Crise économique : machine infernale contre l’euro

Le renforcement de l’euro provient donc de la contraction de l’activité en Europe… et du ralentissement de l’inflation aux États-Unis.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Christine Lagarde (Crédits International Monetary Fund, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Crise économique : machine infernale contre l’euro

Publié le 23 novembre 2022
- A +

Les autorités monétaires en Europe ont abandonné le plafond des 2 % d’inflation en novembre de l’année dernière, juste avant la plus forte envolée de l’inflation en 25 ans.

Elle atteint aujourd’hui 10,6 % pour la zone euro.

 

La force du dollar fait partie du problème

L’euro perd pied face au dollar comme le yen ou la livre sterling.

L’euro baisse de 8 % contre le dollar (un rebond en cours depuis octobre limite la perte). Depuis le 1er janvier 2021, il perd 15 % par rapport au dollar.

L’euro remonte un peu grâce à une chute des prix de l’énergie en ce moment et une baisse de l’inflation aux États-Unis. Les marchés prévoient donc la fin du resserrement de la vis par la Réserve fédérale.

Néanmoins, ce répit pourrait vite s’évaporer. La zone euro n’a pas réglé les problèmes dans l’énergie. Elle a attiré des cargaisons de gaz liquide en acceptant de le payer plus cher que les autres. Par ailleurs, la baisse des prix dans l’énergie a lieu grâce à la chute de la demande – une contraction de l’activité économique.

Or, les autorités monétaires n’ont pas à ce jour manqué de rabaisser les taux et relancer la machine à billets en cas de contraction.

Par exemple, les coûts des énergies ont mené à la perte de 70 % de la production d’ammoniac, un ingrédient important des engrais, et (comme vous le voyez ci-dessous) de nombreux pays européens avaient perdu plus de 10 % de leur production d’acier en mai.

Le renforcement de l’euro provient donc de la contraction de l’activité en Europe et du ralentissement de l’inflation aux États-Unis.

Cependant, jusqu’ici, les autorités n’ont pas attendu les bras croisés pendant les contractions économiques. Ce ne sera pas différent cette fois-ci. Les élus feront à nouveau couler des euros – via les plans de relance, prêts aux entreprises en faillite ou aux contrôles des prix.

 

L’euro et les écarts de taux

La perte de valeur de l’euro a lieu car les obligations américaines paient plus de retours et les investisseurs recherchent la sécurité.

Les taux sur les obligations de la zone euro ont aussi grimpé pour refléter la fuite de capitaux vers les États-Unis.

Simone Wapler, mon associée sur notre lettre d’information, a récemment comparé les taux à travers le bloc que vous voyez dans le tableau ci-dessous.

Vous pouvez constater que le taux moyen est de 3,2 %, mais la Grèce et l’Italie paient plus du double du taux de l’Allemagne, le débiteur le plus sûr du bloc.

À la différence des États-Unis, la banque centrale européenne doit non seulement permettre aux pays de rembourser mais aussi éviter que l’écart des taux d’intérêt n’augmente beaucoup plus que cela.

Or, une politique monétaire de restriction affecte davantage les pays à risque – comme l’Italie – que les pays plus solides du bloc.

Les autorités européennes sont donc contraintes de conserver une politique d’assouplissement, aux dépens de la valeur de l’euro.

 

L’euro et l’énergie

L’euro remonte ces temps-ci grâce à la chute de tension sur les prix dans l’énergie. Le baril de Brent vient par exemple de chuter sous les 90 dollars, contre plus de 120 dollars en juillet.

Cependant, les marchés du courant électrique indiquent que le bloc n’est pas encore sorti d’affaire.

Le coût du MWh est toujours de plus de 200 euros en France, pareil qu’au début de l’année, selon l’Epex, alors qu’il coûtait en général moins de 60 euros en 2019.

De plus, la baisse du pétrole vient d’une contraction de la demande… pas d’une hausse de l’offre.

Dans l’immédiat, la production américaine est toujours inférieure de plus de un million de barils par jour par rapport à 2019, en dépit de l’incitation à produire impliquée par les prix élevés.

 

Par ailleurs, les investissements dans la production d’hydrocarbures se sont effondrés pendant les confinements.

Par exemple, selon Rystad Energy, l’industrie du pétrole et du gaz a acquis les droits à plus de 1,2 million de km2 de terrains – dans l’objectif de développer des gisements – en 2019. Sur les années suivantes, les acquisitions de terrains ont chuté à moins de la moitié de ce nombre.

De plus, les investissements dans les gisements sont toujours très inférieurs à leurs niveaux d’avant 2020. Le graphique ci-dessous vous montre par exemple les dépenses d’Exxon, la plus grosse compagnie de pétrole, sur l’exploitation de gisements au cours des trois dernières années.

 

 

Vous pouvez voir que la dépense a chuté de moitié de 2019 à 2021. En 2022, les montants investis restent en-dessous des niveaux de 2019 d’environ 8 milliards.

Les soucis d’énergie n’ont pas disparu. Et le manque d’investissements dans la production (au profit des renouvelables peu efficaces) devrait faire durer la pénurie.

Cela suggère que nous verrons un assouplissement de la politique de la banque centrale même si elle n’a pas l’inflation sous contrôle… et ainsi plus de faiblesse pour l’euro.

(Vous pouvez suivre nos analyses au quotidien en cliquant ici.)

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • le danger est la fin de des investissements dans les fossiles..

    car en plus dans l’instant ça apparait comme une aubaine pour le consommateur qui veut forcer la main des pétroliers..

    IL ne faut pas oublier que pour le moment les gens disent accepter une absurdité.. ils prétendent vouloir se passer des fossiles… donc, dans l’état actuel de la l’apauvrisssement.. et d’une façon ou d’une autre une énergie chère.. technologie,

    Il ne faut pas tout mettre sur le dos des politiciens.. mais la fin des débats intellectuels argumentés.. et des-éducation.s des masses… délibérée ou résultat de l’education d’état..peu importe.
    la vérité est souvent impopulaire ..

    c’est NOTRE faute… le peuple dans sa majorité accepte des autorités non légitimes..

    • « IL ne faut pas oublier que pour le moment les gens disent accepter une absurdité.. ils prétendent vouloir se passer des fossiles… »

      Euh???????? ça ne serait pas seulement ce que les gouvernants et les médias aux ordres racontent? « Les gens » ça n’est pas la même chose que « tous les gens »! Pour avoir un peu circulé sur l’autoroute au moment des dernières vacances, j’ai surtout vu des véhicules marchant aux fossiles diesel ou essence ( soyons fous et incluons les hybrides qui sont une aberration technique dans le lot ) et quoi que l’on nous dise, la majorité va bien vite revenir aux fondamentaux quand l’énergie viendra à manquer, qu’elle soit électrique ou gazière!
      Quant au peuple, les autorités légitimes, il s’en contrefout, il vote n’importe comment, ça lui donne bonne conscience, vu que le résultat quel qu’il soit, c’est bonnet blanc et blanc bonnet!

  • Faire marcher la planche à billets crée de l’inflation (surtout pour payer la dette de l’état) : plus de papier pour une création de richesse constante. Avoir un bilan économique déficitaire dans un pays crée de l’inflation : pour payer la dette, il faut prélever plus d’impôts ou diminuer la valeur du service rendu par l’état (ex : inefficacité de la justice, police, hôpitaux, éducation, etc).
    Dans les 2 cas, il y a augmentation de la pauvreté et de la paupérisation de la population (sauf celle des élites naturellement). Ces 2 phénomènes sont indépendants de toute action des monnaies extérieures. Ils sont caractéristiques des gouvernements de gauche qui distribuent l’argent des autres : quand il n’y a plus d’argent à distribuer, on distribue la pauvreté par la baisse de la richesse commune.

  •  » les investissements dans la production d’hydrocarbures se sont effondrés » aussi à cause des politiques « climatiques »

  • Difficile de comprendre comment une baisse de l’activité, donc de la production, pourrait entrainer un ne hausse de l’Euro. Qui a besoin d’Euros dans le monde et pour quoi faire dans la mesure où l’Europe produit de moins en moins de ce qui est exportable et ne dispose pas du pouvoir militaire d’imposer cette monnaie comme moyen de paiement des échanges internationaux, comme ont pu le faire les US jusqu’à présent ?

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Je viens d'écouter l'audition d'une petite heure de Jean-Marc Jancovici au Sénat, qui a eu lieu le 12 février dernier dans le cadre de la « Commission d’enquête sur les moyens mobilisés et mobilisables par l’État pour assurer la prise en compte et le respect par le groupe TotalEnergies des obligations climatiques et des orientations de la politique étrangère de la France ».

Beaucoup d'informations exactes, qui relèvent d'ailleurs bien souvent du bon sens, mais aussi quelques omissions et approximations sur lesquelles je souhaite reveni... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Comme chaque année les chiffres de la balance commerciale sont minorés et présentés en retirant les frais de transport du montant de nos importations. 

Les frais de transport sont pourtant une partie intégrante du coût de revient et sont répercutés sur le prix de vente au consommateur. Mais pourtant, ils sont retraités afin de les comparer aux chiffres des exportations qui, eux, n’intègrent pas les frais de transport. L’opération semble contestable… 

Les « vrais » chiffres de la balance commerciale de 2022 avaient ainsi frôlé le... Poursuivre la lecture

La nécessité de décarboner à terme notre économie, qui dépend encore à 58 % des énergies fossiles pour sa consommation d’énergie, est incontestable, pour participer à la lutte contre le réchauffement climatique, et pour des raisons géopolitiques et de souveraineté liées à notre dépendance aux importations de pétrole et de gaz, la consommation de charbon étant devenue marginale en France.

Cependant, la voie à emprunter doit être pragmatique et ne doit pas mettre en danger la politique de réindustrialisation de la France, qui suppose une... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles