Économie : la France est très peu performante

Dans sa récente déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale Élisabeth Borne a énuméré ses priorités qui sont au nombre de cinq. Mais la réindustrialisation du pays n’y figure pas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Économie : la France est très peu performante

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 septembre 2022
- A +

Telle est la conclusion que l’on peut tirer de la publication par le Bureau des Statistiques de l’ONU d’une étude sur l’évolution des PIB par habitant de divers pays, examinée sur une longue période. Ce n’est d’ailleurs pas surprenant car l’on voit bien que tous les clignotants de l’économie française sont au rouge, et que la dette de la France ne cesse de croître, d’année en année. Et l’on voit les habitants  réclamer en permanence une amélioration de leur pouvoir d’achat.

 

L’observation des données sur le temps long

Pour examiner les performances de l’économie française, nous nous en réfèrerons à des données provenant de sources diverses, concernant l’évolution, dans différents pays, des PIB/capita, des soldes des balances commerciales, et de la productivité horaire, tout cela sur une longue période :

Comme on le voit sur ce tableau, l’économie française réalise depuis une quarantaine d’années des performances très médiocres, bien inférieures à celles des autres pays européens. Elle crée moins de richesse que ses voisins : le PIB/tête des Français a été multiplié par 3,03 en quarante ans alors que le  Danemark l’a multiplié par 4,13 et la Suisse par 4,61. Et un pays comme Israël a fait encore mieux, sans compter les États-Unis.

Il est une autre manière de juger des performances de l’économie française : constater que des pays qui, comme c’était notre cas, enregistraient régulièrement dans les années 1970 un déficit de leur balance commerciale sont parvenus à redresser la situation, alors que la France n’a pas été capable de le faire. C’est ce que montre le tableau ci-dessous :

Tous les pays figurant sur ce tableau sont parvenus à redresser la balance de leur commerce extérieur en développant leurs exportations, sauf la France qui non seulement en est toujours à un commerce extérieur déficitaire, mais voit son déficit commercial s’aggraver. En 2021 il était à -3,4 % du PIB, un déficit colossal se situant à un niveau encore jamais enregistré !

Enfin, un autre constat, issu, lui, d’une étude du Conseil d’analyse économique, portant sur l’évolution de la productivité dans différents pays :

On voit que dans la première période les chiffres de la France étaient très honorables, alors qu’en fin de période ils sont devenus inférieurs à ceux des pays voisins.

Mais que se passe t il donc ? Curieusement, les économistes ne paraissent pas s’être penchés sur ce problème, ce qui est difficile à comprendre, cette question étant primordiale pour parvenir à redresser la situation.

Déclin constant du secteur industriel et appauvrissement du pays

L’industrie joue un rôle clé dans la création de richesse, ce qui est aisé à mettre en évidence en examinant la relation existant, dans différents pays, entre leur production industrielle et le PIB par tête des habitants, le PIB/capita étant l’indicateur qu’utilisent habituellement les économistes pour mesurer la richesse des pays.

C’est ce que montre le graphique ci-dessous où il est pris, en abscisses, pour variable explicative, la production industrielle des pays calculée par habitant (ce qui ne se fait jamais, les économistes raisonnant toujours en pourcentage des PIB) et, en ordonnées, les PIB/capita de ces pays.

Pour ce qui est des données sur la production industrielle, il s’agit des informations fournies par la BIRD qui inclut la construction dans l’industrie, les productions industrielles étant mesurées, ici, en valeur ajoutée selon les données des comptabilités nationales des pays.

Graphique correlation production industrielle/habitant et PIB/capita

 

Sur ce graphique on voit qu’avec une production industrielle faible de 6432 dollars par habitant la France dispose d’un PIB/capita de seulement 39 030 dollars ; avec un ratio bien meilleur de 12 279 dollars le PIB/capita de l’Allemagne s’élève à 46 208 dollars ; avec un chiffre record de 22 209 dollars dollars, la Suisse atteint un PIB/capita de 87 097 dollars, le plus élevé d’Europe.

Dépenses publiques croissantes et asphyxie du pays

Le secteur industriel français n’a pas cessé de décliner depuis la fin des Trente glorieuses, ce qui explique le faible niveau de la production industrielle par habitant figurant sur le graphique ci-dessus.

La France est devenue le pays le plus désindustrialisé d’Europe, la Grèce exceptée. Son secteur industriel ne contribue plus que pour 10 % seulement à la formation du PIB, alors qu’il devrait s’agir d’un taux d’environ 18 %. À la fin des Trente glorieuses, les effectifs industriels du pays s’élevaient à  6,5 millions de personnes : ils ne sont plus aujourd’hui que de 2,7 millions, alors que l’Allemagne en est à près de 7 millions. Le secteur secondaire a fondu tout au long de ces quarante dernières années, provoquant un appauvrissement relatif régulier du pays.

Sous la poussée des revendications populaires les pouvoirs publics ont été ainsi contraints d’accroître régulièrement leurs dépenses sociales.

Celles-ci sont parvenues à un niveau bien supérieur à ce qu’il est partout ailleurs : 33 % du PIB, contre  18,7 % aux États-Unis et 16,7 %  en Suisse, la moyenne des pays de l’OCDE se situant à 20 %.

D’où des dépenses publiques sans cesse en augmentation, et par conséquent des prélèvements obligatoires de plus en plus importants, considérablement plus élevés que dans tous les autres pays de l’OCDE. Nous en sommes ainsi aujourd’hui à 45 % du PIB, contre 34 % en moyenne dans les pays de l’OCDE. Ces prélèvements excessifs asphyxient le pays.

Le comble est qu’ils ne sont jamais suffisants ce qui contraint chaque année l’État à recourir à l’emprunt. La France est ainsi parvenue à une dette extérieure qui est devenue supérieure au montant du PIB, et elle continue d’augmenter régulièrement.

Selon Nicolas Dufourq, directeur de la BPI, interrogé par La Tribune après les rencontres économiques d’Aix-en-Provence :

« Le monde syndical/socialo/politique, cette bulle qui gère l’État providence, est devenu keynésien. »

 

Des pouvoirs publics aveugles ont laissé le pays s’enfoncer

Les raisons expliquant pourquoi nos élites n’ont pas réagi à l’amenuisement régulier du secteur industriel tiennent au fait qu’elles se sont fiées à la loi d’évolution des trois secteurs de l’économie qui leur a été enseignée à Sciences Po et à l’ENA, dans le cadre des travaux de Jean Fourastié relatés en 1949, son fameux ouvrage Le grand espoir du XXe siècle.

Une société qui se développe passe obligatoirement du secteur primaire, l’agriculture, au secteur secondaire, l’industrie ; puis ensuite, du secteur secondaire au secteur tertiaire, celui des services, en sorte qu’une société moderne ne serait plus constituée que par des activités relevant des services. Il  est donc apparu tout à fait naturel aux dirigeants français que le secteur industriel s’amenuise  régulièrement, signe même de la modernisation du pays.

Ils n’ont pas pris en compte que Fourastié avait appréhendé les phénomènes d’évolution des sociétés en termes d’emplois, et non pas de valeur ajoutée.

Il a fallu la crise liée au covid pour qu’ils prennent finalement conscience du problème de la grave désindustrialisation du pays. Même la crise des Gilets jaunes qui avait éclaté en novembre 2018 ne leur a pas ouvert les yeux alors qu’elle était pourtant l’illustration parfaite de toutes les conséquences du phénomène de désindustrialisation du pays. À présent, tous les responsables politiques sont convaincus de la nécessité de procéder à la réindustrialisation de la France. Mais à nouveau nous butons sur leur manque de clairvoyance.

Dans l’article de La Tribune cité plus haut, Nicolas Dufourcq nous dit :

« La part de l’industrie est passée de 20 % à 10 % du PIB entre 1995 et 2015. On a perdu la moitié des emplois : comment réussit-on une telle contre-performance ? Il faut que toute la société s’y mette. On a tardé à raconter cette histoire, car on est tous coupables ».

Dans sa récente déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale Élisabeth Borne a énuméré ses priorités qui sont au nombre de cinq.

Mais la réindustrialisation du pays n’y figure pas.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • « Mais la réindustrialisation du pays n’y figure pas. » est-il écrit
    Et n’y figurera jamais car pour cela il faut une volonté et un courage farouches du pouvoir politique, 2 critères dont nos hommes et femmes politiques sont dépourvus.

    • La ruse pourrait très bien se substituer au courage manquant. La prise de conscience de la nécessité, en situation de crise, pourrait, elle, pallier l’absence de volonté. Or nous fonçons à tombeau ouvert vers la crise, donc ce n’est peut-être qu’une question de 6 mois à un an…

      • Vous faites dans l’amateurisme !
        Si vous voulez votre brevet de collapsologue, prenez exemple sur le GIEC : visez loin. 2100, c’est à bonne distance. D’ici là, on sera tous au mieux en Ephad.
        Avec votre prévision, dans 6 mois, vous passerez non pour un visionnaire mais pour un turlupin.

        -1
  • Pourtant, nous sommes souvent sur les podiums. Taux d’imposition : champion ! Taux d’endettement : encore champion. Classement PISA, heu là c’est vrai on est à la queue… Richesse du vocabulaire : mince il nous manque quelques mots : par exemple « industrialisation ». En fait peut-on dire que c’est normal ? car selon certains dogmes, le travail aliène l’homme…. serions nous dirigés par des marxistes ? dois je dire vive la paresse ? Hum, Qui disait « le pays est foutu » ?

  • Personne ne viendra investir dans l’industrie en France. Trop risqué. Même si un président crée l’environnement pour cela tous savent que le suivant le détricotera par simple calcul bassement électoraliste. Donc tous nos politiciens peuvent invoquer tous les sorciers du monde, aucun investisseur n’est dupe.
    Et tous les politiciens en sont conscients par ailleurs. Mais Ré-industrialiser est un terme qui fait le buzz. Et faire le buzz, c’est bon pour être élu.

  • Article très intéressant qui montre le vrai visage de notre situation économique, pas celui qui nous est dépeint par les menteurs professionnels au pouvoir relayé par les médias à leur service. Quand on sait que le premier employeur en France, est la grande distribution, on a compris que nos jeunes ont intérêt à s’expatrier, la France est devenu un pays de retraités rentiers

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gustave Le Bon (1841-1931), souvent réduit de nos jours à l’auteur d’un seul livre, la Psychologie des foules (1895), fut aussi un observateur des phénomènes politiques et sociaux de son temps, de même qu’un penseur de la psychologie de l’être humain et des sociétés humaines que l’on peut rattacher au courant intellectuel de l’individualisme libéral.

Face à l’extraordinaire montée en puissance des États de par le monde depuis le début de la crise sanitaire, et devant la recrudescence d’un anticapitalisme et d’un antilibéralisme nourris... Poursuivre la lecture

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

C’est un sujet que j’ai déjà traité plusieurs fois et qui remonte à un audit de la dette française demandée en 2005 par Thierry Breton ministre des Finances sous le gouvernement de Jacques Chirac à l’ancien responsable de la BNP Michel Pébereau.

 

La situation en 2005

Le rapport, publié en 2006, indique un endettement de 1200 milliards d'euros mais il ne tient pas compte les dettes dites hors bilan qui incluent les engagements de l’État en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires, les déficits des entreprises d’État... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles