Pourquoi des gouvernements sont aussi malfaisants

Tous les domaines de la vie sont concernés. Rien n’échappe aux politiciens et aux gouvernements malfaisants.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 9
Best Star Wars Villains The StarWarscom 10 youtube chaine officielle https://www.youtube.com/watch?v=Hlnec4Ka1Ds

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi des gouvernements sont aussi malfaisants

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 juin 2022
- A +

La France était présentée il n’y a pas si longtemps comme une Union soviétique qui aurait réussi. Le point de départ est, à la Libération, le programme du CNR en particulier « Les jours heureux », et les ordonnances de 1945 qui ont créé la Sécurité sociale. La spoliation légale généralisée devenait le mode de fonctionnement du pays.

 

Néfaste par routine

À cause de cela les gouvernements successifs ont glissé vers un étatisme de plus en plus étouffant. Le vol légal, baptisé « solidarité » pour la « justice sociale » et « l’égalité », s’est développé, sans que la majorité des Français n’y trouvent à redire.

Les gouvernements étaient malfaisants à « l’insu de leur plein gré ». Ils avaient une politique néfaste de routine. Ils volaient les uns pour acheter les voix de autres. Ils asphyxiaient lentement le pays mais leur volonté de nuire à toute la population ne transparaissait pas.

Une partie de la population était persuadée qu’elle y gagnait. Une autre partie payait le prix. Cette autre partie trouvait qu’elle ne perdait pas trop, que c’était pour le bien de tous, pour le « modèle social français ». Le marché libre était encore important, le poids de la réglementation supportable et l’économie tournait. Les effets nocifs étaient les dégâts collatéraux, le prix à payer pour une politique qui dégoulinait de bonnes intentions.

En vérité la France était une Union soviétique qui n’avait pas terminé son évolution totalitaire.

Aujourd’hui le marché libre est en voie de disparition. La liberté économique est systématiquement battue en brèche. En France il existe 483 impôts, 78 codes, et presque chaque jour voit arriver une nouvelle couche de lois et règlements. Les effets délétères, chômage de masse structurel, mal logés et sans logis, nouveaux pauvres et pauvres permanents, abandons de souveraineté, fonctions régaliennes à vau-l’eau, sont de plus en plus patents. La liberté agonise et le libéralisme, ou ce qu’il en reste, meurt assassiné.

 

Néfaste par volonté

Le gouvernement est passé « d’arrêter d’emmerder les Français » à « j’ai très envie de les emmerder ». Cela concernait une catégorie de gens, mais le précédent étant créé, cela peut dorénavant s’appliquer à n’importe qui. Dès lors la volonté destructrice est patente. C’est un changement de paradigme et témoigne d’une volonté délibérée de nuire.

La destruction culturelle, sociale, économique du pays n’est plus accidentelle. Elle correspond à une volonté profonde et réfléchie de nos dirigeants.

Le gouvernement a rapidement saisi l’opportunité d’extension rapide, brutale, que lui offraient le covid et la guerre en Ukraine.

En ce qui concerne le covid, sa gestion constitue l’apothéose de la confiscation du soin par les administratifs, les politiques, aux dépens et au mépris des soignants. La gravité de l’épidémie prévue par des modélisations farfelues a été le prétexte à des mesures dont l’autoritarisme était censé témoigner de la pertinence.

Ces mesures se justifiaient l’une l’autre sans tenir compte de la réalité. Les gouvernements rivalisaient de coercition pour « faire quelque chose », n’importe quoi, mais « quelque chose ».

Or l’épidémie est rapidement apparue comme peu grave, avec une population de personnes à risque parfaitement identifiée, et des possibilités thérapeutiques existantes bien que jamais validées par l’autorité centrale.

Pour le gouvernement la covid devait être grave pour justifier sa politique coercitive, sauver sa peau en « transformant un abominable fiasco en réussite formidable », et étendre son contrôle sur les populations. D’où chaque soir un flot continu d’images et de déclarations anxiogènes, la messe des morts attribués au coronavirus, puis la litanie des tests positifs présentés mal intentionnellement comme des cas. Grâce à ce subterfuge, quand il n’y a eu plus assez de malades pour jeter l’effroi, l’autorité centrale a fait passer des bien-portants pour des malades. La liberté d’expression a été mise à mal et la censure mise à l’honneur.

Le résultat est que les dégâts sont incommensurablement supérieurs à ceux de la covid elle-même. Le confinement et les mesures de coercition sociale, aussi inutiles que dangereux, ont volontairement détruit le pays, socialement, économiquement et sanitairement. Des gens qui n’auraient jamais dû mourir sont morts, d’autres qui n’auraient jamais dû être malades le sont devenus.

Cerise sur le gâteau étatiste, le poids des mesures de coercition a été essentiellement supporté par le secteur dit privé. Il est devenu quelque temps entièrement dépendant de l’État qui en a profité pour imposer sa volonté en échange de son « aide ». État que ledit privé, atteint du syndrome de Stockholm, remercie.

Avec la guerre en Ukraine, les sanctions économiques prises contre la France par son gouvernement, et prises contre l’Europe par l’Union européenne et son Politburo qu’est la Commission, ont ajouté une seconde couche de destructions économiques et sociales ;  et bientôt sanitaires car sans énergie abondante et bon marché il n’y a pas de prospérité, ni de système de santé performant. La liberté d’expression a été encore restreinte et la censure aggravée.

Covid et Ukraine ont dopé un troisième larron qui peinait à effrayer les gens : la « panique climatique« . Il repose sur les même fondations : la manipulation, la censure de ce qui n’est pas la doxa et la peur. Il provoque les mêmes dégâts.

Les intentions malveillantes sont de plus en plus patentes. Les décisions sont de plus en plus arbitraires, autoritaires. En plus du suicide culturel, économique et social, s’amorce une catastrophe géostratégique pour l’Occident, l’Europe, et la France en particulier.

Il apparaît dès lors qu’avec le gouvernement qu’elle a, la France n’a pas besoin d’ennemis.

 

Un précédent terrible

Avec la gestion politique de la covid un précédent terrible d’anéantissement soudain des droits humains dans une société dite libre, par un gouvernement prétendument démocratique, a été créé. Sans aucun motif valable, (si tant est qu’il en existe un), la population entière du pays, des dizaines de millions de personnes qui n’avaient rien fait de mal ont été enfermées, brisées, soumises, chosifiées, vaccinées en masse comme du bétail.

Aucun principe, aucune éthique, n’ont été respectés. Le bon sens a disparu, l’irrationnel règne, l’impensable a été décidé, l’inacceptable accepté… voire souhaité et désiré. La personne qui fait la spécificité de la civilisation européenne fut anéantie.

Ce fut une abomination.

Paradoxalement, bien des gens appellent l’État au secours. C’est oublier que l’État est le premier maltraitant. Certains réclament à cor et à cris le retour du politique. Mais c’est le politique qui est malfaisant.

Il décide seul de briser la vie des gens, de les contraindre, de les enfermer.

Il décide de la seule obsolescence programmée réelle, en ordonnant la fin de telle ou telle filière, la modification de telle ou telle norme.

Il a le monopole de la violence légale, fut elle injuste. Il ne faut pas la confondre avec l’usage légitime de la force pour défendre ses droits naturels. Usage légitime qui appartient à chaque individu.

Le politique pratique la fuite en avant dans une spirale infernale vers la catastrophe. À une mesure toxique s’ajoute une autre mesure toxique. Le malheur s’ajoute au malheur.

Tous les domaines de la vie sont concernés. Rien n’échappe à la malfaisance des politiciens. Cela ne finit jamais. Quelques exemples : la vaccination des enfants que l’Europe veut rendre obligatoire, la fin du moteur thermique en 2035, la fin du cash, sans oublier le woke, la cancel culture, la repentance, l’acculturation, etc.

Dans une descente aux enfers il y a des diables ! Par ordre alphabétique : la covid (les complotistes et les antivax), le libéralisme, (comme le dahu, personne en France ne l’a vu, mais il porte sur ses épaules tous les malheurs du pays), la Russie (Poutine). L’existence de diables a l’avantage de définir le camp du mal et celui du bien, ainsi que de fournir des boucs émissaires à l’incurie des politiciens. Le dogme veut que le gouvernement, ses thuriféraires et affidés soient le camp du bien. Le débat devient donc inutile et fait place à l’anathème.

 

Pourquoi cette malfaisance

La question se pose de la finalité d’une telle ténacité destructrice et des motivations des politiciens. Tous sont occidentaux, de culture occidentale et ils démolissent avec ardeur leur civilisation.

C’est une erreur de croire qu’ils ne se rendent pas compte des effets délétères de leurs décisions, ou qu’ils sont fous ou incompétents. Ils sont intelligents, compétents mais ils servent un dessein, un intérêt personnel.

Ils contrôlent l’État. Le propre de l’État est sa propension à s’étendre indéfiniment. C’est son objectif compulsif. Le plus probable est qu’ils aient saisi les opportunités qui s’offraient à eux pour atteindre ce but, justifier leur existence, étendre leur pouvoir, détruire les structures, les fondements de la société et… survivre à leurs conneries, « quoi qu’il en coûte ».

Ils induisent un changement civilisationnel qui s’inscrit dans l’idéologie de la création de l’Homme nouveau dans un « monde nouveau », et pour cela « du passé faisons table rase ». Ils signent les fondamentaux socialistes des gouvernements français depuis des dizaines d’années et de l’UE depuis le Traité de Maastricht, qui fait de l’Europe la future Union soviétique.

La fin ne justifie pas les moyens. Il y a des comportements qui sont interdits envers les êtres humains, même pour l’État.

« Personnalité, Liberté, Propriété, — voilà l’homme […] Ce n’est pas parce que les hommes ont édicté des Lois que la Personnalité, la Liberté et la Propriété existent. Au contraire, c’est parce que la Personnalité, la Liberté et la Propriété préexistent que les hommes font des Lois. » Frédéric Bastiat, La Loi (1850) 

La Liberté chez soi est une arme très efficace en cas de problème économique, social, sanitaire et international. Malheureusement la France et l’Europe ont choisi l’expansion de l’État.

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Je pense que la génération des boomers, qui font le pays, se fait hara-kiri. Ils sont en fin de vie, à la retraite, sans but, dans un état dépressif.

    • Rhooo..un peu d’empathie. La douloureuse des 40 dernières années est salée et ils aiment leurs petits-enfants qui vont bien la sentir. C’est pas simple à résoudre ce type de dissonance, il y a largement de quoi sombrer.
      Sérieusement, je n’arrive pas à les rendre responsable de l’arnaque que nous subissons tous. Le responsable est le braqueur.

      • Les trente glorieuses, ce sont les parents des boomers.
        Les boomers, c’est mai 68 avec les SMIC qui explose ainsi que le chômage, c’est 81 avec les cocos, les 35 heures, et pour finir la COP et le rechauffisme. C’est 50 ans de déficit des comptes publics.

        • Les boomers c’est aussi des semaines de plus de 50 heures dans des conditions dantesques dans la sidérurgie par exemple.
          Les mineurs également et malheureusement beaucoup d entre eux sont décédés de la silicose .
          Et je n oublie pas les autres métiers pénibles.
          Et oui nous sommes tous des veinards nous les boomers dont beaucoup d entre nous avons du quitter nos familles.
          Nous étions à une époque un peu plus considérés maintenant nous sommes des profiteurs des mécréants pas mal la profession.
          Merci sans amertume
          Tiberle contra…

          • Les boomers sont surtout la dernière génération à avoir eu un meilleur niveau de vie (et la qualité de vie qui va avec) que la génération qui les a précédé.

        • En 68 les boomers ne sont pas encore aux manettes, les plus âgés d’entre eux sont dans la petite trentaine. Ils sont responsables à partir des années 1990.
          Ce sont les grands-parents des boomers qui ont fait les trente glorieuses, les parents des boomers ont fait les dettes à partir de la suppression de la convertibilité du dollar en or et de la crise pétrolière de 73 afin de ne pas perdre de niveau de vie (aujourd’hui on parle de pouvoir d’achat

        • Avatar
          jacques lemiere
          26 juin 2022 at 7 h 14 min

          parce que tout le monde etait d’accord?

    • N importe quoi.
      (Il faut pas prendre les « vieux » du bon dieu pour des canards sauvages)
      Tiberle contra….

  • Une « Refondation » proposée apres l’evocation d’une « Deconstruction ». Le Genre choisit …
    Une sorte d’Homme nouveau, superieur evidement au precedent, dont la reussite devait durer 1000 ans, ça ne vous rapelle rien.

  • Pourquoi les gouvernements sont aussi malfaisants ? Je dirais parce que le « jeu démocratique » n’attire que les cancres et sélectionne les pervers psychopathes.

    12
    • Voilà.

    • Pas du tout, le jeu démocratique nous montre toutes les contradictions inhérentes à la société francais dont les hommes politiques ne sont que l expression ( vouloir moins d impôts et plus de services publiques, de meilleurs salaires tout en diminuant le temps de travail, faire appel à la solidarité tout en jouant les passagers clandestins des qu une bonne occasion se présente…….)

  • Si je résume les gouvernants sont malfaisants parce que les politiques sont malfaisants et imprégnés de socialisme. C’est pas un peu simpliste comme explication, diviser le monde en 2 catégories, les bons et les méchants, comme les socialistes d’ailleurs, alors que la réalité est plus complexe car souvent les causes avancées ne sont que des symptômes ou des aléas.

    • C’est que le monde est simple, il se divise bien en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent.
      Voilà toute l’origine de la violence légitime.

      • Ce ne sont pas des catégories, les membres en sont interchangeables. Le monde est régi par deux volontés : avoir un pistolet et faire creuser les autres.

      • Typiquement le raisonnement populiste par excellence avec le bien et le mal, les gros et les petits, riches et les pauvres…….
        Le manichéisme sévit chez les reactionnaires de tout poil……😂😂😂

        -1
  • Je ne suis pas sûr qu’il faille attribuer à un plan réfléchi ce qui relève le plus souvent d’une pulsion primaire (le goût du pouvoir). Le politicien moyen, à l’image du peuple, est plus guidé par le réflexe rotulien (reptilien?) que par son cortex cérébro-frontal mis en sommeil. Le démocratisme assure la pérennité de ce conformisme décadent.

    • Le démocratisme… à la française càd celui qui donne bcp de pouvoirs aux élus pour intervenir dans le fonctionnement de la société et la vie de nos concitoyens attirant par là même tous ceux qui ont soif de pouvoir et sont persuadés de pouvoir « améliorer le monde » selon leurs idéologies.
      Des pays dont la constitution limite automatiquement le pouvoir de l’Etat ne semblent pas ou moins souffrir de ce problème (cf Suisse par ex).

  • Avatar
    PhilippeHermkens
    18 juin 2022 at 11 h 28 min

    Je suis en profond désaccord avec l’article. Non pas sur le constat : les gouvernements occidentaux, dont le gouvernement français, sont souvent très malfaisants.
    Seulement sur l’origine. Une bonne partie de la population est dans le ressentiment et déteste profondément ceux qui ont plus. Ils lui rappellent que l’intelligence, le travail, la volonté d’economiser payent. Tout ce qui leur manquent En plus, il y a le sentiment de culpabilité du à l’altruisme .. (Ayn Rand)

    • « Une bonne partie de la population est dans le ressentiment et déteste profondément ceux qui ont plus. Ils lui rappellent que l’intelligence, le travail, la volonté d’economiser payent. Tout ce qui leur manquent En plus, il y a le sentiment de culpabilité du à l’altruisme .. »

      Il faut être profondément éloigné des réalités pour oser proférer une contre-vérité pareil…
      Il y a effectivement du ressentiment d’une part croissante de la population, mais ce n’est pas parce que ce sont des epsilon qui bavent d’envie devant le talent des alpha… Mais simplement parce qu’avec le capitalisme de connivence, il y a un transfert massif de richesse des populations les moins aisés vers le 1% le plus aisé. Cet enrichissement massif (qui s’est très fortement accéléré pendant la crise covid) n’a strictement rien à voir avec l’intelligence, le travail ou la volonté d’économiser mais tout à voir avec le système économique et politique que nous subissons… Un système qui permet à ceux qui possèdent déjà beaucoup de toujours posséder plus (sans le moindre effort puisqu’il s’agit d’enrichissement structurel) et à ceux qui possèdent moins de s’appauvrir toujours plus…
      Quant à l’origine de la richesse des ces personnes, ce n’est pas non plus dû à leur travail mais en partie à l’héritage et en partie aux arrangements avec l’Etat (le capitalisme de connivence, en somme). Que vous preniez Bouygues, Dassault ou Niel, leur fortune leur est venue directement de l’Etat par des arrangements.

    • Le politique est malfaisant. Oui, et quand il est en roue libre comme en France c’est encore plus réel.
      Le problème du politique en France c’est qu’il a été complètement colonisé par le technocrate. La société civile n’est plus représentée, seul le fonctionnaire hors-sol a accès aux responsabilités politiques, générant une nouvelle dictature du clerc irresponsable qui n’a jamais pris et assumé un seul risque économique et qui croit à sa toute puissance.
      Mais la grande trahison du peuple réside dans 70 ans de rêve irresponsables (CNR, promesse de l’Etat providence) et la démagogie qui s’en suit car nourrie par une vision portée par des irresponsables.
      Dans la Rome antique, le citoyen digne d’être élu était celui qui avait démontré du succès dans la conduite de ses affaires économiques propres, et l’administration publique était confiée à des esclaves de haut niveau mais qui n’étaient pas citoyens et ne pouvaient donc entrer en politique.
      En n’ayant que des hommes politiques irresponsables, il ne faut pas s’étonner que la démagogie et le mensonge se nourrissent d’eux-mêmes et que le terme courage politique soit devenu en France un oxymore.
      Au lieu de s’inquiéter d’une parité homme-femme dans les instances politiques, on ferait mieux d’au moins contenir, sinon l’interdire, la place du fonctionnaire dans la fonction politique. On ferait mieux d’honorer de mandats politiques ceux qui ont démontré la qualité de leur jugement par les succès de leurs entreprises, et de remettre l’Etat à sa place pour qu’il ne s’occupe que de régalien.

  • Encore un article profondément populiste qui flatte nos bons vieux franchouillards en les dedounant de toute responsabilité dans la situation présente. C est pas moi c est les autres ( les politiques,les élites, les riches…….) quel courage……..nous avons une société de pleutres pusillanimes qui demandent toujours plus d état nounou……..😂😂😂😂

    -2
  • « Les gouvernements étaient malfaisants à « l’insu de leur plein gré ». Ils avaient une politique néfaste de routine. Ils volaient les uns pour acheter les voix de autres.  » Rien n’a changé, sauf en pire.

  • La seule existence d’un Etat est la cause de tous les dysfonctionnements et autres désordres de la société. Il faut donc être ou devenir minarchiste. Il faut choisir, lorsque c’est possible, que l’Etat renonce à agir dans un secteur, tout en autorisant l’intervention directe des individus et des entreprises. Plus l’Etat intervient, plus le désastre est grand. Plus contraignantes sont les lois, plus les injustices et les corruptions abondent, plus les dettes de l’Etat augmentent. Les contrats privés entre les gens, entre les entreprises peuvent avantageusement remplacer la plupart des actions de l’Etat.

    • Néanmoins un minimum d état est absolument nécessaire pour assurer notre prospérité soit la sécurité extérieure ( diplomatie et défense) intérieure ainsi que le droit des affaires et de la propriété, si’non c’est le règne du despotisme ou des états faillis comme en afrique ou règnent la corruption et les injustices.
      L’absence complète d état produit l anarchie…….

  • UN PEUPLE DE MOUTON FINI PAR ENGENDRER UN GOUVERNEMENT DE LOUP, les citoyens qui ne sont pas riche qui gagnent le SMIC dont les enfants ne pourront faire d’étude supérieurs sont voués à vivre dans la précarités. Exemple proche au hasard; Algérie pays riche peuple pauvre il viennent donc automatiquement travailler en France ou en Europe

    • Les français sont toujours extrêmement sensibles a la démagogie. Tous les partis ont proposé de continuer à raser gratis. Les fra’cais sont dépendants à l argent magique quelque soit les gouvernements elus. L ascenseur social existe toujours ( voir une étude toute récente de l INSEE) contrairement aux propos populistes qui courent un peu partout…..
      La Tunisie et le Maroc n ont pas de matire première sur leur sol, mais .de nombreux tunisien et marocains migrent en France
      La fabke des mouton et des loups me paraît bien fumeuse…….😁😁😁😁

  • Avatar
    jacques lemiere
    26 juin 2022 at 7 h 22 min

    la question que je me pose est plutôt la résistances à la démonstration récurrente de la nocivité des gouvernements!!!!

    vous avez sur contrepoints des articles qui défendent la gouvernance politique dans l’énergie , l’education et la santé… mais aussi des politiques de croissance, des politiques agricoles, etc..autres que la libéralisation…
    éducation nationale science publique..et média subventionnés…
    il est très rare de trouver des gens en place suffisamment courageux pour remettre en cause leur situation… j’en veux particulièrement aux scientifiques publiques… qui n’ont pas de scrupules à piquer dans la poche des gens…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
nombre cas covid hôpital
4
Sauvegarder cet article

Je suis probablement un cas isolé... mais figurez-vous que l’hystérie covid commence à me sortir par trous à PCR. J’entends covid et, soudain, « le printemps adorable a perdu son odeur ». Je me crispe, je fronce le bec, je serre les poings et je ne tarde pas à voir rouge. Deux ans que nous subissons la ritournelle de technocrates nuls en sciences, eux comme ces divers laquais qui prétendent nous enseigner les subtilités d’une médecine qui leur échappe. Au secours…

Ils ont aligné tant d’âneries et de contre-vérités en si peu de mois, po... Poursuivre la lecture

Saviez-vous qu’il y a eu une vague covid en mars-avril, avec un pic hospitalier le 13 avril, c’est-à-dire trois jours après le premier tour des élections présidentielles ?

Sans doute que non.

Mais vous avez sans aucun doute entendu parler de la septième vague qui devrait bientôt nous submerger, puisque tout le monde en parle et que le gouvernement est à nouveau sur ses ergots, prêt à charger à la première occasion.

 

Covid quand on veut bien

La vague de mars-avril n’a bizarrement tellement pas eu lieu, qu’on a... Poursuivre la lecture

« Le port du masque est fortement recommandé ». La période électorale terminée, la vie hexagonale reprend son cours, et en particulier s’agissant des restrictions liées au covid.

En témoignent les messages reçus depuis quelques jours par de nombreux Français, dans leurs transports, leur travail ou leur supermarché.

Ce mardi, ce sont les Niçois qui ont été rappelés à la réalité. Chez nos confrères de CNews, le maire de Nice Christian Estrosi a déclaré envisager le rétablissement de l’obligation du port du masque dans les transpor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles