Baisse du chômage en France : un trompe-l’œil

La baisse du chômage masque, en réalité, des subventions massives de l’apprentissage. Il faudrait plutôt revoir la fiscalité des entreprises.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Chômage recherche d'emploi (Crédits : TaxCredits.net, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Baisse du chômage en France : un trompe-l’œil

Publié le 27 mai 2022
- A +

La baisse du chômage en France serait « une grande victoire française », si l’on en croit le gouvernement. Selon les dernières données de l’Insee, il se trouve à son plus bas niveau depuis 2008 pour s’établir à 7,3 % au premier trimestre 2022. Cette baisse serait particulièrement notable chez les jeunes, avec des niveaux proches du début des années 1990. Mais la situation est-elle aussi rose qu’il n’y paraît ?

Tout d’abord, la baisse actuelle du chômage s’inscrit dans une baisse généralisée au sein de l’Union européenne, avec un plancher historique à 6,2 % en mars. Il s’agit donc d’une situation conjoncturelle, qui fait notamment suite à l’assouplissement progressif des mesures de confinement et des différents plans de relance nationaux et européens. De quoi relativiser l’enthousiasme du gouvernement sur son bilan économique et social.

Ensuite, et comme le souligne l’économiste Jean-Marc Daniel, la baisse du chômage masque, en réalité, des subventions massives de l’apprentissage. Si l’objectif de telles incitations économiques est louable – à savoir, réduire le chômage chez les plus jeunes -, elles semblent occulter le fond du problème.

 

Sans réforme de la fiscalité des entreprises le chômage en France perdurera

C’est ce que démontre la nouvelle étude de l’Institut économique Molinari (IEM) : La fiscalité française contre la compétitivité et le pouvoir d’achat.

En 2019, les prélèvements obligatoires sur les entreprises françaises s’élevaient à 11,9 % du PIB après déduction des subventions et aides d’État… contre 9,5 en moyenne dans l’Union européenne.

Il est fréquent d’entendre justifier un tel niveau d’imposition par la rhétorique suivante : le coût élevé de la fiscalité en France est une contrepartie à la qualité de notre offre de protection sociale. Avec le temps, cette assertion est devenue de moins en moins évidente. En particulier depuis la crise sanitaire, laquelle a révélé les failles d’un système profondément rigide et bureaucratique. Malgré une fiscalité écrasante, le mythe du modèle enviable par la Terre entière s’étiole donc progressivement.

Une chose est sûre : selon le rapport de l’IEM, ce refus de réforme du système d’imposition sur les entreprises se traduit par un « sur-chômage par rapport à l’UE ». En décembre 2021, la France compte toujours 300 000 chômeurs de plus que la moyenne – et 1,3 million de trop par rapport à l’Allemagne. Aujourd’hui encore, la France continue de faire figure de mauvaise élève au sein de l’Union européenne.

Ainsi, les mesures de retour à l’emploi, à l’instar du fameux plan « 1 jeune 1 solution », « Contrat d’Engagement Jeune » ou encore « Contrat d’Initiative Emploi », se révèlent être davantage des solutions à un problème que l’État a créé lui-même.

Certes, des réformes de la fiscalité ont été engagées sous le dernier quinquennat pour améliorer la compétitivité des entreprises. Si elles vont dans le bon sens, elles demeurent superficielles. À titre d’exemple, la réforme de l’impôt sur le capital n’a consisté qu’à remplacer un impôt (l’ISF) par un autre (l’IFI). L’impôt sur les sociétés, lui, continue de diminuer au fil des ans (25 % en 2022 contre 33,3 % en 2017) pour s’aligner timidement sur la moyenne de l’OCDE.

Quant aux impôts de production – très critiqués pour leur complexité et leurs effets sur l’implantation des entreprises en France -, ils atteignent toujours le deuxième plus haut taux de l’Union européenne malgré un effort de réduction de leur montant. Par conséquent, tant qu’aucune réforme structurelle de la fiscalité des entreprises ne sera pas mise en œuvre, le problème du chômage peinera à être résolu.

Mais cela n’ira de toute façon pas sans une remise en cause du train de vie de l’État français… ni l’abandon d’une conception idéologique de l’économie de marché, laquelle conduit depuis trop longtemps le législateur à surtaxer la création de richesse sur des fondements erronés.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Je vote une subvention pour un pack réformes structurelles libérales !

    • Je vote pour le pack réformes structurelles libérales mais sans la subvention si possible, je veux pas faire le reulou.

  • Les chiffres du chômage font parties des chiffres les plus manipulés . Pour ceux qui connaisse Pôle Emploi nous savons trés bien que les frontières entre les catégories A ; B ; C sont trés poreuses , tout est fait pour faire disparaître les chomeurs de la catégories A qui est mise en avant quite à que ce même chomeur passe en B ou C et revienne en A le mois suivant ….. Pour les contracts aidées vous disparaissez des statistiques mais nous savons trés bien qu’il s’agit d’emploi précaire qui aboutisse rarement à un emploi pérenne

    • Le complotiste de service nous sert les mêmes fantasmes que ces petits copains populistes du grand leader maximo……..😁😁😁😁

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Lors d'un récent voyage à Washington, Donald Trump a proposé aux responsables politiques républicains un système de recettes fédérales « reposant entièrement sur les droits de douane » qui « remplacerait l'impôt sur le revenu ».

Article de David Hebert paru dans l'American Institute for Economic Research.

Trouver des sources de revenus supplémentaires est l'un des moyens de réduire la dette nationale actuelle, qui s'élève à 34 000 milliards de dollars (environ 100 000 dollars par personne aux États-Unis). À cela s'ajoutent, com... Poursuivre la lecture

Je reviens d’une semaine à la campagne, en Poitou. Malgré les exhortations gouvernementales à faire de la sécheresse, la pluie continue jour après jour, les étangs et rivières sortent de leurs lits. En somme, la météo sème la déception. Les débuts de l’été émergent à peine des nuages. Fidèles à eux-mêmes, les journaux rappellent néanmoins à leurs lecteurs l’urgence du réchauffement, et mettent en avant les températures au sud du continent – preuve de la crise évidente en cours !

L’impact des émissions de carbone sert en effet de prétex... Poursuivre la lecture

La loi qui fixe le salaire minimum en Californie à 20 dollars de l'heure vise prétendument à améliorer la situation des travailleurs pauvres de l'État. Le rôle de l'économie est d'évaluer ces affirmations à l'aide de la théorie économique et des preuves empiriques. Dans le courant dominant de l'économie, communément enseigné dans les cours d'introduction à l'université, l'analyse conventionnelle indique que de telles lois peuvent entraîner une hausse du chômage uniquement si le nouveau salaire minimum est supérieur au salaire du marché. Bien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles