Les plans de Bernie Sanders pour les États-Unis socialistes

Sanders a fait mentir tous ceux qui ont prétendu qu’il n’était rien de plus qu’un « social-démocrate modéré ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
Bernie Sanders 2016 By: Shelly Prevost - CC BY 2.0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les plans de Bernie Sanders pour les États-Unis socialistes

Publié le 5 mars 2023
- A +

Non, Bernie Sanders, probablement le politicien de gauche américain le plus connu, n’est pas un social-démocrate de type européen, c’est un socialiste pur et dur. Pendant de longs passages, le nouveau livre de Bernie Sanders, It’s OK To Be Angry About Capitalism, se lit comme le manifeste communiste de 1848 de Marx et Engels. La seule différence est que dans leur manifeste, Marx et Engels soulignent clairement le rôle positif que le capitalisme a joué tout au long de l’histoire. Bernie Sanders, en revanche, n’a pas un seul bon mot à dire sur le capitalisme et – là, il ressemble à Marx et Engels – appelle à une révolution de la classe ouvrière pour raser le système capitaliste.

Son livre « appelle à une révolution politique dans laquelle les travailleurs se rassemblent ». Les riches sont dépeints sous un jour exclusivement négatif. Il remplit page après page de descriptions de la vie luxueuse des riches, destinées à susciter l’envie, mais ne dit rien des grandes réalisations entrepreneuriales qui ont permis à ces personnes de s’enrichir.

Ce que Sanders ne dit pas, c’est que les 20 % des ménages les plus riches aux États-Unis paient 83 % de tous les impôts fédéraux. Qui plus est, les 0,001 % d’Américains les plus riches, c’est-à-dire ceux que Sanders vise sans relâche dans son livre, paient 39,8 % des impôts. Les lecteurs ne trouveront aucun de ces faits dans le nouveau livre de Sanders, qui se préoccupe bien plus d’affirmer sans cesse que les riches ne paient pas assez d’impôts.

« L’élite des entreprises n’est pas sympathique… Elle est impitoyable, et jour après jour, elle sacrifie la vie et le bien-être humains pour protéger ses privilèges ».

Selon Sanders, l’Amérique est un pays terrible : « La majorité des Américains vivent une vie de désespoir tranquille ». Il répète sans cesse la thèse selon laquelle au cours des 50 dernières années, le niveau de vie des Américains moyens ne s’est pas amélioré – une affirmation souvent répétée et tout simplement fausse.

Il assimile explicitement les Américains super-riches aux oligarques corrompus de Russie. C’est, pour le moins, un affront : les super-riches américains, des personnes comme Bill Gates et Jeff Bezos, se sont enrichis en développant et en commercialisant des produits qui profitent à des milliards de personnes dans le monde. Les super-riches russes se sont souvent enrichis par la corruption et sont pour la plupart des rentiers vivant des profits du pétrole et du gaz.

Quelle est l’alternative de Sanders à cette effroyable Amérique ?

Tout d’abord, il appelle à l’abolition totale des milliardaires – il y consacre même un chapitre entier. Un pays sans milliardaires ? Pour cela, il faudrait se tourner vers la Corée du Nord, Cuba ou les pays africains les plus pauvres. Sanders veut-il que les États-Unis soient ce genre de pays ? Apparemment oui, car même en Suède, que Sanders a souvent loué comme modèle dans le passé, la part des milliardaires dans la population totale est 60 % plus élevée qu’aux États-Unis !

Dans l’Amérique que Sanders envisage, il ne resterait pas grand-chose de la Constitution actuelle. Il décrit la Cour suprême comme un rassemblement de « militants judiciaires de droite ». Il est, écrit-il, « inacceptable et antidémocratique qu’une poignée de personnes non élues nommées à vie exercent le type de pouvoir politique qu’elles exercent ». Il ne demande pas ouvertement l’abolition de la Cour suprême ou du Sénat mais il affirme que ces institutions devraient être « repensées ». D’une manière générale, il ne pense pas grand-chose de la Constitution américaine, car elle date de 1787 et n’est selon lui plus adaptée aux préoccupations modernes.

Dans la Constitution telle qu’il l’envisage, l’emploi devrait être « garanti ». Ce n’est pas une idée nouvelle, c’était le cas dans la plupart des Constitutions socialistes. Le résultat a été un « chômage caché » effroyablement élevé dans ces pays. Les autres mesures suggérées par Sanders étaient également courantes dans les pays socialistes, par exemple le « contrôle des loyers ». En RDA, par exemple, le gel des loyers a fait que la plupart des logements étaient soit gravement délabrés, soit en ruine.

En tant qu’Allemand, j’ai été surpris par les louanges des Sanders à l’égard de l’Allemagne :

« L’Allemagne maintient des politiques industrielles soigneusement élaborées qui lui permettent de préparer l’avenir. »

Il fait évidemment référence à la politique énergétique de l’Allemagne. C’est absurde : L’Allemagne a commencé par fermer ses centrales nucléaires, puis ses centrales à charbon, puis elle a interdit la fracturation. L’Allemagne connaît aujourd’hui les plus graves problèmes énergétiques. Le prix de l’électricité était déjà le plus élevé au monde avant la guerre en Ukraine et presque trois fois plus élevé qu’aux États-Unis. Aujourd’hui, l’Allemagne est contrainte d’importer du gaz GNL des États-Unis, alors que la fracturation est interdite dans son propre pays. Un modèle pour les États-Unis ?

En ce qui concerne le système de santé, il fait l’éloge du National Health Service britannique, un système qui est devenu un cauchemar pour de nombreux Britanniques. Le fait est qu’environ 8 millions de Britanniques ont une assurance médicale privée et que près de 53 % d’entre eux déclarent qu’ils aimeraient investir dans une sorte de régime privé.

En somme, avec son livre, Sanders a fait mentir tous ceux qui ont prétendu qu’il n’était rien de plus qu’un « social-démocrate modéré ». Non, il est un combattant de classe qui veut transformer les États-Unis en un pays socialiste.

 

Rainer Zitelmann est l’auteur du nouveau livre In Defence of Capitalism

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Avatar
    jacques lemiere
    5 mars 2023 at 10 h 48 min

    ça va être fact checké voyons…

  • Un programme pour le moins effarant !

  • Avatar
    jacques lemiere
    6 mars 2023 at 7 h 26 min

    le problème est que les gens du système éducatif public sont tentés ,par interet, à adherer à l’idée que les gens qui font des affaires et s’enrichissent ont trop de « pouvoir »…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Ce vendredi 2 février, les États membres ont unanimement approuvé le AI Act ou Loi sur l’IA, après une procédure longue et mouvementée. En tant que tout premier cadre législatif international et contraignant sur l’IA, le texte fait beaucoup parler de lui.

La commercialisation de l’IA générative a apporté son lot d’inquiétudes, notamment en matière d’atteintes aux droits fondamentaux.

Ainsi, une course à la règlementation de l’IA, dont l’issue pourrait réajuster certains rapports de force, fait rage. Parfois critiquée pour son ap... Poursuivre la lecture

Nicolas Tenzer est enseignant à Sciences Po Paris, non resident senior fellow au Center for European Policy Analysis (CEPA) et blogueur de politique internationale sur Tenzer Strategics. Son dernier livre Notre guerre. Le crime et l’oubli : pour une pensée stratégique, vient de sortir aux Éditions de l’Observatoire. Ce grand entretien a été publié pour la première fois dans nos colonnes le 29 janvier dernier. Nous le republions pour donner une lumière nouvelles aux déclarations du président Macron, lequel n’a « pas exclu » l’envoi de troupes ... Poursuivre la lecture

La campagne de Joe Biden ne se déroule pas bien. Bien qu’il semble se diriger vers la nomination de son parti, sa cote de popularité ne cesse de chuter, laissant croire que Donald Trump le vaincra s'il obtient la nomination. Son bilan économique mitigé ne sera pas la seule raison pour laquelle plusieurs de ses électeurs en 2020 s’abstiendront ou changeront de camp.

En effet, le récent rapport d’un procureur spécial affirme que Biden a bel et bien été négligent avec des documents confidentiels qu’il a conservés secrètement. Et à l’insta... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles