Liz Truss ou Rishi Sunak pour succéder à Boris Johnson

Le 5 septembre, nous saurons qui succédera à Boris Johnson en tant que nouveau Premier ministre du Royaume-Uni, après que 175 000 membres du Parti conservateur auront choisi entre Liz Truss et Rishi Sunak.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
UK Government Foreign Secretary Liz Truss attends CHOGM 2022 by UK Government (Creative Commons CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Liz Truss ou Rishi Sunak pour succéder à Boris Johnson

Publié le 14 août 2022
- A +

Le 5 septembre, nous saurons qui succédera à Boris Johnson en tant que nouveau Premier ministre du Royaume-Uni, après que 175 000 membres du Parti conservateur auront choisi entre Liz Truss et Rishi Sunak.

Ci-dessous, j’examine de plus près leurs différences politiques, plus importantes qu’on ne le pense.

Liz Truss, dont la victoire est assurée à 90 % par les bookmakers, a commencé par être membre des libéraux-démocrates de centre-gauche et n’était pas favorable au Brexit, mais cette époque est révolue depuis longtemps. Aujourd’hui, elle est une solide brexiter, et une solide thatchérienne en matière d’économie. Certains sondages suggèrent qu’elle battrait le leader travailliste Keir Starmer lors des prochaines élections britanniques, ce qui important pour les membres du Parti conservateur britannique.

Entre Truss et Sunak, la plupart des différences portent sur la politique économique.

Bien sûr, en matière d’immigration également, Truss est probablement un peu plus belliqueuse que Sunak, car elle veut étendre la politique révolutionnaire du Rwanda à d’autres pays que le Rwanda – qui consiste à demander l’asile dans des pays tiers sûrs, brisant ainsi le modèle économique des passeurs de clandestins – mais Sunak s’est également engagé à faire « tout ce qu’il faut » pour la mettre en œuvre.

Truss semble également un peu plus dure que Rishi Sunak en ce qui concerne la relation avec l’UE, qui n’est pas encore entièrement négociée, mais il veut maintenant faire mieux que la promesses de Truss de faire un « feu de joie » des formalités administratives de l’UE d’ici la fin de 2023. Il veut revoir ou supprimer toute la législation européenne post-Brexit restante au cours de ses 100 premiers jours, ce qu’il a présenté dans une vidéo de campagne accrocheuse montrant des règlements européens déchiquetés.

En matière de politique étrangère, les deux candidats sont assez intransigeants à l’égard de la Russie et de la Chine, Truss ayant convoqué l’ambassadeur chinois au sujet de l’approche du PCC vis-à-vis de Taïwan.

En matière de politique environnementale et énergétique également, les deux candidats ont beaucoup en commun.

Oui, Rishi Sunak veut interdire la construction de nouvelles habitations sur la green belt, excessivement protégée selon beaucoup de gens, autour de Londres. Mais les deux candidats sont en fin de compte fortement favorables à la libération de plus de terrains pour construire des habitations.

Fait remarquable, Truss s’est engagée à lever l’interdiction de la fracturation hydraulique, si les communautés locales sont d’accord, position également soutenue par Sunak. Le Royaume-Uni deviendrait ainsi le premier pays européen à adopter la fracturation, qui a permis aux États-Unis de bénéficier de prix du gaz beaucoup plus bas. Les importations américaines de gaz GNL en Europe ont explosé ces derniers temps. Ironiquement, il s’agit souvent de gaz de schiste, qui est interdit partout sur le continent. Mme Truss souhaite également s’éloigner de la directive européenne sur l’habitat en échange d’un objectif britannique plus fort en matière de biodiversité. Cette directive particulière joue un rôle dans les récentes protestations massives des agriculteurs néerlandais contre les restrictions d’azote. Si le Royaume-Uni abandonne cette approche, les gens sur le continent en prendront note.

 

L’économie 

Comme nous l’avons dit, les principales différences entre les deux partis tournent autour de la politique économique intérieure.

Dans ce domaine, Mme Truss s’est engagée à alléger la charge fiscale de 30 milliards de livres, sans promettre de dépenser davantage, à l’exception de quelques domaines choisis, dont la défense. Elle a  déclaré que « les réductions d’impôts et les réformes de l’offre » sont son principal objectif.

Cela inclut la suppression des prélèvements verts sur les factures d’énergie, qu’elle considère comme un moyen plus efficace que l’assistanat pour aider les ménages à faire face aux prix astronomiques de l’énergie, rejetant le projet de son adversaire de leur promettre une aide, ce qu’il n’a toutefois pas encore correctement quantifié.

Selon elle, « prendre de l’argent aux gens par le biais des impôts et le leur redonner sous forme d’aumônes est une économie à la Gordon Brown », en référence à l’ancien Premier ministre travailliste britannique et ministre des Finances de longue date qui a présidé à une expansion massive des dépenses publiques au Royaume-Uni.

Rishi Sunak a occupé le poste de ministre des Finances britannique – ou « chancelier de l’Échiquier » – de 2020 à 2022 et a également supervisé des dépenses publiques massives, évidemment principalement liées à la crise covid. Afin d’équilibrer le budget, Sunak a introduit des hausses d’impôts, ce qui le hante aujourd’hui, d’autant plus qu’il prévoit de s’en tenir à son projet d’augmenter l’impôt britannique sur les sociétés en 2023 de 19 à 25 %, ce que Truss veut abandonner.

Sunak a l’intention de réduire quelques impôts, mais cela lui vaut d’être accusé de faire volte-face – par exemple sur la question de savoir s’il faut réduire la TVA sur l’énergie – car certaines sources du camp Truss ont été enregistrées disant : « Sunak ne saurait pas comment les gens bénéficient d’une réduction d’impôts car il n’a jamais réduit un impôt de sa vie ».

 

Inflation

Sunak justifie son approche en insistant sur le fait que « notre priorité économique numéro un est de lutter contre l’inflation », et non de réduire les impôts, même si « je vais réduire les impôts au cours de ce parlement, mais je vais le faire de manière responsable, car je ne réduis pas les impôts pour gagner des élections, je gagne des élections pour réduire les impôts. »

Dans un commentaire, le député conservateur John Redwood, qui soutient Truss, écrit à propos de l’approche de Sunak :

« L’un de ses principaux mantras est que nous devons augmenter les impôts maintenant pour freiner l’inflation. Alors, si des impôts plus élevés freinent l’inflation, pourquoi les hausses d’impôts de cette année ont-elles coïncidé avec des hausses de prix plus importantes ? Comment exactement une augmentation de l’impôt sur les sociétés et de l’assurance nationale fera-t-elle baisser les prix ? Pensent-ils vraiment que la création de 450 milliards de livres d’argent pour acheter des obligations afin de maintenir les taux d’intérêt à un niveau très bas n’a joué aucun rôle dans l’inflation que nous subissons maintenant ? »

Dans la lignée de la philosophie de l’argent dur, Mme Truss n’a pas hésité à ouvrir le débat sur le rôle de la Banque centrale, annonçant son intention d’organiser une révision du mandat de la Banque d’Angleterre, rappelant la campagne End the Fed de l’ancien membre du Congrès américain Ron Paul, sans toutefois préciser ce que cette révision couvrirait.

La députée Suella Braverman, une autre partisane de Truss, a fourni un peu plus de détails :

« Il s’agira d’examiner en détail ce que fait exactement la Banque d’Angleterre, et de voir si elle est adaptée à son objectif en termes d’indépendance d’exclusion totale des taux d’intérêt. […] La dernière fois que cela a été fait, c’était en 1997 – c’est juste et il est temps maintenant de revoir si c’est le bon règlement. »

En réponse, M. Sunak et bien d’autres ont exprimé leur inquiétude quant aux propositions de M. Truss concernant la Banque d’Angleterre, Marc Ostwald, économiste en chef de la société de courtage ADM Investor Services International, soulignant comment « toute idée d’interférence […] devra être prise en compte dans les taux britanniques et le facteur de risque pour la livre. »

L’approche de Mme Truss à l’égard des banques centrales n’est pas un détail sans importance, d’autant plus que, dans le passé, elle a fait l’éloge des politiques monétaires extrêmement souples du Japon, qui ont échoué et qui reviennent en fait à piller l’avenir.

Le point faible de Truss tourne clairement autour de la question de savoir comment les réductions d’impôts qu’elle a promises seront financées. Son idée est de retarder le remboursement de la dette covid. En avril dernier, elle a proposé de placer la dette de 400 milliards de livres sterling contractée par le Royaume-Uni pour financer les dépenses liées au covid dans un pool de dette séparé, afin de la rembourser beaucoup plus lentement, comme le Royaume-Uni l’a fait pour sa dette de la guerre mondiale. Sans surprise, cette proposition a été accueillie avec beaucoup de scepticisme.

Son plan visant à stimuler la croissance par des réductions d’impôts pourrait bien avoir pour effet d’augmenter les recettes fiscales afin de compenser les déficits budgétaires résultant desdites réductions d’impôts. Quoi qu’en disent les sceptiques de l’effet Laffer, selon lequel une baisse des impôts entraîne une hausse de la croissance et, paradoxalement, une augmentation des revenus de l’État : au fil du temps et à l’échelle mondiale, nous avons constaté de nombreux exemples de cet effet, mais la question est toujours de savoir où nous nous situons sur la courbe de Laffer. Il faut donc être honnête. Il est certain que dans le climat international volatile actuel, avec les craintes de récession et l’explosion des prix de l’énergie, il est tout aussi possible que les réductions d’impôts réduisent le budget de l’État. Dans ce cas, il faut ce dont Truss s’est abstenue : des réductions importantes et généralisées des dépenses publiques. C’est ce que Margaret Thatcher a fait, et cela a finalement aidé l’économie britannique en difficulté à se redresser. Si Truss veut être Thatcher, c’est ce qu’elle doit faire.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Que les conservateurs fassent confiance à cette dame et qu’elle réussisse et fasse honte aux mangeurs de grenouilles se vautrant dans le collectivisme!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Truss
1
Sauvegarder cet article

Par Robert Jackman.

Après six semaines de lutte acharnée, le résultat est là : Liz Truss sera le nouveau Premier ministre de la Grande-Bretagne. Cette ambitieuse politicienne conservatrice, qui a été la secrétaire aux Affaires étrangères de Boris Johnson pendant la crise ukrainienne, a pris officiellement ses fonctions mardi. Mais son arrivée à Downing Street mettra-t-elle fin au style grand État et grandes dépenses de son prédécesseur ?

Il y a certainement des raisons d'être optimiste. Au sein du village de Westminster, Mme Tru... Poursuivre la lecture

Charles III
1
Sauvegarder cet article

Par Jess Carniel.

Avec le décès de la reine Elizabeth II, l'Angleterre, mais aussi l'ensemble des pays du Commonwealth ont un nouveau roi. La BBC a confirmé que Charles prendra le nom royal de King Charles III.

Charles a été désigné prince de Galles à l'âge de neuf ans en 1958, son investiture ayant eu lieu dix ans plus tard. Il est l'héritier royal qui a attendu le plus longtemps son accession au trône, alors que le règne de sa mère fut le plus long de tous les monarques britanniques.

Aujourd'hui, la question se pose pou... Poursuivre la lecture

Une image vaut mieux que mille mots. Cette expression, présente des deux côtés de la Manche, ne saurait perdre de sa superbe à quiconque était présent à Londres ce vendredi. Le London Underground est habituellement fort des 5 millions de voyageurs quotidiens de son réseau de métro soit l’équivalent du trafic quotidien de la SNCF sur l’ensemble du territoire français. Un réseau complètement à l’arrêt ce vendredi à l’inverse du réseau de bus où les voyageurs se sont réfugiés, entassés tant bien que mal dans les iconiques bus rouges à impériale.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles