Marine Tondelier et sa France sans milliardaires

Le raisonnement fallacieux avancé est toujours le même : prendre aux riches pour donner aux pauvres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 9
Screenshot 2023-01-23 at 16-56-51 « Elle est con » Michel Sardou s’en prend à Marine Tondelier qui lui répond - YouTube

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Marine Tondelier et sa France sans milliardaires

Publié le 24 janvier 2023
- A +

Depuis au moins la Révolution française, le meurtre pour délit de réussite est glorifié et utilisé comme argument de fanatisation par tous les socialistes.

Le riche, le bourgeois, la banquier, le Juif, l’Américain, le propriétaire, le rentier, le commerçant… tout est bon pour justifier et légaliser la cupidité, la jalousie et la haine au nom de l’intérêt général. Rien de plus facile que d’essentialiser une minorité et la désigner comme étant la cause de tous les malheurs du monde.

Les koulaks étaient les milliardaires de la Russie. Lénine voulait une Russie sans milliardaires, sans koulaks. Il en a fusillé 30 000 sur le champ et a déporté les autres, causant la mort d’au moins un demi-million d’entre eux. Le résultat ne se fit pas attendre. Une fois les milliardaires éliminés, le régime socialiste russe s’est immédiatement jeté sur leurs propriétés pour s’en repaître et s’en mettre plein les poches. Le pillage terminé, il ne restait plus rien pour nourrir la population : six à huit millions de personnes mortes de faim, alors que la révolution agricole moderne s’étendait de par le monde et mettait fin un peu partout aux famines endémiques, à l’asservissement et à la malnutrition.

Les Juifs étaient les milliardaires de l’Allemagne de Hitler : six millions de morts. Les intellectuels étaient les milliardaires de la Chine de Mao : vingt millions de morts. Il fallait peu de chose pour être déclaré milliardaire au Cambodge en 1975. Les khmers rouges en voyaient partout : 20 % de la population cambodgienne a ainsi été éliminée. Pol Pot aussi voulait un Cambodge sans milliardaire.

Une fois que l’on se rend compte que tout le monde est milliardaire, qu’il suffit pour cela de définir l’unité avec laquelle on compte la richesse des individus, il est trop tard et le mal est fait : les dénonciateurs se sont repus et les dénoncés n’existent plus.

 

Les déclarations de Marine Tondelier : démagogie à toute épreuve

Les prédateurs se déplacent en meute. Après Oxfam qui voulait piller les riches pour sauver le système de retraite, c’est au tour d’Europe Écologie les verts, par la voie de son nouveau guide suprême, de remuer les remugles des bons vieux génocides du XXe siècle. Marine Tondelier veut une France sans milliardaires. Au détour d’une interview matinale, Marine Tondelier a tout simplement déclaré qu’elle voulait mettre en place la solution finale au problème des milliardaires.

Le raisonnement fallacieux avancé est toujours le même : prendre aux riches pour donner aux pauvres. Il ne s’agit pas de reprendre aux voleurs (aux collecteurs d’impôts et aux mafias de parasites vivant de l’extorsion forcée et du racket…) pour donner aux volés, comme dans l’histoire de Robin des Bois, mais d’augmenter le nombre de collecteurs d’impôts et de parasites.

Avec toujours la même promesse : « ne vous inquiétez pas : l’argent que les collecteurs d’impôts prendront aux riches n’ira pas dans les poches et les estomacs des parasites mais sera redistribué au petit peuple ».

Ça n’a jamais, jamais au moins une seule fois au monde, fonctionné. Jamais.

Inutile de passer du temps à développer des explications économiques sur la bêtise crasse et les retombées catastrophiques d’une telle idée. Il suffit d’un seul argument pour réaliser la malhonnêteté et la criminalité d’une telle proposition : vous, vous qui lisez ces lignes, qui que vous soyez : vous êtes milliardaire. Si vous ne l’êtes pas aujourd’hui, rien ne dit que vous ne le soyez pas demain, que vous enfants, vos parents ne le soient pas demain et surtout : rien, absolument rien ne garantit que l’on ne change pas demain la définition qui ferait de vous un ennemi du bien commun.

Allez demander à ceux qui ont vécu cette horreur, en France, en Russie, en Allemagne, en Chine, au Cambodge, à Cuba ou ailleurs (la liste est malheureusement bien trop longue) ce que ça fait de se trouver un jour dans la liste de ceux qu’il faut éliminer, soi-disant pour l’intérêt général.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Les milliards, c’est comme la confiture. Plus on en a, moins on l’étale.
    Faites comme moi, milliardaire en intelligence. Profil bas.
    Zut, je viens de me trahir ! Je vais aller préparer mes valises…

  • Je vous trouve excessivement pessimiste. Un milliardaire qui financerait EELV pourrait peut-être obtenir de ce parti qu’il ferme les yeux sur ses voyages en 🛩 .

  • La violence politique est de plus en plus décomplexée dans ce pays, et ça n’augure rien de bon. Cet article me fait penser à la nouvelle chanson de Calogero, que j’ai entendu à la radio par hasard. Il y fait l’éloge de tout ce qu’un gauchiste peut trouver de sympa en France, les manifs, les grèves, ainsi que les trains en partance de Drancy. J’ai crû que j’avais mal entendu, mais j’ai vérifié les paroles, j’ai bien entendu. Quand on en est là, on peut sans doute considérer que tous les coups sont permis.

  • Encore une fois, un milliardaire ne vote pas Tondelier. Donc il est Effectivement inutile pour la gauche. Et ce n’est donc pas pour rien qu’ils sont tous partis en dehors de la France qui les a désignés à la vindicte populaire entretenue dès le plus jeune âge par l’éducation nationale depuis que Mitterrand y a mis un ministre d’extrême gauche.
    Façonner les esprits dès le plus jeune âge est le meilleur moyen d’arriver à ses fins dans la durée. Sauf qu’il y a toujours des effets de bord inattendus et incontrôlés qui peuvent se retourner contre son auteur. En particulier dans le cas présent où le RN a décidé de devenir populiste de gauche…

    • Il y a quelques années , un millionnaire toulousain finançait le PC, Je crois qu’il s’appelait Doumeng ?
      Et la parti d’Arlette aussi était subventionné par un mec plutôt assez aisé mais discret, si je me souviens bien ?

      • Oui, Doumeng finançait effectivement le PCF car l’URSS voulait cacher son financement direct au PCF qui était du plus mauvais effet lorsque la presse sortait l’information. Doumeng faisait des affaires uniquement avec l’URSS, qui, en échange de son financement du PCF lui assurait des accès monopolistiques à l’URSS pour la France.

  • ce sont sans doute les milliardaires qui paient les revenus de cette dame ?

  • Un politique c’est quelqu’un qui prend 100 000 € de votre argent pour fabriquer un produit dont la valeur finale ne dépasse pas les 30 000 €.
    Un milliardaire c’est quelqu’un qui a pris 30 000 € de son argent pour fabriquer un produit qui atteindra la valeur de 100 000 €.
    Et pourtant le peuple masse veut moins de milliardaires et plus de politiques….

    • C’est une loi de la nature : mettez un politique aux manettes d’un McDonald’s, en six mois, il en fera une roulotte à kebab (Gaspard Proust)

      • Mettez les politiques de gauche aux manettes d’EDF, en 20 ans la France passe de 1er exportateur d’électricité à importateur. Quand je pense que c’était à l’origine une blague sur « le Sahara géré par un communiste, au bout de 3 ans il importe du sable ». Vu la situation de nos boulangers, les fermetures d’usines (William Saurin par ex) etc, ça ne fait hélas plus rire.

    • « un produit dont la valeur finale ne dépasse pas les 30 000 € ». Et dont vous n’avez pas besoin…

  • Il n’y a strictement aucune différence entre un communiste et un pillard. Ils l’avouent eux-mêmes en parlant de « socialement proche ».

  • Le problème n’est pas que les gens pensent vraiment cela..
    tonnelier sait, ceux à qui elle s’adressent savent..

    Mais il me semble que c’est avant tout une faillite de notre système éducatif..

    On apprend pas se défier des bais de pensée.. par que le système éducatif est truffé de biais de pensée..

    Le problème est qu’une fois que la bête est léchée..c’est à dire que le mensonge régit les rapports sociaux..les portes de l’enfer sont littéralement ouvertes.

    Mentons. » un peu » .. faisons d’un cas particulier une généralité;.afin de justifier une spoliation parce que c’est dans notre interet.

    Je ne connais pas cette dame.. mais je vous sur son visage ( et je ne plaisante pas) sa suffisance de diplômée..

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Chaque année, Oxfam publie une étude à l'occasion du Forum économique mondial de Davos. Les rapports précédents étaient souvent basés sur des données erronées et des méthodes non scientifiques. Néanmoins, les médias ont toujours accordé une large place aux rapports annuels d'Oxfam.

Cette année, cependant, l'une des conclusions d'Oxfam est exacte : pour la première fois en 25 ans, l'extrême richesse et l'extrême pauvreté ont augmenté simultanément et Oxfam se fait un devoir de critiquer cette évolution. Cependant, Oxfam n'a jamais signa... Poursuivre la lecture

Plus de 200 millionnaires viennent d'adresser une lettre aux participants, à Davos, du World Economic Forum, une fondation de droit privé, qui se tient cette année du 16 au 20 janvier, sous la protection de 5000 militaires, aux frais des citoyens suisses et sans leur consentement.

Les signataires, majoritairement des Américains, y demandent d'être davantage taxés, eux les extrêmement riches, et de le faire illico presto. Pourquoi ? Parce que c'est équitable économiquement et que les extrêmes sont « insoutenables, souvent dangereux et r... Poursuivre la lecture

oxfam
10
Sauvegarder cet article

Cela faisait longtemps que l’on n’avait plus entendu parler d’Oxfam.

L’ONG britannique sort à peine d’une série de scandales qui ont grandement entamé sa crédibilité mais la prochaine mobilisation sur la réforme des retraites présentait une trop belle occasion pour qu’elle tente à nouveau de faire parler d’elle. Et comme d’habitude, Oxfam aura mis les pieds dans le plat en prétendant que « taxer la fortune des milliardaires français à hauteur d’à peine 2 % permettrait de financer le déficit prétendument hors de contrôle des retraites »... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles