Éric Ciotti aurait-il eu aussi sa Pénélope ?

Éric Ciotti, candidat à la présidence LR, a désormais une affaire similaire à celle de François Fillon.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Eric Ciotti crédits UMP photos (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Éric Ciotti aurait-il eu aussi sa Pénélope ?

Publié le 18 novembre 2022
- A +

À quelques jours des élections à la présidence des Républicains, le Canard Enchainé cité par Le Figaro accuse « Éric Ciotti [d’avoir] fait travailler la mère de ses enfants dans des conditions penelopesques » et affirme que celle-ci « a occupé jusqu’à trois emplois en même temps. »

 

Des conditions « penelopesques » : Fillon-Ciotti, même combat ?

Dans son édition du mercredi 16 novembre 2022, Le Canard Enchainé, dans un article intitulé « Ciotti a lui aussi sa Pénélope » (en référence à l’affaire Pénélope Fillon qu’il avait lui-même soulevé en 2017), pointe du doigt Caroline Magne, ex-compagne et mère des enfants du député LR des Alpes-Maritimes. Le journal satirique reproche à celle-ci d’avoir occupé de nombreux emplois aux côtés d’Éric Ciotti, dont celui d’assistante parlementaire de 2007 à 2016.

Et Le Canard Enchainé d’énumérer l’ensemble de ses nombreuses fonctions :

  • Jusqu’en 2011 : attachée de presse puis directrice adjointe de Christian Estrosi, administratrice au conseil général des Alpes-Maritimes et membre d’une équipe de pilotage de la communauté urbaine de Nice. Le tout au moment où Éric Ciotti accédait au Palais Bourbon, à la mairie de Nice puis à la présidence du département de 2007 à 2009.
  • Entre 2012 et 2014, elle est employée par le Diocèse de Nice.
  • De 2014 à 2016, elle est directrice générale des services (DGS) de La Colle-sur-Loup.

 

Il ne s’agit pas là de révélations à proprement parler puisque ces rôles étaient pour la plupart publics. Madame Magne était bien inscrite sur le site de l’Assemblée nationale comme assistance parlementaire d’Éric Ciotti. Ses responsabilités à la ville de Nice étaient également connues de tous et en particulier des journalistes locaux qui vantaient ses talents en communication.

Alors que reproche Le Canard à Caroline Magne ? Éric Ciotti aurait obtenu pour son épouse d’alors plusieurs emplois, notamment dans des collectivités qu’il a pu diriger. Mais aussi et surtout, l’hebdomadaire estime que le poste d’assistante parlementaire aurait été un emploi fictif, à l’image de celui de Pénélope Fillon !

 

La belle défense d’Éric Ciotti

Dès mardi soir, Éric Ciotti a réagi par communiqué. Après la classique victimisation : « À la veille des élections à la présidence des Républicains, je suis une nouvelle fois bassement attaqué », il se défend avec intelligence sur les deux parties de l’accusation.

D’une part il ne nie pas le cumul des différentes fonctions de son ex-épouse, assurant que le temps de travail de celle-ci ne dépassait pas un cumul de 44 heures de travail par semaine.

D’autre part il confirme la présence de celle-ci à ses côtés « comme collaboratrice parlementaire en circonscription […] à temps partiel pour une durée de 5 heures 25 par semaine ». Ainsi il objecte l’argument du Canard selon lequel « Caroline Magne n’a pas laissé de souvenir » à l’Assemblée nationale.

Que reste-t-il de la droite républicaine, libérale et conservatrice…

Engagé à fond dans la campagne pour la présidence des Républicains, Éric Ciotti contre-attaque et dénonce ses « adversaires niçois [NDLA : Bruno Retailleau et Aurélien Pradié], [qui] au moment des élections législatives, avaient tenté la même manœuvre grossière en s’en vantant. »

Sur France 2, son ancien allié et désormais opposant, Christian Estrosi (maire de Nice) a affirmé qu’il ne porterait « aucun jugement » et qu’il ne ferait davantage de « commentaires. »

Les autres ténors de la droite, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand attendent soit de franchir le Rubicon macronien (tels Édouard Philippe ou Gérald Darmanin) soit l’ouverture du bal des egos de 2027. Pendant ce temps, le pays sombre dans une dépression économique, sociale et civilisationnelle.

La droite française est redevenue la plus bête du monde

 

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Macron doit présider aussi le comité de rédaction du Canard.

  • Ces accusations sont la preuve que Eric CIOTTI peut être danger pour la Macronie, c’est le député LR le plus proche de l’union des droites

    • L’attaque est probablement intestine.

    • C’est faire beaucoup d’honneur à Eric Ciotti de le voir comme un danger pour la Macronie !
      Ce personnage, favorable au retour du service militaire alors qu’il s’est fait réformer, est un des nombreux clowns qui occupent l’espace politique.

  • Même si Ciotti n’a pas la carrure d’Ulysse, la course à l’échalotte républicaine est une véritable odyssée !

  • Des casseroles, ils en ont tous; reste a élire celui qui , malgrès ses fameuses casseroles,dirigera a u mieux le pays , et je doute que l’actuelle clique de bras cassés au pouvoir ne possède pas , elle aussi d’une tres grosse batterie digne d’un restaurant cinq étoiles !

    • De mémoire, ils étaient 102 députés tous bords politiques confondus a être dans le même cas que François Fillon!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Donald Trump
0
Sauvegarder cet article

Un article de la rédaction de la Nouvelle Lettre

Il était bien le seul à croire qu’il pouvait encore gagner. Les élections du midterm ont été un total échec pour Donald Trump, ses candidats ont échoué. Les commentateurs en ont conclu à juste titre que Trump candidat républicain en 2024 serait une chance inouïe pour les Démocrates : contre toute logique et contre toute attente Joe Biden serait réélu.

Cette opinion est partagée par la plupart des médias conservateurs, y compris la chaîne Fox qui a soutenu la candidature et la prés... Poursuivre la lecture

Le débat du 21 novembre sur LCI entre les trois candidats à la présidence des Républicains a été fort décevant.

Comme à son habitude, Éric Ciotti a joué la carte de la fermeté en défendant une droite « qui ne s’excuse plus d’être elle-même » ; Bruneau Retailleau s’est fait le partisan d’une droite « fière de ses valeurs avec une ligne claire sur le régalien et l’économie » ; Aurélien Pradié n’a rien trouvé de mieux que de vanter son expérience de maire et de pompier.

Dans son éditorial du journal Le Figaro des 26 et 27 novembre ... Poursuivre la lecture

Les moyens de dissuasion ne sont utiles que tant que l’on ne s’en sert pas. Le vote d’une motion de censure, c’est l’arme de destruction massive de l’Assemblée nationale. On presse le bouton et boum !

Avec ses 62 députés, l’alliance de la droite conduite par les Républicains a entre ses mains l’épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête du gouvernement d’Élizabeth Borne. Dans l’hypothèse d’une dissolution qui suivrait une éventuelle éjection manu militari de l’exécutif, elle détient également le sort des 577 députés de l’actuelle ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles