Comprendre la crise européenne : une interview avec Václav Klaus

Interview de l’ancien l’ancien président de la République tchèque, le professeur Václav Klaus sur la crise européenne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Vaclav Klaus (Crédits : Petr Novák, Wikipedia, Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comprendre la crise européenne : une interview avec Václav Klaus

Publié le 28 novembre 2022
- A +

Par Claudio Grass.

Pour beaucoup d’entre nous, quelle que soit notre connaissance de l’histoire, des affaires politiques ou des questions socio-économiques, les conditions actuelles en Occident, et en particulier en Europe, peuvent parfois ressembler à l’intrigue d’un mauvais film. On dit souvent que l’histoire ne se répète pas mais qu’elle rime et ce que nous voyons aujourd’hui en est un excellent exemple. Néanmoins, on aurait pu s’attendre à ce qu’au moins certains des responsables des « grandes décisions » aient appris quelque chose des erreurs du passé – sinon des erreurs de leurs prédécesseurs, du moins des leurs.

La trajectoire politique actuelle, qui n’est qu’une simple accélération de la tendance des dernières décennies vers une centralisation et une concentration accrues du pouvoir entre les mains de quelques « élus », est désormais clairement entrée dans une phase particulièrement dangereuse. La déresponsabilisation délibérée de l’individu, l’infantilisation du corps politique, la suppression du libre débat et la diabolisation de la dissidence ont amené nos sociétés et nos économies à leur point de rupture.

Une véritable guerre fait rage en Ukraine, avec d’innombrables victimes directes et indirectes, une crise économique sans précédent dans la mémoire récente ravage les ménages salariés et ce « voleur invisible », à savoir l’inflation, est en train d’anéantir ce qui restait de la classe moyenne, forçant les anciens bienfaiteurs des banques alimentaires à devenir leurs bénéficiaires. Pendant tout ce temps, il semble que personne ne rejette la faute sur qui de droit.

Ce sont des réflexions et des questions de ce genre que nous avons récemment abordées avec l’ancien président de la République tchèque, le professeur Václav Klaus. Dans l’entretien qui suit, il offre de nombreuses pistes de réflexion, en s’appuyant sur sa propre expérience de la politique pendant les périodes les plus difficiles de l’histoire moderne et sur sa profonde compréhension de la géopolitique, de l’économie et de la nature humaine elle-même.

Claudio Grass (CG) : Bien que l’on puisse dire que l’Europe est en état de crise depuis au moins une décennie, on peut dire que cette fois c’est différent. Une guerre réelle a lieu à ses portes et tout le monde en paie le prix sous une forme ou une autre (et pas seulement les adversaires directs). Les avancées de la Russie sont pratiquement au point mort, tandis que les fissures dans l’économie européenne et les déchirures dans le tissu social s’aggravent de jour en jour. Combien de temps pensez-vous que cela puisse durer et quelles sont vos plus grandes inquiétudes quant à la poursuite de ce conflit ?

Václav Klaus (VK) : Je suis d’accord pour dire que c’est différent maintenant. La crise actuelle est bien plus profonde que les situations que nous (ou les politiciens) avons irresponsablement qualifiées de « crises » par le passé. Elle est le résultat d’une combinaison unique de facteurs et de causes. Certains d’entre eux sont directement visibles et font les gros titres, d’autres sont invisibles et ne sont donc pas suffisamment exposés ou discutés.

Le premier groupe de facteurs est constitué d’événements individuels, le second de changements lents et progressifs du système politique, social et économique. Ils ne sont pas statistiquement mesurables. Personne ne peut les voir car ils se produisent à petits pas. Néanmoins, c’est cette deuxième série d’évolutions qui est la plus inquiétante.

La guerre, la crise énergétique et les migrations de masse font les gros titres, mais pas les changements systémiques. Je crains que nous ne fassions pas attention à la distance qui nous sépare déjà des marchés libres et de la démocratie politique.

 

CG : Comme nous avons l’habitude de le voir lors de chaque conflit, les machines de propagande tournent à plein régime et les campagnes de peur sèment la panique et la division au sein de la population. Quelques semaines après le début de cette guerre et de plus en plus depuis, une haine généralisée de « tout l’Occident » ou de « tous les Russes » est propagée. Comment évaluez-vous des points de vue collectivistes comme ceux-ci ?

VK : Je sous-estime parfois à tort le rôle de la propagande car je crois qu’en ne regardant pas la télévision ou en étant isolé des réseaux sociaux, je suis immunisé contre elle. J’admets que c’est une mauvaise perspective.

La propagande directe est une chose, mais l’unilatéralité et la partialité générales des médias sont bien pires. Ce que nous vivons actuellement est similaire à ce que nous avons vécu la dernière fois dans les années 1950 et 1960. J’admire George Orwell, je le considère comme un génie et son livre 1984 comme une réussite historique. Mais j’ai toujours été opposé à l’utilisation hyperbolique et dramatique des aphorismes orwelliens pour décrire les affaires du monde réel. J’avais peur de banaliser la situation ou mes ennemis et mes adversaires. C’est différent aujourd’hui. Orwell est devenu directement applicable.

 

CG : De plus en plus d’appels sont lancés en Europe en faveur d’un « plan Marshall » pour l’Ukraine, les plus forts étant ceux du chancelier allemand Olaf Scholz et de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. La reconstruction de l’Ukraine devrait coûter environ 350 milliards de dollars selon la Banque mondiale. Compte tenu des résultats du premier plan Marshall, pensez-vous que le répéter aujourd’hui serait une bonne idée ?

VK : En tant qu’économiste, je ne crois pas aux plans Marshall en général et au plan Marshall de l’après-Seconde Guerre mondiale en particulier. L’importance du premier plan a été exagérée par la propagande.

Je connais des études qui démontrent son rôle marginal. La reconstruction de l’Europe d’après-guerre était l’œuvre de Ludwig Erhard, pas celle de George Marshall. Le rôle de l’aide étrangère a été canoniquement exposé par Peter Bauer, Deepak Lal et d’autres encore. L’aide étrangère plaît davantage aux donateurs qu’aux bénéficiaires. Je le vois maintenant dans les yeux des politiciens tchèques. Ce n’est pas leur propre argent qu’ils donnent.

 

CG : Alors que la guerre a monopolisé l’attention des médias et les discours politiques, il y a beaucoup d’autres problèmes et menaces auxquels les Européens sont confrontés et la plupart d’entre eux l’ont précédée, mais personne n’y a vraiment prêté attention. L’inflation est le plus grave d’entre eux et elle contraint d’innombrables ménages à faire des choix impossibles. Les politiciens occidentaux rejettent la faute sur la « guerre de Poutine », mais pensez-vous que les responsables de la politique monétaire et budgétaire de la zone euro en particulier doivent assumer une quelconque responsabilité ?

VK : Je considère que l’inflation est le problème le plus important de nos jours. Il ne s’agit pas seulement de Poutine. Il s’agit du Green Deal et surtout des politiques monétaires et fiscales inflationnistes, qui sont devenues « normales » après la récession de 2008-2009.

L’assouplissement quantitatif et les taux d’intérêt nuls (ou négatifs) de la politique monétaire des banques centrales et le financement du déficit des politiques budgétaires des gouvernements ont créé un déséquilibre macroéconomique. Nous vivons dans une atmosphère inflationniste et nous ne pouvons nous en débarrasser sans ruptures fondamentales dans les politiques monétaires et budgétaires.

À mon grand regret, Keynes est le vainqueur du jour, et non Milton Friedman. C’est une chose à laquelle je ne m’attendais pas, mais c’est la nouvelle réalité. Friedman, et non Keynes, était mon héros dans les jours sombres du communisme et il est frustrant qu’en ces jours brillants du « meilleur des mondes » de l’UE et des « démocraties libérales », Keynes soit de retour sur le piédestal.

 

CG : Nous avons vu beaucoup de politiques malavisées adoptées dans l’UE qui ont divisé le public et finalement infligé beaucoup de dommages à l’économie et à la société en général, de l’immigration à l’« agenda vert ». De nombreuses protestations ont eu lieu au fil des ans mais peu de choses ont changé, voire rien du tout. Cependant, vous attendez-vous à ce que la colère du public soit plus ardente et plus efficace cette fois-ci, alors que de plus en plus de personnes luttent pour mettre de la nourriture sur la table ?

VK : Les politiques de l’UE sont absolument mauvaises et donc dommageables. Vous mentionnez des protestations potentielles – je n’en vois aucune. L’Europe et l’ensemble de l’Occident se dirigent vers la gauche, vers le collectivisme, vers l’interventionnisme de l’État. S’il y a des protestations, elles sont contre le marché.

Il n’y a pratiquement pas de protestations significatives contre le système européen d’interventionnisme étatique massif et celles qui existent ne peuvent rien changer. Il y a du mécontentement mais pas de véritables protestations. Les gens croient encore à la possibilité d’améliorer le fonctionnement du système existant. Ils l’appellent encore économie de marché et démocratie parlementaire. Ce n’est toutefois pas une interprétation correcte de l’état actuel des choses.

 

CG : Vous avez vécu sous le communisme et avez fait l’expérience directe de la façon dont l’État utilise la peur pour manipuler et contrôler la population, pour museler la dissidence et le débat ouvert et pour appliquer des politiques qu’aucun individu libre-penseur et rationnel n’accepterait autrement. Même si nos politiciens insistent aujourd’hui sur le fait que nos démocraties occidentales sont synonymes de liberté, des valeurs fondamentales telles que la liberté d’expression ou la souveraineté financière individuelle ont été de plus en plus restreintes au fil des ans. Pensez-vous que tout cela soit réversible ou sommes-nous destinés à répéter les erreurs du passé que vous avez dû vivre ?

VK : C’est sans aucun doute réversible mais je ne vois personne qui soit prêt et capable de le faire. Ce qui est nécessaire, ce ne sont pas seulement des réformes marginales. Il faut une transformation fondamentale du système et je ne suis pas sûr que les électeurs soient intéressés par cela.

Des changements pourraient intervenir mais pas dans un avenir prévisible. Je sais que cela semble pessimiste, mais je pense que le changement n’est pas une tâche pour moi ou pour mes enfants, mais pour mes petits-enfants.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • L’UE est construite sur amas de mauvaises orientaions et de manipulations economiques debiles, « Le Marché de l’electricité » en est un exemple extraordinaire de débilités, sa constitution qui est illisibles et comportes des milliers d’articles, Elle devrait faire dix pages maxi : et quelques chapitres : Avec qui, Les Buts, les Moyens, les regles d’evolutions. L’UE est a refaire de fond en comble ! L’Ue est un amat d’erreurs, tout evenement exterieur, de n’importe quelle nature est ingerable, mal geré est entraine des catastrophes: l’Ukraine, le Covid, les elucubrations Ecolo-climatiques
    Quand a evaluer l’avenir de l’UE a la durée de l’intervention de la Russie en Ukraine, on pourrait se rouler par terre de rire si ce n’était pas triste. La Russie avec ou sans Poutine ne se laissera jamais bouffer par les USA, (Pour l’UE c’est deja fait). Les USA entendent demeurer au 21 siécle la seule super puissance, regissant la Planete , comme de 1900 a 2000, ce programme est ecrit et decrit, Sauf que la Chine, l’Inde, la Russie et l’afrique, excisé du peu, ne sont pas d’accord.
    Poutine n’est que le premier a réagir.
    Le champ de ruine que va devnir l’UE, emmenées par des Macron, si elle persite seulement ecore quelques mois, a ne pas voir ou est son interet va disparaitre, La France en téte bien sur.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme le rapportent les médias, les dirigeants ont réponse à tout. Prix du carburant faibles ? Ils les remontent avec des taxes. Trop élevés ? Ils donnent des aides.

La Dépêche :

« L'indemnité carburant de 100 euros, disponible depuis lundi 16 janvier, a déjà été demandée par plus de 825 000 foyers uniquement lors de cette première journée. Cette aide concerne 50 % des ménages les plus modestes, qui disposent d'un revenu fiscal de référence inférieur à 14 700 euros en 2021. »

Vous prenez la voiture ? Obtenez donc un chèqu... Poursuivre la lecture

climat
1
Sauvegarder cet article

Comment en sommes-nous arrivés à des théories aussi étranges que le wokisme, le féminisme radical, la théorie de la continuité sexuelle, l’antispécisme, le véganisme… ? À considérer comme normal le choix par un enfant de son prénom, de son genre ?… À accepter que les parents ne soient plus père et mère mais « parent 1 et parent 2 » ?

Ces théories sont en pleine contradiction avec les principes de l’analyse scientifique établis progressivement par les sociologues, philosophes, médecins. Le rejet des traditions immémoriales est celui de ... Poursuivre la lecture

Par Dominique Colas.

Au moment de son démantèlement en 1991, l’Union soviétique comptait des milliers de statues représentant son fondateur, Vladimir Lénine (1870-1924). Les quinze républiques constitutives de l’Union, devenues autant d’États indépendants, ont adopté à l’égard de ces monuments des politiques très différentes, qui en disent long sur leur vision politique et historique – ou, du moins, sur celle de leurs dirigeants. On le constate tout particulièrement en examinant les cas, opposés ici comme sur bien d’autres points, de l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles