Baisse du chômage en France : un trompe-l’œil

La baisse du chômage masque, en réalité, des subventions massives de l’apprentissage. Il faudrait plutôt revoir la fiscalité des entreprises.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Chômage recherche d'emploi (Crédits : TaxCredits.net, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Baisse du chômage en France : un trompe-l’œil

Publié le 27 mai 2022
- A +

La baisse du chômage en France serait « une grande victoire française », si l’on en croit le gouvernement. Selon les dernières données de l’Insee, il se trouve à son plus bas niveau depuis 2008 pour s’établir à 7,3 % au premier trimestre 2022. Cette baisse serait particulièrement notable chez les jeunes, avec des niveaux proches du début des années 1990. Mais la situation est-elle aussi rose qu’il n’y paraît ?

Tout d’abord, la baisse actuelle du chômage s’inscrit dans une baisse généralisée au sein de l’Union européenne, avec un plancher historique à 6,2 % en mars. Il s’agit donc d’une situation conjoncturelle, qui fait notamment suite à l’assouplissement progressif des mesures de confinement et des différents plans de relance nationaux et européens. De quoi relativiser l’enthousiasme du gouvernement sur son bilan économique et social.

Ensuite, et comme le souligne l’économiste Jean-Marc Daniel, la baisse du chômage masque, en réalité, des subventions massives de l’apprentissage. Si l’objectif de telles incitations économiques est louable – à savoir, réduire le chômage chez les plus jeunes -, elles semblent occulter le fond du problème.

 

Sans réforme de la fiscalité des entreprises le chômage en France perdurera

C’est ce que démontre la nouvelle étude de l’Institut économique Molinari (IEM) : La fiscalité française contre la compétitivité et le pouvoir d’achat.

En 2019, les prélèvements obligatoires sur les entreprises françaises s’élevaient à 11,9 % du PIB après déduction des subventions et aides d’État… contre 9,5 en moyenne dans l’Union européenne.

Il est fréquent d’entendre justifier un tel niveau d’imposition par la rhétorique suivante : le coût élevé de la fiscalité en France est une contrepartie à la qualité de notre offre de protection sociale. Avec le temps, cette assertion est devenue de moins en moins évidente. En particulier depuis la crise sanitaire, laquelle a révélé les failles d’un système profondément rigide et bureaucratique. Malgré une fiscalité écrasante, le mythe du modèle enviable par la Terre entière s’étiole donc progressivement.

Une chose est sûre : selon le rapport de l’IEM, ce refus de réforme du système d’imposition sur les entreprises se traduit par un « sur-chômage par rapport à l’UE ». En décembre 2021, la France compte toujours 300 000 chômeurs de plus que la moyenne – et 1,3 million de trop par rapport à l’Allemagne. Aujourd’hui encore, la France continue de faire figure de mauvaise élève au sein de l’Union européenne.

Ainsi, les mesures de retour à l’emploi, à l’instar du fameux plan « 1 jeune 1 solution », « Contrat d’Engagement Jeune » ou encore « Contrat d’Initiative Emploi », se révèlent être davantage des solutions à un problème que l’État a créé lui-même.

Certes, des réformes de la fiscalité ont été engagées sous le dernier quinquennat pour améliorer la compétitivité des entreprises. Si elles vont dans le bon sens, elles demeurent superficielles. À titre d’exemple, la réforme de l’impôt sur le capital n’a consisté qu’à remplacer un impôt (l’ISF) par un autre (l’IFI). L’impôt sur les sociétés, lui, continue de diminuer au fil des ans (25 % en 2022 contre 33,3 % en 2017) pour s’aligner timidement sur la moyenne de l’OCDE.

Quant aux impôts de production – très critiqués pour leur complexité et leurs effets sur l’implantation des entreprises en France -, ils atteignent toujours le deuxième plus haut taux de l’Union européenne malgré un effort de réduction de leur montant. Par conséquent, tant qu’aucune réforme structurelle de la fiscalité des entreprises ne sera pas mise en œuvre, le problème du chômage peinera à être résolu.

Mais cela n’ira de toute façon pas sans une remise en cause du train de vie de l’État français… ni l’abandon d’une conception idéologique de l’économie de marché, laquelle conduit depuis trop longtemps le législateur à surtaxer la création de richesse sur des fondements erronés.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Je vote une subvention pour un pack réformes structurelles libérales !

    • Je vote pour le pack réformes structurelles libérales mais sans la subvention si possible, je veux pas faire le reulou.

  • Les chiffres du chômage font parties des chiffres les plus manipulés . Pour ceux qui connaisse Pôle Emploi nous savons trés bien que les frontières entre les catégories A ; B ; C sont trés poreuses , tout est fait pour faire disparaître les chomeurs de la catégories A qui est mise en avant quite à que ce même chomeur passe en B ou C et revienne en A le mois suivant ….. Pour les contracts aidées vous disparaissez des statistiques mais nous savons trés bien qu’il s’agit d’emploi précaire qui aboutisse rarement à un emploi pérenne

    • Le complotiste de service nous sert les mêmes fantasmes que ces petits copains populistes du grand leader maximo……..😁😁😁😁

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Au début de 2022, l’humoriste Jon Stewart a mis en ligne une vidéo dans laquelle est affirmée que l’inflation des prix à la consommation est le résultat des hausses de prix mises en place par les entreprises et qui vont au-delà de la hausse des prix des intrants.

Autrement dit, Stewart pense que les entreprises augmentent les prix non seulement pour compenser la hausse de leurs coûts, mais aussi pour faire gonfler leurs profits.

Dans la vidéo, Stewart reçoit comme invitée la sociologue Lindsey Owens, qui a notamment été une cons... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles