Télétravail : surveille-moi si tu peux

Face à un marché des logiciels de surveillance, un contre-marché s’est forcément créé, celui des logiciels antisurveillances.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Aerial view of woman using computer laptop and a smartphone on wooden table By: Rawpixel Ltd - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Télétravail : surveille-moi si tu peux

Publié le 11 juin 2022
- A +

Maintenant que la période des confinements et de l’obligation du télétravail est terminée, que devient ce dernier ?

En 2020, on cherchait des idées et astuces pour vivre avec le télétravail forcé, comme j’en parlais ICI.

En 2021, une fois l’obligation levée, on se demandait qui allait revenir au bureau, une fois de bonnes habitudes prises en télétravail ; voir ICI.

Le sujet n’est pas épuisé. Le Monde publiait en avril dernier un dossier de Catherine Quignon sur un nouveau problème : les logiciels qui se sont perfectionnés pour permettre de mieux surveiller les employés en télétravail.

L’auteur cite nommément la Macif, qui surveille à distance ses téléconseillers.

Citation de Sybille :

« On se prend un chat ou un mail dès que l’on dépasse trois ou quatre minutes d’attente entre deux appels. Parfois, il y a tellement de fenêtres qui s’ouvrent pour nous demander « tu fais quoi ? »  qu’on n’arrive même plus à voir l’écran. J’ai une collègue qui s’est vu reprocher le fait de s’être loguée à 8 heures 02 au lieu de huit heures. »

Selon une étude citée dans l’article, 63 % des entreprises françaises prévoient ou ont déjà adopté des outils visant à renforcer leur supervision sur les employés en télétravail. Exemple de ce type d’outils, un logiciel qui permet de prendre des captures d’écran avec la webcam pour s’assurer que le collaborateur est bien devant son écran, ou aussi analyser les déplacements de la souris. Le logiciel Hubstaff permet de géolocaliser les déplacements des salariés et de prendre une capture d’écran toutes les dix minutes. CleverControl est un autre outil permettant d’enregistrer les frappes sur les claviers.

 

Action réaction

Face à ce marché des logiciels de surveillance, un contre-marché s’est forcément créé, celui des logiciels antisurveillance. Ils permettent de faire bouger le curseur ou de figer l’écran, ce qui permet de faire croire qu’on est connecté, alors qu’on fait le ménage.

Autre astuce, plus artisanale : attacher la souris de son ordinateur à un ventilateur pour faire croire qu’on est très occupé. On trouve aussi des logiciels qui permettent de simuler à l’écran des déplacements de souris, les mouse gigglerdisponibles pour moins de 10 euros sur Amazon.

De quoi ouvrir un nouveau marché pour les logiciels de surveillance anti-mouse gigglers.

Il restera toujours la technique manuelle des petits malins, qui n’ont pas attendu le télétravail pour trouver ses adeptes, où le salarié cherche à se faire bien voir en envoyant des mails, en faisant du reporting, en se montrant le plus possible en visio, afin de démontrer qu’il est bien impliqué dans le travail.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Haaa, le télétravail… Activité idéale dans les spots de publicité à la télévision où selon les dires de nos gouvernants.
    Outre que peu de professions peuvent se dérouler uniquement en télétravail ou même partiellement, qu’en pensent les entreprises qui y sont confrontées? Est-ce vraiment aussi voire plus efficace par rapport au travail en présentiel?
    Bcp d’entreprises ont des difficultés à faire revenir leur salarié en présentiel en post-covid. Certaines, confrontée à de gros problèmes économiques, les licencient en premier. Et quand on est en difficulté, on se débarrasse des éléments les moins efficaces et productifs en premier… Cela peut donner une idée de la valeur ajoutée du télétravail pour certaines entreprises.
    Évidemment, je ne doute pas que cela soit intéressant pour d’autres entreprises. Mais de là à généraliser…
    D’autant que si une activité peut se faire entièrement en télétravail et qu’elle ne nécessite pas des compétences de très haut niveau, il se posera inéluctablement la question de délocaliser ce télétravail dans des contrées au cout du travail moindre (contrées francophones ou non suivant le type d’activité). Cela se traduira donc par une perte d’emplois actifs en France. Mais qui le verra à part ceux qui ont perdu leur travail ou/et n’arrivent pas à en trouver?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une centaine de services d'urgences sont en danger de fermeture cet été. Emmanuel Macron a annoncé le lancement d'une mission flash. En réponse à Gabriel Attal qui défendait les mesures déjà exposées par Brigitte Bourguignon, Jordan Bardella a répondu « Il faut arrêter de gérer l'hôpital comme on gère une entreprise ». C’est une erreur fréquente de croire que l’hôpital français est géré comme une entreprise, sous entendu « privée ».

À la base de l’entreprise privée il y a l’entrepreneur, son audace, sa créativité et son adaptabilité. I... Poursuivre la lecture

Achat d'or pouvoir d'achat
2
Sauvegarder cet article

S’il est quelque terme économique mal compris en France (et parfois ailleurs) c’est bien celui de pouvoir d’achat.

 

Pouvoir d’achat du revenu monétaire

Certes, quand quelqu’un a un pouvoir d’achat, il prend conscience de ce qu’il peut acheter en un moment donné avec l’argent dont il dispose. C’est un genre d’approche statistique du pouvoir d’achat, qui va donc augmenter (ou diminuer) avec le revenu, et qui va varier suivant le niveau des prix des biens et services achetés.

La structure des dépenses envisagées est do... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Parmi les nombreuses lubies de notre Président il s'en trouve une très préoccupante : sa volonté de traquer ses citoyens, car selon lui « dans une société démocratique, il ne devrait pas y avoir d’anonymat. »

La crise du covid lui a donné de nombreux prétextes à cette fin. En effet d’un côté, le citoyen voyait tous ses résultats de santé conservé et centralisé par l’État pour son bien dans le Health Data Hub. Ce qui est également bien pour le gouvernement américain, puisque l’hébergeur fut Microso... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles