Influence étrangère : il est temps de se poser les bonnes questions

Le retour en force des pays comme la Russie et la Chine a soulevé des questions géopolitiques sur les stratégies des grandes puissances pour influencer ou perturber leurs adversaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Vladimir Putin and Xi Jinping by MEAphotogallery (Creative Commons CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Influence étrangère : il est temps de se poser les bonnes questions

Publié le 28 octobre 2022
- A +

L’influence étrangère est devenue un thème à la mode ces dernières années. On parle beaucoup de l’influence russe, voire chinoise, derrière les forces antisystèmes comme la RN ou l’AfD.

Mais cette influence étrangère n’est-elle pas aussi présente derrière les forces politiques et les organisations écologistes (du moins certaines) ? Compte-tenu de leur poids dans les décisions politiques de ces dernières décennies, il semble nécessaire que leur financement soit étudié de plus près, surtout que des faisceaux d’indices montrent des éléments hautement suspects.

En effet, le retour en force des pays comme la Russie et la Chine mêlé à la mondialisation politique et économique a soulevé des questions géopolitiques sur les stratégies des grandes puissances pour influencer ou perturber leurs adversaires, rivaux ou même alliés.

 

L’influence de la Russie sur les politiques énergétiques en Europe

Plusieurs éléments montrent une influence russe dans les politiques énergétiques européennes. L’ancien secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen avait déclaré que la Russie avait mené des campagnes de désinformations contre l’extraction du gaz de schiste pour s’assurer la dépendance européenne au gaz russe.

En 2022, la « Climate and Environmental Protection Foundation » est accusée d’avoir des liens avec Gazprom, l’entreprise d’État russe sur le gaz. Cette fondation allemande a été créée par le land de Mecklenburg-Western Pomerania et a participé au projet NordStream 2.

Si cet exemple est le plus médiatique, on peut se poser la question de l’ampleur qu’a prise cette influence.

Rappelons que l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder a été l’un des initiateurs de la politique antinucléaire en Allemagne. Le fait que celui-ci ait rejoint les actionnaires de Nord Stream 1 (financé par Gazprom) après son mandat fait planer d’importants soupçons.

 

L’écologie comme outil des rivaux de l’Union européenne

Ces quelques exemples montrent la capacité d’influencer les milieux des affaires comme des organisations proécologistes. Une stratégie à la fois de soft power (influencer pour promouvoir ses intérêts) et de sharp power (perturber l’adversaire par l’influence).

La crise énergétique européenne est actuellement le résultat de cette politique russe. Néanmoins, on aurait tort de croire que les Russes sont les seuls à utiliser ce genre de stratégie. La Chine comme les États-Unis qui ont beaucoup plus de moyens que Moscou utilisent très certainement les mêmes stratagèmes. Là où Moscou concentre ses efforts sur l’énergie qui reste le cœur de sa politique étrangère, les deux autres pays peuvent utiliser leur soft power de manière plus large.

Et à cet effet, l’importance qu’a prise l’écologie dans nos sociétés européennes leur donne des points d’attaques qui peuvent se révéler efficaces. Une situation problématique étant donné que cette influence vient de pays plus pollueurs que ceux de l’Union européenne.

Il ne s’agit pas de céder à une paranoïa générale, mais il est nécessaire de comprendre que cette influence étrangère existe et ne touche pas juste les forces antisystèmes. Après tout, qu’est-il le plus intéressant de cibler : des partis n’ayant que peu de chances d’arriver au pouvoir ou des forces politiques déjà bien implantées dans les centres de décisions ?

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Inutile de s’indigner devant de prétendues influences étrangères. La seule voie serait d’avoir nous-mêmes suffisamment de jugement pour que les tentatives étrangères s’y brisent comme le clapot sur les rochers, et c’est une voie que nous avons abandonnée, et que personne ne veut se donner la peine de reprendre.

    • Et j’ajoute si je peux me permettre : avoir le recul nécessaire face aux idéologies bisounours dans un monde souhaité utopique, alors que la concurrence est rude et les adversaires coriaces.

    • Pour s’immuniser contre la propagande il faut un minimum d’esprit critique.
      Donc pour réussir une entreprise de propagande, il faut commencer par s’attaquer à l’instruction du public.
      Parce que désinstruire l’immense majorité d’une société démocratique est le meilleur moyen de la soumettre.
      Cela commence par la destruction de l’école, un beau cadeau à la concurrence qui a pu facilement amplifier une phobie écologiste occidentale si profitable.

    • «Inutile de s’indigner devant de prétendues influences étrangères»
      Oui : avant de s’indigner ON (Ursula) doit demander l’autorisation à Washington !

  • N’oublions pas non plus les frères musulmans des EAU qui rêvent du grand Khalifa franco-belge.
    Tous ce beau petit monde a compris le déchéance et la fin de la civilisation de l’Europe et se bat avidement pour récupérer ce qui peut l’être.
    Encore une fois, la lâcheté de nos élites est à comparer à celle qui a fait disparaître la civilisation romaine en son temps.

  • Bonjour Alexandre, personnellement, je pense que vous auriez du insister bcp plus sur l
    influence des USA en France, qui est beaucoup plus profonde, dangereuse, et ancienne, a mon avis, que l’influence russe ou chinoise de ces dernieres annees. L’influence amercaine se fait sentir a tous les niveau comme l’explique N. Mirkovic dans son livre Amerique Empire. Et cette influence a fait de sorte que la France n’est plus un pays independent, au grand dam du reste du monde, au vu des grandes tragedies de notre temps.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La dissidence soviétique a constitué une très haute école du courage intellectuel. Elle a donné au monde Alexandre Soljenitsyne, Alexandre Zinoviev, Andreï Sakharov, Vladimir Boukovski et tant d’autres ! Que d’esprit puissants, que d’œuvres déterminantes ! Mais ces noms célèbres ne doivent pas faire oublier les innombrables inconnus qui, au péril de leurs vies, ont humblement participé à la circulation clandestine de la vérité. Ces ombres fébriles et infatigables glissaient la nuit dans les ruelles glaciales du communisme, dissimulant des man... Poursuivre la lecture

Ukraine
2
Sauvegarder cet article

Un article de rédaction de la Nouvelle Lettre

Les deux dernières semaines ont été riches en joutes et jeux diplomatiques. Il y a eu d’abord le G20 à Bali (Indonésie) lundi et mardi derniers, puis la COP27 à Sharm El Sheick en Égypte, qui a pris fin avant-hier dimanche. La France était brillamment représentée à ces deux réunions par son président et plusieurs ministres.

On s’est longtemps demandé si Vladimir Poutine allait y participer au G20. Il a préféré rester au Kremlin. En revanche Xi Jinping était bien là et Emmanuel Macron... Poursuivre la lecture

une personne en combinaison de prptection
2
Sauvegarder cet article

Commenter des images de France 24, la voix de son maître gouvernemental s’il en est, qui montre, à travers des images choquantes, les effets néfastes de la politique du zéro covid en Chine.

Pourquoi ?

Par exemple, la photo de droite montre le dos d’un travailleur qui escalade une clôture. Il s’agit du recadrage sur un travailleur d’un groupe de travailleurs de Foxconn, entreprise taïwanaise, filiale d’Apple, dont l’immense usine est située à Zhengzhou en Chine. Elle fabrique 70 % des iPhone de ce groupe (500 000 par jour). La lé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles