L’Ukraine de Zelensky pourrait être un modèle de réforme pour la Russie

L'Ukraine a conduit un certain nombre de réformes sous la présidence Zelensky. Néanmoins, le pays reste fragile.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Volodymyr Zelensky by U.S. Embassy Kyiv Ukraine (Creative Commons CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Ukraine de Zelensky pourrait être un modèle de réforme pour la Russie

Publié le 10 décembre 2021
- A +

Par Pieter Cleppe.

Alors que la Russie pourrait être sur le point d’envahir l’Ukraine, il convient d’examiner de plus près les défis intérieurs de ce pays. La Russie considère l’Ukraine comme la « Russie B ». Il y a quelque chose à dire à ce sujet, étant donné les nombreuses similitudes culturelles.

Pour cette même raison, cependant, une Ukraine réformée pourrait être l’évolution la plus dangereuse que l’on puisse imaginer pour ceux qui, à Moscou, voudraient que les choses restent en l’état. Les Russes ordinaires pourraient devenir plus critiques lorsqu’ils verront que des réformes sont possibles en Ukraine.

C’est peut-être aussi l’une des raisons de l’augmentation de la pression russe sur l’Ukraine. Quoi qu’il en soit, les tentatives de réforme économique en Ukraine ont également une dimension géostratégique importante.

Les États-Unis ont accusé la Russie d’être très active sur les médias sociaux afin de déstabiliser l’Ukraine de l’intérieur. Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, un complot visant à organiser un coup d’État a même été découvert, dans lequel des Russes seraient également impliqués.

Les États-Unis considèrent que la stratégie russe vise avant tout à déstabiliser l’Ukraine. Le fait que Zelensky, un comédien ukrainien de langue maternelle russe et jouissant d’une grande popularité en Russie, ait été élu en 2019 semble indiquer que cette stratégie ne fonctionne pas. Les Ukrainiens russophones ont également voté pour lui en masse, même si sa popularité est désormais tombée à moins de 30 %, selon certains à la suite d’une désillusion.

Corruption

Environ 30 % des Ukrainiens ont le russe comme langue maternelle. Outre le fait que l’Ukraine faisait également partie de l’Union soviétique, cela entraîne un intérêt particulier de la Russie pour le pays. Les deux pays ont beaucoup de points communs, dont la corruption est malheureusement un des éléments. En 2017, l’Ukraine était le pays le plus corrompu d’Europe après la Russie, selon l’indice de perception de la corruption (IPC) de Transparency International.

Le président Zelensky a mis en œuvre un certain nombre de réformes destinées à lutter contre la corruption. L’une de ces mesures a été la nomination de l’ex-président géorgien Saakashvili en tant que conseiller principal en 2020. Malgré les controverses entourant Saakashvili, ce dernier a un excellent bilan en matière de réformes en Géorgie, où il est actuellement emprisonné après être revenu. Saakashvili a réussi à réduire considérablement la corruption en Géorgie, simplement en réduisant le rôle du gouvernement dans l’économie.

La privatisation à grande échelle est également ce que Zelensky tente de faire. Fin octobre, il a signé une loi abolissant une liste vieille de 20 ans de plus de 1000 entreprises publiques qui ne devaient pas être privatisées.

Outre les avantages budgétaires, et malgré le processus parfois lourd pour s’assurer que la privatisation se fait de manière équitable, cela réduit considérablement la probabilité de corruption, étant donné que les investisseurs privés ont tendance à s’occuper de leurs actifs de manière plus responsable que les bureaucrates du gouvernement.

C’est du moins ce que l’expérience de la Géorgie a montré. Zelensky a également stipulé que les oligarques ne devaient pas participer à la privatisation des grandes entreprises. Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la « désoligarchisation », un processus lancé par le prédécesseur de Zelensky, mais qui n’a jamais abouti.

Contrebande

La contrebande à grande échelle est également l’un des problèmes de l’Ukraine. Selon Europol, le pays est le principal port de transit du tabac illicite en Europe. L’influence de l’UE à cet égard n’est pas toujours positive.

Par exemple, en 2017, l’Ukraine a adopté un plan visant à porter les droits d’accises au niveau européen d’ici 2025, ce qui a conduit à leur doublement au cours des trois dernières années. Cependant, cela s’est accompagné d’une multiplication par cinq du marché illégal du tabac en Ukraine en seulement 5 ans.

Ce type de contrebande illégale – dont on estime qu’elle entraîne une perte de recettes fiscales de 40 à 50 milliards de dollars au niveau mondial – porte également atteinte à la santé publique, étant donné la qualité douteuse des produits illégaux, qui sont aussi moins chers. Elle finance également le crime organisé et parfois même des activités terroristes.

Un combat perdu d’avance

L’expérience de l’Ukraine, où la hausse des taxes entraîne une augmentation de l’activité criminelle, ne semble pas dissuader l’Union européenne de plaider pour une augmentation des taxes sur le tabac. D’ici à 2023, la Commission européenne souhaite également réprimer des produits comme le vapotage, même s’ils aident les gens à arrêter de fumer.

Le président ukrainien, quant à lui, s’est engagé à mettre un frein à la contrebande à grande échelle, non seulement en adoptant une législation qui alourdit les sanctions pour la contrebande, mais aussi en évitant les taxes trop élevées. L’année dernière, par exemple, il a opposé son veto à une loi qui menaçait d’augmenter les taxes sur les cigarettes.

Ensuite, la réforme en Ukraine semble difficile à réaliser. Au début de l’année, un diplomate ukrainien a été pris, avec d’autres fonctionnaires, en train de tenter de faire passer clandestinement 8800 boîtes de cigarettes en Pologne.

La contrebande à grande échelle de cigarettes chinoises a impliqué un ancien fonctionnaire de la protection des frontières très bien placé, ayant des liens étroits avec le président Zelensky. Au moins, tout cela sera considéré comme une bonne nouvelle au Kremlin. Tant que l’Ukraine restera en pagaille, la Russie n’aura pas besoin de changer ses habitudes.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Privatiser des entreprises publiques ne change rien à la corruption. Les entreprises d’URSS et de Chine qui ont été privatisées ont été récupérées par des oligarques.

    • Pourquoi s’embêter à nationaliser ? Il suffit d’envoyer un officier de la police politique demander un service au patron. Personne ne refuse rien à un type qui peut t’envoyer dans un camp en un claquement de doigts.

  • Eriger le pays le plus corrompu, avec l’oligarchie la plus prédatrice et présente à tous les niveaux, aux relents nazis et ne respectant pas la convention européenne sur les droits des minorités, dont les réformes ne sont que cosmétiques pour permettre à ses parrains occidentaux de continuer à le soutenir en prétendant que tout est sur la bonne voie, en modèle pour la Russie ou n’importe qui d’autres ! Je ne sais pas comment le qualifier

  • Justement, l’article le dit : la privatisation doit être accompagnée par une « désoligarchisation ».
    Cet article jette un regard intéressant et original sur la situation, qui reste très inquiétante (guerre possible).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Julien Théron. Un article de The Conversation

Les graphies officielles des noms utilisés dans cet article sont, en langue ukrainienne : Kyiv (Kiev), Donbas (Donbass) et Kharkiv (Kharkov).

Quel que soit le cadre, les pourparlers entre la Russie et les Occidentaux ont échoué. Moscou considère sa situation vis-à-vis de l’OTAN, qui serait pour la Russie une « question de vie et de mort », comme « intolérable ». L’acmé a été récemment atteint quand Vladimir Poutine en personne a allégué que la situation dans l’est de l’Ukraine «... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide ... Poursuivre la lecture

Un mensonge d’État et une collusion d’intérêts financiers et politiques ont réussi à persuader une grande partie de l’opinion publique que le développement des sources intermittentes d’électricité éolienne et solaire photovoltaïque était indispensable pour faire face efficacement au réchauffement climatique.

Or, c’est faux mais chacun le répète à qui mieux mieux, faute de compréhension du sujet.

Mensonges ?

Il s’agit là d’une imposture entretenue soigneusement depuis des années par les promoteurs de l’éolien et du voltaïque, ain... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles