés convenablement leur coût unitaire baisserait fortement permettrait d’augmenter notre parc sans dépenser plus et les exporter de façon compétitive.

La boucle est bouclée. Faute de politique industrielle réaliste celle-ci se désagrège irrémédiablement, entraînant toute l’économie française dans sa chute. Le remède est connu. Il ne faudra pas se contenter de mesurettes mais immédiatement libérer les entreprises et tout le reste suivra.

 

Résultat : une finance à la dérive

Cette incompétence notoire ne pouvait que nous amener à la compenser par un cache-misère qui s’appelle la dette.

Avec l’augmentation des taux d’emprunts, la charge de la dette est passée de 35 milliards d’euros en 2021 à 50 milliards d’euros en 2022 et va certainement atteindre 100 milliards avant la fin du quinquennat, devenant ainsi le premier budget de l’État !

Avec une dépense correspondant à 59 % du PIB, mais 135 % si on le rapporte au budget de l’État (déduction faite des dépenses sociales financées séparément) l’État n’a pas d’autre solution que de se réformer urgemment et drastiquement. Le FMI le rappelle régulièrement et ne saurait tarder à mettre le pays sous tutelle.

Ce délitement de l’économie française se traduit dans la vie courante par un système de santé qui part à la dérive, un système éducatif qui s’enfonce dans les fins fonds du classement PISA, une justice qui porte très mal son nom et une administration qui survole cette agonie comme si elle n’était pas concernée.

 

Comment en sommes-nous arrivés là ?

La France, a été la première puissance économique à la fin du XVIIIe siècle ; la troisième en 1961 ; la quatrième en 1971 ; cinquième en 1997 ; sixième en 2005 et septième depuis 2017 (alors que l’Allemagne n’a perdu qu’une place).

Imputer la faute aux autres est trop facile.

Il y a du gaz de schiste sur notre territoire et pour plus de 100 ans, mais nous préférons l’acheter aux États-Unis et avons choisi la dépendance aux Russes ou maintenant aux Américains. L’entreprise la plus en pointe au monde pour l’extraction du gaz de schiste est TotalEnergie, une entreprise française mais on lui interdit toute recherche sur notre territoire.

Nous savons produire du matériel militaire de bonne qualité : avions, chars, missiles d’attaque ou de défense, porte-avions etc. Ils ont fait la preuve de leur grande qualité mais si nous préférons dépenser à outrance pour le social c’est notre problème, pas celui des Américains.

La gestion des finances et le gaspillage d’argent public, c’est encore notre problème, si nous préférons jeter l’argent par les fenêtres afin de ne pas décevoir nos syndicalistes qui ne représentent qu’eux-mêmes au détriment des forces vives de notre pays. C’est un choix qu’il faut assumer.

Si nous voulons nous affranchir de la valeur travail et si sur toute une vie active, notre souhait est de travailler 30 % de moins que nos voisins allemands, c’est notre décision. Mais il faut admettre un niveau de vie 30 % inférieur et un État qui fonctionne moins bien.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • La France en est arrivé là grâce à Mitterrand qui a privatisé, mis des ministres communistes à l’éducation, aux transports et mis en avant la fonction publique. Il a créé le droit à la paresse avec le RMI, légalisé les squatteurs avec l’interdiction de mettre les locataires indélicats dehors, favorisé les statuts des intermédiaires du spectacle….
    Il a mis en place tout les éléments de la chute de la France. Et aucun de ses successeurs n’a eu le cran de redresser la barre.

  • Je ne crois pas que ce soit le choix des Français de travailler 30% de moins que les Allemands.
    La mise en place des 35H ne correspondait pas à une demande des salariés mais une idée lumineuse des socialistes.
    La gabegie de notre état obèse ne doit rien aux Français mais à des mœurs politiques malsaines et à un évident manque de courage.
    Qui peut affirmer qu’on ne peut pas fusionner quelques-unes de nos 36000 communes, à quoi servent les ARS, le Conseil économique et social, l’ambassadeur aux droits LGBT, l’ARCOM, les ministres inconnus…?
    Si Macron avait été capable de simplifier, ne serait-ce qu’un peu, l’énorme machine étatique et s’il n’avait pas gaspillé 700 milliards, sa réforme des retraites serait peut-être mieux comprise.

    • « La gabegie de notre état obèse ne doit rien aux Français mais à des mœurs politiques malsaines »
      OK pour les mœurs politiques malsaines et les promesses électoralistes des candidats, mais on doit quand même attribuer aux français ( à une certaine catégorie de la classe moyenne inférieure ) la responsabilité d’être trop bêtes pour avoir cru que l’élu de leur cœur ( et de leur portefeuille) allait leur distribuer de l’argent sans l’avoir pris quelque part! Croire que ce qu’ils espèrent recevoir viendra de la poche « des autres » ou « des riches »et pas de la leur est quand même la preuve d’une grande naïveté économique, pour ne pas dire pire! Et quand les mêmes s’offusquent de la dette colossale que l’on va laisser à nos enfants et petits enfants, ce n’est jamais de leur faute! C’est plus qu’un manque de courage, c’est de la schizophrénie généralisée!

      • Je serais d’accord avec vous si les cours d’économie à l’école étaient plus nombreux et pas donnés par des gauchistes. Ce sont bel et bien nos hommes politiques qui sont responsables de la situation actuelle. Aucun, après Mitterrand, n’a eu le courage de faire ce qu’il fallait, à savoir commencer par réduire l’influence du secteur public. Aucun, et encore auj, n’a eu les co..les d’une Margaret Thatcher.
        (Humour : elle était peut-être la 1er personnalité politique trans ?) 😀

        • C’est bien le problème que l’école ne dispense plus des savoirs, mais des utopies gauchisantes pour mieux attraper les esprits naïfs!

          • Avatar
            jacques lemiere
            11 mars 2023 at 7 h 38 min

            non le problème c’est l’école..d’état donc idéologique..gauchisante ou droitarde ..

    • Sa réforme des retraites ne peut pas être comprise : elle demande de travailler plus pour compenser un besoin collectif dû à la gestion irresponsable de gens qui ne regardent pas à la dépense. La réforme ne résout rien et met plein de gens dans l’incertitude, en particulier ceux qui devaient partir bientôt.
      Mais l’idée de travailler 30% de plus n’est pas acceptable non plus dans le contexte actuel : ce serait juste offrir à l’Etat 30% de plus à gaspiller. Commencez par veiller à ce que chacun bénéficie personnellement des fruits de son travail, et il n’y aura pas besoin de venir demander qu’il travaille plus, il le fera de lui-même.

      • Les français sont ceux qui bossent le moins sur toute une vie et pourtant ils sont épuisés 😆😆😆😆
        Donc la solution est bien de bosser plus et d investir pour améliorer notre productivité

        • Quand on travaille 7/7 à faire vivre son entreprise, la solution n’est pas de bosser plus. Quand on passe moins que ses 32h dans une administration à bloquer le développement des entreprises, la solution n’est pas de bosser plus non plus. Les Français sont ceux dont le moins d’heures de travail leur bénéficie directement. Ceux qui leur demandent de bosser plus sont ceux qui vivent à leurs crochets et ne font pas la différence entre bosser et avoir un emploi.
          Quant à investir, quelle sera la part de l’Etat sur les éventuels bénéfices ? Combien d’insultes faudra-t-il subir pour s’être rangé du côté du capital contre les syndicalistes « travailleurs » ? Enfin, comment améliorer la productivité quand les lois et normes imposent de faire complexe et cher là où on pourrait faire simple et bon marché ?

  • J’ai un peu suivi sur LCP les débats du sénat concernant les retraites. Dans les interventions de gauche sont revenues comme leitmotiv trois solutions i) embaucher massivement dans le fonction publique ce qui générera des cotisations, ii) augmenter significativement le salaires pour la même raison, iii) arrêter les « cadeaux au patronat ». C’est certain qu’après ça la France ira mieux, elle dépensera plus sans produire plus (peut-être même moins avec les industries qui partiront sous des cieux plus cléments).

    • Oui, on ne peut que vous féliciter pour tant de courage, les débats à l’assemblée et du Sénat sont souvent d’un ennuyeux colossal et les saillies des députés de gôche, outre leur répétition compulsive, et leur nullité crasse ont plutôt tendance à me pousser à fuir à l’étranger pour échapper à l’enfer qu’ils nous préparent en nous le parant des couleurs du paradis socialiste!
      C’est sûr que les trois « solutions  » qu’ils proposent sont du même tonneau que Gribouille se tirant par les cheveux pour décoller du sol et voler!

  • [ Dominique Voynet, ministre du gouvernement Jospin, n’a même pas honte de s’en vanter dans une vidéo ] …. que voici :
    https://www.youtube.com/watch?v=W3HXw5Kpd2Y
    Le pire est que pour gagner les voix des escrolos aux élections, le Gouvernement fera tout pour les satisfaire, en sabordant notre économie, ……. en toute connaissance de cause !
    Economiquement vôtre. JEAN

  • Avatar
    jacques lemiere
    11 mars 2023 at 7 h 35 min

    « Après avoir assisté à la décomposition de notre système productif industriel qui, je le rappelle, est passé en 20 ans de 24 % du PIB à moins de 10 % à ce jour, c’est également notre développement énergétique qui bat de l’aile. Et, c’est inadmissible, notre agriculture qui suit la même pente. »

    si il s’etait agi d’une décomposition , ça aurait été acceptable..

    mais non.. c’est une évolution naturelle non pas de l’économie libre ( alors acceptable du point de vu libéral sinon non négociable) mais de l’etatisme…donc de choix idéologiques;. qui ont TOUJOURS eté justifiés par un « c’est inadmissible »..
    Il n »y jamais eu de régimes qui ont souhaité plus « composer » tous ces secteurs que les régimes communistes!!!!

    il ne faut pas se plaindre que le ministre de l’industrie ou de l’economie fasse une bonne ou une mauvaise politique…c’est insignifiant, il faut se plaindre de l’existence de tels ministères..

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Romain Delisle.

 

Le 24 février 2022, la Russie envahissait l’Ukraine, entraînant la mise en œuvre de sanctions sur le gaz et le pétrole et, conséquence directe, l’envolée de leurs cours. Peu de temps auparavant, au mois de septembre, trente-deux réacteurs nucléaires français avaient été mis à l’arrêt pour des problèmes de corrosion tandis que nos capacités de production hydroélectrique s’affaiblissaient à cause d’un épisode de sécheresse estivale.

Puisque le nucléaire avait été sacrifié sur l’autel du dévelo... Poursuivre la lecture

Point n’est besoin d’être grand clerc pour constater que, quantitativement, la perte des compétences est considérable dans la filière électronucléaire française.

Les premiers intéressés en ont déjà déploré les conséquences avec la lucidité professionnelle qui convient et certains d’entre eux en ont même disséqué les tenants et les aboutissants avec une précision chirurgicale de l’expertise dont aucun plumitif ne sera jamais capable. En la matière, la Lettre Géopolitique de l’Électricité à laquelle il est loisible à tout un chacun de s’... Poursuivre la lecture

Visite à l'intérieur de la Cité de l'Economie
3
Sauvegarder cet article

Un article de l'Iref-Europe

 

Nous nous sommes rendus à la Cité de l’Économie à Paris pour voir comment l’économie est présentée au public. Si l’on peut y trouver un remarquable exemple de reconversion architecturale, et si la collection de pièces de monnaie exposée dans la salle des coffres vaut le détour, le parcours scénographique d’initiation à l’économie laisse quelque peu perplexe. Explications.

Située dans l’hôtel Gaillard au cœur de la plaine Monceau à Paris – un immense édifice néo-Renaissance, dont la const... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles