L’erreur des politiques écologistes anticapitalistes

Leur véritable objectif est d’éliminer le capitalisme et d’établir une économie planifiée gérée par l’État.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
communism source https://unsplash.com/photos/IzIRGxB06Ac

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’erreur des politiques écologistes anticapitalistes

Publié le 26 janvier 2023
- A +

L’économie planifiée connaît un nouveau regain d’intérêt. Les défenseurs de la protection du climat et les anticapitalistes exigent que le capitalisme soit aboli et remplacé par une économie planifiée. Sinon, disent-ils, l’humanité n’a aucune chance de survie.

En Allemagne, un livre intitulé Das Ende des Kapitalismus (La fin du capitalisme) est un best-seller et son auteur, Ulrike Hermann, est devenue une invitée régulière de tous les talk-shows. Elle promeut ouvertement une économie planifiée, bien que celle-ci ait déjà échoué une fois en Allemagne – comme partout ailleurs où elle a été tentée. Contrairement au socialisme classique, dans une économie planifiée, les entreprises ne sont pas nationalisées, elles peuvent rester dans le secteur privé mais c’est l’État qui détermine précisément ce qui doit être produit et en quelle quantité.

Il n’y aurait plus de vols ni de véhicules à moteur privés. L’État déterminerait presque tous les aspects de la vie quotidienne – par exemple, il n’y aurait plus de maisons individuelles et personne n’aurait le droit de posséder une résidence secondaire. Les nouvelles constructions seraient interdites car elles sont nuisibles à l’environnement. Au lieu de cela, les terrains existants seraient répartis « équitablement », l’État décidant de l’espace approprié pour chaque individu. Et la consommation de viande ne serait autorisée qu’à titre exceptionnel car sa production est nuisible au climat.

D’une manière générale, les gens ne devraient pas manger autant : selon M. Herrmann 2500 calories quotidiennes suffisent. Elle propose un apport quotidien de 500 grammes de fruits et légumes, 232 grammes de céréales complètes ou de riz, 13 grammes d’œufs et 7 grammes de viande de porc.

Cette critique du capitalisme se veut rassurante : « À première vue, ce menu peut sembler un peu maigre, mais les Allemands seraient en bien meilleure santé s’ils changeaient leurs habitudes alimentaires ». Et puisque les individus seraient égaux, ils seraient aussi heureux : « Le rationnement semble désagréable. Mais peut-être la vie serait-elle même plus agréable qu’aujourd’hui car la justice rend les gens heureux. »

 

Recycler de vieilles idées

De telles idées ne sont en aucun cas nouvelles.

Naomi Klein, la célèbre critique canadienne du capitalisme et de la mondialisation, admet qu’elle n’avait initialement aucun intérêt particulier pour le changement climatique.

Puis, en 2014, elle a écrit un lourd tome de 500 pages intitulé This Changes Everything : Capitalism vs. the Climate. Pourquoi s’est-elle soudainement intéressée à ce sujet ? Eh bien, avant d’écrire ce livre, le principal intérêt de Klein était la lutte contre le libre-échange et la mondialisation.

Elle le dit ouvertement :

« J’ai été propulsée vers un engagement plus profond à son égard en partie parce que j’ai réalisé qu’il pouvait être un catalyseur pour des formes de justice sociale et économique auxquelles je croyais déjà. » Elle appelle à une « économie soigneusement planifiée » et à des directives gouvernementales sur « la fréquence de nos déplacements en voiture, en avion, sur la nécessité de faire venir notre nourriture par avion, sur la durabilité des biens que nous achetons… sur la taille de nos maisons ».

Elle fait également sienne une suggestion selon laquelle les 20 % les plus aisés de la population devraient accepter les coupes les plus importantes afin de créer une société plus juste.

Ces citations – auxquelles on pourrait ajouter de nombreuses autres déclarations de ce type dans le livre de Klein – confirment que l’objectif le plus important d’anticapitalistes comme Herrmann et Klein n’est pas d’améliorer l’environnement ou de trouver des solutions au changement climatique. Leur véritable objectif est d’éliminer le capitalisme et d’établir une économie planifiée gérée par l’État. En réalité, cela impliquerait l’abolition de la propriété privée, même si techniquement, les droits de propriété continuent d’exister. Car tout ce qui resterait, c’est le titre légal formel de propriété. L' »entrepreneur » serait toujours propriétaire de son usine mais ce qu’il produit et sa quantité seraient décidés par l’État seul. Il deviendrait un gestionnaire salarié de l’État.

 

S’inspirer des khmers rouges

La plus grande erreur des partisans de l’économie planifiée a toujours été de croire en l’illusion qu’un ordre économique pouvait être planifié sur le papier ; qu’un auteur pouvait s’asseoir à un bureau et imaginer l’ordre économique idéal. Tout ce qu’il resterait à faire serait de convaincre suffisamment de politiciens pour mettre en œuvre cet ordre économique dans le monde réel. Cela peut sembler cruel, mais les Khmers rouges au Cambodge pensaient aussi de cette façon.

L’expérience socialiste la plus radicale de l’histoire, qui s’est déroulée au Cambodge entre le milieu et la fin des années 1970, a été conçue à l’origine dans les universités de Paris. Cette expérience, que le dirigeant khmer rouge Pol Pot (également appelé « Frère 1 ») a baptisé le « Super Grand Bond en avant », en l’honneur du Grand Bond en avant de Mao, est très révélatrice car elle offre une démonstration extrême de la croyance qu’une société peut être construite artificiellement sur la planche à dessin.

Aujourd’hui, on prétend souvent que Pol Pot et ses camarades voulaient mettre en œuvre une forme puritaine de « communisme primitif », et leur règne est dépeint comme une manifestation d’irrationalité débridée. En fait, cela ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Les cerveaux et les dirigeants des khmers rouges étaient des intellectuels issus de familles honnêtes, qui avaient étudié à Paris et étaient membres du Parti communiste français. Deux des cerveaux, Khieu Samphan et Hu Nim, avaient écrit des thèses marxistes et maoïstes à Paris. En fait, l’élite intellectuelle qui avait étudié à Paris occupait presque tous les postes de direction du gouvernement après la prise du pouvoir.

Ils avaient élaboré un plan quadriennal détaillé qui répertoriait tous les produits dont le pays aurait besoin dans les moindres détails (aiguilles, ciseaux, briquets, tasses, peignes, etc.). Le niveau de spécificité était très inhabituel, même pour une économie planifiée. Par exemple, on pouvait lire : « Manger et boire sont collectivisés. Le dessert est également préparé collectivement. En bref, élever le niveau de vie de la population dans notre propre pays signifie le faire collectivement. En 1977, il y a deux desserts par semaine. En 1978, il y a un dessert tous les deux jours. Puis en 1979, il y a un dessert par jour, et ainsi de suite. Ainsi, les gens vivent collectivement en ayant suffisamment à manger ; ils sont nourris par des collations. Ils sont heureux de vivre dans ce système. »

Le parti, écrit le sociologue Daniel Bultmann dans son analyse, « a planifié la vie de la population comme sur une planche à dessin, en l’inscrivant dans des espaces et des besoins prédéterminés. » Partout, de gigantesques systèmes d’irrigation et des champs devaient être construits selon un modèle uniforme et rectiligne. Toutes les régions étaient soumises aux mêmes objectifs car le Parti pensait que des conditions standardisées dans des champs de taille identique produiraient également des rendements standardisés. Avec le nouveau système d’irrigation et les rizières en damier, la nature devait être mise au service de la réalité utopique d’un ordre entièrement collectiviste qui éliminait les inégalités dès le premier jour.

Pourtant, la disposition des barrages d’irrigation en carrés égaux avec des champs également carrés en leur centre a entraîné de fréquentes inondations car le système ignorait totalement les flux d’eau naturels et 80 % des systèmes d’irrigation n’ont pas fonctionné – de la même manière que les petits hauts fourneaux n’ont pas fonctionné lors du Grand Bond en avant de Mao.

 

Faire confiance à l’ordre spontané

Tout au long de l’histoire, le capitalisme a évolué tout comme les langues ont évolué.

Les langues n’ont pas été inventées, construites et conçues mais sont le résultat de processus spontanés incontrôlés. Bien que la bien nommée « langue planifiée » esperanto ait été inventée dès 1887, elle n’a absolument pas réussi à s’imposer comme la langue étrangère la plus parlée au monde, comme ses inventeurs l’avaient prévu.

Le socialisme a beaucoup de points communs avec une langue planifiée, un système conçu par des intellectuels. Ses adeptes s’efforcent d’obtenir le pouvoir politique afin d’appliquer le système qu’ils ont choisi. Aucun de ces systèmes n’a jamais fonctionné nulle part – mais cela n’empêche apparemment pas les intellectuels de croire qu’ils ont trouvé la pierre philosophale et qu’ils ont enfin conçu le système économique parfait dans leur tour d’ivoire. Il est inutile de discuter en détail d’idées comme celles d’Herrmann ou de Klein, car toute l’approche constructiviste, c’est-à-dire l’idée qu’un auteur peut « rêver » un système économique dans sa tête ou sur papier, est fausse.

 

L’historien et sociologue Rainer Zitelmann est l’auteur du livre In defence of capitalism, qui est publié dans 30 langues.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • On peut aussi recommander la castration..et le traitement hormonal des femmes, les gens sans pulsions sexuelles seraient beaucoup plus paisibles et moins compétitifs..

    Des gens comme ça, on parfois juré de ne pas faire de gosses, car planete à sauver, jusqu’au moment où ils dirent zut..

    A mon opinion on doit commencer par le terme capitalisme;..le isme suggère une idéologie;;

    se contenter d’etre heureux…je parie que 80% des russes sous staline, des chinois sous mao se seraient dits heureux.. il suffit de fermer les yeux sur le sort des criminels d’opinion..

    Ok qu’adviendra t il des gens qui refuseront? Comment seront ils traités?

    Sur quelle base scientifique les choix à faire sur les dégradations environnementales seront tranchées?

    • capitalisme? alors que le débat est capital privé ou collectif.. vous savez toutes ces choses qui vous appartiennent..et que vous n’utilisez jamais mais pour lesquelles vous payez.. tandis que votre voisin lui utilise et paye pareil…
      les magnifiques bus « gratuits » de votre ville..les musées..les opéras..en général « notre patrimoine »..
      marrant les bénéficiaires indéniables sont les gens qui sont payés pour les gérer..

  • il suffit d’une large acceptation du concept de crime d’opinion..
    les vaches vivent une vie plus confortable que les aurochs.. vous serez « heureux » est une promesse plutôt tenable.. nous venons de voir l’ épisode épidémique.. nus avons l’exple des société théocratiques..
    il suffit de preferer le risque systémique au risque individuel.
    la condition est un controle éducatif strict.. pour que les gosses CROIENT..

    moi j’ai malgré tout une proposition..exiger que les dogmes écologistes soient écrits et non confiés à des personnes éclairés ..et admettre que c’est la nouvelle religion..obligatoire..

    les tyrannies idéologiques échouent en général car les dirigeants ne respectent pas les dogmes..l’hypocrisie est intenable..
    la pape qui vie dans la luxure et le luxe…les apparatchiks..

    très amusant que les gens qui proposent ça se disent « non matérialistes « ..

  • Nos dirigeants y sont presque. Allez encore un effort!

    • Et vous auriez dû conclure et le climat fût sauvé car ça ils savent le faire.
      Je pense que lors des élections ont devrait réserver un territoire confiné utilisant exclusivement le plan ainsi les populations qui n’ont pas encore compris n’auraient plus d’excuses ou d’envies

  • La caractéristique commune à tous ces totalitaristes est qu’ils se gardent bien d’appliquer à eux mêmes ce qu’ils imposent à leur peuple : famine, misère, restriction pour le peuple,abondance pour eux, les exemples pullulent,de la nomenklatura soviétique au Venezuela,en passant par Cuba, le Corée du Nord, et ont le voit souvent, nos khmers verts français qui veulent interdire la voiture ou l’avion, mais ne se privent pas de vacances couteuses a l’autre bout du monde, si possible sous couvert de COP xx, ou de voyages « d’études » (dans ce cas à nos frais, bien sûr « 

  • L’économie planifiée avec maintien de la propriété privée des moyens de production a déjà été tentée, c’est le système économique des nazis entre 1933 et 1945. Des plans quadriennaux impératifs sont établis mais la propriété des terres et des entreprises reste privée.
    Dans les pays du socialisme réel au contraire, on a non seulement un plan obligatoire qui détermine toutes les grandeurs économiques, quinquennal ici, mais également la collectivisation de tous les moyens de production, entreprises et terres. C’est le socialisme planifié. En Allemagne nazie, c’était plutôt le capitalisme planifié (la propriété privée est maintenue, capitalisme, mais l’économie de marché est abandonnée pour le plan central).

  • L’erreur c’est de croire que ce qui n’a jamais marché pourrait, en répétant l’expérience à l’identique, fonctionner.
    « Si vous ne réussissez pas du premier coup, persévérez, persévérez encore. Ensuite, laissez tomber. Ça ne sert à rien de s’entêter comme un imbécile. » (WC Fields)

  • Ce qu’oublient aussi les partisans d’une économie planifiée, c’est qu’une société où tout est planifié est condamnée à stagner, car l’innovation, par définition, ne se planifie pas. L’innovation vient justement de ce qui n’a pas été planifié, et laissé à l’initiative de chacun. Je le vois régulièrement dans les grands laboratoires de recherche universitaires Français. Ces labos débordent de chercheurs qui ont obtenu des subventions pour travailler sur un sujet hyper-pointu, en accord avec les objectifs du moment du gouvernement. Résultat, que produisent-ils? Rien, hormis quelques articles destinés à être lus par d’autres universitaires de leur espèce.

  • Il n’y a rien de nouveau : Mitterrand affirmait vouloir détruire la bourgeoisie pour que tous soient des prolétaires au SMIC. Tous sauf lui bien sûr. Comme en URSS. Cette mentalité a été entretenue par une droite frileuse de risquer de se faire virer du pouvoir, au lieu de la combattre par bon sens en motivant le développement individuel. Maintenant, la France est au pied du mur : toutes ses élites partent petit à petit et rien ne les fera revenir.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La gauche a besoin d’une idéologie, contrairement à la droite. Elle prétend en effet penser le devenir des sociétés et instaurer la justice, principalement par l’égalité. La droite agit avec pragmatisme, en tenant compte rationnellement des contraintes du réel mais elle n’éprouve pas le besoin de dessiner un idéal à atteindre. La gauche est plutôt idéaliste, la droite plutôt réaliste.

Un idéal à atteindre suppose une construction intellectuelle plus ou moins ambitieuse qui détermine la voie à suivre. C’est là que les difficultés commen... Poursuivre la lecture

oxfam
10
Sauvegarder cet article

Cela faisait longtemps que l’on n’avait plus entendu parler d’Oxfam.

L’ONG britannique sort à peine d’une série de scandales qui ont grandement entamé sa crédibilité mais la prochaine mobilisation sur la réforme des retraites présentait une trop belle occasion pour qu’elle tente à nouveau de faire parler d’elle. Et comme d’habitude, Oxfam aura mis les pieds dans le plat en prétendant que « taxer la fortune des milliardaires français à hauteur d’à peine 2 % permettrait de financer le déficit prétendument hors de contrôle des retraites »... Poursuivre la lecture

Tempête dans un verre d’eau : certains proches de la maire de Paris, Anne Hidalgo, se lamentent de l’image que la série Netflix Emily in Paris renvoie au reste du monde.

Certes, les rues y sont propres, les gens courtois et les chambres de bonne grandes comme des lofts. Mais ce n’est pas la tromperie sur la marchandise dénoncée quotidiennement par #saccageparis qui est dans le viseur des édiles parisiennes.

Dans ses vœux, l’adjoint écolo @David_Belliard, en charge de la voirie, explique qu’il ne veut... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles