Port du masque obligatoire : Estrosi a-t-il une guerre de retard ?

Invité sur RTL ce mercredi 6 juillet, le président de la métropole de Nice a annoncé prendre un arrêté imposant le port du masque dans les transports en commun. 

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Christian Estrosi (Crédits : UMP, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Port du masque obligatoire : Estrosi a-t-il une guerre de retard ?

Publié le 8 juillet 2022
- A +

« Dans les gares et dans les trains, merci de porter un masque. »

Cette phrase, les Français l’ont entendue pendant deux ans, à chaque fois qu’ils empruntaient les transports en commun. Mais depuis le 16 mai dernier, à la faveur de conditions sanitaires favorables, le précédent gouvernement avait décidé de lever cette obligation, recommandant simplement de se protéger le nez et la bouche dans les transports bondés.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a annoncé ce mercredi matin le retour de l’obligation du port du masque dans les transports en commun de sa métropole. Face à la septième vague qui « monte en flèche, le gouvernement sera obligé d’y venir », a-t-il même prédit sur RTL. Pour l’heure, l’exécutif privilégie les recommandations.

Le député (LR) des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, invité de BFMTV-RMC ce jeudi matin, critique la position du maire de Nice : «Les mesures coercitives n’ont pas été celles qui ont été les plus efficaces. »

Il dénonce un « coup de com » et poursuit, défendant la « République une et unique » :

« Je crois qu’une telle mesure doit être nationale, on ne peut pas avoir des bouts de territoire qui aient des règles selon les goûts ou le bon vouloir des uns et des autres. »

En effet, en mai 2020, au moment de l’entrée en vigueur de l’obligation du port du masque dans les transports en commun, le gouvernement avait présenté un décret, rédigé dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Or, ce dispositif, qui permet notamment de prendre des mesures coercitives ou d’imposer le pass vaccinal, prend fin au 31 juillet. Il doit être remplacé par l’actuel projet de loi « maintenant provisoirement un dispositif de veille et de sécurité sanitaire en matière de lutte contre le Covid-19 », actuellement en discussion à l’Assemblée nationale, projet dans lequel il n’est pas fait référence au port du masque.

 

Une position d’Estrosi sur le masque qui contredit le discours de Paris

D’ailleurs, interrogée sur la décision du maire de Nice, la Première ministre, Élisabeth Borne, a indiqué mercredi sur BFMTV, qu’elle n’en fera pas une obligation nationale. Elle ajoute :

« Quand on est dans des espaces fermés, où il y a beaucoup de monde, il faut porter le masque, notamment dans les transports. »

Le mardi 28 juin, elle avait déjà invité les préfets et autorités sanitaires à encourager le port du masque « dans les lieux de promiscuité » et « espaces clos », en particulier « les transports en commun ».

Toutefois, le nouveau ministre de la Santé, François Braun, a été clair lors de son audition à l’Assemblée nationale, mardi : « Il nous faut retrouver, tous, les bons réflexes. »

Jouant la carte de la responsabilité, celui-ci a ajouté :

« Nous pourrions légiférer sans cesse […] Nous souhaitons plutôt que chacun puisse être réactif et toujours adapter ses comportements à ce que la situation exige […] Il faut mettre son masque dans les lieux bondés, dans les transports en commun, dans les transports pour les vacances. »

Lundi 27 juin, l’ex-ministre de la Santé Brigitte Bourguigon sonnait la charge au micro de RTL. En plus de demander aux personnes de « remettre le masque dans les transports »,  elle a également suggéré aux Français de porter le masque dans « les endroits clos où on est en proximité directe ».

Le président du Conseil scientifique a déclaré sur RTL, évoquant également la question de l’acceptabilité des Français :

« Dans cette crise, qui dure depuis deux ans et demi, il faut être évolutif. Si on reste avec un certain nombre de positions fixées, ça ne colle pas. On est passé d’une période d’injonctions à une recommandation. Je suis pour cette attitude de recommandation, et le Conseil scientifique en général. »

Pour Jean-François Delfraissy, « il paraît logique de recommander à nouveau le port du masque pour les plus âgés, les plus fragiles, […] en particulier dans des lieux de promiscuité, dans les transports en commun. »

 

Nice : un test pour Macron ?

Alors n’est-ce qu’un coup de com de l’édile niçois ? Membre du parti Horizons, associé aux macronistes, Christian Estrosi pourrait bien être à la tête d’un laboratoire d’expérimentation pour la politique sanitaire du président de la République. Comme l’a justement relevé Jean-François Delfraissy, quelle est la capacité d’acceptation des Français au retour du masque ? En cas de dissolution prochaine de l’Assemblée nationale, le retour de cette contrainte supplémentaire pourrait se révéler désastreuse pour la majorité présidentielle (l’échec aux dernières élections législatives de Brigitte Bourguignon est exemplaire). Christian Estrosi ne risque rien. Il sera même certainement récompensé par la macronie.

Un recours concernant le port du masque à Nice a été déposé dès mercredi devant le tribunal administratif. Il sera examiné ce vendredi par le juge qui rendra sa décision dans l’après-midi. La jurisprudence établie par la décision du Conseil d’État du 17 avril 2020 a conclu que l’arrêté de la commune de Sceaux concernant le port d’un masque de protection « port[ait] une atteinte immédiate à la liberté d’aller et venir et à la liberté personnelle ».

Selon le Conseil d’État, les pouvoirs de police du maire ne lui permettent pas de décider de mesures plus strictes pour sa commune que celles en vigueur pour toute la France.

 

À lire également : Covid-19 : Macron compte sur la bureaucratie sanitaire pour se refaire – Contrepoints

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Pour sa « Teinture », Estrosi est parfait !

  • Si mon médecin en qui j’ai confiance me recommande de faire quelque chose, je le fais. Quand une bande d’incompétents, qui ont refusé la possibilité aux gens de se soigner et qui ont imposé un pseudo vaccin qui reste vaguement efficace pour une toute petite partie de la population, ont décidé de s’immiscer dans ma vie en matière médicale c’est insupportable.

    • en gros oui…reste que la confiance dans le médecin repose en partie sur un processus « vicieux »..le concept d’exercice illégal de la médecine.. en réalité un citoyen lambda n’apas les moyens de juger d’un médecin.. le role de l’assureur privé est important..

  • Comment Estrosi peut il faire parler de lui ?
    Pas en vantant ses qualités de gestionnaire d’une des villes les plus endettées de France !
    Le masque va peut-être faire le Buzz !!!

    • …Estrosi – bon, bon, il est c.n ! – on va le pousser à la fenêtre, on va lui faire croire qu’il y a sa bagnole qui gêne…

  • Parlez moi de moi, y que ça qui m’intéresse! Et puis comment rendre service à « Dieu parmi nous »! Enfin, oui, son coiffeur pourrait faire sa pub comme « teinturier » de qualité! Mais que pensez des « mâles » qui refusent leurs cheveux blancs!

  • Un type aussi servile, c’ est tout bénef pour les mafias locales à Nice.

  • Estrosi a entièrement raison d’imposer le masque dans les transports publics, cet homme prévoyant, a tiré la leçon des attentas, du Covid, police municipale efficace, la seule qui a réagit durant l’attentat, je suis d’accord de mettre le masque, j’ai acheté une cinquantaine de boite de masque à un euro, que je dois utiliser

    -4
  • « On est passé d’une période d’injonctions à une recommandation. »
    C’est inexact Môssieur Delfraissy. Nous sommes passés de :
    – « Le Covid n’arrivera pas en France. »
    à
     » La France est préparée. »
    à
    « les masques ne servent à rien. »
    à
    « L’hôpital est débordé. »
    à
    « Le masque est obligatoire partout. Tout le monde enfermé chez soi. »
    Les multiples shoots de vaccin(s) provoqueraient-ils des pertes sélectives de mémoire ?

  • les électeurs d’Estrosi doivent être des « covido-flippés ».

  • La Justice a tranché : Estrosi est ridicule.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dan Sanchez.

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais je ressens une sérieuse "lassitude de l'apocalypse". Ces deux dernières années, les nouvelles ont été dominées par une série de catastrophes mondiales.

C'est comme si les quatre cavaliers de l'apocalypse faisaient une course de relais.

La Pestilence (covid) n'a relâché son fouet qu'après avoir passé le relais à la Guerre (invasion de l'Ukraine par la Russie). La Mort universelle, avec le risque accru d'une guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie, m... Poursuivre la lecture

Les soignants non vaccinés contre le covid ne seront pas réintégrés. Du moins pas avant encore de longs mois et au bout d’un chemin tortueux dépendant du bon vouloir de la Haute Autorité de Santé, qui s’est encore prononcée contre il y a huit jours...

Cette situation réussit la rare performance d’être à la fois logique et scandaleuse. Il faudra pourtant bien trancher le nœud gordien, c’est-à-dire réintégrer un jour ou l’autre ces soignants indispensables à un système de soins en tensions et qui n’ont, eh oui, commis aucune faute.

<... Poursuivre la lecture

Dans cette période difficile que nous traversons, une dizaine de bombes à retardement nous menacent à plus ou moins brève échéance. Je les traiterai individuellement dans de prochains articles.

L'une d'entre elles va prochainement éclater qui, malheureusement, ne fait pas la Une des médias. Il s’agit des entreprises dites zombies, celles qui ne sont pas ou plus viables, mais surtout celles qui ont artificiellement été maintenues la tête hors de l’eau avec le « quoiqu’il en coûte » mis en place à l'occasion du covid.

 

U... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles