Guillaume Kiefer : « La France a besoin d’un parti d’opposition »

Entretien avec Guillaume Kiefer sur la tribune de François-Xavier Bellamy et Julien Aubert, Bruno Retailleau contre Sarkozy et Chirac.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
Guillaume Kiefer

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Guillaume Kiefer : « La France a besoin d’un parti d’opposition »

Publié le 23 octobre 2022
- A +

Un entretien avec Guillaume Kiefer, libéral au sein du parti Les Républicains.

Dans une récente tribune co-signée avec François-Xavier Bellamy et Julien Aubert, Bruno Retailleau inventorie le bilan des deux derniers présidents de droite : Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

 

Contrepoints : Cette tribune est-elle la démonstration que la droite est en train de se guérir de sa passion pour les hommes providentiels ?

Guillaume Kiefer : Tout d’abord, d’une certaine manière je pense que cet inventaire est salutaire et démangeait une écrasante majorité de la droite depuis des années. Nous avons effectivement eu tendance à sanctifier nos « grands hommes » comme si leur mandat était un tout, à prendre ou à laisser, et non une succession de décisions, bonnes, mitigées, voire carrément critiquables, de choses à conserver, d’autres à corriger. C’est d’ailleurs sans doute sur cette base de réflexion un peu passée que Nicolas Sarkozy, auréolé de son titre de dernier président de droite, s’imagine encore pouvoir peser. Les faits lui ont donné tort depuis plusieurs mois.

Pour ma part, parce que je ne peux décemment pas prétendre parler au nom de toute la droite, je ne me suis jamais senti mémoriellement redevable de ces deux ex-présidents qui ont fortement, l’un et l’autre, contribué à mon désintérêt pour les logiques de partis dans ma prime jeunesse. Je suis moi-même, politiquement, le résultat de ces demi-mesures de la droite lorsqu’elle fut aux manettes, du moins, de mon vivant.

Encore très récemment, j’ai été fortement déçu par les positions de certains députés LR. Se rendent-ils compte du mal qu’ils font à la droite lorsqu’ils votent de nouveaux impôts (improductifs, ce qui est un comble fiscal) dans le pays le plus fiscalisé du monde libre, alors que LR se bat depuis des mois pour redevenir le parti de la lutte contre la fiscalité abusive et improductive de service public, et alors que ces amendements seront de toute manière balayés par le 49-3 ? Terrible.

Importance donc, d’élire, le plus rapidement possible, un président de parti ayant la stature suffisante pour éviter ce genre de sorties de route extrêmement dommageables à la transformation de LR. La France a besoin, de toute urgence, d’un parti d’opposition capable de faire idéologiquement contrepoids au conformisme social-étatiste, moraliste, bureaucratique, impuissant et centralisateur, mais également au wokisme et à l’écologie verte en apparence mais surtout stalinienne à l’intérieur.

Lorsque Bruno Retailleau nous propose de nous libérer de cette « culpabilité », je ne sais pas (car je ne le connais pas personnellement) s’il s’agit d’une véritable volonté, ou si les événements et l’attitude de Nicolas Sarkozy -qui a menacé de quitter le parti si Bruno Retailleau était élu- le commandent. Je ne sais pas non plus si le consensus qui existe aujourd’hui au sein de LR pour couper le cordon ombilical avec les années Sarkozy aurait été tel si ce dernier avait soutenu Valérie Pécresse lors de la campagne présidentielle. Peu importe à vrai dire, le fait est que la droite, est à mon avis en train de se délester d’un véritable poids et c’est une excellente nouvelle.

Il faut le dire, Bruno Retailleau a raison : Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac ont fait beaucoup de mal à la droite et aux principes qui guident son programme depuis toujours, jusqu’à flouter le message qu’avait pourtant envoyé le Général de Gaulle de manière très claire en 1958 : un État ne peut être souverain que si ses comptes sont en ordre. Et oui, parfois il faut faire des choix impopulaires et en assumer les conséquences pour conserver son honneur. C’est le sens même du plan Pinay-Rueff… Qui a pour le coup rapidement porté ses fruits.

D’une certaine manière, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ont fait les mêmes erreurs. Confrontés au pouvoir (et au devoir) de faire, en incohérence totale avec ce qu’ils étaient tous deux (des hommes d’action, des hommes à poigne), ils se sont perdus dans le confort ouaté du conformisme technocratique et n’ont pas fait assez, ont cédé face au magistère moral et médiatique de la gauche, ce qui a déçu une grande partie de la population, pas forcément encartée, pas forcément militante, même pas forcément « de droite » de manière réfléchie, mais qui avait voté pour une rupture avec le logiciel social-étatiste des années Mitterrand.

Ceci étant, de là à dire que la droite bonapartiste a disparu ou que l’appétence française pour les hommes providentiels, qui dépasse d’ailleurs la notion de droite, va disparaître, il y a un pas que pour l’instant, je ne saurais franchir. Il y a d’abord beaucoup de pain sur la planche !

 

Contrepoints : LR va-t-il redevenir un parti d’idées, notamment libérales ?

GK : Tout d’abord, il est de mon point de vue indéniable que par comparaison avec son prédécesseur, Bruno Retailleau est quelqu’un qui écrit (lui-même), qui pense, et qui dit les choses. Sa pensée est construite et cohérente. Elle est le fruit d’un travail constant depuis plusieurs décennies. Dans le prolongtement de François Fillon, le dernier à avoir incarné un programme de rupture avec le social-étatisme, il a une véritable capacité à produire un corpus d’idées.

Certes ces idées ne sont pas exactement celles que défendraient des libertariens, LR ne va pas se mettre à citer Hayek, Friedman ou Ayn Rand à longueur de show télé et il ne faut pas attendre de la droite qu’elle défende un État qui du jour au lendemain dépenserait et prélèverait autant qu’en 1900, mais de manière irréfutable, son pedigree le démontre, Bruno Retailleau sait travailler en équipe et respecte les sensibilités des uns et des autres. Le libéralisme « pur et parfait », s’il existe, a de bien meilleurs jours devant lui avec Bruno Retailleau qu’il en aurait avec qui que ce soit d’autre.

Christian Jacob était l’homme d’un appareil devenu obsolète qui a fait ce qu’il a pu avec les ressources dont il disposait, mais ce n’est pas faire injure à sa mémoire politique que de dire qu’il n’y avait pas de « pensée jacobienne ». Sans pouvoir répondre avec certitude à la question, tout ce que je peux dire, c’est que la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays l’impose, ne serait-ce que parce que sur le marché des idées politiques, un outsider doit disrupter, mais à cette différence près que comme on nous le répète depuis des lustres, nous avons un véritable boulevard et que contrairement à ce que les médias mainstream prétendent, nous ne sommes en rien coincés entre le RN et Renaissance. Nous serions coincés si nous restions dans la matrice intellectuelle fainéante qui est la leur, celle de l’étatisme et de la centralisation bureaucratique.

Nous avons un boulevard si nous redevenons le parti de la liberté et des libertés. Toutes les abstentionnistes que je connais le sont non pas parce qu’ils ne s’intéressent pas à la santé du pays, mais parce qu’ils considèrent que les dés sont pipés, et qu’à la base du mal français, il y a d’abord des institutions défaillantes, un système duquel rien ne peut sortir de bon. Posons-nous des questions systémiques puisque personne ne se les pose. In fine nous n’avons pas à découvrir une niche mais à reprendre la place centrale qui est la nôtre depuis toujours et que personne n’a réussi à occuper depuis que nous l’avons malheureusement abandonnée, et ce, malgré les efforts de ces mêmes médias pour qualifier la Macronie de « libérale ».

Évidemment cela passera par la formulation du bon diagnostic. Il faut acter que les pansements sur les jambes de bois ne peuvent plus fonctionner. Après avoir réformé LR du sol au plafond, il faudra proposer de réformer le pays du sol au plafond aussi.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • J’ai beaucoup d’estime pour Retailleau mais lui voir accolé l’étiquette de libéral me pertube profondément.

  • La France a besoin d’un parti d’opposition Oui, mais pas d’un nième parti de gauche.

    • Oui et l’essentiel de ce que dit ce monsieur, même si c’est moins consternant que ce que disent nos politiciens soi-disant dits « de droite », n’a rien à voir avec le libéralisme. Tout au plus, ce pourrait être le début du commencement d’un chemin qui mènerait au libéralisme d’ici quelques décennies dans ce pays.

  • (Soupir) Depuis le temps que je fréquente CP, et ça fait quelques années, la question a toujours été là.
    Je me souviens d’une soirée où Wauqiuez était venu nous expliquer, la main sur le cœur, combien il était libéral et qu’il fallait le rejoindre de tout urgence (c’était à la Maison de la Chimie, à Paris).
    Je me souviens aussi qu’à chaque élection, les partis estampillés « libéral » font des scores à faire rire jusqu’aux animalistes.
    En France personne ne connaît Bastiat, moi-même n’en avais jamais entendu parler tant que je suis resté dans le système scolaire.
    Les libéraux sont aussi divisés que les gauchistes et dès qu’un politique, généralement de LR, essaie de les rallier, il subit aussitôt un procès en sorcellerie.
    Les trotskystes ont le « grand soir »,les libéraux le « départ pour la Suisse ».
    Alors que faire ? Je commence de plus en plus à penser que la voie d’un parti libéral, ou libertarien, est sans issue, du moins de nos jours, faute de visibilité dans un système de médias verrouillé. Au moins Bruno Retailleau est-il un voisin.

    • Faire confiance à la droite parce qu’elle se voit libérale sur le plan économique, faire confiance à la gauche parce qu’elle se pense libérale sur le plan sociétal sont deux impasses.
      Il faudrait que le libéralisme s’incarne dans un (grand) homme. En France, condition nécessaire du succès électoral.
      Attendons. Espérons.

      -1
  • « un État ne peut être souverain que si ses comptes sont en ordre. »
    Même si De Gaulle n’était pas franchement libéral, ce serait déjà un début : le recul des dépenses publiques et donc du périmètre de l’état.
    « En même temps » 😉 décentralisation par application du principe de subsidiarité.

  • Intéressante proposition. Ceci dit je n ai jamais vu de gros organisme être capable de se réformer . On peut remonter aussi loin que l on peut, partout, qq soit le domaine… nada . Je salue néanmoins l effort . Et puis il peut etre utile de préparer l après effondrement. En attendant je cultive mon jardin.

  • La France n’a pas besoin d’un parti d’opposition (ce qui suppose, en effet, qu’il existerait un parti de gouvernement ; s’il existe quel est-il ?), elle a besoin d’un Programme Commun des partis de l’opposition et non de « forces politiques dispersées  » dont d’une part certaines tirent à hue, d’autres à dia et, d’autre part, certaines servent de manière hypocrite et humiliante de supplétif à l’incompétente macronie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Donald Trump
0
Sauvegarder cet article

Un article de la rédaction de la Nouvelle Lettre

Il était bien le seul à croire qu’il pouvait encore gagner. Les élections du midterm ont été un total échec pour Donald Trump, ses candidats ont échoué. Les commentateurs en ont conclu à juste titre que Trump candidat républicain en 2024 serait une chance inouïe pour les Démocrates : contre toute logique et contre toute attente Joe Biden serait réélu.

Cette opinion est partagée par la plupart des médias conservateurs, y compris la chaîne Fox qui a soutenu la candidature et la prés... Poursuivre la lecture

Le débat du 21 novembre sur LCI entre les trois candidats à la présidence des Républicains a été fort décevant.

Comme à son habitude, Éric Ciotti a joué la carte de la fermeté en défendant une droite « qui ne s’excuse plus d’être elle-même » ; Bruneau Retailleau s’est fait le partisan d’une droite « fière de ses valeurs avec une ligne claire sur le régalien et l’économie » ; Aurélien Pradié n’a rien trouvé de mieux que de vanter son expérience de maire et de pompier.

Dans son éditorial du journal Le Figaro des 26 et 27 novembre ... Poursuivre la lecture

On attendait une rencontre sportive, on a droit à un numéro de cirque tragico-comique supervisé par le Qatar et ses différents soutiens. Entre les faux supporters qui défilent, les sponsors floués au dernier moment et un président de la Fifa qui joue grossièrement la carte de l’antiracisme woke pour répondre aux critiques adressées au Mondial dans le domaine des droits de l’Homme, le spectateur a droit à une suite de sketches en marge des matchs programmés.

🗣 “Today I feel Qatari. Today I feel Arab. Today I feel Af... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles