Grande-Bretagne : le passeport vaccinal fait aussi tanguer Boris Johnson

Coup dur pour Boris Johnson : le secrétaire d’État chargé du Brexit démissionne après l'annonce de nouvelles restrictions sanitaires.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Boris Johnson by BackBoris2012 Campaign Team (Creative Commons CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grande-Bretagne : le passeport vaccinal fait aussi tanguer Boris Johnson

Publié le 20 décembre 2021
- A +

Boris Johnson pensait sans doute avoir vécu la pire semaine de sa vie de Premier ministre la semaine dernière, c’était sans compter le week-end. David Frost, le secrétaire d’État chargé du Brexit, a posé sa démission samedi. Véritable gardien de l’esprit du thatchérisme au sein du parti conservateur et allié de la première heure, David Frost a considéré l’adoption de nouvelles mesures coercitives pour combattre la pandémie comme la goutte d’eau faisant déborder le vase.

Fronde contre le passeport vaccinal

En début de semaine, pratiquement la moitié des parlementaires conservateurs votaient contre le passeport vaccinal local : considérer la contrainte et les restrictions aux libertés publiques comme politique par défaut de lutte contre l’épidémie est peut-être envisageable en France quelle que soit l’étiquette politique, mais en Grande-Bretagne, la ligne de fracture reste claire et nette entre libéraux et autoritaires. Comme le notait John Ashmore dans CapX au moment du vote des parlementaires :

Les chiffres à eux seuls en disent long sur cette histoire. Il suffit de comparer les 99 rebelles conservateurs d’hier soir – environ la moitié de tous les députés conservateurs – aux votes précédents sur le système à trois niveaux (53 Tories contre), sur le couvre-feu de 22 heures (42) et, plus tôt cette année, sur la prolongation de la loi sur le coronavirus pour six mois (35 rebelles). La situation est également comparable aux rébellions historiques, comme les 81 personnes qui ont défié David Cameron lors du référendum sur l’UE et les 118 Tories qui ont voté contre l’accord de Brexit de Theresa May.

Pour Boris Johnson, c’est un séisme politique qui se poursuit avec la défection de son M. Brexit.

Libre-échange et libertés publiques

La lettre de démission de David Frost est sans ambiguïté sur le sujet sanitaire :

Nous devons […] apprendre à vivre avec le Covid et je sais que c’est aussi votre instinct. Vous avez pris une décision courageuse en juillet, contre une opposition considérable, pour ouvrir à nouveau le pays. Malheureusement, cette décision ne s’est pas avérée irréversible, comme je le souhaitais et comme vous le pensiez aussi. J’espère que nous pourrons bientôt revenir sur la bonne voie et que nous ne serons pas tentés par le genre de mesures coercitives que nous avons vues ailleurs.

Pour David Frost, l’objectif est le retour du libre-échange et de la libre entreprise que la gestion de la crise sanitaire a mis à mal : « J’espère que nous nous dirigerons aussi vite que possible vers ce que nous devons atteindre : une économie peu réglementée, à faible taux d’imposition, fondée sur l’esprit d’entreprise, à la pointe de la science moderne et du changement économique. »

Face à la propagation rapide du variant Omicron sur le territoire britannique, Boris Johnson avait décidé le mercredi 8 décembre dernier de passer au « plan B », c’est-à-dire de durcir les mesures sanitaires et d’introduire le passeport vaccinal pour certains grands rassemblements.

L’enjeu était autant sanitaire que politique : accusé d’avoir assisté à deux fêtes illégales à Downing Street en décembre 2020 au plus fort de la crise sanitaire, Boris Johnson espérait ralentir sa dégringolade dans l’opinion publique, globalement pro-restriction. Malheureusement pour lui, il n’a pas réussi à convaincre les Britanniques et a provoqué la lassitude de ses plus fidèles alliés.

Liz Truss, ministre des Affaires étrangères, reprend le portefeuille de David Frost, dont le poste ne sera pas remplacé. Ce recentrage de la question des relations entre Grande-Bretagne et Union européenne vers la diplomatie pourrait permettre à l’autre grand chantier laissé tel quel par M. Frost, à savoir l’application du protocole controversé sur l’Irlande du Nord, de se débloquer.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Retour à la case départ sans toucher les 20000.

    On continue à imposer le masque et les confinements même pour les vaccinés parce que vous comprenez : « les virus c’est exponentiel même quad on ne sait pas encore s’ils sont dangereux ».
    Bref on continue à hypothéquer ses hôtels et ses terrains.

    Ca sent pas un peu le fromage ?

    • Test commentaire

    • C’est surtout qu’à ce stade, persister dans des stratégies qui ne marchent pas relève de la pure folie. Le coronavirus responsable de l’épisode pandémique dit de la « grippe russe » a fait plusieurs millions de morts en Europe en 1889-1891…et circule toujours aujourd’hui dans une forme très atténuée, puisqu’il serait responsable d’environ 15 à 20% des rhumes saisonniers. Idem pour la fameuse pandémie dite de « grippe espagnole » qui s’est terminée non pas en 1921-1922, mais au début des années 70 (derniers cas connus).

      Il faut donc apprendre à vivre avec le virus, et apprendre à soigner précocement les symptômes plutôt que de vouloir forcer à une injection d’une substance expérimentale dont l’efficacité est de plus en plus remise en question (aux USA, les premières études semblent par exemple montrer que le J&J est totalement inefficace contre les dérivés du variant omicron), sans parler des problèmes cardiaques et nerveux rencontrés par de nombreuses personnes post-injection (1 myocardite et 2 Guillain-Barré dans mon seul entourage de travail immédiat), problèmes qui dans un contexte normal auraient fait mettre fin à cette folle expérimentation.

      Toujours concernant le fait de vivre avec le virus, il faut aussi rappeler qu’en France, depuis l’invention géniale par un certain Jean C. de la tarification à l’acte dans les hôpitaux, ces derniers ont des obligations de résultats, ce qui les oblige parfois à gonfler leurs chiffres pour atteindre des quotas fixés par l’administration centrale pour pouvoir continuer à se faire financer. Cette réforme a aussi eu pour effet de faire fuir un grand nombre de soignants qui ont du travailler plus pour remplacer leurs collègues partis vers des sphères administratives, amenant au burn-out et au départ d’un grand nombre d’entre eux…sans parler des baisses de vocation dans tous ces métiers, pourtant indispensable au maintient d’une large population en bonne santé. Bref, remercions définitivement toutes les personnes responsables (mais pas coupables) de cette dégradation accélérée de notre système de soins par bureaucratisation à outrance et pilotage par des indicateurs dans d’obscurs fichiers excels aux formules mal comprises et non maitrisées* du fait d’énormes lacunes en mathématiques de base (pre-calculus en anglais) par nos soit-disant élites politico-intellectuelles…ce qui n’est pas sans rappeler la situation décrite par Ayn Rand dans « Atlas Shrugged »…

      Bref, cet épisode confirme une fois de plus que le « tout à l’Etat, le tout pour l’Etat, le tout par l’Etat » ne fonctionne pas et ne peut pas fonctionner. Il confirme également que la liberté est une chose qui ne se quémande pas mais s’arrache par la force aux apprentis tyrans, surtout quand ces derniers sont devenus fous. Il confirme également que les députés anglais et certains ministres de sa majesté ont encore une colonne vertébrale, ce qui ne semble pas être le cas en UERSS…sans doute l’effet des choux-de-bruxelles…

      CPEF, mais il existe un espoir**

      * typiquement sur la fiabilité des tests PCR…un test fiable à 80% est fiable à 80%…dans les deux sens…ce qui produit un grand nombre de faux positifs, comme très bien montré dans cette conférence de Noël de la Royal Institution : https://youtu.be/_q4DrUHKC0Q?t=978
      ** Discours de John Galt: https://youtu.be/zN6JV2GXyvg

      • Quand un pont s’écroule, ce n’est pas la faute au camion qui passe dessus, mais parce qu’il a été mal conçu, dimensionné, construit ou entretenu.

        Quand l’hôpital s’écroule, c’est la faute au Coronavirus.

        Cherchez l’erreur.

  • En effet, si la réponse à un « variant » qui semble sur les infos disponibles être à la fois pas très virulent, assez contagieux, et échapper quasi totalement à la protection des vaccins (le patron de Moderna, pas vraiment un « anti-vaxx » méfiant contre les techniques ARNm, l’a avoué lui même) et face au quel nos 90% d’adultes vaccinés ne semblent pas vraiment avoir d’effet sur les « cas » (devenus l’unique mesure de la terrible pandémie depuis qu’on soigne un peu à l’hopital et que la létalité est donc devenue plus faible qu’une grippe saisonnière) c’est « VACCINONS DE FORCE »… il faut que tous les ministres démissionnent, que les parlementaires votent contre, etc.
    D’autant qu’à bien y regarder la souche « Wuhan » est arrivée chez nous en Mars 2020… en décembre de la même année nous avions des vaccins pour ça. Le variant « Delta/Indien » est arrivé en Mars 2021… en décembre de la même année on vaccine toujours avec des trucs pour la première souche et la seule réaction c’est « ah ben, mettez donc une dose de plus »… Qui peut, peut-être, un peu, marcher à titre individuel, mais qui visiblement ne marche pas du tout à titre collectif! il y a plus de « nouveaux cas » que jamais alors que nous sommes « ultra vaccinés ».
    Mais on dit bien que la définition de la stupidité c’est de recommencer les choses qui n’ont pas marché en espérant que ça marche le coup d’après. Et nos politiques et journalistes sont, définitivement, stupides à cette aune.

  • Je ne vais pas réessayer de faire comprendre à certains commentateurs la différence entre protection contre l’infection et protection contre les cas graves. Visiblement, c’est peine perdue.

    Par contre, je me réjouis de voir que l’Angleterre a encore une vraie droite, libérale, qui n’accepte pas indéfiniment que les libertés des gens servent chaque fois de variable d’ajustement.

  • « l’opinion publique, globalement pro-restriction »

    Là-bas aussi, les gens sont favorables à des mesures stupides et inefficaces, délétères même (sur l’économie, le moral des gens etc.) ?
    Si c’est le cas, c’est à désespérer de la plupart des peuples européens.
    Quant à Johnson, je suppose que lui aussi est sensible à la pression mise par les médias, qui grossissent sans arrêt la « menace Covid » ; voire de Big Pharma directement ?…
    Bravo à tous ceux, trop rares, qui conservent leur bon sens, et leur sang-froid, en cette époque agitée. Bravo à David Frost et à tous les députés britanniques frondeurs.

    • Une chose étonnante : après avoir posté ce commentaire, au lieu de le voir affiché sous l’article, je me suis retrouvé tout à fait ailleurs (sur la page d’accueil, semble-t-il) et j’ai dû retourner dans mon historique de navigation pour revenir sur le présent article et visionner mon commentaire de 21h11… un bug de la nouvelle mouture du site ?

      • Non, je me corrige : j’étais bien resté sur la présente page, mais plus bas, au niveau des autres articles proposés, ce qui m’a désorienté. Pas de bug donc.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Les vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza ne passent pas. Selon Mediapart, c’est de ce lieu de villégiature en Espagne que le ministre de l’Éducation nationale aurait annoncé la modification du protocole sanitaire à la veille de la rentrée, provoquant colère et indignation des syndicats et des opposants.

À quelques jours de l’appel à la grève lancé par FSU, CGT Educ'action, FO et SUD Éducation, ainsi que la FCPE, première organisation de parents d'élèves, cela pourrait être fatal pour sa réputation politique, au même titre que les h... Poursuivre la lecture

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles