L’Occident n’est pas devenu riche à cause de l’esclavage, mais malgré lui

Il est inexact de prétendre que l’esclavage a inauguré une période de dynamisme économique en Occident ou ailleurs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Occident n’est pas devenu riche à cause de l’esclavage, mais malgré lui

Publié le 11 octobre 2022
- A +

Par Lipton Matthews.

 

Le film à succès The Women King a ressuscité le mythe selon lequel l’esclavage procure de la richesse. Si les critiques irritées affirment que le film minimise le fait que l’empire du Dahomey tirait sa richesse de l’esclavage, cette observation associe à tort la réussite politique à l’épanouissement humain. L’État et l’individu sont deux entités distinctes et, à ce titre, les objectifs des individus sont souvent incompatibles avec ceux de l’État.

En Afrique, la traite des esclaves a enrichi les marchands et les élites politiques aux dépens des personnes réduites en esclavage, et les Africains ordinaires ne sont pas sortis gagnants de la traite transatlantique des esclaves. Le fait que des États comme l’Asante et le Dahomey se soient enrichis grâce à la traite des esclaves est en réalité un commentaire sur l’influence croissante des élites africaines plutôt qu’une indication de l’amélioration du niveau de vie des gens ordinaires.

Pendant l’apogée de la traite des esclaves, leur commerce était monopolisé par le roi Dahomean. Après avoir été achetés pour le commerce, les esclaves étaient vendus sur la côte par les commerçants royaux. Les opportunités offertes par ce commerce ont conduit à l’établissement d’une classe marchande prospère, composée principalement de personnes liées à la bureaucratie de l’État. Inévitablement, la traite des esclaves était un autre moyen pour les élites d’accumuler des richesses plutôt qu’un agent de prospérité de masse.

 

Pas de révolution économique grâce à l’esclavage

Tout au long de l’histoire, de nombreuses sociétés ont pratiqué l’esclavage. Pourtant, celui-ci n’a jamais conduit à une révolution économique dans aucune société préindustrielle. Mais, malheureusement, les gens continuent de faire l’amalgame entre l’enrichissement du trésor national et l’avancement individuel. En tant qu’outil mercantile, l’esclavage a permis d’augmenter la trésorerie nationale, mais il n’a pas réussi à engendrer une prospérité généralisée.

La rhétorique médiatique peut promouvoir l’idée que l’esclavage mène à la prospérité économique, mais cette affirmation n’est que du folklore et est facilement démentie par le bilan économique catastrophique du Dahomey. Aujourd’hui, le Dahomey, aujourd’hui le Bénin, a un revenu par habitant de 1428 dollars, selon la Banque mondiale. Le Dahomey était l’un des acteurs africains les plus importants de la traite des esclaves, alors si la traite des esclaves est une voie potentielle vers la richesse, pourquoi est-il si pauvre aujourd’hui ?

En dépit de la puissance de la rhétorique dominante selon laquelle l’esclavage est lié à la prospérité économique, les études montrent systématiquement une relation négative entre l’esclavage et le développement. Il ne faut pas non plus croire aux balivernes selon lesquelles la richesse de l’Europe reposait sur l’esclavage. Les pays européens se modernisaient déjà avant de participer à la traite des esclaves et à l’esclavage atlantique.

En outre, le succès de l’économie atlantique doit être attribué à l’avantage en capital institutionnel et humain des économies européennes. Les Européens ont créé des sociétés commerciales, des compagnies d’assurance et d’autres innovations pour superviser les activités d’exploitation. Par conséquent, ceux qui prétendent que l’esclavage a construit l’Europe identifient mal les canaux qui ont conduit à la croissance.

 

Esclavage et société fermée

L’esclavage est un exemple classique de ce que l’économiste Douglass North appelle un ordre social fermé.

Dans de tels systèmes, les opportunités sont limitées et les privilèges sont distribués à une poignée de personnes. Les sociétés esclavagistes privent naturellement les esclaves et les personnes trop pauvres pour acquérir des biens meubles de leurs droits. Les esclaves sont rarement exposés à l’éducation ou reçoivent les outils nécessaires pour réussir et, comme la plupart des politiques favorisent l’aristocratie esclavagiste, les non-esclavagistes sont désavantagés.

En outre, les sociétés esclavagistes sont peu enclines à investir dans l’alphabétisation de masse, les institutions civiques et le secteur industriel. Comme les élites économiques tirent l’essentiel de leur richesse de l’esclavage, elles ne sont pas motivées pour financer des innovations dans d’autres secteurs de l’économie et, grâce à leur poids politique, les esclavagistes peuvent bloquer les réformes qui les privent d’avantages. Le lien négatif entre l’esclavage et les résultats sociaux est un fait persistant dans la recherche économique, contrairement à la propagande dominante.

Par ailleurs, dans l’Amérique du XIXe siècle, le Nord Américain était plus productif et plus innovant que le Sud, producteur d’esclaves. Pourtant, malgré l’importance de l’esclavage pour l’économie du Sud, après l’abolition, ce dernier a continué à prospérer, ce qui suggère que l’esclavage n’est pas une condition nécessaire au progrès économique. En effet, il est inexact de prétendre que l’esclavage a inauguré une période de dynamisme économique en Occident ou ailleurs. En outre, il convient de noter que les économies non occidentales étaient davantage dépendantes de l’esclavage…

L’abolition de l’esclavage dans des endroits comme Ibadan et parmi le peuple Igbo a gravement perturbé la société. Contrairement aux pays occidentaux qui pratiquaient l’esclavage, ces sociétés avaient moins de possibilités de diversification économique. Leurs économies étaient intimement liées à l’esclavage et il existait peu d’industries susceptibles de remplacer l’institution de l’esclavage. Ainsi, bien que l’esclavage ne les ait pas rendus riches, ils ont obtenu une plus grande part de richesse de cette institution que leurs homologues occidentaux.

Dans le climat actuel d’hystérie, les gardiens de l’intellect répètent souvent comme un perroquet l’affirmation selon laquelle l’esclavage est un moteur de prospérité, mais cette notion n’est pas étayée par des tests empiriques rigoureux et la répéter ne la rendra jamais vraie.

 

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • L’esclavage n’a peut-être pas rendu riche l’occident, cela reste une pierre noire dans la colonisation occidentale.

    • La colonisation n’a pas été synonyme d’esclavage : l’Immigration actuelle vers la France de ses pays décolonisés depuis plus d’un demi-siècle en est la preuve.

      • En plus, ce n’est même pas un effet d’un quelconque syndrome de Stockholm : les migrants viennent en masse dans les pays de leur ex-colonisateurs (surtout en France et en Angleterre) dans l’espoir d’y acquérir la liberté, de s’enrichir, de se loger et de manger à leur faim … sans « casser les quatre pattes d’un canard » !

    • Historiquement et du point de vue de l’Occident, l’esclavage a précédé les colonisations. Mettre les deux phénomènes dans le même panier relève donc au mieux d’un manque de culture historique, au pire de la mauvaise foi.
      Pour rappel, les traites négrières ont officiellement pris fin en France en 1815 et l’esclavage a été formellement aboli en France en 1848 – la France suivant les autres puissances esclavagistes.
      En France toujours, la colonisation (si on exclut la conquête de l’Algérie, qui ne relevait pas du même phénomène) est une œuvre de la IIIe République, qui s’était donnée pour mission d' »éduquer les races inférieures ». Et, de manière plus prosaïque, en reprenant les mots de Jules Ferry :
      « Je dis que la politique coloniale de la France, que la politique d’expansion coloniale, celle qui nous a fait aller, sous l’Empire, à Saïgon, en Cochinchine, celle qui nous a conduits en Tunisie, celle qui nous a amenés à Madagascar, je dis que cette politique d’expansion coloniale s’est inspirée d’une vérité sur laquelle il faut pourtant appeler un instant votre attention : à savoir qu’une marine comme la nôtre ne peut pas se passer, sur la surface des mers, d’abris solides, de défenses, de centres de ravitaillement. (…) Rayonner sans agir, sans se mêler aux affaires du monde, (…) c’est abdiquer, et, dans un temps plus court que vous ne pouvez le croire, c’est descendre du premier rang au troisième et au quatrième… »

  • L’Occident n’est pas devenu riche à cause de l’esclavage, mais …..
    Grace a l Energie potentielle contenue dans un litre de pétrole , bien Naturel et Gratuit, la substance la plus facilement mobilisable pour un coût le plus favorable économiquement !!! Les Lumières n ont pas eu l influence qu’on leur prête , Voltaire étant peut être a part dans la circonstance !

    • En fait ce n’est pas le pétrole mais la machine à vapeur (charbon) qui a décuplé l’énergie disponible, puis l’électricité. La première utilisation de la vapeur est attesté au I° siècle par Héron d’Alexandrie avec un mécanisme d’ouverture de porte par la pression de la vapeur. Ce n’était pas dans un but industriel, mais installé dans un temple.

  • « En tant qu’outil mercantile, l’esclavage a permis d’augmenter la trésorerie nationale, mais il n’a pas réussi à engendrer une prospérité généralisée. »
    C’est la seule phrase sensée, quoique poildeculteuse. Elle devrait se poursuivre : « … et a surtout ruiné les peules qui en ont été victimes « .

  • Trés bon article. Il faudrait y rajouter l’esclavage des pays musulmans qui allaient s’approvisionner aux même sources que nous mais qui vivaient comme le souligne l’article uniquement sur l’esclavage et n’ont jamais su développer des pays enrichissant. Voir l’absence d’inovations d’industries de rechnechers et d’exploitations industrielles de ces pays en particulier du maghreb, du moyen orient jusqu’en turquie comprise. Il en est de même des nombreuses sociétés africaines qui ont protiqués l’esclavage jusq’à leur colonisation. Ces vérités sont bien dérangeants pourles wokistes et leurs émules mais il serait bon qu’elles soient publiées et télévisées partotut afin de remttre les choses à leurs places. Mais vu l’époque d’aveuglement et de pouvoir des minorités c’est probablement trop demander. Jamais un européen n’a eu a aller chercher des esclaves à coup de fusils comme on le voit dans les films de désinformation. Il était bien plus simple de le acheter aux pays d’afrique qui en faisient comerce et se sont fortement enrichi grace à la vente des esclaves.

  • L’utilisation du terme enrichissement dans toutes les situations jette le trouble. Il peut y avoir et il y a eu enrichissement avec la traite mais c’est vrai que ce n’est pas le moteur du développement économique et social.
    Concernant l’esclavage hors traite c’est plus complexe car on trouve de nombreuses modalités de captivité, des plus tragiques au plus douces (si on peut dire).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le débat du 21 novembre sur LCI entre les trois candidats à la présidence des Républicains a été fort décevant.

Comme à son habitude, Éric Ciotti a joué la carte de la fermeté en défendant une droite « qui ne s’excuse plus d’être elle-même » ; Bruneau Retailleau s’est fait le partisan d’une droite « fière de ses valeurs avec une ligne claire sur le régalien et l’économie » ; Aurélien Pradié n’a rien trouvé de mieux que de vanter son expérience de maire et de pompier.

Dans son éditorial du journal Le Figaro des 26 et 27 novembre ... Poursuivre la lecture

Avec un PIB par habitant de 1606 dollars début 2022, le Sénégal, pays du train le plus rapide d’Afrique subsaharienne, affiche désormais un niveau de richesse par habitant près de deux fois supérieur à celui du Rwanda, parfois surnommé le « Singapour africain ». Le dynamisme sénégalais s’accompagne d’une modernisation rapide du pays, qui maîtrise dans le même temps sa dépendance aux aides publiques étrangères au développement et démontre par ailleurs que progrès et démocratie ne sont pas incompatibles.

Selon les dernières données pu... Poursuivre la lecture

Kenya OGM
1
Sauvegarder cet article
La voie est libre pour des maïs génétiquement modifiés

Le président nouvellement élu William Ruto (et ancien ministre de l'Agriculture) a convoqué son cabinet le 3 octobre 2022 pour examiner principalement les progrès réalisés dans la réponse à la sécheresse en cours. Celle-ci affecte 23 comtés du Kenya sur 47 et a touché au moins 3,1 millions de Kenyans (sur quelque 54 millions) ; c'est la pire sécheresse depuis 40 ans dans la Corne de l'Afrique.

Lors de cette réunion, il a été décidé de lever l'interdiction de la culture et des impor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles