Liz Truss : quelles conséquences pour les libéraux ?

Après six semaines de lutte acharnée, le résultat est là : Liz Truss sera le nouveau Premier ministre de la Grande-Bretagne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
UK Government Foreign Secretary Liz Truss attends CHOGM 2022 by UK Government (Creative Commons CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Liz Truss : quelles conséquences pour les libéraux ?

Publié le 13 septembre 2022
- A +

Par Robert Jackman.

Après six semaines de lutte acharnée, le résultat est là : Liz Truss sera le nouveau Premier ministre de la Grande-Bretagne. Cette ambitieuse politicienne conservatrice, qui a été la secrétaire aux Affaires étrangères de Boris Johnson pendant la crise ukrainienne, a pris officiellement ses fonctions mardi. Mais son arrivée à Downing Street mettra-t-elle fin au style grand État et grandes dépenses de son prédécesseur ?

Il y a certainement des raisons d’être optimiste. Au sein du village de Westminster, Mme Truss est depuis longtemps considérée comme un porte-flambeau de la liberté, une réputation qui remonte à l’époque où elle travaillait dans divers groupes de réflexion sur les petits États. Depuis son entrée au Parlement en 2010, elle est membre du Free Enterprise Group – un caucus informel de députés conservateurs qui cherchent à pousser le parti dans la direction d’un marché plus libre.

Si elle a servi dans les gouvernements de David Cameron et de Theresa May, c’est sa nomination au cabinet de Boris Johnson à l’été 2019 qui l’a fait connaître. En tant que secrétaire d’État au commerce, Mme Truss était responsable de la mise en œuvre de la partie positive du Brexit, c’est-à-dire de la signature d’accords commerciaux visant à éliminer les droits de douane dans le monde entier. Elle s’est montrée très compétente dans ce domaine, concluant rapidement des accords ambitieux avec l’Australie et le Japon.

Son mandat, axé sur l’international, lui a également fourni un laisser-passer pratique pendant les années sombres des blocages liés au Covid-19. Alors que ses collègues ministres diffusaient des émissions télévisées annonçant de nouvelles règles autoritaires, Mme Truss a choisi de donner la priorité aux négociations de type Zoom avec ses homologues américains et indiens. Longtemps considérée comme une utilisatrice avisée des médias sociaux, son discours sur Twitter était modéré sur la propagande « restez à la maison » diffusée par Downing Street.

La chute de Boris Johnson a été suivie par la campagne de Truss, qui a mis l’accent sur les réductions d’impôts. Elle s’est immédiatement engagée à annuler les hausses d’impôts imposées par l’administration de Boris Johnson, notamment la forte augmentation des charges sociales. Lorsque son adversaire, Rishi Sunak, s’est inquiété de l’augmentation de l’écart fiscal et de son impact sur l’inflation, Mme Truss a répliqué en insistant sur le fait que les réductions d’impôts étaient nécessaires pour inverser le marasme économique de la Grande-Bretagne.

Mais la Première ministre Liz Truss remettra-t-elle la Grande-Bretagne sur la voie d’un État plus modeste ? Certaines choses ne sont pas si simples. Boris Johnson était certes partisan d’un gouvernement de grande envergure, mais il répondait également à un changement fondamental du centre de gravité politique britannique, qui rend difficile la vente du conservatisme d’un Etat limité.

Comme les autres pays occidentaux, la population de la Grande-Bretagne vieillit rapidement. Il s’agit d’une bombe à retardement qui a déjà vu les dépenses de l’État en matière de soins de santé et de pensions atteindre des niveaux sans précédents, rendant les réductions d’impôts plus difficiles. Comme ces retraités choyés ont tendance à voter pour les conservateurs, leur influence sur ces politiques est énorme. C’est pourquoi les retraités sont à peu près les seules personnes en Grande-Bretagne à bénéficier d’une augmentation de revenu correspondant à l’inflation.

Tout au long de sa carrière au sein d’un think tank, Mme Truss s’est attaquée à cette culture envahissante du tout m’est dû. L’un de ses rapports les plus influents a été d’appeler à une refonte du winter fuel payment, une aide inconditionnelle de 250 à 600 livres (288 à 691 dollars) versée à chaque retraité britannique (dont un sur quatre est aujourd’hui millionnaire).

L’évaluation de Truss était juste : pourquoi les contribuables devraient-ils subventionner les factures de carburant des ménages riches ?

Bon nombre des meilleures idées de Mme Truss se heurteront à une résistance similaire. À son crédit, elle a longtemps été un défenseur de l’assouplissement des lois punitives de planification et de zonage de la Grande-Bretagne, ce qui faciliterait la construction des logements et des infrastructures énergétiques dont nous avons tant besoin. Mais de telles idées sont toxiques pour les conservateurs d’arrière-ban, dont les électeurs – très attachés à la flambée des prix de l’immobilier – les puniraient d’avoir donné leur feu vert au moindre développement. Lorsque Michael Gove, un ministre conservateur qui a le don de mener des réformes radicales, a essayé de s’y attaquer, il a fini par jeter son plan dans les toilettes (littéralement).

En outre, la pandémie a accru les exigences des électeurs, qui s’attendent désormais à ce que le gouvernement intervienne au premier signe de difficulté. En témoignent les demandes croissantes pour que l’État prenne en charge les factures d’énergie qui augmentent rapidement en Grande-Bretagne. Mais qu’espèrent les conservateurs après avoir dépensé 69 milliards de livres (80 milliards de dollars) pour payer les travailleurs à rester à la maison ? Le Trésor a déjà octroyé à tous les Britanniques plus de 550 livres (633 dollars) pour payer leurs factures. Maintenant, la moitié des électeurs conservateurs veulent que l’industrie de l’énergie appartienne entièrement à l’État.

Pour être juste, Truss n’a pas peur de se battre pour ses principes. En tant que secrétaire au commerce, elle s’est courageusement battue contre le lobbying des agriculteurs qui voulaient maintenir des droits de douane stricts sur les importations alimentaires australiennes. Mais ses collègues plus protectionnistes ont gagné la bataille – en persuadant Boris Johnson de donner aux syndicats agricoles un droit de veto effectif sur tout accord commercial futur. Bien sûr, la prochaine fois c’est elle qui prendra la décision finale.

Avec une récession imminente et une élection prévue avant la fin de l’année 2024, notre nouveau Premier ministre va devoir agir vite. Espérons simplement que ce soit dans la bonne direction.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de la Revue Politique et Parlementaire.

 

Selon les Marcheurs du parti LREM, le traditionnel clivage gauche/droite appartiendrait au passé, dans la mesure où les Français se moqueraient de savoir si une idée censée être salutaire pour eux relève de la gauche ou de la droite, du moment qu’elle donne de bons résultats. Si l’on peut en effet remettre en question la pertinence de catégories politiques figées comme droite et gauche - le grand penseur et économiste libéral du XIXe siècle, député des Landes sous la IIe ... Poursuivre la lecture

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

Comment peut-on être libéral ? Pour beaucoup de nos concitoyens, le libéralisme est devenu la doctrine du diable. Évidemment, quand le gouvernement français est qualifié d’ultralibéral par certains, les repères s’estompent et les esprits se troublent. On en étonnera plus d’un en affirmant que le libéralisme, lato sensu, est la chose la plus naturelle du monde. Il accorde en effet la prééminence aux accords librement conclus entre individus par rapport à la réglementation étatique. Les Romains de l’Antiquité appelaient jus le droit civil émana... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles