La réindustrialisation de la France est bien mal partie

La France a un urgent besoin de se réindustrialiser et le redressement de son économie tient précisément à la réussite de ce difficile pari.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo by Ümit Yıldırım on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réindustrialisation de la France est bien mal partie

Publié le 24 novembre 2022
- A +

Beaucoup de temps a été perdu du fait que nos autorités se sont fondées sur la loi dite des trois secteurs de l’économie qui voudrait qu’une société moderne soit une société « postindustrielle ».

Comme nous l’avons montré dans d’autres articles, les travaux de Jean Fourastié sur l’évolution des sociétés ont été mal interprétés. Dans Le grand espoir du XXe siècle paru en 1949, un ouvrage au succès considérable, cet économiste avait mis en évidence les évolutions en termes d’emplois, et non pas de valeur ajoutée. Nos dirigeants ont trop vite conclu qu’une société moderne est une société sans industrie. Fourastié avait pourtant bien pris comme critères de classification des activités la vitesse à laquelle évolue le progrès technique. Une société moderne a des effectifs industriels effectivement limités mais la valeur ajoutée par personne est devenue très importante de sorte que le secteur secondaire continue à figurer en bonne place dans le PIB des sociétés avancées.

Cette erreur impardonnable a conduit l’économie française à la ruine : le secteur industriel ne contribue plus que pour 10 % à la formation du PIB alors que ce ratio devrait normalement avoisiner 18% à 20 % du PIB. La France est à présent le pays le plus désindustrialisé de tous les pays européens, la Grèce mise à part. Il s’agit donc maintenant de remonter la pente en réindustrialisant au plus vite le pays. Mais l’environnement n’est guère favorable à la réussite de ce pari. D’une part la fiscalité qui pèse sur les entreprises est trop lourde et la compétitivité des entreprises industrielles s’en ressent fortement. D’autre part, le droit du travail alourdit considérablement la gestion des entreprises et les empêche d’être flexibles en les paralysant.

Comparé, par exemple, au droit du travail de la Suisse, le notre paraît aberrant : il est dissuasif pour les candidats voulant se lancer dans une aventure industrielle. Malgré un coût du travail extrêmement élevé, la production industrielle par personne de la Suisse est la plus élevée d’Europe et sa balance commerciale est chaque année largement positive, ses exportations étant régulièrement supérieures à ses importations.

Du fait de la guerre en Ukraine vient s’ajouter un obstacle supplémentaire : le coût de l’énergie est subitement multiplié par trois ou par quatre.

Le JDD du 20 novembre dernier publie un article très intéressant intitulé « Délocalisations énergétiques : le nouveau péril ».

La journaliste Emmanuelle Soufi cite différentes entreprises qui délocalisent de ce fait leur production.

Par exemple, cette PME de 100 personnes délocalise en Espagne sa production de pizzas pour les rapatrier ensuite par camions frigorifiques.

Toshiba reporte sur les États-Unis sa fabrication d’encre pour photocopieuses.

La firme Safran retarde l’ouverture d’un nouveau site à Feyzin, où elle voulait produire des freins d’avion, une fabrication où le gaz représente 40 % du prix de revient : en attendant, la production de ces freins est basculée sur des usines aux États-Unis ou en Malaisie.

Un dirigeant d’entreprise explique : « La France avait deux avantages : les compétences de sa main- d’œuvre et les prix de l’énergie. Les premières sont devenues une denrée rare et les seconds se sont envolés ».

Pour le seul secteur industriel, les charges nouvelles liées à l’augmentation soudaine du coût de l’énergie s’élèvent à 6 milliards d’euros.

 

Le plan France 2030 d’Emmanuel Macron va-t-il permettre de relever le défi auquel le pays doit faire face ? Lancé en octobre 2021, il est trop tôt pour se prononcer mais on peut craindre qu’il soit très insuffisant.

Une note du ministère de l’Économie et des Finances du 18 novembre 2022 énonce :

« Le Président de la République Emmanuel Macron dévoilait il y a un an le plan d’investissement France 2030. Avec 54 milliards d’euros, ce plan doit permettre de rattraper le retard industriel français, d’investir massivement dans les technologies innovantes ou encore de soutenir la transition écologique. Il vise en particulier la création de nouvelles filières industrielles et technologiques ».

Initialement, il s’agissait de seulement 30 milliards d’euros étalés sur 5 ans pour « relever des défis accablants », sans que l’on sache exactement sous quelle forme allait être fourni l’appui de l’État à des entreprises. Le frein essentiel est en fait le climat social du pays, un droit du travail paralysant et des syndicats qui persévèrent dans leur stratégie de lutte permanente contre le patronat, un comportement hérité de la charte d’Amiens qui date de 1906.

On est très loin du climat dans lequel fonctionne la Suisse dont l’économie est extrêmement performante : jamais de grèves, les conflits se réglant obligatoirement par le dialogue du fait d’un accord entre le patronat et les syndicats remontant à 1937, un Code du travail se limitant à une trentaine de pages et des semaines de travail pouvant aller jusqu’à 45 heures voire 50 heures. L’âge de départ à la retraite est fixé à 65 ans depuis 1948. Les syndicats et le patronat se comportent comme des partenaires sociaux ayant décidé par la convention Paix sociale signée le 19 janvier 1937 de régler les conflits par le dialogue. Les licenciements se font selon des règles très simples : préavis de un mois la première année puis deux mois de la seconde à la neuvième année de présence, ensuite trois mois au-delà ; il n’y a pas nécessairement obligation d’en indiquer le motif ni d’accorder des indemnités particulières. La fiscalité des entreprises est plus légère qu’en France et les cotisations – tant patronales que salariales – sont bien inférieures aux nôtres.

Notre pays est très loin d’être en mesure de s’acheminer sur cette voie. Par conséquent il est à craindre que le pari de réindustrialiser notre pays dans des délais raisonnables ne puisse être tenu. Les syndicats continuent à se cantonner dans des luttes stériles contre le patronat et les partis d’opposition luttent contre le capitalisme, comme on l’a vu encore tout récemment avec le projet de taxation des « super-profits ».

On ne peut que s’interroger : pourquoi notre pays est-il incapable de s’inspirer de l’expérience des pays qui ont une économie qui fonctionne bien ? Il y a pourtant autour de nous des économies prospères et dynamiques !

 

La Suisse, tout spécialement, en est un : elle a un PIB per capita de 93 457 dollars, alors que la France en est à un PIB par tête de seulement 43 518 dollars. De tels chiffres mériteraient d’être connus des Français, mais aucun média ne s’aventure à jeter le pavé dans la mare. On ne peut que se demander pourquoi.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • La seule question est la suivante:
    Les causes de la désindustrialisation que l’Europe du Sud, la France en premier lieu connaissent depuis trente ans sont elles encore d’actualité ?
    La réponse est oui, et ne cessent de s’aggraver avec la guerre contre la Russie, l’inflation, et un endettement devenu hors de contrôle

  • La France a gardé ses 246 variétés de fromage. Son classement chez Transparency International est totalement usurpé.

  • 1- Entre ces 54G€ de subventions (extorqués à quels contribuables?) et une réduction de 54G€ des charges en tous genres aujourd’hui extorquées aux entreprises, qu’est-ce qui serait le plus efficace pour stimuler l’industrie?
    2- Entre un code du travail de 3800 pages qui bureaucratise et paralyse toute l’activité et le code suisse de 32+130 pages qui équilibre les libertés des employeurs et employés qu’est-ce qui serait le plus efficace pour stimuler l’industrie?
    L’industrie a besoin de liberté et de saine concurrence, pas d’une tutelle, ni même de ministre.

  • 2 maux à l’origine de ce mal du pays France:
    -le centralisme hérité de notre passé royaliste et de l’Eglise: tout se décide à Paris par des gens complètement déconnectés des réalités: les Politiques, les syndicats et le monde de la culture dont les membres ne gèrent que leur petite carrière au détriment du bien être et de la responsabilité du peuple.
    -la prise de pouvoir des « littéraires » au détriment des actifs. Depuis Mitterand la France s’est désintéressée de l’économie et donc de production de richesses pour ne privilégier que la grande nation des lumières et peuple le plus intelligent de la planète. A l’assemblée nationale seuls 6% des députés sont issus du monde du travail…
    Seule issue: le fédéralisme régional pour enfin se couper de la sangsue parisienne…

  • De toutes façons, l’idée de réindustrialiser en prenant appui sur la « transition énergétique » conduit à l’échec assuré. C’est l’absence de compétitivité qui a mené à la désindustrialisation, dès lors la voie du salut passe par par une « recompétivité », or on prend le chemin inverse.

    • Oui, il faut abandonner d’urgence la transition énergétique, remettre notre industrie nucléaire en route (avec les compétences qui nous restent dans ce domaine avant qu’elles n’aient complètement disparu), et réindustrialiser tous les secteurs satellites de cette filière ( métallurgie, industrie mécanique, électronique etc…) en priorité. Et aussi dépoussiérer le code du travail afin de libérer nos entreprises de ce carcan. Et réduire les taxes et impôts inutiles et exotiques qui plombent notre économie et notre compétitivité. Après on verra plus clair!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

N’avoir école que l’après-midi, nous en avions tous rêvés lorsque nous foulions les bancs de l’école. Pourtant, ce qui était un doux rêve pour beaucoup s’apparente aujourd’hui à un cinglant cauchemar.

L’annonce nous vient du ministre de l’Éducation nationale, Pap N’diaye, lors de l’Educatech Expo qui s’est tenue en fin de semaine Porte de Versailles à Paris. Ce rendez-vous incontournable de l’innovation éducative a donc été paradoxalement l’occasion pour le ministre de faire une des annonces les plus régressives pour le secteur : la fi... Poursuivre la lecture

Main tenant une bougie éteinte.
9
Sauvegarder cet article

Les politiciens sont rarement les crayons les plus affûtés de la trousse mais tous comprennent toujours très vite qu’il ne faut jamais gâcher une bonne crise : si celle-ci permet d’accroître son pouvoir, tout sera donc fait pour ! Il en va dès lors de la faillite de FTX comme du reste et déjà les opportunistes se bousculent pour proposer de nouvelles bordées de régulations à la suite de cette débâcle.

Difficile de ne pas noter non plus l’engouement subitement renouvelé de certains États pour les cryptomonnaies de banques centrales : la... Poursuivre la lecture

Récemment, le président français Emmanuel Macron s'est emporté contre la "loi sur la réduction de l'inflation" américaine, un texte législatif qui offre des subventions aux voitures électriques et qu'il considère comme une violation des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), qualifiant cette initiative de "non amicale".

Ce qui est troublant, c'est qu'en réponse à cette initiative protectionniste américaine, Macron veut répondre par le protectionnisme européen, puisque la France et l'Allemagne envisagent maintenant un Buy ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles