La vérité existe et c’est pourquoi nous avons la liberté d’expression

L’université que j’ai appris à connaître s’est révélée être un État totalitaire dans une boîte de Petri, montrant clairement ce qui se passe si nous dénonçons la notion de vérité objective.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
1984 by Oscar Martinez Ciuro(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La vérité existe et c’est pourquoi nous avons la liberté d’expression

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 septembre 2022
- A +

Une doctorante dans le domaine des STEM (siences dures) de l’une des meilleures universités du monde m’a dit un jour :

« Je pense que tout le monde a raison. »

Lorsque j’ai essayé d’argumenter que les faits et la vérité existent et que sa déclaration défie la définition de juste, elle m’a répondu : « nous pensons différemment, et c’est bien ainsi ».

Une institution renommée ressemblait soudain à un jardin d’enfants.

Aujourd’hui, j’aime commencer un cours de philosophie en demandant aux étudiants s’ils peuvent dire que tout le monde a raison. La plupart du temps, ils commencent par défendre ceux qui soutiennent de telles affirmations, arguant qu’à titre personnel, tout le monde peut être décrit comme bien intentionné. Cependant, ils définissent ensuite le terme juste comme étant lié à la vérité et expliquent que deux déclarations contradictoires ne peuvent être justes en même temps.

Cela me donne effectivement de l’espoir. Cependant, je ne suis pas invitée à enseigner la philosophie dans une école de la Ivy League, mais dans une université privée en Roumanie. Ces étudiants cherchent des réponses, pas de la consolation. Ils ne s’offusqueront pas d’une simple question sur l’existence de la vérité… contrairement à certains jeunes professionnels que j’ai rencontrés en Europe occidentale.

Malheureusement, là où j’ai entendu dire « Tout le monde a raison », le désaccord était perçu comme une critique, voire une attaque, et l’interaction humaine était réduite à un apaisement factice. Vous ne pouviez pas prendre le risque de blesser les sentiments de quelqu’un. Vous ne pouviez pas comme il le faisait lui dire que vous n’aimiez pas A ou B. Vous ne pouviez pas attirer l’attention sur une forme quelconque de comportement inapproprié. Tout devait être cool, à défaut d’un meilleur mot. Ainsi, si vous voulez entamer une discussion inconfortable, ils s’empressent de vous faire taire en disant « nous pensons différemment, et c’est OK ».

Je préférerais de loin être confrontée à un désaccord violent plutôt qu’à un tel vide d’agréabilité.

 

Cela apparaît comme une forme de candeur enfantine, sans prise en compte des tragédies de la vie, où le but suprême consiste en un faux sentiment de confort.

Et les personnes ayant cette disposition seraient de loin la cible la plus facile pour la manipulation, car elles perdent la capacité d’adopter une position morale. Elles créeront des environnements de travail toxiques, où toute mention d’un problème sera réduite au silence, et où quiconque menaçant le confort d’une gaieté superficielle sera ignorée. Un cadre « ne pas voir le mal, ne pas parler du mal » est particulièrement attrayant pour toutes sortes d’abuseurs.

En effet, il serait bien trop inconfortable d’admettre la difficile vérité selon laquelle les humains souffrent parfois, et que d’autres humains sont parfois responsables de cette souffrance. Il est donc préférable de prétendre que « tout le monde a raison » – en faisant fi de la contradiction logique évidente de cette phrase.

Il devient alors trop facile de faire passer tout désaccord pour de l’intolérance et de promouvoir une tolérance mal comprise – sous la forme d’un sourire superficiel – qui pousse des adultes émotionnellement immatures à gravir les échelons de l’université ou de l’entreprise.

L’université que j’ai appris à connaître s’est révélée être un État totalitaire dans une boîte de Petri, donnant un aperçu des racines psychologiques du contrôle, et montrant clairement ce qui se passe si nous dénonçons la notion de vérité objective.

La destruction de la libre pensée à laquelle nous assistons aujourd’hui est plus profonde qu’une simple agitation politique. Elle pose un problème qui va au-delà des simples émotions d’une foule. La version pop, simplifiée à l’extrême, du postmodernisme a effacé la construction même sur laquelle toute conversation peut avoir lieu, à savoir l’accord mutuel sur l’existence de la vérité. De cette façon, la liberté d’expression a été silencieusement euthanasiée plutôt que violemment attaquée.

Parce que lorsque vous arrivez à « nous pensons différemment, et c’est OK » – toute interaction prend fin. Personne ne convaincra personne de quoi que ce soit. Personne ne cherche de réponses. Les gens ne veulent tout simplement pas être blessés, alors ils cessent complètement de penser à la réalité.

 

Cela devient particulièrement obsédant si l’on prend en compte l’histoire du XXe siècle : des personnes exécutées, déplacées et torturées pour leur nationalité ou leur origine. Tout cela à cause d’idées – des idées qui n’étaient pas bonnes, mais mauvaises. Si vous le soulignez, certains diront naïvement « c’était il y a longtemps ».

Ce n’est pas le cas. Le meurtre d’innocents est clairement dans la nature humaine, et nous devrions étudier les mécanismes qui nous amènent à commettre de tels actes. Sans compter que mettre des armes sur la tempe de civils se produit en ce moment même dans l’Ukraine occupée, et qu’appeler au génocide d’une nation entière se retrouve dans une vidéo youtube de 2014. C’est réel. Allez-vous continuer à dire que « tout le monde a raison » ?

Et les dictateurs ne préfèrent-ils pas régner sur une société remplie de personnes ayant trop peur d’être en désaccord avec quelqu’un ou même d’entamer une discussion sérieuse ? Dire « Je ne sais pas et je ne veux pas savoir, les politiciens doivent savoir ce qu’ils font, tout va bien » – c’est ainsi que se comportent les Russes traumatisés devant les caméras. Voudriez-vous voir des diplômés universitaires agir de la même manière ?

Le monde est un endroit terrifiant, et il a besoin de personnes qui ont une colonne vertébrale.

Nous devons nous efforcer d’être en quête de vérité et non de confort. Ce n’est qu’en donnant cet exemple que nous élèverons une jeunesse forte. Comme le chante Aaron Tippin, « nous devons nous battre pour quelque chose, sinon nous tombons pour rien.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • En fait la vérité n’existe pas, ou alors elle est dans le monde platonicien, perfection hors de portée.
    Il y a la réalité, et un discours sur celle-ci, toujours imparfait.
    Mais il est des discours faux, où le discours n’est pas cohérent avec les faits.
    Donc tout le monde n’a pas raison, loin s’en faut.

    • S’il n’y avait que la vérité à ne pas exister.
      Mais il y a pire. Le monde n’existe pas.
      Ceci est parfaitement démontré dans un bouquin qui lui existe, d’un philosophe tout à fait réel : Markus Gabriel.

    • Si le vrai n’existe pas, alors le beau et le bien non plus. Le monde macronien dans toute son horreur.

      -1
    • Quand on prend pour vérité que la vérité n’existe pas, alors toute forme de raisonnement devient inutile.

  • En fait, tout le monde a tort, mais certains ont plus tort que les autres.

    • Certes, mais ils finissent par avoir raison puisqu’ils sont plus nombreux.
      C’est l’amorce du rapport de force et la faillite de la raison.

  • Nier la possibilité d’une vérité objective, ou de ce qui s’en rapproche, a pour but d’éviter une discussion argumentée, quand on ne veut pas affronter les arguments de la partie adverse. C’est une censure « aimable ».

    • Là, vous supposez que la partie adverse comme vous-même avez des arguments à présenter. L’amabilité consiste pourtant souvent à ne pas confronter son interlocuteur à la vacuité de son argumentation.

  • Il y en a qui ne doivent pas avoir une vie facile..
    Il ya clairement des choses réfutables;. sinon on ne pourrait même pas construire un langage et tenir ce genre de conversation.. avoir une conversation est déjà une absurdité..si on ne croit pas à une forme de vérité..

    il suffit d’arreter de payer ces universitaires..ils vont vite changer de ton..

    la vraie question est celle de l’honneteté de ceux qui tiennent ce genre de propos..
    mais bon « la vérité » ou la capacité de donner une description factuelle simple et « unique » du monde macroscopique est en effet une espèce de miracle.

  • Ah! je le savais….. j’ai toujours raison ! ! ! (hi hi)
    Plus sérieusement, et si chacun avait sa part de vérité, en fonction de ses connaissances, de son éducation ?
    Chaque raisonnement s’appuie sur des prémisses, des axiomes ou des postulats et encore des faits. En changeant une de ces bases, on change le résultat bien évidement.
    Par exemple, il y a quelques mois, un journal a publié une interview de Mme S. Rousseau qui mérite une analyse, on peut y décrypter un raisonnement juste, mais basé sur des prémisses « non conventionnels », voir erronés. Les résultats nous font sourire, mais l’intéressée pense qu’elle a raison.
    Parfois je plains C. Villani, qui a pour habitude de raisonner sur des postulats vérifiés et solides et qui se retrouve dans un « gloubiboulga » d’axiomes non cohérents, qui sont la base des raisonnements en politique.
    En conclusion, je suis toujours d’accord avec moi ! (quand même jusqu’à preuve du contraire robuste), Chacun fera la part du second degré.

    • L’ennui avec les matheux, c’est que leur raisonnement inattaquable fait oublier l’importance de bien choisir, justement, ces prémisses. Et les X et Normaliens étaient autrefois à juste titre renommés pour leur manque de discernement et de sens commun dans ce choix. Dommage que ce défaut soit un peu oublié. S’ajoute également en matière de problème la croyance que puisqu’il existe une vérité, certains la détiennent et sont maîtres dans l’art de décider quand il faut la sortir pour éblouir les profanes. Ou bien certains la détiennent et doivent la défendre bec et ongles contre ceux qui en douteraient, la passivité ne pouvant que renforcer le soupçon d’hérésie. Les sciences dures nous apprennent que l’absence de réfutation n’est que présomption de vérité et que le doute et la modestie sont plus honorables que le combat.

  • La pensée unique enseignée par l’éducation nationale résout le concept de chacun sa vérité. L’écologie en est l’exemple type. Qui peut croire qu’1% des pollueurs de la planète (la France), en diminuant sa pollution de 50% va sauver le climat face à la Chine, l’Inde, les USA, le Brésil ?
    Les rapports quant à la responsabilité de l’activité de l’homme sur l’augmentation de la température, telle qu’elle est présentée par les écologistes, sont grandement sujet à questionnement pour ceux qui se sont donnés la peine de les lire et de les analyser rationnellement.
    Mais il s’agit là d’une vérité absolue et toute personne s’y opposant sera brûlée vive sur le bûcher médiatique jusqu’à ce qu’elle se taise à jamais.

    • Oui, en parfait hérétique, je vous propose de comparer la définition de l’énergie (force, travail, unité de temps) donc celle de la physique et celle qualifiée de renouvelable. Dans le cas du renouvelable, en creusant le concept, vous vous apercevrez qu’il s’agit d’une définition malthusienne…. Bien évidement en remplaçant l’énergie par un truc restreint on arrive à un monde écolo lui aussi malthusien…. donc pas très dynamique, qui conduit à des restrictions.
      Sinon, il se pourrait que les anciens qui avaient pour dieu le soleil, aient quand même raison….?
      Qui a dit que le soleil était stable ? Dans tous les cas, nous serons grillés, heureusement dans très très longtemps….

  • On peut arguter infiniment sur la Vérité, dire qu’il n’y a que des vérités circonstanciées dans l’espace et le temos…ce que je crois. Mais dès qu’on est devant la réalité concrète d’un fait de vérité, càd d’un effet de vérité sur la réalité, comme la vaccination de masse, et l’implication d’accepter ou de refuser de s’y soumettre…. alors là, la recherche de la vérité s’impose et chacun la trouve en sa conscience. Et elle définit les valeurs que chacun souhaite défendre !

  • Nous revenons donc au « Tot homines, quote sententiae » qui a construit lentement mais sûrement l’actuelle citadelle planétaire de type Babel. L’Homme est sans doute le seul animal social qui s’obstine à vivre individuellement. À chacun sa vérité, disait-on jadis. Mais l’impasse de la liberté d’expression arrive vite au bout d’un chemin. Qu’est-ce qu’une expression ? une façon rhétorique de parler, une idée d’expérience que l’on voudrait originale, voire unique ? Un concentré de nos humeurs, voire de notre physiologie ? On pourrait continuer ainsi pendant longtemps. La liberté n’a sans aucun doute jamais existé mais elle a tout de même été baptisée par les franc-maçons comme l’enfant de la Raison… Mais cette raison à laquelle Pascal donnait déjà deux sens, c’est qui, c’est quoi ?

  • On peut tout à fait défendre l’absence de vérité en général et en déduire au contraire de ce qui est dit ici, que cela entraine la nécessité du débat.
    Car c’est bien si la vérité existe et se trouve affichée partout qu’il n’y a nul besoin d’en débattre. C’est d’ailleurs la plaie du monde moderne obsédé de scientisme: le vaccin est « vrai »: le mettre en doute est faux.
    Par contre, si la notion, vague et provisoire, se doit d’être toujours possible à remettre en cause, alors la vraie discussion peut avoir lieu…

    • le point central est en fait la réfutation…

      tout ets dans vérité en général…

      on ne discute de vérité en général qu’en philosophie et parfois en science..

      alors existe il des choses non fausses en général..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par David Zaruk.

 

Nous devons écouter la science. Nous devons sauver l'environnement. Nous devons protéger le climat.

 

Des slogans accrocheurs utilisés à des fins politiques, mais que signifient les termes : LA science, L'environnement, LE climat ?

Sommes-nous conscients de la façon dont l'ajout subtil de l'article défini modifie notre perception et notre compréhension d'importantes questions d'environnement et de santé ?

En anglais, l'article défini a été utilisé de manière abusive par de... Poursuivre la lecture

Par Emma Camp.

Mercredi, la Foundation for Individual Rights and Expression (FIRE) a publié son classement annuel des universités en matière de liberté d'expression. Ce classement est issu d'une enquête menée auprès de près de 45 000 collégiens dans plus de 200 universités aux États-Unis. L'enquête est menée depuis 2020 et permet de recueillir un large éventail d'informations sur le climat politique du campus dans un éventail d'universités.

Reason Sean Stevens, chercheur principal de FIRE explique :

"Les écoles dont l'adm... Poursuivre la lecture

Par Eric Boehm.

Si l'on ignore les inévitables compromis, la plupart des gens seraient favorables à un repas gratuit.

Malheureusement, cela n'existe pas.

Un nouveau sondage montre que la décision du président Joe Biden d'effacer 10 000 dollars de dettes étudiantes pour de nombreuses personnes ayant emprunté de l'argent au gouvernement fédéral pour payer leurs études (et 20 000 dollars pour celles qui ont reçu des subventions Pell basées sur les besoins) est largement populaire - tant que les gens ne pensent pas aux effets... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles