Plus de 60 ans après la « libération », Cuba est un État esclave communiste

Bien que les Cubains aient des droits en vertu d’une Constitution, ceux-ci sont toujours remis en question.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Screenshot 2021-11-15 at 11-55-38 Cuba la colère éclate dans les rues, le gouvernement prêt à répliquer • FRANCE 24 - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plus de 60 ans après la « libération », Cuba est un État esclave communiste

Publié le 18 juillet 2022
- A +

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé « Le conte de l’esclave » aux neuf phases de l’esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d’autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : « Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n’est plus le récit d’un esclave ? »

La question de Nozick souligne qu’il n’y a pas de différence entre la personne soumise à la servitude sous contrat et la personne disposant de certaines libertés qu’un propriétaire peut lui retirer à tout moment. Les deux sont asservies et doivent répondre à un maître, ce n’est qu’une question de degré de servitude.

Nozick pourrait décrire les phénomènes politiques et les rapports sociaux actuels à Cuba. Bien que les Cubains aient des droits en vertu d’une Constitution, ceux-ci sont toujours remis en question. Comme il fallait s’y attendre, les politiciens et les bureaucrates sont cupides, ne cherchent que leur propre intérêt et profitent de la situation dans leur propre intérêt.

Il ne devrait donc pas être difficile de comprendre que les tyrans cherchent à mettre des chaînes de servitude sur leur population. Certains ont soutenu que même si ces chaînes sont agressives et injustifiées, la responsabilité doit en incomber aux dirigeants et non au système lui-même. La prétention de cet essai n’est rien d’autre que d’exposer comment l’argument de Nozick, bien que controversé, est pertinent pour expliquer les conditions de vie anormales des Cubains.

L’asservissement discret de Cuba est illustré par l’environnement économique des travailleurs.

Selon Bloomberg, l’inflation à Cuba a atteint 71 % en 2021 dans le cadre des réformes visant à éliminer la dualité monétaire. Ce chiffre prend tout son sens si le lecteur part du principe que l’inflation est une forme d’impôt. Lorsque le gouvernement cubain paie ses citoyens en imprimant de la monnaie au lieu d’utiliser une monnaie saine et des bénéfices réels, l’État prélève des impôts supplémentaires sur ses citoyens. Personne ne peut couvrir ses dépenses lorsque 71 % de son revenu sont confisqués par des planificateurs centraux et des fonctionnaires corrompus. Après que la monnaie a subi une dévaluation, il ne reste plus grand-chose.

De même, les « tiendas moneda libremente convertible« , ou magasins à monnaie librement convertible, jouent un rôle prépondérant dans la discrimination des citoyens. Selon Reuters, l’économiste David Pajon, basé à Cuba, a déclaré que ces magasins sont une source d’inégalité. Pour replacer les choses dans leur contexte, seules les personnes disposant de devises étrangères peuvent faire leurs courses dans ces magasins. Donc, seuls les Cubains ayant des parents en dehors du pays qui leur envoient de l’argent peuvent y faire des achats. En outre, alors que le gouvernement promeut des politiques visant à aider les moins fortunés, il ouvre des magasins inaccessibles aux travailleurs ordinaires. Ce plan machiavélique engendre une hiérarchie dans laquelle ceux qui ont de la famille à l’étranger sont privilégiés, tandis que les autres sont laissés pour compte.

Les Cubains ne peuvent même pas se plaindre de ces disparités économiques car la liberté d’expression est restreinte. Human Rights Watch déclare :

Le gouvernement a imposé à plusieurs reprises des restrictions ciblées et arbitraires sur Internet à l’encontre des critiques et des dissidents, notamment dans le cadre de ses abus systématiques permanents contre les artistes et les journalistes indépendants.

L’élite menace constamment ceux qui expriment leurs avis sur les médias sociaux, et le gouvernement a déclaré que seuls les journalistes autorisés ont le droit de couvrir l’actualité sur l’île.

Le fait que les journalistes manquent d’outils pour faire leur travail contribue au problème de la liberté d’expression. Suzanne Bilello a soutenu dans un rapport de 1997 :

Ceux qui, à Cuba, tentent d’établir une presse libre se heurtent à des obstacles internes importants, notamment le manque de fournitures rudimentaires, comme des stylos et des cahiers, des ressources financières inadéquates, et pratiquement aucune exposition au fonctionnement des médias indépendants.

Même s’il leur était possible de publier malgré les persécutions endurées, les journalistes ont du mal à se procurer des fournitures et à payer une connexion Internet stable. Bien que ces problèmes soient très perceptibles lorsqu’on cherche un journal ne soutenant pas le régime, peu d’organisations internationales les ont couverts correctement.

Voyager dans un autre pays n’est pas une alternative pour les Cubains. Si quelqu’un est surpris à construire un radeau ou à quitter l’île autrement que par voie aérienne, il est sévèrement puni et même emprisonné. Toutefois, les réglementations imposées aux citoyens nationaux sont infimes par rapport à celles imposées aux Cubains vis-à-vis de l’étranger.

Par exemple, l’année dernière, la journaliste cubaine Karla Pérez González a été empêchée de revenir sur l’île en raison de ses critiques de la dictature communiste. Un autre exemple remarquable est celui de la YouTubeuse cubaine Ruhama Fernández, qui a été interdite de quitter l’île alors qu’elle avait un visa pour se rendre aux États-Unis afin d’assister à des conférences.

L’agence de sécurité nationale de l’État suit à la trace tous les lieux, réunions et actions des dissidents, un peu à la manière de Big Brother dans 1984. Pour plomber davantage le moral du lecteur à ce sujet, les dissidents sont toujours arrêtés selon des interprétations subjectives de ce que l’agence considère anti-patriotique.

Les journalistes indépendants affirment que si le système réglemente tout ce qui est mentionné précédemment, ses employés sont corrompus. Cette hypothèse s’effondre selon la logique de Nozick. Même si ces employés étaient remplacés par des anges, l’asservissement de Cuba ne changerait pas d’un iota. Les conditions de la classe inférieure seraient peut-être meilleures, mais elle serait toujours esclave de l’État : ce que Spencer a également nommé « l’esclavage à venir ».

Le problème de Cuba n’est pas un problème d’administrateurs, d’anges ou même de diables : c’est comme un arbre aux racines empoisonnées. Soit il faut semer une nouvelle graine, soit il faut couper le rhizome qui affecte l’arbre. Comme il est impossible de « planter » un nouveau Cuba, bien que Miami puisse être considérée comme une extension culturelle de Cuba, soigner la blessure cubaine pourrait être une approche plus raisonnable.

Une question se pose donc maintenant : comment guérir Cuba de la tyrannie putrescente qu’elle subit ?

Une telle question nécessite davantage de profondeur qu’un simple essai. Malgré cela, un excellent point de départ serait de supposer que le système de Fidel Castro est condamné et doit être remplacé par un système qui récompense l’individualisme comme valeur sociale fondamentale. Cela pourrait se manifester par l’ouverture des marchés, l’octroi de droits individuels et la limitation des législateurs despotiques.

La liberté est essentielle dans la construction de toute société respectable. José Martí, le héros national de Cuba, a dit avec perspicacité :

« La liberté est le droit de tout homme, d’être honnête, de penser et de parler sans hypocrisie« .

Si un homme ne peut pas agir, parler ou penser comme il l’entend, il n’est rien de plus qu’un serviteur sous contrat.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • les politiciens ne tombent pas du ciel.. ils aiment le pouvoir.. mais pas de politicien corrompu sans peuple mal éduqué au respect des libertés d’autrui..

    une démocratie totale, sans restriction, prend le chemin d’un communisme populaire.. rend progressivement illégal ce qui est anormal.. au sens de queue de distribution ..

    la pauvreté n’ets pas une vertu , la richesse non plus, mais pas non plus la norme..

    la démocratie n’est pas raisonnable, elle n’est pas juste…elle s’oppose aussi à
    l’individualisme mais de manière moins violente que le collectivisme idéologique.

    les droits de l’homme et du citoyen , la definition de ceux ci, les constitutions qui s’en inspirent la magna carta.. la sacralité de l’innocent..la vérité logique et factuelle comme critère de jugement collectif….. sont ce qui importe..

    l’interet collectif est un concept arbitraire ….le champ d’action de la démocratie doit être minime…

    eh oui liberté de soigner, liberté éducative , production électricité privées..etc etc…

    En pratique le démocratie prend le même chemin que le collectivisme..

    • les pays collectiviste donnent d’ailleurs des leçons « pratiques »..

      lEt tiens, a bonne éducation ce n’ets pas une école qui enseigne des trucs et des machins à la pointe..ce n’tes pas ce qui conduit au pays le plus prospère avec le plus de médecins, d »‘acier ou de pib…

      la bonne éducation c’est le respect de l’opinion des autres allant de pair avec la farouche défense du sien.

      la science académique même ne ne résiste pas…

  • Beaucoup de points communs avec la France.
    – une presse acquise à gauche
    – des citoyens tondus par les impôts
    – une baisse drastique du droit de procession (bientôt on donnera la Légion d’honneur aux squatters, voleurs et autres délinquants pourvu que leur délit ne touche pas nos dirigeants)
    – des peines spéciales pour quiconque s’attaque à un élu ou un fonctionnaire de la République
    -……

  • Cet excellent article nombre bien que la pensée communiste a prouvé ses limites.Engendrant des conséquences terribles pour les peuples (déportation, famine, des millions de morts…)
    Bien sûr d autres sont responsables de tels méfaits (politiques, religieuses…)
    Régir les pensées même les plus choquantes c’est la porte ouverte à nos droits et à la dépendance aux dogmes.
    Tiberle contra..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

La France est un des pays les plus corsetés, les plus sclérosés du monde. Les droits naturels, liberté, propriété, personnalité, sont mis à mal par 483 impôts, prélèvements, et par 78 codes.

Leur objectif n’est pas de financer, ou d’organiser des services utiles à la population.

Il est l’achat de voix. Il est de modifier les comportements de chacun dans le sens souhaité par les politiciens. Le libre arbitre disparaît, les individus sont contrôlés.

Non pas contrôlés au sens surveillés. Depuis l’arrivée massive du numérique... Poursuivre la lecture

Par Paul Cwik.

Ordres exécutifs ! Masques obligatoires ! Confinement ! Allons-nous perdre notre pays ? Dans quelques années, le reconnaîtrons-nous ? Beaucoup de gens sont inquiets que la gauche soit en mouvement et qu'elle prenne le pouvoir.

Que pouvons-nous faire ?

C'est cette dernière question que l'on me pose le plus souvent et, honnêtement, je me la pose aussi assez souvent. Que pouvons-nous faire ? Parfois, en replaçant un problème plus important dans le contexte d'une situation plus petite, je peux trouver un peu de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles