Poutine et son véritable but

Que veut Poutine en Ukraine ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Vladimir Poutine (Crédits World Economic Forum, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Poutine et son véritable but

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 août 2022
- A +

La raison officielle invoquée le 24 février par Poutine pour justifier l’invasion de l’Ukraine est le soi-disant « génocide depuis 8 ans » que le pouvoir à Kiev ferait subir aux « pro-Russes du Donbass par des « néonazis » qui seraient au pouvoir en Ukraine (allant même jusqu’à traiter également de nazis l’ensemble de l’Occident et particulièrement l’Europe).

Il se présente donc comme le sauveur d’une Ukraine qui serait devenue responsable « d’un génocide de plusieurs millions de personnes qui ne peuvent compter que sur la Russie ».

 

Est-ce crédible ?

Il est probable qu’il y ait eu des exactions dans le Donbass. Mais après l’invasion de la Crimée, territoire toujours reconnu comme ukrainien par une grande majorité des États, la méfiance de ceux-ci devant l’implication de la Russie sur une autre partie de son territoire doit se comprendre, surtout après avoir assisté à la destruction en plein vol de l’avion vol 17 de Malaysia Airlines tuant ses 298 occupants : c’est un missile russe qui en est à l’origine mais tiré depuis le territoire aux mains des séparatistes du Donbass dont le système de tir a rejoint par la suite immédiatement le territoire russe (enquête du parquet néerlandais).

C’est donc une justification de cet acte d’ingérence russe qui ne tient pas. D’ailleurs, devant la faiblesse de l’argumentation, Poutine y a ajouté le fait que l’appartenance de l’Ukraine à l’OTAN représentait un grave danger pour la sécurité de la Russie ; appartenance refusée, le Président Zelensky y ayant même renoncé. Le belligérant étant la Russie, l’OTAN se contente dans cette situation uniquement de défendre ses adhérents.

 

Rien ne justifie une telle violence de l’armée russe

Qu’il y ait des contentieux entre pays n’est pas nouveau, ils se règlent généralement par voie diplomatique, voire par un arbitrage de l’ONU.

Si elle se révèle inéluctable, le passage à la force militaire se fait en respectant le droit international et les conventions de Genève que la Russie a signées, s’engageant par là même à les respecter, ce que manifestement elle ne fait pas dans de nombreux domaines comme le fait d’épargner la population civile et respecter des prisonniers de guerre.

 

Quel serait donc le motif caché de cette invasion ?

Lorsque l’on connait la détestation de Poutine pour l’Europe il fera tout ce qui est en son pouvoir pour essayer de l’affaiblir voire de la détruire. Pour cela il possède de nombreuses armes dont l’énergie que nous lui avons maladroitement aidé à développer.

Hormis la pénurie programmée de gaz à notre égard il a certainement une autre idée en tête. En effet il voit d’un très mauvais œil le rapprochement de l’Ukraine avec le monde occidental et l’Europe en particulier.

Alors quand il a connaissance que cette dernière possède des réserves considérables de gaz sur terre mais aussi dans son domaine maritime, Poutine voit en ce dernier un concurrent sérieux qui pourrait alors s’attribuer une part importante du gaz consommé en Europe, l’infrastructure de pipeline étant déjà sur place.

Son plan d’hégémonie est donc contrarié dans cette région et lui enlèverait les moyens de pression qu’il utilise actuellement contre nous. En plus, le prix reviendrait à la normale et le pénaliserait dans le financement de son armée.

Poutine a donc décidé de s’approprier les richesses de son voisin et pour cela il n’a qu’une solution : l’annexion !

Il voulait au départ le faire depuis la capital Kiev et renverser le gouvernement mis en place démocratiquement (avec un score de 72 % pour Zelensky) mais il a sous-estimé la résistance des soldats ukrainiens et surestimé la combativité de ses propres combattants.

Il s’est donc replié sur le Donbass mais également sur tout le sud du pays essayant ainsi de priver l’Ukraine de son accès à la mer Noire qui la condamnerait à une récession terrible la rendant ainsi une proie plus facile.

En même temps il veut s’approprier d’autres ressources telles que l’aluminium, terre rare qui se trouve également en quantité dans le sous-sol ukrainien, sans compter la production de blé et autres nourritures indispensables à l’équilibre mondial, devenant ainsi le premier exportateur de la planète dans de nombreux domaines lui permettant le même chantage mais au niveau mondial.

 

Notre avenir dépend donc de notre capacité à soutenir l’Ukraine

C’est notre avenir qui se joue actuellement, c’est notre liberté qui est en jeu. Il nous faut bien en prendre conscience et soutenir encore davantage les Ukrainiens. Poutine ne comprenant que les rapports de force, alors ne faiblissons pas et montrons lui notre détermination à déjouer son projet, ceci par tous les moyens en notre possession.

 

Mise à jour du 04/08/2022 :  rectification d’une erreur, c’est le vol 17 de Malaysia Airlines  qui a été abattu en 2014 dans le Donbass pas le TWA 800 de 1996.
Rectification 24 février au lieu du 24 janvier

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Telles que l »aluminium, terre rare qui se trouve ?????
    Je suppose qu’il faut lire « telles que l’aluminium et les terres rares qui se trouvent…. »

  • Le problème de cet article est que le vol TWA 800 de juillet 1996, a explosé en vol peu après son décollage de New York et que les russes et ukrainiens n’y sont strictement pour rien.
    L’avion qui a été détruit par un missile russe en est un autre et si je me souviens bien, c’était beaucoup plus récent (années 2000 ou 2010).
    La crédibilité de l’article et de son auteur est par conséquent réduite à néant. Et celle de Contrepoints sérieusement compromise…

    11
    • Je confirme…il s’agit du vol 17 MH Malaysia Airlines abattu le 17 juillet 2014. Seule la mention d’un « 17 juillet » est correcte. Ahurissant comme « coquille »…

    • Justement, c’est ce que j’aime avec Contrepoints : nous y trouvons souvent des articles contradictoires écrits par des auteurs aux idées divergentes; Contrepoints laisse le lecteur se faire sa propre idée.

  • Très belle analyse. Niveau CM2 acquis. Vous avez bien écouté le maître.

    14
  • Piquer les ressources de l’Ukraine ? mais diable comment n’y avait on pas pensé, de la part d’un pays qui contrôle déjà 25 % des ressources minérales du globe ?
    Cet article arrive un peu tard, car entretemps des auteurs comme Jacques Baud, Eric Denecé, F Asselineau, Jean de Giliasty, et beaucoup d’autres nous auront déjà expliqué les VRAIES raisons de cette guerre, qui on l’aura compris, n’ont RIEN à voir avec ce qu’allègue cet article.

    14
  • Lorsqu’on aime pas Poutine ou la Russie on lui donne tous les torts ;
    Lorsqu’on aime pas l’alliance atlantique ou l’UE on lui donne tous les torts ;
    La réalité des torts doit se situer quelque part entre les deux, se mouvant au gré des circonstances, et le conflit bah c’est de l’ordre de la contingence. Ou alors j’ai une petite préférence à ce jeu de la vérité, pour un coup des extraterrestres (diviser pour mieux régner). Mais chut faut pas le dire !

    -1
  • Je pense pas que Poutine envahisse l ukraine pour une histoire de matiere premiere qui seront exploitees dans des dizaines d annees, quand il sera mort. L ukraine etait pour lui un danger plus immediat si elle pouvait etre un contre exemple.
    Imaginez une ukraine comme la pologne (niveau de vie, institutions …). Les russes auraient pu comparer entre leur vie et celle de l ukraine. et la impossible de dire que c est pas le meme pays, l ukraine et la russie ont ete uni pendant des centaine d annees! de quoi motiver les russes a demander des comptes a Poutine et a mettre en question son leadership (il faut quand meme bien reconnaitre que c est pas tres brillant: avec un pays eduqué, il arrive a rien a part a exporter du gaz et du petrole comme une vulgaire arabie seoudite)

    -8
    • Bien tenté, mais… Non!
      Si vous regardez la situation économique, les russes étaient largement devant l’Ukraine juste avant l’opération spéciale, et c’est certainement la raison pour laquelle les parties russophones de l’Ukraine ont souhaité et voté pour le rattachement à la Russie !

      PIBPPA / habitant Russie: $32803
      PIBPPA / habitant Ukraine: $14219

      Source: https://donnees.banquemondiale.org/indicator/NY.GDP.PCAP.PP.CD?view=map&year=2021

      Les chiffres ne montrent pas non plus que poutine soit un mauvais dirigeant. Certes l’économie russe est refermée sur elle même (n’exporte pas bcp hors gaz pétrole), mais elle progresse rapidement , au surplus ce pays est très peu endetté. En plus suite au saction, Poutine a largement libéralisé, on va voir ce que ça fait!

  • J’ai rarement vu autant de bêtises rassemblées dans un seul article. Habituellement seuls les écolos arrivent à de telles performances!

    10
  • Notre avenir dépend de notre capacité à trouver des solutions de paix, pas à soutenir l’un des belligérants, quel qu’il soit.

  • « Il est probable qu’il y ait eu des exactions dans le Donbass. »
    Ca commence très mal… Ce n’est pas seulement probable, c’est une réalité avérée qui a été documentée… Nier ça, c’est juste énoncer une vérité mensongère.

    « Le belligérant étant la Russie, l’OTAN se contente dans cette situation uniquement de défendre ses adhérents. »
    L’OTAN a aussi entraîné et armé les ukrainiens qui, pourtant, ne sont pas adhérant… Et je rappelle que promesse avait été faite à Gorbatchev que l’OTAN serait démantelée suite à la fin de l’Union soviétique car elle n’avait plus de raison d’exister…

    « Qu’il y ait des contentieux entre pays n’est pas nouveau, ils se règlent généralement par voie diplomatique, voire par un arbitrage de l’ONU. »
    Oui, comme pour les Balkans, l’Irak, la Libye, la Syrie, etc. C’est la voie diplomatique qui a fonctionné à fond avec 0 civil mort… Evidemment, c’est la même chose côté russe avec la Tchétchénie, entre autre… Hélas, la diplomatie est rarement la voie employée par les « gros » Etats qu’ils soient démocratiques ou non.

    « Si elle se révèle inéluctable, le passage à la force militaire se fait en respectant le droit international et les conventions de Genève que la Russie a signées, s’engageant par là même à les respecter, ce que manifestement elle ne fait pas dans de nombreux domaines comme le fait d’épargner la population civile et respecter des prisonniers de guerre. »
    Les conventions de Genève ne sont hélas JAMAIS respectées… Bombarder les populations civiles du Donbass, leur couper l’eau et l’électricité n’est pas franchement légal par exemple (et pourtant l’Ukraine l’a fait pendant 8 ans)… Les mercenaires sont, en théorie, interdits par les conventions de Genève et pourtant ça n’empêche pas les Etats-Unis d’en déployer dans tous les conflits où ils sont impliqués. Dans ce domaine, la Russie n’est évidemment pas en reste. Mais la critiquer pour ça alors que nous-même et nos alliés sommes loin d’être irréprochable me parait malhonnête.

    « Lorsque l’on connait la détestation de Poutine pour l’Europe  »
    Dommage que vous ne présentiez pas d’argument pour prouver ça…

    « dont l’énergie que nous lui avons maladroitement aidé à développer. »
    En l’occurrence, l’Allemagne.

    « En effet il voit d’un très mauvais œil le rapprochement de l’Ukraine avec le monde occidental et l’Europe en particulier. »
    C’est logique… Au départ, l’Ukraine était un pays fantoche dont tous les dirigeants étaient corrompus par la Russie exclusivement. Puis les dirigeants ukrainiens ont élargi leur cercle de corruption pour faire un mix Russie/Occident et à partir de 2014, l’Ukraine est devenu un pays corrompu seulement par l’Occident et plus du tout par la Russie. En tant que corrupteur, ça ne pouvait que fâcher Poutine… Tout comme l’installation de missiles de l’OTAN près de ses frontières…

    « Il voulait au départ le faire depuis la capital Kiev et renverser le gouvernement mis en place démocratiquement (avec un score de 72 % pour Zelensky) »
    Ce n’est pas parce que des élections sont organisées qu’un pays est forcément démocratique… C’est très loin d’être le seul critère. Le niveau de corruption joue un rôle très important dans l’indice démocratique… Tout comme l’usage de la violence légitime par exemple. Et rien que sur ces 2 points, l’Ukraine n’a rien d’une démocratie…

    « Il s’est donc replié sur le Donbass mais également sur tout le sud du pays essayant ainsi de priver l’Ukraine de son accès à la mer Noire qui la condamnerait à une récession terrible la rendant ainsi une proie plus facile. »
    Pourtant, ce qu’il a annoncé, c’était une intervention pour libérer le Donbass et pas pour raser à blanc le pays. Donc pour l’instant, ce qui se passe correspond à ce qu’il a dit. Enfin… Pour la zone ciblée, pas pour la durée, évidemment… Là, je crois qu’on peut dire qu’il s’est bien planté.

    « Il nous faut bien en prendre conscience et soutenir encore davantage les Ukrainiens.  »
    Non car « soutenir les Ukrainiens » consiste juste à les faire souffrir plus longtemps…

    « Poutine ne comprenant que les rapports de force, »
    D’où sortez-vous que Poutine ne comprend que le rapport de force? Avez-vous des arguments tirés de faits réels? Parce que de mon point de vue, c’est plutôt le bloc occidental, tellement sûr de sa supériorité et de son bon droit qui ne comprend que le rapport de force. Dois-je rappeler toutes les tentatives de Poutine (et de ses diplomates) auprès des européens pour faire appliquer les accords de Minsk? Dois-je rappeler qu’il y a 20 ans, il prévenait déjà qu’il ne fallait pas que l’OTAN s’installe aux frontières de la Russie et que, pourtant, l’OTAN l’a fait quand même?

    « alors ne faiblissons pas et montrons lui notre détermination à déjouer son projet, ceci par tous les moyens en notre possession. »
    On avait toutes les cartes en main pour éviter ce conflit. Pour être précis, c’est même l’Allemagne et la France qui avaient toutes les cartes en main pour éviter ce conflit mais nos dirigeants n’ont rien fait…

  • Ah ben voila ! Que n’y avais je pensé plus tôt ?
    Pour empêcher Poutine de faire son truc, remettons nous pieds et poings encore un peu plus liés dans les bras de l’oncle Sam et surtout, surtout filons du fric à l’Ukraine maïdaniste, mafieuse et gangrénée.
    Et tout ira pour le mieux dans le meilleur des monde possible !

  • On voit dans la plupart des commentaires pointer une mentalité facho-étatiste. Etonnant sur Contrepoints défenseur de la liberté. Ou alors volonté de miner ce journal ?

    -1
  • 1) Cuba installe des missiles à portée de la Floride => les américains ont le droit d’intervenir
    2) Le fils du Président US est en Ukraine, installe des Biolab militaires, le pays cherche le soutien de l’OTAN, mais là, les russes n’ont pas le droit d’intervenir
    Est-ce que j’ai bon ?
    Quelle misère que de lire « Lorsque l’on connait la détestation de Poutine pour l’Europe »… Quand on confond l’UE et l’Europe… Relisez Alexandre Douguine, le grand réveil des nations arrive !

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Julien Pomarède.

« Régénérée », « revitalisée », « ressuscitée » : les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le retour de premier plan de l’OTAN depuis le début de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

L’idée d’une renaissance de l’OTAN tire sa crédibilité d’un constat simple. Après deux décennies d’errements dans le bourbier afghan, l’Alliance retrouve sa mission historique : dissuader une attaque conventionnelle d’un État tiers – qui plus est de l’ancien ennemi, la Russie – contre ses membres.

<... Poursuivre la lecture

Il y a 250 ans, la Pologne subissait le premier partage de son territoire, prélude à sa disparition en tant qu'État. En effet, le 5 août 1772, Autrichiens, Prussiens et Russes officialisaient leurs actes de brigandages étatiques. Cet épisode lointain prend aujourd'hui une autre tonalité avec le conflit ukrainien. En effet la « Pologne » historique englobait les territoires des actuelles Pologne, Ukraine, Biélorussie, Lituanie. Comment cet État longtemps si impressionnant a-t-il pu disparaître ? Ne jouissait-il pas d'une « liberté dorée » qui ... Poursuivre la lecture

Russie Kaliningrad OTAN
2
Sauvegarder cet article

Comme le perçut déjà Étienne de la Boétie, tout régime politique, même le plus autoritaire, a besoin de l’obéissance d’une majorité de la population afin de garder le pouvoir. Le règne par la peur n’a jamais été suffisant sur le long terme.

La propagande est donc fondamentale pour tout régime politique, afin d’obtenir l’assentiment - ou du moins conserver l’indifférence – du peuple.

 

Thèmes de propagande soviétique 

Tous les États utilisent des outils de propagande et de contrôle de l’information afin de s’assurer l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles