Comment Boris Johnson a échoué

Le Boris Johnson pro-libre marché est devenu le Boris Johnson imprimeur d’argent et de taxes. Le Boris Johnson anti-État nounou est devenu le Boris Johnson puritain.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Boris Johnson by BackBoris2012(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment Boris Johnson a échoué

Publié le 25 juillet 2022
- A +

Par William Yarwood.

Eh bien, ils ont finalement eu Boris Johnson. Mais il leur a fait une peur bleue… ou pas ? Le mandat de Boris Johnson en tant que Premier ministre a été marqué par des turbulences politiques, un coronavirus et des scandales, trois éléments que beaucoup pensaient qu’il pourrait surmonter avec une relative facilité et une bonne santé. Mais hélas, sa position est devenue intenable en raison de l’implosion de son propre parti après le dernier scandale – impliquant des allégations sexuelles concernant son adjoint Chris Pincher – et la démission de plusieurs ministres et autres personnes importantes pour le fonctionnement du gouvernement.

Et bien que certains de ses fidèles, à l’intérieur et à l’extérieur du gouvernement, l’aient soutenu quoi qu’il arrive, les jeux étaient faits et Johnson savait qu’il devait démissionner. Les questions qui se posent maintenant sont de savoir qui va le remplacer et où va la droite britannique à partir de maintenant ? Malheureusement, ces deux questions n’ont pas de réponses claires.

 

Quel bilan sur Boris Johnson ?

Johnson a été à l’avant-garde de la politique conservatrice britannique pendant la majeure partie d’une décennie et a été adoré par la droite et son versant libéral pendant la majeure partie de cette période. Il était connu pour être un politicien effronté, plein de bon sens et au franc-parler qui, contrairement à nombre de ses amis de Westminster, ne jouait pas le jeu de la respectabilité sociale et ne suivait pas les lignes du parti carriériste.

Comme l’a dit sa propre sœur, Rachael Johnson, lors d’une interview, Boris savait que le fait d’enfreindre toutes les règles habituelles de la politique lui permettrait d’aller plus loin et de se faire apprécier davantage. Rétrospectivement, il semble que cela ait été le cas.

En devenant Premier ministre, Boris Johnson a cherché à réinjecter de l’optimisme et du dynamisme dans la politique britannique, qui s’était étiolée en raison de la persistance du Brexit. Contrairement à Theresa May avant lui, Johnson croyait vraiment au projet de Brexit et s’est fixé pour objectif de faire passer son accord au Parlement quoi qu’il arrive. Si cela signifiait proroger le Parlement, qu’il en soit ainsi. S’il fallait désélectionner les députés conservateurs d’arrière-ban favorables à l’UE, qu’il en soit ainsi.

S’il fallait déclencher des élections générales, qu’il en soit ainsi. En fin de compte, c’est la voie que Johnson a choisie et elle a porté ses fruits au-delà de ses rêves les plus fous, en obtenant une majorité de 80 sièges – le meilleur résultat que le parti conservateur ait obtenu depuis l’ère Thatcher.

Cette majorité écrasante a permis à Johnson et à son cabinet de faire pratiquement tout ce qu’ils souhaitaient, mais fidèles à leur habitude, les conservateurs n’ont absolument rien fait de cette victoire. Le fait que Johnson devienne Premier ministre a simplement révélé que ses convictions idéologiques et son penchant à se faire aimer de tous n’étaient pas aussi forts que beaucoup l’avaient espéré.

Après deux ans de règne de Johnson, qu’ont eu les Britanniques ? Des fermetures, une propagande alarmiste sur le coronavirus, une dette représentant 100 % du PIB, une inflation en hausse, des prix du carburant élevés, des scandales et une poursuite générale du déclin auquel la Grande-Bretagne est soumise depuis des décennies.

Le Boris Johnson anti-carte d’identité est devenu le Boris Johnson pro-passeport vaccinal.

Le Boris Johnson pro-libre marché est devenu le Boris Johnson imprimeur d’argent et de taxes. Le Boris Johnson anti-État nounou est devenu le Boris Johnson puritain.

Le credo libertarien sur lequel Johnson s’est appuyé pendant tant d’années s’est avéré être une fanfaronnade vide et des mensonges. L’image populiste d’homme du peuple qu’il entretenait s’est révélée être un masque qui cachait simplement un autre hacker mondialiste carriériste, facilement capturé et transformé en marionnette de l’État profond de Westminster.

Après les récents scandales qui ont ruiné les chances de Johnson de diriger un gouvernement crédible, il a démissionné, sans trop de remords ni de tristesse. La question est maintenant de savoir qui va le remplacer et les nombreuses réponses sont plutôt déprimantes.

 

Qui pour remplacer Johnson ?

Risihi Sunak, l’ex-Chancelier de Johnson et la tête d’affiche des Tories modernes, semble être le favori, suivi de près par Penny Mourdant, une guerrière qui a joué le jeu de la gauche culturelle à plus d’une occasion. Les autres candidats à la direction du parti sont l’ex-démocrate libérale et « grande gueule » thatchérienne Liz Truss et l’un des derniers néoconservateurs du parti, Tom Tugenhardt (surnommé Total War Tom par ses détracteurs).

Bien qu’il puisse y avoir quelques candidats moins soutenus, tels que Kemi Badenoc et Suella Braverman, qui semblent être des libéraux, ces types de députés – bien qu’ils aient de bonnes idées et soient populaires parmi les jeunes Tories – ne s’approcheront pas de Downing Street.

Le parti conservateur actuel souhaite la stabilité plutôt que tout semblant de radicalisme ou de conviction idéologique. Il estime que les sondages montrent qu’il ne peut pas se permettre d’élire un renégat comme Braverman, qui a déclaré récemment que la Grande-Bretagne dépensait trop d’argent pour l’aide sociale. Mais peut-être qu’un renégat radical capable de rassembler l’énergie populiste de Johnson en 2019 et de Farage avant cela est exactement ce dont le parti conservateur actuel et le pays ont besoin s’ils veulent se débarrasser de l’engrenage du pessimisme et du déclin. Mais hélas, il est peu probable que cela arrive dans un avenir proche.

 

L’agitation actuelle pourrait présenter certains avantages

Comme l’a souligné Murray Rothbard à l’époque du Watergate, le scandale a « détruit la foi du public dans le gouvernement ». Il a ajouté qu’il était grand temps.

La foi du public dans l’État a été radicalement diminuée ces dernières années avec le Brexit, le coronavirus, et maintenant les scandales incessants et les querelles internes aux partis pour savoir qui va s’asseoir dans le grand fauteuil lors des réunions du cabinet. Des institutions telles que l’Église d’Angleterre, les tribunaux et même la police font l’objet d’un examen plus minutieux et d’une consternation plus grande que jamais de la part des gens de droite et du grand public.

Et pour couronner le tout, la jeune droite britannique en a plus qu’assez de l’actuel parti conservateur et est fatiguée des slogans éculés, de l’insipidité idéologique et des glissements constants vers la gauche, tant sur le plan économique que culturel.

Bien qu’il existe encore une pléthore de factions et de groupements idéologiques au sein de la jeunesse conservatrice et des cercles connexes, les tendances prédominantes semblent être celles d’un penchant plus populiste, traditionaliste et nationaliste d’une part, et d’une force fervente anti-étatique, pro-marché libre et libertarienne d’autre part.

Tous deux peuvent être en désaccord sur d’infimes propositions politiques, mais tous deux veulent voir la fin du consensus actuel qui domine la politique depuis des décennies et qui a été créé par le New Labour.

Ils veulent que les droits de propriété soient restaurés, que les impôts et les réglementations soient réduits, que notre politique étrangère soit indépendante de l’empire américain et que l’État britannique soit débarrassé des fonctionnaires faibles, des conseillers spéciaux ex-communistes et des ONG de la cinquième colonne. Pour ceux qui souhaitent un changement, une nouvelle alliance entre les factions traditionalistes et libertariennes pourrait être nécessaire afin de renverser la domination que les Tories modernes du milieu ont sur le parti depuis des décennies.

Mais quoi qu’il arrive au cours des prochains mois et quel que soit le leader du Parti conservateur, cela ne les sauvera pas de la dérision du public britannique et de la colère de leurs membres. Ils n’oublieront pas non plus l’état dans lequel Boris Johnson a mis la Grande-Bretagne, ni ne renouvelleront leur foi dans les institutions de ce pays.

De toute crise naît une opportunité et la droite de base ne doit pas être consternée ou démotivée. Au contraire, elle doit travailler dur pour créer des alliances avec des renégats partageant les mêmes idées et chercher à créer autant de bruit et de problèmes que possible dans les mois et les années à venir.

 

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Très intéressant ce papier sur Johnson, les Anglais viennent de se réveiller, dettes, fermetures d’entreprises, pécheurs mécontents, même son père a préféré changer de nationalité pour rester dans l’UE,

  • J’avoue avoir moi aussi été très déçu de BoJo le « libertarien » qui s’est rapidement révélé moins libéral sur quasi tous les plans que Tony Blair. On ne peut presque mettre à son crédit que le Brexit, mais là non plus pas aussi « bien » qu’annoncé. Pour le reste, il a été un Macron un peu plus vieux, enrobé et aux cheveux en bataille.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Première partie de cette série ici.

Seconde partie de cette série ici.  

Troisième parie de cette série ici.

 

La fécondité de son scepticisme

Son humanisme se teinte d’un grand scepticisme, ce que traduit sa manière très lucide de concevoir la nature humaine, le devenir historique et l’action politique.

Sur l’homme, il ne nourrit pas de grandes illusions lyriques. On peut résumer sa position par une formule de son ami le ph... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Retrouvez les autres parties de l’article ici, ici, et ici.

Après avoir résumé, en partie I, les idées que présente Burnham dans son livre Les Machiavéliens, puis revu dans les parties II & III les problèmes pour la démocratie qu’impliquent ces conclusions, les lacunes libérales de Burnham ainsi que des penseurs machiavéliens sont le sujet de cette partie IV.

La plupart des individus qui vivent en démocratie, et pour qui l'idéal démocratique est presque devenu une partie de leur propre identité, ress... Poursuivre la lecture

Par Dan Sanchez.

 

Partout dans le monde, les États ont mené une guerre contre la liberté, faisant disparaître nos droits par une succession rapide de politiques radicalement tyranniques. Comment ceux d'entre nous qui croient en la liberté peuvent-ils contrer cela ?

Tout d'abord, nous pouvons persuader davantage de personnes de se joindre à nous pour s'opposer aux mauvaises politiques. Mais, cela peut être une bataille difficile. Comme vous le savez peut-être par expérience, il est difficile de faire changer les gens... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles