Réduire le chômage par les dépenses publiques stimule-t-il l’économie ?

Une réduction du chômage n’est pas le facteur clé de la croissance économique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Rendez vous chez Pole Emploi Chômage (Crédits philippe leroyer, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réduire le chômage par les dépenses publiques stimule-t-il l’économie ?

Publié le 10 septembre 2022
- A +

Par Frank Shostak.

Certains experts soutiennent que la clé de la croissance économique est le renforcement du marché du travail, qui repose sur l’idée qu’en raison de la réduction du nombre de chômeurs, davantage de personnes peuvent se permettre d’augmenter leurs dépenses. Par conséquent, la croissance économique suit le mouvement.

 

L’expansion de la réserve d’épargne – et non la baisse du chômage – est la clé de la croissance économique

Toutefois, le principal moteur de la croissance économique est l’accroissement de l’épargne, et non l’état du marché du travail. Régler le problème du chômage sans s’attaquer à la question de l’épargne n’augmentera pas la croissance économique.

Le réservoir d’épargne finance l’amélioration et l’expansion de l’infrastructure. Une infrastructure améliorée et étendue permet une augmentation de la production des biens et services finaux nécessaires pour maintenir et promouvoir la vie et le bien-être des individus.

Si une baisse du chômage était le facteur clé de la croissance économique, il serait alors logique d’éliminer le chômage en créant des programmes d’emploi. Par exemple, les décideurs politiques pourraient suivre les conseils de John Maynard Keynes et employer des personnes pour creuser des fossés, ou diverses autres activités parrainées par l’État, le but étant d’employer le plus de personnes possible.

Comme l’État ne produit pas de richesse, il devrait détourner l’épargne des générateurs de richesse vers les différents individus employés dans ces programmes pour financer les programmes d’emploi. Ce détournement de richesse est financé par des impôts et taxes ou par la création monétaire.

Une politique de détournement des richesses épuise le réservoir d’épargne, ce qui, à son tour, affaiblit le processus de création de richesse et compromet les perspectives de croissance économique réelle.

 

Marché du travail et chômage sans entrave

Le chômage peut être corrigé relativement facilement si le marché du travail est libre de toute ingérence étatique. Dans un marché du travail sans entraves, tout individu qui souhaite travailler peut trouver un emploi à un salaire correspondant à ses compétences.

Si quelqu’un exige un salaire non lié au marché et n’est pas prêt à se déplacer, il n’est pas certain qu’il trouvera un emploi. Par exemple, si le salaire du marché pour Jean le boulanger est de 80 000 dollars par an, mais qu’il insiste pour obtenir un salaire de 500 000 dollars, il sera probablement au chômage.

Au fil du temps, un marché du travail libre garantit que chaque travailleur gagne un salaire correspondant à la valeur du produit qu’il a généré. Tout écart par rapport à la valeur de sa contribution met en branle des forces concurrentielles correctrices.

En définitive, ce qui compte pour le bien-être des individus n’est pas qu’ils soient employés, mais plutôt leur pouvoir d’achat en termes de biens et de services qu’ils gagnent. Le pouvoir de gain des individus, toutes choses égales par ailleurs, est conditionné par l’infrastructure qu’ils exploitent. Plus l’infrastructure est bonne, plus la production d’un individu est importante, et une production plus importante signifie qu’un travailleur peut désormais exiger des salaires plus élevés.

Le pompage monétaire de la banque centrale, censé aider les travailleurs à améliorer leur niveau de vie, aboutit exactement au contraire, car une politique monétaire laxiste sape le réservoir d’épargne. Cela affaiblit à son tour la capacité des générateurs de richesse à améliorer l’infrastructure. En conséquence, la productivité des travailleurs est mise sous pression et leur capacité à obtenir des salaires plus élevés s’affaiblit. En outre, après un certain temps, une politique monétaire souple entraîne une hausse des prix des biens et des services, ce qui réduit encore le pouvoir d’achat des travailleurs.

 

La lutte contre le chômage est-elle gratuite ?

Lorsqu’une économie tombe en récession et que le taux de chômage augmente, la plupart des commentateurs économiques estiment qu’il est du devoir de l’État et de la banque centrale d’intervenir pour contrer la hausse du chômage. Certains économistes pensent que la baisse du chômage ne va pas coûter cher, étant donné que les chômeurs sont oisifs.

Dans une interview sur CNBC le 31 août 2010, Paul Krugman a déclaré :

« Si vous mettez 100 000 Américains au travail en ce moment en creusant des fossés, ce n’est pas comme si vous retiriez ces 100 000 travailleurs d’autres bonnes choses qu’ils pourraient faire. Vous les mettez au travail alors qu’ils n’auraient rien fait. »

Cependant, comment la baisse du chômage est-elle financée ? Qui paie pour cela ? Il semble que Krugman et d’autres commentateurs pensent que le financement peut être facilement généré par la banque centrale au moyen de presses à imprimer.

Encore une fois, contrairement à Krugman et à d’autres, le financement ne concerne pas l’argent en tant que tel mais l’épargne, qui est la quantité de biens de consommation produits moins la consommation de ces biens par leurs propriétaires.

Pour maintenir leur vie et leur bien-être, les gens ont besoin de biens de consommation et de services finaux, et non de l’argent en tant que tel, qui n’est qu’un moyen d’échange. L’argent ne fait que faciliter les échanges entre producteurs, il ne génère pas directement de biens réels.

Contrairement à Krugman et à d’autres, la création artificielle d’emplois, comme le creusement de fossés, n’est pas gratuite. Les diverses personnes employées dans des projets non générateurs de richesses doivent être rémunérées. Puisque l’État ne produit aucune richesse, il est évident qu’il ne peut pas épargner et qu’il ne peut donc financer aucune activité.

Par conséquent, pour que l’État s’engage dans diverses activités, il doit détourner des fonds – c’est-à-dire l’épargne des créateurs de richesse. Or, cela affaiblit le processus de création de richesse.

 

L’erreur de la demande insuffisante

Lorsque l’économie montre des signes de faiblesse, la plupart des experts estiment qu’il faut stimuler la demande globale de biens et de services pour éviter que l’économie ne sombre dans la récession. Si le secteur privé ne parvient pas à augmenter sa demande, c’est à l’État de le faire.

À la suite de Keynes, la plupart des experts associent la croissance économique à une augmentation de la demande de biens et de services. Cependant, la demande n’est jamais insuffisante. La demande d’un individu est limitée par sa capacité à produire des biens, et plus un individu peut produire de biens, plus il peut demander de choses.

Plus un individu produit de biens, plus il peut se procurer d’autres biens. La demande d’un individu est donc limitée par sa propre capacité à produire quelque chose.

Observez que la demande ne peut se suffire à elle-même et être indépendante – elle est limitée par la production. Par conséquent, la production de biens et de services est le moteur de l’économie, et non la définition keynésienne de la demande. Ainsi, les producteurs, et non les consommateurs, sont le moteur de la croissance économique, et si l’on veut réussir, un producteur doit produire des biens et des services en fonction des besoins des autres producteurs.

Si une population de cinq individus produit dix pommes de terre et cinq tomates, c’est tout ce qu’elle peut demander et consommer. Aucune astuce des États et des banques centrales ne peut permettre d’augmenter leur demande effective. La seule façon d’augmenter la capacité à consommer davantage est de produire davantage.

La dépendance de la demande à l’égard de la production de biens ne peut être supprimée au moyen de la pompe monétaire et des dépenses publiques. Au contraire, des politiques fiscales et monétaires laxistes ne feront qu’appauvrir les générateurs de richesse et affaiblir leur capacité à produire des biens et des services, affaiblissant ainsi la demande effective.

Pour relancer l’économie, il faut donc supprimer toutes les échappatoires permettant de créer de l’argent à partir de rien et réduire les dépenses publiques. Cela permettra aux créateurs de richesse de relancer l’économie en leur permettant de produire davantage de biens. Nous pouvons conclure qu’en renforçant la capacité de l’économie à produire des biens et des services, nous renforçons également ce que l’on appelle la demande globale et nous favorisons la croissance économique réelle.

 

Conclusion

Une réduction du chômage n’est pas le facteur clé de la croissance économique. Le cœur de la croissance économique est l’accroissement de la masse d’épargne, qui contribue à l’expansion et à l’amélioration de la structure de production. Avec une structure de production étendue et améliorée, une croissance économique plus forte peut être garantie.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • La déclaration de Krugman est affligeante de bêtise.

  • Production + innovation sinon la relation de dépendance de la demande à la production s’affaiblit voire s’inverse.

  • Au sens du PIB, creuser des fossés qui ne servent à rien fabrique bien de la croissance économique.
    J’ajoute qu’on ne creuse jamais des fossés qui ne servent à rien. On le fait pour drainer des écoulements de pluie, éviter des inondations, préserver du bâti…
    En France (comme ailleurs ?) la moitié du PIB vient de la consommation, l’autre moitié de l’investissement. Il est aussi difficile de reconnaître une économie prospère si le taux de chômage est haut perché.
    Une économie prospère, c’est un système où l’offre rencontre précisément la demande. C’est comme en amour, il faut être deux. Tout seul à besogner, c’est de la masturbation. On ne fait pas d’enfant avec sa seule main.

    • une économie prospère n’est pas un but collectif..ça ne veut d’ailleurs rien dire de précis ..

      une économie libre dans une société paisible st une fin en soi… et les économies libres et paisibles conduisent à la seule prospérité  » libéralement » acceptable car les gens aiment vivre confortablement..

  • mais au moment ou on a admis que la croissance économique est un but collectif…donc politique..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
3
Sauvegarder cet article

Telle est la conclusion que l’on peut tirer de la publication par le Bureau des Statistiques de l’ONU d’une étude sur l’évolution des PIB par habitant de divers pays, examinée sur une longue période. Ce n’est d’ailleurs pas surprenant car l’on voit bien que tous les clignotants de l'économie française sont au rouge, et que la dette de la France ne cesse de croître, d’année en année. Et l’on voit les habitants  réclamer en permanence une amélioration de leur pouvoir d’achat.

 

L’observation des données sur le temps long

Pour... Poursuivre la lecture

« Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance », lisent Virgile et Dante au-dessus de la porte de l’Enfer.

Une recommandation similaire pourrait être adressée à ceux qui cherchent, dans un monde où l’inflation est élevée, à placer intelligemment leur épargne. Il est communément admis qu’il est préférable de ne pas conserver de liquidités trop importantes lorsque la valeur de la monnaie s’érode rapidement. Pourtant, dans le même temps, investir son épargne en période d’inflation peut se révéler hasardeux.

En effet, la créatio... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

C’est un sujet que j’ai déjà traité plusieurs fois et qui remonte à un audit de la dette française demandée en 2005 par Thierry Breton ministre des Finances sous le gouvernement de Jacques Chirac à l’ancien responsable de la BNP Michel Pébereau.

 

La situation en 2005

Le rapport, publié en 2006, indique un endettement de 1200 milliards d'euros mais il ne tient pas compte les dettes dites hors bilan qui incluent les engagements de l’État en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires, les déficits des entreprises d’État... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles