Les centres du progrès (29) : Berlin (chute du communisme)

L’histoire de Berlin se lit comme une parabole sur l’importance de la liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo de Claudio Schwarz sur Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les centres du progrès (29) : Berlin (chute du communisme)

Publié le 22 janvier 2023
- A +

Un article de Human Progress

 

Berlin a joué un rôle central dans la chute du communisme et le triomphe du libéralisme. Lorsque le mur qui avait divisé Berlin a été soudainement et joyeusement abattu en 1989, la ville a changé l’histoire de l’humanité.

Aujourd’hui, Berlin est la ville la plus peuplée de toute l’Union européenne, avec environ 3,8 millions d’habitants. Célèbre pour son histoire, son art, sa musique et ses graffitis, Berlin attire chaque année des millions de touristes ainsi que de nombreux voyageurs d’affaires. L’économie de la ville tourne autour des industries de haute technologie et des services, et la métropole est un important centre de transports.

Le site où se trouve aujourd’hui Berlin est habité depuis au moins le neuvième millénaire avant J.-C. et de nombreux artefacts tels que des pointes de flèches ont été conservés dans les anciens villages de la région. Au cours de l’âge du bronze et de l’âge du fer, les principaux résidents étaient des membres de la culture lusacienne, un peuple agricole qui préférait incinérer ses morts plutôt que de les enterrer. Diverses tribus ont migré à travers la région et au VIIe siècle après J.-C., les peuples slaves peuplaient la région. Le nom de Berlin signifie probablement « marécage » en polonais, une langue slave aujourd’hui disparue.

La similitude entre le nom de la ville et le mot moderne ours (bär en allemand), ainsi que l’ours figurant sur les armoiries de la ville, ont conduit à une idée fausse selon laquelle la ville porte le nom de cet animal. Le blason a en fait été donné à la ville par un noble connu sous le nom d’Albert l’Ours, qui a pris le contrôle de la région au XIIe siècle lorsqu’il a établi le margraviat de Brandebourg en 1157.

Officiellement fondée en 1237 (mais en fait avant), Berlin a connu deux siècles tumultueux. Malgré un incendie dévastateur en 1380, Berlin a réussi à atteindre une population d’environ 4000 habitants en 1400. Berlin a ensuite subi des dommages considérables pendant la guerre de Trente Ans (1618-1648) mais s’est à nouveau relevée, connaissant une forte croissance après être devenue la capitale du nouveau royaume de Prusse au XVIIIe siècle. En tant que siège du pouvoir prussien, la ville est un centre administratif et entrepreneurial. Des ateliers ont vu le jour et Berlin s’est fait connaître pour ses artisans qualifiés.

Au XIXe siècle, l’accès limité à l’énergie générée par les roues hydrauliques a contraint la ville à adopter rapidement l’énergie à vapeur. Son exploitation a permis à Berlin de s’industrialiser rapidement et de devenir un important producteur, des vêtements aux produits chimiques en passant par les machines lourdes. La situation centrale de la ville en a fait la plaque tournante du transport ferroviaire en Allemagne et Berlin est rapidement devenue une puissance économique.

Au fur et à mesure de sa prospérité, la ville est devenue un sanctuaire pour le mouvement romantique allemand, accueillant peintres, musiciens, poètes et écrivains. Le compositeur romantique d’origine autrichienne Franz von Suppé (1819-1895) aurait écrit des paroles qui se traduisent par « Tu es fou mon enfant, tu dois aller à Berlin / où se trouvent les fous / ta place est là-bas« . Si ces paroles (rendues célèbres par une citation dans un film de 1958) sont probablement un ajout ultérieur à une mélodie composée par Suppé, elles n’en reflètent pas moins l’esprit créatif qui s’est emparé de la ville. Berlin a rapidement acquis la réputation d’être un foyer pour les « inadaptés » artistiques venus de tout le continent.

Au XXe siècle, Berlin a conservé cette réputation, les peintres et cinéastes expressionnistes allemands expérimentant de nouveaux styles dans la ville. Malgré l’instabilité économique et politique croissante de la République de Weimar, Berlin était un centre renommé de vie nocturne et de création pendant les années folles. Les intellectuels de la ville ont également apporté des contributions notables à la science et ses universités ont gagné en importance. Le physicien Albert Einstein (1879-1955) a remporté le prix Nobel de physique en 1921 alors qu’il travaillait à l’université Humboldt de Berlin.

 

La liberté intellectuelle qui imprégnait la ville s’est soudainement et dramatiquement éteinte avec la montée du national-socialisme (nazisme) et l’établissement du Troisième Reich totalitaire (1933-1945). Nombre d’artistes et de scientifiques qui avaient fait connaître la ville, dont Einstein, ont fui Berlin pour échapper au régime génocidaire d’Adolf Hitler (1889-1945). Après la défaite d’Hitler à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Alliés ont divisé l’Allemagne en quatre zones d’occupation différentes. L’Union soviétique a pris le contrôle de la partie orientale de Berlin et a déclaré la ville capitale du nouvel État satellite soviétique d’Allemagne de l’Est.

Le nom officiel de l’Allemagne de l’Est est la République démocratique allemande. Son gouvernement est calqué sur celui de l’Union soviétique : planification centrale, propriété publique des moyens de production, limitation de la propriété privée, parti unique de facto, censure, vaste réseau d’espionnage et de répression et engagement apparent en faveur de l’égalité des classes.

Berlin-Ouest et l’Allemagne de l’Ouest se sont rapidement remis de la Seconde Guerre mondiale et se sont enrichis mais les contrôles étroits exercés par le gouvernement sur l’économie de l’Allemagne de l’Est ont empêché une reprise similaire. Bien qu’elle soit peut-être la meilleure expérience naturelle de l’histoire mettant à l’épreuve le capitalisme contre le communisme, la partition a été dévastatrice pour la population d’Allemagne de l’Est. Entre 2,5 et 3 millions d’Allemands de l’Est ont fui vers l’Ouest. En 1961, on estime qu’environ un millier d’Allemands de l’Est fuyaient chaque jour, la plupart en passant par Berlin. Les personnes ayant fait des études supérieures ou possédant des compétences professionnelles sont particulièrement susceptibles de s’enfuir pour retrouver leur liberté. Alors que le jeune État socialiste perdait un grand nombre de ses citoyens les plus brillants, ses dirigeants étaient désespérés. Walter Ulbricht, le principal décideur d’Allemagne de l’Est, reçoit la bénédiction du Premier ministre soviétique Nikita Khrouchtchev pour mettre fin à l’exode par une barrière physique.

En août 1961, des soldats érigent une barricade de fils barbelés pour bloquer l’accès de Berlin-Est à Berlin-Ouest. La barrière de fil de fer a ensuite été remplacée par un énorme mur. Le mur de Berlin était fait de blocs de béton massifs, mesurait 1,80 mètre de haut et s’étendait sur 96 km. Ses tours de garde, ses projecteurs et ses postes de mitrailleuses étaient tenus en permanence par des officiers (VoPos) formant la Volkspolizei. La barrière séparait les familles et les amis.

Une force de police secrète, la Stasi, dont le siège était à Berlin-Est, surveillait la vie privée des citoyens afin de détecter et d’empêcher les plans d’évasion ou toute activité susceptible de remettre en cause le régime communiste. La campagne de surveillance de masse de la Stasi comprenait la lecture secrète de tout le courrier envoyé par le système postal d’État, la mise en place d’un vaste réseau d’informateurs et l’installation d’écoutes téléphoniques au domicile de nombreux citoyens.

La Stasi cherchait à détruire psychologiquement les dissidents identifiés par ses espions grâce à un programme connu sous le nom de Zersetzung (décomposition). Les agents de la Stasi manipulaient la vie des victimes afin de perturber leur carrière et toutes leurs relations personnelles significatives (par exemple, en introduisant de fausses preuves d’adultère dans la vie d’un couple). L’objectif était que la victime se retrouve isolée, en échec social et professionnel et sans plus aucune estime de soi. On pense que le programme a fait jusqu’à dix mille victimes et en a endommagé mentalement de manière irréversible au moins cinq mille. (aujourd’hui les survivants reconnus de la Zersetzung reçoivent des pensions spéciales).

Malgré les risques, les fréquentes pénuries matérielles et la pauvreté relative engendrées par le dysfonctionnement du système communiste un flot continu d’Allemands de l’Est a essayé de s’échapper. Entre 1961 et 1988, plus de 100 000 Allemands de l’Est ont tenté de franchir le mur de Berlin mais presque tous ont été appréhendés. Au moins 600 d’entre eux ont été abattus pendant leur tentative de fuite vers l’Ouest. Seuls 5000 environ ont réussi à franchir le mur au cours de cette période de 27 années.

Le 26 juin 1963, le président américain John F. Kennedy a prononcé à Berlin-Ouest ce qui est considéré comme l’un des plus grands discours de l’histoire.

Ses paroles ont trouvé un écho auprès des Berlinois :

« Beaucoup de gens dans le monde ne comprennent pas vraiment ou disent ne pas comprendre quel est le grand problème entre le monde libre et le monde communiste. Qu’ils viennent à Berlin ! Certains disent que le communisme est la tendance de l’avenir. Qu’ils viennent à Berlin ! […] La liberté présente de nombreuses difficultés et la démocratie n’est pas parfaite mais nous n’avons jamais eu à ériger un mur pour retenir notre peuple, pour l’empêcher de nous quitter… [Le] mur est la démonstration la plus évidente et la plus vivante des échecs du système communiste […] Tous les hommes libres, où qu’ils vivent, sont des citoyens de Berlin et par conséquent en tant qu’homme libre, je suis fier des mots « Ich bin ein Berliner » ! »

Alors que les Berlinois de l’Est rêvaient de s’échapper, Berlin-Ouest prospérait et attirait à nouveau des artistes et des musiciens révolutionnaires. À la fin des années 1970, le chanteur anglais David Bowie a qualifié Berlin-Ouest de « plus grande extravagance culturelle que l’on puisse imaginer ». Sa chanson Heroes de 1977, écrite à Berlin et inspirée par la vue d’un couple s’embrassant près du mur, est depuis devenue un hymne officieux de la ville et plus largement de la résistance au totalitarisme. (après le décès du chanteur en 2016, le gouvernement allemand a même reconnu l’impact de la chanson et a remercié Bowie pour son rôle dans sa participation à la chute du mur). Parmi les autres succès musicaux de Berlin-Ouest pendant cette période, citons l’hymne anti-guerre de 1983 99 Luftballons.

L’opposition au mur de Berlin ne cesse de croître. En 1987, alors qu’il séjournait à Berlin-Ouest, le président américain Ronald Reagan a lancé un appel célèbre au dirigeant soviétique pour qu’il retire la barrière : « M. Gorbatchev, démolissez ce mur ! ».

Le 9 novembre 1989, alors que la non-viabilité du socialisme devient de plus en plus difficile à nier et que la guerre froide se dégèle, le porte-parole du Parti communiste de Berlin-Est annonce de manière inattendue que le franchissement du mur de Berlin sera légal à minuit. Un raz-de-marée de Berlinois de l’Est et de l’Ouest s’y sont précipités en scandant « Tor auf ! » (ouvrez la porte !). À minuit, des amis, des membres de la famille et des voisins séparés depuis longtemps franchissent la barrière pour se réunir et faire la fête.

On estime que plus de deux millions de Berlinois de l’Est sont passés à Berlin-Ouest ce week-end-là, donnant lieu à ce qu’un journaliste a décrit comme « la plus grande fête de rue de l’histoire du monde ». Les fêtards ont joyeusement fait des graffitis et brisé le mur à coups de marteau tandis que des bulldozers démolissaient d’autres sections.

La chute du mur de Berlin a symbolisé la fin du soutien généralisé au communisme et un tournant mondial vers des politiques de plus grande liberté économique et politique.

« Pour les Allemands de l’Ouest, rien n’a changé à part les codes postaux. Pour les Allemands de l’Est, tout a changé », a déclaré à Reuters un Allemand vivant dans l’ancien Est.

La ville a été réunifiée mais aujourd’hui encore les cicatrices économiques et psychologiques de la partition de la guerre froide se font sentir. Berlin-Est est toujours en proie à des niveaux de criminalité plus élevés et à des niveaux de confiance plus faibles que Berlin-Ouest, bien que les Berlinois de l’Est aient pour la plupart rattrapé leurs homologues de Berlin-Ouest en matière de qualité de vie.

L’histoire de Berlin se lit comme une parabole sur l’importance de la liberté. La chute du mur a non seulement libéré des millions d’Allemands de la pauvreté et du despotisme mais s’est révélée être un moment crucial de l’histoire qui a aidé des millions d’autres personnes à atteindre une plus grande liberté économique et politique. Pour avoir abattu le mur, Berlin a gagné sa place en tant que vingt-neuvième Centre du progrès.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (0)

Laisser un commentaire

Créer un compte

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
climat
1
Sauvegarder cet article

Comment en sommes-nous arrivés à des théories aussi étranges que le wokisme, le féminisme radical, la théorie de la continuité sexuelle, l’antispécisme, le véganisme… ? À considérer comme normal le choix par un enfant de son prénom, de son genre ?… À accepter que les parents ne soient plus père et mère mais « parent 1 et parent 2 » ?

Ces théories sont en pleine contradiction avec les principes de l’analyse scientifique établis progressivement par les sociologues, philosophes, médecins. Le rejet des traditions immémoriales est celui de ... Poursuivre la lecture

Syndicats
6
Sauvegarder cet article

Un article de l'IREF Europe

 

Depuis longtemps les syndicats français cherchent à faire la loi en France. La Constitution de 1958 leur en a fixé l’horizon en proclamant que « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». Puis M. Gérard Larcher leur en a offert les moyens en faisant voter la loi du 31 janvier 2007 sur le dialogue social transposée notamment ainsi à l’article 1 du Code du travail :

Tout projet de réforme envisagé par le gouvernement qui porte sur les relations individuell... Poursuivre la lecture

Marx et Lenin clipart
7
Sauvegarder cet article

Par Jon Miltimore.

 

Nous connaissons tous les inconvénients de Twitter, mais l'un de ses avantages est qu'il permet la découverte de personnes intéressantes.

L'un de mes nouveaux followers préférés est Benjamin Carlson, un gourou des relations publiques et ancien rédacteur en chef de The Atlantic. Ses tweets sont parmi les meilleurs que l'on puisse trouver sur Twitter et il a manifestement une compréhension aiguë des intersections entre les médias et le gouvernement, le pouvoir et la propagande (à la fois actuels et... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles