5 nouvelles études sur les idées reçues sur les enfants et la technologie

Voici cinq études récentes qui remettent en question les idées reçues sur les enfants et les écrans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Aerial view of woman using computer laptop and a smartphone on wooden table By: Rawpixel Ltd - CC BY 2.0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

5 nouvelles études sur les idées reçues sur les enfants et la technologie

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 janvier 2023
- A +

Cette semaine, des hordes d’enfants dans tout le pays vont passer une partie de leurs vacances de Noël devant leurs écrans. Et des hordes de parents sont probablement en train de se dire qu’ils ne devraient pas les laisser faire.

Ce « temps d’écran » – écran d’ordinateur, écran de télévision, écran de téléphone portable, etc. – est indistinctement et insidieusement dangereux pour les jeunes esprits.

 

Ces parents devraient se détendre

Certaines recherches – et le bon sens – suggèrent qu’un temps d’écran excessif pourrait être mauvais s’il supplante d’autres activités, tout comme le fait de passer tout son temps à une seule activité pourrait être mauvais. Mais un temps d’écran modéré et des périodes occasionnelles de temps d’écran excessif (par exemple, pendant les vacances d’hiver) sont probablement inoffensifs. Tant que les enfants ont le temps de faire de l’exercice physique, de faire leurs devoirs et de rencontrer leur famille et leurs camarades, le temps passé devant un écran ne devrait pas être un problème pour la plupart des familles.

Cela ne veut pas dire que la télévision, TikTok ou Call of Duty ne seront jamais problématiques. Ces activités permettent à certains enfants d’échapper à des sentiments ou des situations qu’ils devraient affronter. Certains sont très sensibles aux commentaires grossiers ou aux suggestions risquées.

Mais l’utilisation problématique des technologies tend à refléter des problèmes sous-jacents, comme l’a expliqué à Reason Magazine Christopher Ferguson, psychologue à l’université Stetson, dans cet article sur les algorithmes  :

« L’utilisation pathologique de la technologie n’est pas causée par la technologie. Mais parce qu’elle est le symptôme le plus visible, les parents et les politiciens pensent qu’il suffit de retirer les jeux vidéo, Facebook ou Instagram pour que tout soit résolu ».

En outre, le « temps d’écran » peut signifier beaucoup, beaucoup de choses différentes. Les parents feraient mieux de moins s’inquiéter du temps précis que les enfants passent à jouer aux jeux vidéo, à regarder la télévision, à surfer sur les médias sociaux, etc. et de s’intéresser davantage à la nature du contenu qu’ils consomment, créent et avec lequel ils interagissent.

Les études établissant un lien entre le temps passé devant un écran pendant l’enfance et les résultats négatifs ne tiennent souvent pas compte du type de temps passé devant un écran. De plus, la presse a tendance à confondre causalité et corrélation, en insistant sur le fait que le temps passé devant un écran est responsable de problèmes émotionnels, comportementaux ou de développement qui pourraient être le résultat d’un autre facteur (parents absents, dépression, etc.) qui entraînent à la fois plus de temps devant les écrans et le problème en question.

Il existe également de nombreuses recherches qui remettent en question les prophètes de malheur mais elles n’attirent pas autant l’attention des médias. Pour contribuer à corriger cette situation, voici cinq études récentes qui remettent en question les idées reçues sur les enfants et les écrans.

 

Analyse des effets de l’exposition aux écrans sur le développement cognitif des jeunes enfants

Publié dans Frontiers in Psychology, août 2022

Principal enseignement : la télévision peut être bonne pour le développement cognitif des enfants.

Dans cette étude, une équipe de chercheurs de l’Université de Portsmouth et de l’Université Paris Nanterre en France a examiné l’impact de l’exposition aux écrans sur le développement cognitif des jeunes enfants. Pour ce faire, les chercheurs ont analysé 478 études publiées au cours des deux dernières décennies. Si certaines études ont établi un lien entre l’exposition précoce à la télévision et des effets négatifs chez les enfants de moins de 3 ans, regarder la télévision était également lié à des effets positifs en fonction du type de média et des circonstances dans lesquelles ce visionnage a lieu.

Eszter Somogyi de l’Université de Portsmouth a déclaré dans un communiqué :

« Nous avons l’habitude d’entendre dire que l’exposition à l’écran est mauvaise pour l’enfant et peut nuire gravement à son développement si elle n’est pas limitée à moins d’une heure par jour. Bien qu’elle puisse être nuisible, notre étude suggère que l’accent devrait être mis sur la qualité ou le contexte de ce que l’enfant regarde, et non sur la quantité. Une narration faible, un montage au rythme rapide et des stimuli complexes peuvent rendre difficiles pour un enfant l’extraction ou la généralisation d’informations. Mais lorsque le contenu de l’écran est adapté à l’âge de l’enfant, il est susceptible d’avoir un effet positif, en particulier lorsqu’il est conçu pour encourager l’interaction. »

Regarder la télévision en présence d’une personne peut également rendre l’expérience plus bénéfique.

Eszter Somogyi ajoute :

« Regarder la télévision avec votre enfant et élaborer et commenter ce qui est visionné peut contribuer à améliorer sa compréhension du contenu, renforçant ainsi son apprentissage pendant les programmes éducatifs. Cela peut également contribuer au développement de leurs compétences en matière de conversation et fournit aux enfants un modèle de comportement approprié pour regarder la télévision. »

Jetez un coup d’œil à l’analyse complète pour une plongée en profondeur dans les effets positifs potentiels.

 

Âge d’acquisition d’un téléphone portable et adaptation de l’enfant : une étude prospective de 5 ans parmi les enfants latins à faible revenu

Publié dans Child Development, septembre 2022

Ce qu’il faut retenir : l’âge auquel les adolescents obtiennent des téléphones n’affecte pas leurs notes, leurs habitudes de sommeil ou leur humeur.

Dans cette étude, des chercheurs de Stanford Medicine ont suivi un groupe de 250 enfants pendant cinq ans, au cours d’une période où la plupart d’entre eux ont fini par obtenir leur premier téléphone portable.

Erin Digitale sur le site Web de Stanford Medicine note :

« Au lieu de comparer les enfants qui utilisent un téléphone avec ceux qui n’en ont pas à un moment donné, les scientifiques ont suivi le bien-être des participants au fur et à mesure de leur transition vers la possession d’un téléphone. »

Les sujets étaient âgés de 7 à 11 ans au début de l’étude et de 11 à 15 ans à la fin. L’âge moyen auquel ils ont obtenu leur premier téléphone portable était de 11,6 ans.

Mais environ un quart d’entre eux avaient un téléphone avant l’âge de 11 ans et un quart n’avait pas encore de téléphone à 12,6 ans. Et ni l’acquisition précoce ou tardive du téléphone n’était liée à des résultats négatifs.

Selon l’auteur principal Xiaoran Sun :

« Nous avons constaté que le fait que les enfants participant à l’étude aient ou non un téléphone portable, et le moment où ils ont eu leur premier téléphone portable, ne semblent pas avoir de liens significatifs avec leur bien-être et leur adaptation. Il ne semble pas y avoir de règle d’or pour attendre la huitième année ou un certain âge ».

Les chercheurs soulignent que des enfants peuvent encore être affectés négativement par la possession d’un téléphone.

Xiaoran Sun ajoute :

« Ce sont des tendances moyennes au niveau de la population. Il peut toujours y avoir des différences individuelles. Cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas retirer le téléphone de votre enfant si vous pensez qu’il prend trop de temps de sommeil. »

Mais il n’y a pas de bon ou de mauvais âge universel pour donner un téléphone portable aux enfants.

« Ces résultats doivent être considérés comme donnant aux parents le pouvoir de faire ce qu’ils pensent être bon pour leur famille », a déclaré l’auteur principal Thomas Robinson.

 

Connexion, créativité et drame : la vie des adolescents sur les médias sociaux en 2022

Publié par le Pew Research Center, novembre 2022

La principale conclusion : les adolescents considèrent que les médias sociaux ont un effet positif sur leur vie.

Les adolescents interrogés par le Pew Research Center dressent un « tableau nuancé de la vie des adolescents sur les médias sociaux », rapporte Pew :

« La majorité d’entre eux attribuent à ces plateformes le mérite d’approfondir les liens et de fournir un réseau de soutien lorsqu’ils en ont besoin, tandis qu’une proportion plus faible – mais notable – reconnaît les drames et les pressions pouvant accompagner l’utilisation des médias sociaux. »

Pew a mené son enquête auprès de 1316 Américains âgés de 13 à 17 ans en avril et mai 2022. Le rapport complet sur les résultats – publié le mois dernier – peut être consulté ici.

Quatre-vingt pour cent des adolescents interrogés ont déclaré que les médias sociaux leur donnaient l’impression d’être « plus connectés à ce qui se passe dans la vie de leurs amis », tandis que 71 % ont déclaré qu’ils leur offraient « un endroit où ils peuvent montrer leur côté créatif », 67 % ont déclaré qu’ils rencontraient « des gens qui peuvent les soutenir dans les moments difficiles » et 58 % ont déclaré qu’ils se sentaient « plus acceptés ».

Les adolescents ressentent une certaine anxiété à cause des médias sociaux. Près d’un tiers d’entre eux ont l’impression que leurs amis les laissent de côté, et 38 % se sentent « dépassés par les événements ».

Mais la plupart des adolescents soit 59 %  considèrent que les médias sociaux n’ont ni un effet positif ni un effet négatif sur leur vie. Seulement 9 % d’entre eux disent qu’ils sont surtout négatifs, tandis que 32 % disent qu’ils sont surtout positifs.

De nombreux adolescents affirment également que la vie sur les médias sociaux est meilleure que ne le supposent leurs parents. 39 % sont d’accord pour dire que « les expériences des adolescents sur les médias sociaux sont meilleures que ce que pensent les parents », tandis que 33 % disent que l’opinion de leurs parents à ce sujet est à peu près correcte et 27 % que c’est pire que ce que pensent les parents.

 

La déconnexion est plus problématique pour l’estime de soi des adolescents que l’utilisation intensive des médias sociaux : Evidence from Access Inequalities and Restrictive Media Parenting in Rural America

Publié dans Social Science Research Review, août 2022

Le point essentiel à retenir : Internet n’est pas à l’origine de la faible estime de soi des adolescents.

Keith Hampton, de l’université de l’État du Michigan, est professeur au département des médias et de l’information de l’école et auteur principal d’une étude sur la façon dont la déconnexion de la technologie affecte l’estime de soi des adolescents. Il a déclaré :

« Les adolescents qui sont déconnectés des technologies d’aujourd’hui sont plus isolés de leurs pairs, ce qui peut entraîner des problèmes. »

Les médias sociaux sont souvent accusés d’être à l’origine de l’anxiété, des problèmes d’image corporelle et des problèmes de confiance en soi des adolescents. Mais les problèmes d’estime de soi sont courants chez les adolescents quelle que soit la situation, note M. Hampton, qui suggère de chercher un coupable au-delà des médias sociaux et du temps d’écran.

Il a déclaré à MSU Today :

« La déconnexion est une menace bien plus grande que le temps passé devant un écran ». En fait, le temps d’écran peut même être bénéfique. Selon lui :

« Les médias sociaux et les jeux vidéo sont profondément intégrés dans la culture des jeunes, et ils font plus que divertir. Ils aident les enfants à se socialiser, contribuent à la formation de l’identité et fournissent un canal pour le soutien social. »

Pour son étude, Hampton et ses collègues ont examiné les données de 3258 adolescents vivant dans des zones majoritairement rurales du Michigan. Les sujets provenaient de 15 districts scolaires et de 21 écoles.

Les chercheurs ont mesuré le temps passé à consommer des médias numériques (y compris les services de diffusion en continu, les jeux vidéo, les médias sociaux et d’autres supports web), à regarder la télévision et à s’adonner à diverses activités en personne (socialiser avec des amis, participer à des clubs scolaires, passer du temps en famille, etc.) Ils ont également demandé aux adolescents dans quelle mesure leurs parents contrôlaient leur temps d’écran et quel était l’accès technologique à l’internet.

Le fait d’être déconnecté du monde numérique – que ce soit en raison d’un service internet défaillant ou de contraintes parentales – était un bien meilleur prédicteur d’une faible estime de soi que le temps passé devant les écrans.

Selon l’étude :

« Les pratiques de médiation très restrictives sont parmi les plus importantes pour l’estime de soi des adolescents, dépassées seulement par le fait d’être une femme. »

L’utilisation intensive des médias sociaux, du web, des jeux vidéo ou des vidéos en ligne « a un rapport beaucoup plus faible avec l’estime de soi des adolescents. Les adolescents, en particulier les garçons, ne disposant pas d’un accès Internet à haut débit à domicile ont tendance à déclarer une estime de soi nettement inférieure à celle qu’ils ressentent lorsqu’ils passent beaucoup de temps devant un écran sur un nouveau média ».

Hampton a déclaré à MSU Today :

« L’isolement ne provient pas du fait d’être en ligne, il vient du fait d’être déconnecté de ces sources de divertissement et de socialisation qui imprègnent la vie des adolescents. Pour la plupart d’entre eux, il s’agit des médias sociaux, des jeux vidéo et du partage des vidéos qu’ils regardent en ligne. C’est souvent la façon dont ils s’informent, communiquent et partagent. »

L’un des problèmes potentiels ici est celui qui affecte souvent les études sur la panique technologique : les parents de certains groupes (ceux qui contrôlent strictement le temps d’écran de leurs adolescents, qui vivent dans des régions plus éloignées, etc.) diffèrent probablement de manière significative des parents qui n’entrent pas dans ces catégories) sont probablement très différents des parents qui n’appartiennent pas à ces catégories. Ce sont peut-être ces différences familiales qui entraînent des différences dans l’estime de soi et les modes de socialisation et non le temps passé devant les médias numériques.

Mais même en tenant compte de ces éléments, l’étude de Hampton remet en question certains stéréotypes sur le temps passé devant un écran par les adolescents. (par exemple l’idée qu’une forte consommation de médias numériques interfère nécessairement avec les liens dans le monde réel). Les adolescents qui passaient plus de temps devant les écrans passaient également plus de temps à socialiser avec leur famille et leurs amis.

Hampton met en garde :

« Perpétuer le mythe selon lequel les adolescents qui passent plus de temps sur leurs appareils passent moins de temps avec leurs amis et leur famille et que le temps « excessif » passé en ligne nuit à la santé mentale de la plupart des adolescents, fait plus de mal que de bien. Lorsque les parents exercent un contrôle trop important sur le temps que leurs adolescents passent sur les écrans, ils coupent les enfants de leurs pairs et du soutien social qui protège la santé mentale. »

 

Association des jeux vidéo avec les performances cognitives chez les enfants

Publié dans JAMA Network Open, octobre 2022

Ce qu’il faut retenir : les jeux vidéo sont bons pour les enfants.

Pour cette étude, les chercheurs de l’Université du Vermont ont examiné les données de 2217 enfants qui ont participé à l’étude nationale sur le développement cognitif du cerveau des adolescents. Leur objectif : explorer les liens entre le temps passé à jouer à des jeux vidéo et certains aspects des performances cognitives.

Plus précisément, les chercheurs ont comparé les enfants qui ont déclaré ne pas jouer à des jeux vidéo à ceux qui ont déclaré jouer au moins 21 heures par semaine. Les enfants ont été invités à effectuer diverses tâches liées à l’inhibition de la réponse et à la mémoire de travail tout en étant soumis à une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle.

Les joueurs ont obtenu de meilleurs résultats aux tests cognitifs et ont également montré une altération de la signalisation dans les parties du cerveau liées à l’attention, au traitement visuel et au traitement de la mémoire. Les chercheurs n’ont constaté aucune différence significative entre les joueurs et les non-joueurs en termes de santé mentale.

Les chercheurs concluent :

« Les joueurs sont moins susceptibles d’être distraits par l’attention et obtiennent de meilleurs résultats que les non-joueurs dans les processus basés sur la sélection et la réponse, ce qui suggère que l’amélioration des performances attentionnelles des joueurs peut être sous-tendue par une plus grande capacité à supprimer ou à ignorer les stimuli non pertinents. »

Bien sûr, l’étude ne peut pas nous dire si le fait de jouer à des jeux vidéo entraîne ces différences cognitives ou si ces différences poussent certaines personnes à devenir des joueurs passionnés ou à rejeter complètement les jeux vidéo. Mais elle suggère que les craintes de voir les jeux vidéo ruiner la mémoire, la capacité d’attention, etc. des enfants sont peut-être exagérées.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • C’est quoi le danger?

    En premier lieu ce sont les parents qui sont légitimes à décider de l’education qu’ils veulent donner à leurs enfants;. même si la société refuse certaines educations ou juge des parents irresponsables.

    En général, pour les dommages psychologiques, Les études (que j’aie vues) qui concluent aux dangers ont souvent des présupposés de ce que devrait être une education voire un enfant  » normal ».
    Par exemple j’ia souvent vu une insistance mise sur la lecture…par papier et on importance.. grosso modo moi j’ai été éduqué comme ça, je ne suis pas un idiot donc c’est bien..or…je ne sais pas..
    scientisme et constructivisme dissimulé…

    Le danger est la démission des parents de leur rôle donc si ils s’en remettent à un écran mais AUSSI à des profs.. des éducateurs ou l’état.. !!!

    les écrans ont leurs avantages et leurs inconvénients..

  • Merci beaucoup pour cet article, ça fait du bien de découvrir que des études ayant mis en exergue des évidences existent. Oui les enfants peuvent être scotchés à leurs écrans sans en être névrosés et oui de vraies amitiés peuvent naître ou sont entretenues par ce moyen. Nous avions jadis le téléphone, à 12 ans à peine rentrée de l’école j’appelais ma meilleure amie alors que nous avions passé la journée ensemble. Auj, les gamins se retrouvent sur les réseaux. Et n’en deviennent pas plus bêtes ou asociaux.

    • Fantastique de constater que tous ces ados zombifiés le nez sur une tablette ou un portable, se préparent un avenir avec les activités digitales. Vous n’avez jamais entendu parler d’études à la con patronnées par l’Université ? Quelle crédibilité ont des institutions qui financent le wokisme , la théorie du genre….
      Je vous conseille la lecture de « La fabrique du crétin digital »

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Drôle d’époque, notre vie privée attire les convoitises. Pourtant elle est justement privée mais depuis l’arrivée d’internet et de l’informatique, nous pouvons être traqués dans nos moindres faits et gestes dans nos vies en ligne.

Gallimard ne sait rien de nos lectures. Amazon connaît tous nos achats et nous observe lorsque nous sommes sur sa liseuse Kindle. Universal ne connaît pas nos goûts musicaux. Spotify sait chaque seconde d’écoute. Le barman n’a que faire de nos conversations entre amis... Poursuivre la lecture

Les nations changent et évoluent à travers l’enseignement, ce dernier est au cœur des civilisations. Selon Le Robert, dictionnaire en ligne, l’enseignement est "l’action, l’art d'enseigner, de transmettre des connaissances".

L’enseignement se distingue de l’apprentissage qui est l’activité de l’étudiant lorsqu’il s’accommode des connaissances et l’éducation dont le but est l’acquisition globale des connaissances d’un individu à différents niveaux : intellectuel,  moral, social, culturel et scientifique. Nous pouvons donc dire que l’ens... Poursuivre la lecture

Je vous ai déjà parlé de mes conversations déprimantes sur le climat et la démocratie. En voici une troisième qui s'est tenue samedi dernier : mon interlocuteur, ingénieur, admet volontiers que la Terre a déjà connu des évolutions climatiques d'ampleur mais il considère que le contexte actuel des émissions anthropiques de CO2 va provoquer un changement à la fois si dramatique et si rapide, plus rapide que jamais auparavant, que l'Homme sera incapable de mettre en œuvre son génie technologique dans les temps pour s'adapter à la nouvelle donne.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles