Irlande : le contrôle des loyers aggrave la pénurie de logements

En décourageant les propriétaires par la fiscalité et la réglementation, ce sont aussi les locataires que l’État cherche à protéger qui sont ici pénalisés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
housing market source https://unsplash.com/photos/rgJ1J8SDEAY

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Irlande : le contrôle des loyers aggrave la pénurie de logements

Publié le 25 août 2022
- A +

716 : c’est le nombre de biens immobiliers disponibles à la location au premier août en Irlande, contre 2500 l’an dernier. Même pour un pays d’un peu plus de 5 millions d’habitants, le chiffre est ridiculement bas. Cela se traduit par des files d’attentes gigantesques, notamment à Dublin, pour visiter un appartement à louer et plus tristement encore, par l’augmentation du nombre de personnes sans abris et d’exils.

Les loyers ont augmenté à un rythme très rapide entre avril et juin, la moyenne nationale étant désormais de 1618 euros par mois, soit 3,3 % de plus qu’au cours des trois mois précédents et plus du double de la moyenne de 765 euros en 2011.

 

La fuite massive des propriétaires

En cause, il y a bien sûr la crise en Ukraine et l’inflation, mais qui n’ont fait au fond qu’aggraver une crise du logement qui voit des propriétaires fuir en masse le secteur immobilier depuis au moins 2008. En effet, l’Irlande est d’abord secouée par une crise du secteur privé : les propriétaires ne veulent plus louer leurs biens et préfèrent les vendre, occasionnant une crise sans précédent de l’offre.

Seulement, l’une des raisons centrales invoquée par les propriétaires porte sur une mesure particulièrement populaire en France, en particulier à gauche : le contrôle des loyers.

Les propriétaires privés fuient le marché, arguant que les zones de pression sur les loyers (ZPL), qui plafonnent les augmentations de loyer annuelles à 2 %, ainsi que le traitement fiscal inéquitable, rendent le secteur non rentable. L’investissement privé joue un rôle crucial dans le soutien du marché du logement en favorisant la construction et la rénovation. Si les investisseurs trouvent des rendements plus élevés dans d’autres secteurs, ils sont susceptibles d’y transférer leurs fonds et l’offre restera limitée sur ce premier marché.

En décourageant les propriétaires par la fiscalité et la réglementation, ce sont aussi les locataires que l’État cherche à protéger qui sont ici pénalisés. Les thuriféraires français du contrôle des loyers devraient prendre l’exemple irlandais pour un avertissement.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Tout a fait Logique. En France l’Urgence absolue est d’abroger toutes les lois qui cauesent de « Logement Social » Qui outre la création de gigantseques Zones de « Non France » Empeche la création des logements dont nous avons un réel besoin, Par contre des idées concernant les villes pour dans 50 a 100 ans sont les bienvenues.

  • Pensée Nupes : « Oui mais ce n’est pas pareil en France ». Ainsi, tout est dit sur le sujet. Pour ceux qui ne le savent pas encore, chez nous, tous les propriétaires sont riches et exploitent les pauvres en leur proposant des loyers en adéquation avec les impôts, les charges, les réparations….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Décidément, les politiciens sont des super-humains capables de prouesses impossibles au commun des mortels ! La semaine dernière, l'actualité nous fournissait une nouvelle preuve qu'ils peuvent très habilement transformer de l'énergie en pénurie. On découvre qu'ils sont aussi capables de transformer une ressource mondiale et unificatrice en source de dissensions et de séparations : avec un peu d'obstination et grâce à leur intervention acharnée, il se pourrait bien que l'Internet de 2023 ne soit vraiment plus comme l'internet que vous connais... Poursuivre la lecture

Par James Murphy. Un article du Mises Institute

Ce qui suit est un exemple concret (et malheureusement pas une parabole) de ce qui se passe lorsque les périls de la théorie monétaire moderne et du contrôle des prix sont tous deux ignorés.

David McWilliams, écrivain économique irlandais, est un grand fan de la théorie monétaire moderne et confond souvent épargne et impression de monnaie. Dans un article récent, il s'est exprimé sur le marché immobilier irlandais, l'augmentation des coûts de construction et la nécessité d'augmente... Poursuivre la lecture

Par Acrithène.

Dans les cours d’introduction à l’économie, le contrôle des loyers est souvent l’exemple canonique d’une politique stupide. La cause est à ce point entendue qu’une enquête de 1992 interrogeant plus d’un millier de professeurs faisait du contrôle des loyers l’objet du plus grand consensus au sein de la communauté des économistes. Seul un sur vingt estimait que ces contrôles ne dégradaient par la qualité des logements ni n’en réduisaient la quantité disponible (Alston et al, 1992).

Je vous ai décrit dans un billet p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles