Le cadre légal des policiers pour leurs armes

Par deux fois en l’espace de quelques jours, des policiers en patrouille ont été obligés de tirer sur des automobilistes se soustrayant à des contrôles (refus d’obtempérer). Que dit la loi sur l’usage des armes chez les forces de l’ordre ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gendarmes mobiles à Paris lors de la manifestation du Printemps Français (Crédits ANFAD, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le cadre légal des policiers pour leurs armes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 juin 2022
- A +

Par deux fois en l’espace de quelques jours, des policiers en patrouille ont tiré sur des automobilistes se soustrayant à des contrôles (refus d’obtempérer). Que dit la loi sur l’usage des armes par les forces de l’ordre ?

Les textes et la jurisprudence limitent strictement l’emploi de leurs armes par les forces de l’ordre.

La Loi n°2017-258 du 28 février 2017 a créé l’article L435-1 du Code de la sécurité intérieure qui décide que :

« Dans l’exercice de leurs fonctions et revêtus de leur uniforme ou des insignes extérieurs et apparents de leur qualité, les agents de la police nationale et les militaires de la gendarmerie nationale peuvent, outre les cas mentionnés à l’article L. 211-9, faire usage de leurs armes en cas d’absolue nécessité et de manière strictement proportionnée :

1° Lorsque des atteintes à la vie ou à l’intégrité physique sont portées contre eux ou contre autrui ou lorsque des personnes armées menacent leur vie ou leur intégrité physique ou celles d’autrui ;

2° Lorsque, après deux sommations faites à haute voix, ils ne peuvent défendre autrement les lieux qu’ils occupent ou les personnes qui leur sont confiées ;

3° Lorsque, immédiatement après deux sommations adressées à haute voix, ils ne peuvent contraindre à s’arrêter, autrement que par l’usage des armes, des personnes qui cherchent à échapper à leur garde ou à leurs investigations et qui sont susceptibles de perpétrer, dans leur fuite, des atteintes à leur vie ou à leur intégrité physique ou à celles d’autrui ;

4° Lorsqu’ils ne peuvent immobiliser, autrement que par l’usage des armes, des véhicules, embarcations ou autres moyens de transport, dont les conducteurs n’obtempèrent pas à l’ordre d’arrêt et dont les occupants sont susceptibles de perpétrer, dans leur fuite, des atteintes à leur vie ou à leur intégrité physique ou à celles d’autrui ;

5° Dans le but exclusif d’empêcher la réitération, dans un temps rapproché, d’un ou de plusieurs meurtres ou tentatives de meurtre venant d’être commis, lorsqu’ils ont des raisons réelles et objectives d’estimer que cette réitération est probable au regard des informations dont ils disposent au moment où ils font usage de leurs armes. »

D’abord, cela ne peut se faire que « dans l’exercice de leurs fonctions et revêtus de leur uniforme » ou signalés par des insignes extérieurs et apparents de leur qualité de policier ou gendarme (brassard, carte professionnelle).

 

Quels sont les cas d’ouverture du feu pour la police ?

Ensuite, les forces de l’ordre ne peuvent faire usage de leurs armes que « de manière strictement proportionnée ». Cette rédaction entraîne des difficultés d’interprétation, notamment dans l’évaluation de la menace réelle. Raison pour laquelle une enquête de l’IGPN est systématiquement ouverte lorsqu’un coup de feu est tiré.

Enfin, l’usage des armes chez les policiers et gendarmes ne peut se faire qu’« en cas d’absolue nécessité. »

La loi mentionne alors cinq cas précis :

1°/ Les policiers et gendarmes peuvent faire usage de leur arme « lorsque des atteintes à la vie ou à l’intégrité physique » sont menées ou menacent les agents ou des tiers. La légitime défense entre en jeu dans ce cas précis, qui est aussi encadrée par l’article 122-5 du Code pénal :

« N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte. » ;

2°/ Les forces de l’ordre peuvent user de leur arme pour « empêcher la réitération, dans un temps rapproché, d’un ou de plusieurs meurtres ou tentatives de meurtre », de façon justifiée ;

3°/ Elles peuvent faire usage de leur arme « après deux sommations faites à haute voix, ils ne peuvent défendre autrement les lieux qu’ils occupent ou les personnes qui leur sont confiées » ;

4°/ L’usage des armes est aussi possible après deux sommations si des individus cherchent à fuir et risquent « de perpétrer, dans leur fuite, des atteintes à leur vie ou à leur intégrité physique ou à celles d’autrui » ;

5°/ ou « lorsqu’ils ne peuvent immobiliser, autrement que par l’usage des armes, des véhicules », qui risqueraient de porter atteinte « à leur vie ou à leur intégrité physique ou à celles d’autrui ».

 

Il ne me paraît pas choquant, malgré les déclarations honteuses de M. Mélenchon, qu’un policier tire sur un véhicule qui force un barrage de police et fonce sur un agent. S’agissant d’interrompre les périples meurtriers, pourquoi ne pas se borner à subordonner l’usage des armes à l’existence de motifs sérieux, que cet usage est nécessaire pour éviter l’atteinte à la vie ou à l’intégrité physique ? Il ne s’agit pas ici de laisser faire tout et n’importe quoi mais d’apporter aux agents des forces de l’ordre la sécurité juridique indispensable au bon accomplissement de leurs missions par un assouplissement de l’article L 435-1 du Code de la sécurité intérieure.

Certes, les forces de l’ordre se doivent d’être exemplaires, mais une chose est d’astreindre policiers et gendarmes au sang froid et au discernement, autre chose est de leur « demander l’impossible » comme le dit très bien Maître Laurent-Franck Liénard.

En France, on constate un refus d’obtempérer toute les demi-heure. Combien de policiers, de gendarmes, de simples citoyens sont blessés voire tués par cette délinquance sauvage parce que les forces de l’ordre évitent d’utiliser leurs armes ou préfèrent ne pas sanctionner cette infraction ? Comment leur reprocher de ne pas vouloir subir l’insécurité juridique en plus de l’insécurité physique et de conditions de travail indécentes ?

Il faut encore faire évoluer les textes et la jurisprudence.  Ceux-ci, en sanctionnant systématiquement les forces de l’ordre (une mise en garde à vue est traumatisante pour un policier ou un gendarme convaincu d’avoir accompli son travail, et marqué par l’incident) et en offrant aux délinquants la possibilité du refus d’obtempérer sans dommage pour eux, prennent le pas sur la protection de la société. Est-ce bien là l’État de droit que l’on attend ?

 

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • La France n’est pas un état de droit et la police est une police d’Etat.
    Dans la publicité qui passe en ce moment, on tente de nous faire gober que la police est là pour protéger, et que c’est sa mission prioritaire.

    Le port d’arme des Forces de l’ordre provient des Codes de la Sécurité Intérieure et de la Défense, rédigés et validés par des citoyens qui n’ont pas le droit de porter des armes et qui n’ont pas plus de droit à la coercition. D’ailleurs,.les Forces de l’Ordre sont-elles tenues tenues de protéger ?

    Me Lienard, dans une interview visible sur YouTube, disait que les policiers tiraient 50 cartouches par an. Leur formation, dite continue, sur leurs armes est très légère s’ils ne tirent que 50 cartouches (quand ils en ont le temps). Ils ont certainement plus d’heure de formation pour les outils informatiques ou la paperasse.

    • Et leurs armes ont un poids de détente à 3,5 kg ! Mauvaise qualité de détente et poids important : même avec de l’entrainement il est difficile d’être réellement précis.
      Pour être très précis il faut remédier aux deux écueils : détente de qualité à 1,5 kg ET entrainement régulier avec notes éliminatoires (et ce dès les écoles de police et de gendarmerie).
      Un tireur sportif tire au moins 100 à 150 cartouches par semaine pour atteindre un niveau honorable.
      Les Forces de l’ordre (Hors, souvent,BAC et Stup) ont un mauvais niveau et ne sont pas aidés par leurs armes. Ensuite il faut qu’ils fassent le diagnostic en 1 à 2 secondes ai-je le droit de (dois-je?) tirer…c’est quasiment mission impossible.
      Pour que libérer le cerveau, afin qu’il puisse se monopoliser sur la légitimé du tir, il faut que le tir lui-même soit un automatisme : du drill, encore du drill…

    • Diagoras L Athee
      13 juin 2022 at 9 h 30 min

      De toute manière un peuple qui abandonne son port d’arme individuel se condamne à terme à plonger dans le totalitarisme. Ce n’est pas que le port d’arme soit une condition nécéssaire à la liberté. Concrètement on peut avoir ses libertés fondamentales (si on omet celle d’avoir tous les moyens de se défendre à sa disposition) sans le droit de port d’arme. Ils n’ont pas le port d’arme en Suisse (ils l’ont perdu) et ils sont pourtant un des pays avec les libertés individuelles les plus élevées du monde. En revanche, le désarmement de la population est une condition sine qua non du totalitarisme. Et là pour le coup ça va vite. Si les habitants d’un pays sont armés sur l’espace public, la police ne peut absolument pas mettre en oeuvre la domination totalitaire du despote. C’est une tâche impossible. les policiers refuseront de s’exposer à prendre une bastos à chaque fois qu’ils exécutent les basses oeuvres de Mr le dictateur. C’est pour ça qu’il faut le port d’arme. Pour rendre le totalitarisme impossible à mettre en place.

      • +1 mais sans conviction.
        « Ce n’est pas que le port d’arme soit une condition nécéssaire à la liberté »
        Ok je veux bien que le port d’arme ne soit pas une condition nécessaire de la liberté, mais j’ai des difficultés à comprendre ce que seraient des conditions nécessaires à la liberté…vraiment…
        Il n’y a aucune condition à la liberté
        A moins que vous parliez de la propriété et d’autrui ? Mais ce ne sont pas des conditions à la liberté, ce sont ses limites.

        • En revanche je pense que la possession d’une arme est dans certains cas indispensable pour défendre sa vie, la vie de ceux qu’on aime ainsi que sa propriété, notamment quand l’agresseur est lui-même armé ou qu’ils sont en nombre, que cela se passe en dictature, en démocratie, en Liberalie, au néolithiques ou dans 3 millénaires , sur Saturne ou dans un univers parallèle.
          Il s’agit du droit le plus fondamental, celui de défendre ses autres droits naturels par la force si nécessaire, avec une arme si besoin.

  • Toute personne qui refuserait un contrôle routier exécuter par la police, les gendarmes ou les douaniers et tenterait de le fuir par tous les moyens pourrait être assimiler à un éventuel délinquant, criminel, une personne recherché qui aurait des objets ou des personnes séquestrés dans son véhicule. soit on met un char pour bloquer la route ou éventuellement les forces de l’ordre ouvrent le feu

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Par Hannah Cox.

Cette semaine, le Sénat américain a commencé à débattre sur le contrôle des armes à feu que ses partisans ont qualifié de projet de loi de compromis.

Au début du mois, les démocrates ont annoncé qu'ils avaient obtenu suffisamment de soutien républicain pour que le projet de loi soit adopté par le Sénat (bien que la Chambre des représentants dispose d'une large majorité démocrate, une grande partie du programme de la gauche a été bloquée sous la présidence de Joe Biden en raison d'une majorité très mince au Sénat qui néc... Poursuivre la lecture

On viole les droits constitutionnels des gens au nom de leur sécurité.

Les fusillades sont une triste réalité qui semble unique aux États-Unis. Et à chaque fois qu’elles se produisent, les sirènes (généralement démocrates) implorent le Congrès de « faire quelque chose ». Même si cela implique de violer les droits fondamentaux des individus.

Généralement, les républicains résistent au charme. Mais pas cette fois-ci.

Plusieurs sénateurs du parti de Trump se sont rangés du côté du parti de Biden pour imposer des restrictions... Poursuivre la lecture

Héros en 2015 suite aux attentats terroristes, zéros depuis 2019 avec les manifestations des Gilets jaunes, depuis 7 ans la police fait le yoyo dans le cœur des Français. Journées décalées, rappels à répétition pendant les jours de congés, désordres dans le commandement, lieux de travail vétustes, moyens matériels inadaptés, absence de soutien de la hiérarchie, le malaise de la police est palpable. Pourtant la sécurité publique, avec l’affaire dite « des piqures » est au cœur de la population.

Le phénomène des piqûres en soirée, toujou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles