Les centres du progrès, première partie : Jéricho (agriculture)

Pour avoir été la plus ancienne ville du monde et peut-être le berceau de l’agriculture, Jéricho, à l’époque néolithique, mérite d’être reconnue comme notre premier Centre du progrès.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Photo by Snowscat on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les centres du progrès, première partie : Jéricho (agriculture)

Publié le 22 mai 2022
- A +

Par Chelsea Follet.
Un article de Human Progress

 

Aujourd’hui marque le lancement d’une nouvelle série d’articles par HumanProgress.org intitulée « Les centres du progrès ». Où le progrès se produit-il ? L’histoire de la civilisation est à bien des égards l’histoire de la ville. C’est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l’économie, de la politique, de la technologie, etc.

Notre premier centre du progrès est Jéricho. De nombreux spécialistes pensent que Jéricho est la plus ancienne ville du monde. Elle a été peuplée pour la première fois aux alentours de 9000 avant Jésus-Christ. Les habitants de Jéricho et de ses environs ont peut-être été parmi les premiers humains à abandonner leur mode de vie de chasseurs-cueilleurs, à domestiquer les plantes et à devenir des agriculteurs.

 

L’invention de l’agriculture, souvent appelée « première révolution agricole » ou « révolution néolithique », a marqué un tournant décisif dans l’histoire de notre espèce. Elle a radicalement changé notre mode de vie. En produisant un excédent de nourriture qui pouvait être stocké pour les périodes difficiles à venir ou échangé contre d’autres biens, l’agriculture a finalement permis une prospérité bien plus grande que la chasse et la cueillette n’auraient jamais pu le faire.

Aujourd’hui, Jéricho est une ville touristique de la vallée du Jourdain, fréquentée par les pèlerins religieux et les amateurs d’histoire. Elle est relativement petite, avec une population d’un peu plus de 20 000 habitants. La ville est située dans une oasis naturelle dans le désert, ce qui lui vaut son surnom dans la Bible hébraïque : la ville des palmiers. Elle abrite plusieurs cafés vendant du shawarma et des falafels, ainsi que de nombreuses ruines historiques. Jéricho est également le site de fouilles archéologiques quasi-constantes, car on tente d’approfondir nos connaissances sur son passé.

Si vous avez visité la Jéricho néolithique, vous avez peut-être pu observer deux événements décisifs dans l’histoire de la civilisation : l’établissement permanent et les débuts de l’agriculture.

Imaginez un groupe de chasseurs-cueilleurs – baptisés Natoufiens par les archéologues d’aujourd’hui – marchant dans la nature. Ils auraient porté des armes de chasse telles que des lances, ainsi que du cuir fabriqué à partir de peaux de gazelles des montagnes et des bijoux en perles faits d’os de gazelles. Ils auraient transporté de la nourriture et des provisions dans des paniers et des peaux d’animaux. Des chiens domestiqués, ressemblant peut-être au chien basenji d’aujourd’hui, se promenaient à leurs côtés.

Vous les auriez vus tomber sur une oasis naturelle regorgeant de sources d’eau douce au milieu de la nature sauvage et s’installer pour se reposer. Vous auriez vu ce groupe de chasseurs-cueilleurs prendre une décision capitale en décidant, peut-être après une discussion animée dans une langue disparue depuis longtemps, de construire un campement permanent à proximité de l’oasis et de mettre fin à leur errance nomade.

Bien sûr, la décision a probablement été progressive, les Natoufiens campant à l’oasis pendant des périodes de plus en plus longues chaque année, jusqu’à ce que le campement devienne leur habitat toute l’année. Mais à un moment donné, la décision a été prise d’y rester en permanence. Quoi qu’il en soit, les Natoufiens ont construit un certain nombre d’habitations en pierre semi-souterraines de forme ovale pour former un village qui allait devenir la première ville du monde. Ainsi commence l’histoire de Jéricho.

Les premiers habitants de ce qui allait devenir Jéricho avaient longtemps survécu en chassant des animaux comme les gazelles et en se nourrissant de céréales sauvages et d’autres plantes sauvages. Mais un changement de climat, moins pluvieux et plus désertique, a peut-être contribué à modifier la stratégie de survie des Natoufiens.

Comment cela s’est-il produit ? Peut-être les Natoufiens ont-ils remarqué que les plantes comestibles poussaient dans des endroits où leurs graines avaient été dispersées auparavant. Peut-être inspiré par cette observation, un individu entreprenant (ou plusieurs individus) a dû, à un moment donné, proposer de planter délibérément les graines des plantes qu’ils mangeaient. Lorsqu’ils ont commencé à planter des graines intentionnellement, ils ont mis l’humanité sur une nouvelle voie.

Les Natoufiens sont souvent appelés les premiers agriculteurs. Bien qu’il n’y ait pas de consensus entre les experts sur l’endroit précis du Croissant fertile où l’agriculture est apparue pour la première fois, Jéricho était certainement parmi les premières communautés à pratiquer l’agriculture. Les plus anciens vestiges archéologiques d’orge, de seigle et de premières formes de blé domestiqué se trouvent dans des sites néolithiques humains du Croissant fertile, comme le site natoufien où se trouve aujourd’hui Jéricho. Des preuves de figues domestiquées ont également été trouvées près de Jéricho, datant d’environ 9400 avant J-C.

Les premiers agriculteurs du monde étaient patients et innovants. Prenons l’exemple du blé. Ils ont découvert comment sélectionner l’épeautre sauvage de manière à ce que les graines de la plante ne se détachent pas des tiges lorsque l’herbe est mûre, ce qui facilite grandement la collecte des graines. Ils ont utilisé les graines pour faire du pain, et ce qui n’était au départ qu’une autre sorte d’herbe est progressivement devenu ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de blé. Aujourd’hui, selon l’université de Yale, 20 % de la consommation totale de calories dans le monde provient du blé.

Les chercheurs ne s’accordent pas sur la part de mérite à accorder aux efforts conscients des premiers agriculteurs.

Selon Colin Osborne, phytologue à l’université de Sheffield :

« L’une des controverses dans ce domaine concerne la mesure dans laquelle les peuples anciens savaient qu’ils domestiquaient les cultures […] Savaient-ils qu’ils reproduisaient les caractéristiques de domestication dans les cultures, ou ces caractéristiques ont-elles simplement évolué au fur et à mesure que les premiers agriculteurs semaient des plantes sauvages dans un sol cultivé, qu’ils les soignaient et les récoltaient ? »

Outre le pain, les Natoufiens appréciaient également la bière et certains chercheurs pensent que la production de boissons alcoolisées à base de céréales fermentées pourrait avoir été l’une des motivations des premiers agriculteurs.

Quelle que soit leur motivation, les premiers Jérichiens sont devenus des agriculteurs, et ont ainsi pu produire suffisamment de nourriture pour laisser derrière eux leur ancien mode de vie de chasseurs-cueilleurs. La sélection des plantes s’est révélée être un processus lent et laborieux, et pendant des siècles, les habitants de Jéricho ont peut-être continué à compléter leur production agricole par la chasse et la cueillette.

Au fur et à mesure que l’agriculture progressait, les habitants chassaient toujours des gazelles et d’autres gibiers, mais les céréales qu’ils plantaient, récoltaient et stockaient chaque année augmentaient leur sécurité alimentaire. Un jour, ils n’ont plus eu besoin de chercher des plantes sauvages, ouvrant ainsi un nouveau chapitre de l’histoire de l’humanité.

Au fil des siècles, les habitants de Jéricho sont devenus de plus en plus habiles en matière d’agriculture. Les Jérichiens ont ensuite cultivé de nombreuses autres plantes et développé un système d’irrigation, et leurs récoltes ont augmenté. Ils ont bientôt eu assez de nourriture à stocker pour les périodes de vaches maigres et pour faire du commerce. Mais cette productivité s’accompagnait d’un danger : la menace que les tribus nomades voisines fassent des incursions dans la ville et pillent les greniers de Jéricho avec leurs grandes réserves de nourriture.

Pour repousser les pillards, les habitants de Jéricho ont construit le plus ancien mur de protection connu au monde, datant peut-être d’environ 8000 ans avant Jésus-Christ. À cette époque, la population de Jéricho atteignait probablement 2000 personnes environ. Pour donner un ordre d’idée, cela correspond à peu près à la population actuelle de la ville rurale de Victor, dans l’Idaho. Cependant, pour l’époque, Jericho devait ressembler à une métropole animée. Rappelons qu’il y avait moins de 10 millions d’habitants dans le monde à l’époque, ce qui équivaut à peu près à la population actuelle du Portugal.

La production d’un excédent de nourriture permettait une certaine spécialisation des activités économiques : tout le monde n’était pas obligé d’être agriculteur, ce qui permettait aux gens de se consacrer à d’autres projets. La construction du mur n’aurait pas pu être accomplie sans un certain degré de spécialisation. Le mur de pierre mesurait plus de 11 pieds de haut, et en plus de défendre la ville, il a peut-être aussi servi à la protéger des inondations.

Certains éléments indiquent que la tour de pierre conique de 28 pieds de haut qui accompagne le mur, également construite vers 8000 avant J.-C., avait un but symbolique plutôt que pratique. La tour n’est pas bien placée pour servir de poste d’observation défensif. Mais des modèles informatiques montrent qu’à l’époque de sa construction, les montagnes voisines projetaient une ombre sur la tour au moment où le soleil se couchait le jour le plus long de l’année, le solstice d’été. L’ombre tombait précisément sur la tour et s’étendait ensuite pour couvrir toute l’ancienne Jéricho.

Il est donc possible que la tour ait servi d’avertissement : son ombre grandissante faisait savoir aux habitants de Jéricho que les jours allaient commencer à raccourcir et les nuits à s’allonger. Les activités agricoles telles que la plantation et la récolte sont intimement liées aux différentes saisons de l’année. Ainsi, pour la communauté largement agraire de Jéricho, le marquage du solstice d’été revêtait probablement une grande importance. Le solstice a pu être observé comme un jour important, qu’il s’agisse d’une fête ou d’un jour de solennité.

La tour peut également avoir symbolisé le pouvoir ou l’autorité. Le passage de la chasse et de la cueillette à une société agricole a entraîné une transformation des relations entre les gens : alors que les tribus de chasseurs-cueilleurs avaient tendance à être égalitaires (c’est-à-dire sans hiérarchie), la société plus spécialisée et plus complexe qui a émergé à Jéricho a entraîné une nouvelle dynamique de pouvoir social. Les sites funéraires montrent que les premiers Jérichois observaient des différences de rang, certains individus étant enterrés à côté de biens de valeur tels que des bijoux en coquillages et d’autres occupant des tombes plus simples.

Selon l’archéologue Ran Barkai de l’université de Tel Aviv, l’un des chercheurs à l’origine de la découverte du lien entre la tour de Jéricho et le solstice d’été :

« C’était une époque où la hiérarchie commençait et où le leadership était établi […] Nous pensons que cette tour [en agissant comme un symbole de pouvoir et d’autorité] était l’un des mécanismes permettant de motiver les gens à prendre part à un mode de vie communautaire. »

Aujourd’hui, Jéricho est peut-être plus connue en raison du rôle qu’elle a joué à l’époque biblique.

C’est l’endroit que les anciens Israélites sont censés avoir conquis en 1400 avant J.-C., après avoir échappé à l’esclavage en Égypte. La célèbre chanson sur la bataille de Jéricho, reprise par des icônes musicales allant de Bing Crosby à Elvis Presley, a été composée pour la première fois au XIXe siècle aux États-Unis par des Afro-Américains réduits en esclavage. Le sujet de la chanson, qui parle d’un peuple précédemment asservi triomphant au combat, et son refrain, qui proclame que les « murs de Jéricho sont tombés », font tous deux allusion au désir de liberté des auteurs de la chanson.

Ainsi, la ville de Jéricho est devenue un symbole de liberté dans la culture populaire plusieurs milliers d’années après avoir contribué à libérer l’humanité de la recherche de nourriture dans les régions sauvages. La transition vers l’agriculture a probablement été un processus difficile et éprouvant, bouleversant le mode de vie antérieur des Natoufiens et modifiant leur structure sociale, mais la récompense a été un niveau de sécurité alimentaire au-delà de ce que nos ancêtres chasseurs-cueilleurs auraient pu imaginer.

Sur le web

Traduction  Contrepoints

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Excellent rappel, qui doit être complété par les causes de ce regroupement : l’augmentation du nombre d’habitants lié au réchauffement climatique, il y a 12 000 ans

  • Pas la moindre preuve que les « natoufiens » étaient des pré-sémites. Plutôt des preuves de leur remplacement par les sémites…. !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le G7 se réunit du 26 au 28 juin 2022 pour son sommet annuel au château Elmau, dans les Alpes bavaroises, sous la présidence allemande.

Parmi les sujets qui seront abordés, on s'en doute, la sécurité alimentaire mondiale ou, pour le poser selon les mots du Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres, la menace d'un « ouragan de famines ».

Le 24 juin 2022  s'est tenue une conférence ministérielle sur le thème : « Uniting for Global Food Security », s'unir pour la sécurité alimentaire mondiale.

Le début du pr... Poursuivre la lecture

Par Saul Zimet.

Les chiffres de la croissance économique pour le premier trimestre de cette année sont tombés, et ils sont lamentables. Dans l'économie très réglementée des États-Unis, nous en sommes venus à nous attendre à des taux de croissance faibles. Mais une croissance négative est particulièrement mauvaise, ne se produisant que dans des conditions économiques terribles. Et pourtant, décroître est précisément ce qu'a fait l'économie américaine au cours des trois premiers mois de 2022.

Selon un communiqué du département du ... Poursuivre la lecture

Ce qui suit est le script brut, les notes pour ma présentation au Congrès Mondial de la Pomme de Terre à Dublin faites le 1er juin 2022. Comme la présentation a été donnée sans support, une partie du texte peut différer du discours réellement prononcé.

 

C'était agréable d'être de retour sur scène

La réalité est perçue par les définitions que nous donnons ; les lignes noires et blanches que nous traçons sur une toile grise. Ainsi, dans le domaine de la communication, le message est contrôlé par le maître des mots – par celu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles