L’élection brésilienne vue de Chine

La prochaine présidence brésilienne, quelle qu’elle soit, devra nécessairement composer avec l’influence désormais majeure que la Chine exerce sur le Brésil.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Xi Jinping in British Parliament on Wikimedia Commons

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’élection brésilienne vue de Chine

Publié le 23 octobre 2022
- A +

Par Emmanuel Véron.

Alors que l’élection présidentielle brésilienne va bientôt connaître son dénouement, il est utile, pour en comprendre la portée internationale, d’analyser la relation toujours plus étroite que Brasilia entretient avec Pékin.

Depuis 2009, la Chine est, devant les États-Unis, le premier partenaire commercial du Brésil, tandis que ce dernier est le premier partenaire de la Chine en Amérique latine.

Les rapports entre les deux géants, tous deux membres du groupe des BRICS (avec l’Inde, la Russie et l’Afrique du Sud), illustrent parfaitement l’asymétrie des liens entre, d’une part, une Chine à la puissance économique sans cesse croissante depuis trois décennies et, d’autre part, les pays et les sociétés non occidentales, où la RPC investit largement.

 

Des liens récents mais désormais très étroits

Les relations diplomatiques entre les deux pays sont officialisées en 1974, en pleine guerre froide, au lendemain de l’admission de la Chine à l’ONU et durant la dictature militaire brésilienne.

Si les relations sont très limitées depuis le XIXe siècle, les années 1980 et 1990 vont changer la donne. L’insertion accélérée de la Chine dans la mondialisation induit une recomposition des liens politiques, commerciaux et diplomatiques. L’ascension progressive des intérêts chinois en Amérique latine s’affirme avec le tournant des années 2000 et l’adhésion de Pékin à l’OMC (2001). Dès lors, la Chine intensifie son emprise sur le continent, longtemps considéré comme le pré carré des États-Unis.

Pékin développe sa stratégie latino-américaine dans un triple objectif : diversifier ses sources d’approvisionnement en ressources naturelles et agricoles ; incarner un leadership non occidental en matière de développement ; et étouffer Taïwan.

En 2008, la Chine publie son Livre Blanc des relations avec l’Amérique latine et les Caraïbes. Le Brésil, plus grand pays d’Amérique latine, et dont les dimensions démographique et géographique peuvent laisser penser qu’il a les moyens d’entretenir une « relation équilibrée » avec la Chine, sera au cœur des ambitions de Pékin dans la région.

Le partenariat bilatéral signé en 1994 a été converti en partenariat stratégique en 2004 et enfin en « partenariat stratégique mondial » en 2012. Dès le milieu des années 2000, la Chine est présente dans tous les secteurs (agriculture, transports, extraction, spatial, finance, etc.) et dépasse en tant que partenaire commercial les historiques grands partenaires du Brésil que sont les États-Unis et les pays européens.

La progression est d’une rapidité impressionnante et se concrétise sous les mandatures de gauche au Brésil (Lula puis Rousseff). En 2000, la Chine représente 2 % des exportations du Brésil. En 2020, ce ratio est passé à 33 %, pour un volume total de 68 milliards de dollars. Idem pour les importations brésiliennes en provenance de Chine : 2 % du total en 2000 et plus de 21 % en 2020, devant les États-Unis (17 %) et l’UE (19 %). Globalement, entre 2000 et 2020, le volume des échanges de marchandises passe de 12 milliards à plus de 137 milliards de dollars.

D’un côté, les exportations brésiliennes sont très largement dominées par des ressources naturelles et agricoles (à faible valeur ajoutée) : l’agrobusiness représente près de 40 % (soja à 35 %, viandes, etc.), les autres produits exportés se répartissent entre les minerais (25 %) et le pétrole (17 %). De l’autre, les importations brésiliennes en provenance de Chine sont très concentrées sur des produits manufacturés à plus forte valeur ajoutée.

 

L’« effet Chine » au Brésil

Les observateurs et analystes des relations sino-brésiliennes ont rapidement mis en évidence un    « effet Chine » (efeito China) au Brésil.

Plus d’une quinzaine de consortiums d’État chinois (Sinopec, ChemChina, BYD, CNOOC, COFCO, CGN, etc.) ont investi dans la plupart des régions brésiliennes, les quelques exceptions étant les zones d’Amazonas, Acre, Rondônia ou Pernambouc. Ces investissements se sont accélérés sous la mandature de Michel Temer (2016-2018), sans pour autant que le Brésil, contrairement à son voisin argentin, ne signe de mémorandum dans le cadre du projet Belt and Road Initiative. Lors du mandat de Jair Bolsonaro, qui démarre en 2018, les relations vont se poursuivre, notamment dans le domaine de l’exportation des matières premières, et ce malgré la pandémie qui suscite quelques tensions entre les deux pays.

Les investissements concernent surtout l’énergie (pétrole, hydroélectricité, électricité), mais aussi les infrastructures de transports ou des ports. Deux groupes chinois jouent un rôle particulièrement prégnant dans ces investissements : State Grid, pour l’électricité et les réseaux (50 % des actifs au Brésil), articulée à China Telecom et China Mobile ; et Three Gorges pour les barrages (60 % des actifs au Brésil).

Les banques chinoises (China Development Bank, Bank of China, EximBank, ICBC) octroient des prêts colossaux (plus de 30 milliards de dollars comptabilisés en 2020) au secteur pétrolier brésilien (compagnie Petrobras) suite à la découverte de gisements offshore. Très vite, les opérateurs chinois vont s’associer à Petrobras dans l’exploration et l’exploitation, ainsi que dans le soutien à la livraison d’infrastructures pétrolières.

Selon plusieurs études confirmées par les industriels brésiliens, la rapidité des échanges et l’augmentation des importations chinoises du Brésil ont renforcé la désindustrialisation du pays. À titre d’exemple, les exportations de produits manufacturés du Brésil ont diminué de moitié entre 2005 et 2021. On assiste à une « re-primarisation » de l’économie du géant latino-américain, sur fond de forte dépendance à l’exportation de quelques produits agricoles et miniers.

Si en 2004 la création de la Commission sino-brésilienne de Concertation et Coopération (COSBAN) a contribué à l’intensification du partenariat économique, les relations se sont élargies, depuis l’émergence des BRICS à la fin des années 2000, à de nombreux autres domaines, notamment les médias, le militaire ou encore le spatial.

L’influence de Pékin s’est structurée et diversifiée. On compte un peu plus d’une dizaine d’Instituts Confucius (dont le premier à l’Université de Sao Paulo) dispersés sur l’ensemble du territoire brésilien. La promotion de l’apprentissage du mandarin et l’intensification de réseaux divers (régions, chambre de commerce, partis politiques, etc.), jusqu’au lobbying pour la promotion des échanges entre les deux pays et d’une image attractive et bonifiée de la Chine, ont marqué les deux dernières décennies. Ainsi, la diaspora chinoise au Brésil s’est accrue, surtout dans les grandes métropoles et dans les villes portuaires, tandis que des Brésiliens se sont installés en Chine, dont bon nombre sont cependant partis avec la pandémie de Covid-19.

Enfin, dans sa stratégie internationale, le groupe Huawei a su diversifier ses activités et intensifier sa présence au Brésil dans divers domaines : câbles sous-marins, équipements et infrastructures, ventes d’appareils jusqu’à la fourniture de la 5G, ce qui a provoqué des pressions américaines… Rappelons que les Brésiliens sont, derrière les Chinois, les seconds utilisateurs de l’application TikTok, qui suscite de nombreuses questions en matière de protection des données.

 

L’avenir d’une relation déséquilibrée

Le ralentissement économique chinois, le rôle et l’avenir des BRICS, notamment dans un contexte marqué par la guerre en Ukraine et les vulnérabilités (environnementales, économiques et sociales) du Brésil sont autant de défis pour le prochain mandat qui commencera à partir de janvier 2023.

Les observateurs sont divisés sur l’identité du candidat préféré par Pékin.

Les déclarations incendiaires de Bolsonaro à l’égard de la RPC (accusations de pillage des ressources et d’emplois, puis critiques en lien avec la pandémie) n’ont pas remis en question la re-primarisation de l’économie du Brésil, et divers acteurs économiques et politiques dans les régions, notamment au Nordeste, restent fortement dépendants à l’égard de la Chine.

Demeure la question du poids diplomatique et des ambitions du Brésil en matière de politique étrangère (accession à l’OCDE par exemple, ou politique africaine, lien avec l’Europe et les États-Unis, place et rang dans le sous-continent). Durant la campagne, les deux candidats n’ont que très peu évoqué les sujets internationaux, en particulier les liens avec la Chine. Mais chacun a conscience des interdépendances et des fragilités de la reprimarisation. D’un côté, Lula souhaiterait exercer une diplomatie proactive au sein des BRICS et travailler plus étroitement avec les pays émergents, de l’autre Bolsonaro sait qu’il peut compter sur l’électorat de l’agrobusiness brésilien, favorable à la Chine.

L’issue du second tour des élections le 30 octobre prochain ne devrait pas changer en profondeur la forte dépendance et l’asymétrie de la relation bilatérale. La prochaine présidence brésilienne, quelle qu’elle soit, devra nécessairement composer avec l’influence désormais majeure que la Chine exerce sur le Brésil.The Conversation

Emmanuel Véron, Enseignant-chercheur – Ecole navale, Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Et pendant ce temps là, l’Europe asservie aux écolos avance vers des restrictions de tous ordres….. La Chine continue de développer son hégémonie économique comme elle le fait déjà en Afrique. Nos couillons de gauchos qui considèrent la France comme coloniale, « ignorent » (ou ne veulent pas voir) complètement les grandes manoeuvres chinoises : « routes de la soie », rachat des infrastructures, « échanges » de matières premières contre constructions de routes, ponts. Cette nouvelle colonisation « à distance » sera bien plus destructrice pour les pays concernés, avec une possibilité de se retirer des investissements sans « dégâts » humains… Ces sources de matières premières acquises à bas prix permettront à la Chine de nous exporter un peu plus de produits finis, achevant ainsi notre désindustrialisation… En interdisant le moteur thermique, l’Europe a sabordé son industrie automobile ! On est en droit de se poser cette question : l’écologie est-elle une arme économique ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
une personne en combinaison de prptection
2
Sauvegarder cet article

Commenter des images de France 24, la voix de son maître gouvernemental s’il en est, qui montre, à travers des images choquantes, les effets néfastes de la politique du zéro covid en Chine.

Pourquoi ?

Par exemple, la photo de droite montre le dos d’un travailleur qui escalade une clôture. Il s’agit du recadrage sur un travailleur d’un groupe de travailleurs de Foxconn, entreprise taïwanaise, filiale d’Apple, dont l’immense usine est située à Zhengzhou en Chine. Elle fabrique 70 % des iPhone de ce groupe (500 000 par jour). La lé... Poursuivre la lecture

Quand Xi Jinping arriva à la tête du Parti communiste chinois (PCC) en 2012, puis à celle de l’État chinois en 2013, on pouvait facilement penser qu’il allait s’inscrire dans les pas réformistes de son illustre prédécesseur Deng Xiaoping.

Et de fait, c’est à Shenzhen, haut lieu du développement économique de la Chine et de son ouverture sur le monde tels qu’encouragés par Deng dès 1978 qu’il emmena ses collègues du Comité permanent du PCC pour inaugurer symboliquement son premier mandat. À cette époque, on le vit même écumer la scène i... Poursuivre la lecture

À Charm el Cheikh se tient actuellement la COP 27. Il y est évidemment beaucoup question du changement climatique et de ses conséquences.

Les discussions se poursuivront jusqu’au 18 novembre avec en haut de l’ordre du jour une question particulièrement épineuse : celle des compensations financières pour les dommages subis par les pays en développement.

 

Les deux plus gros pollueurs absents

Les pays en développement (dont la Chine) sont exonérés de toute contrainte relative à leurs émissions de dioxyde de carbone et ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles