La sécheresse va révéler des carences prévisibles

Quand on voit avec quelle soudaineté et quelle ampleur la guerre en Ukraine a déstabilisé l’approvisionnement en denrées alimentaires et énergétiques de l’économie mondiale, il est nécessaire de réfléchir aux solutions pour lutter contre les effets de la sécheresse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Desert scene By: oatsy40 - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La sécheresse va révéler des carences prévisibles

Publié le 16 mai 2022
- A +

Il est malheureux qu’il faille attendre des circonstances aussi dramatiques qu’une guerre pour prendre conscience de réalités aussi flagrantes que les risques de pénuries lorsqu’on dépend des autres pour des besoins essentiels. 

La guerre en Ukraine a mis en évidence notre dépendance aussi bien en matière énergétique que pour les biens de consommation alimentaire. L’Union européenne, qui a abandonné les stocks pléthoriques du début de la PAC se trouve face à une pénurie qui déstabilise toute son économie. Certains organismes comme la Coordination Rurale n’ont cessé de plaider pour une souveraineté alimentaire. S’ils avaient été entendus, elle aurait évité cette déstabilisation brutale de notre vie économique et sociale.

L’eau est la base de la vie

Non seulement tout individu qui ne peut boire ne peut subsister que très peu de temps, mais l’eau est également la base de notre alimentation. Éternellement renouvelable par le cycle de l’eau (évaporation, pluie), même si inégalement répartie sur la planète, c’est l’eau qui nous nourrit. Grâce à la photosynthèse et à l’énergie solaire, elle permet aux plantes de croître et de transformer le CO² de l’atmosphère en hydrates de carbone qui nourrissent animaux et humains. Le problème est que l’eau de pluie qui arrose les cultures n’est pas toujours disponible au bon endroit, au bon moment et en quantité appropriée. Depuis des siècles l’Homme a su avec plus ou moins de succès pallier ces irrégularités par des pratiques de drainage (pour évacuer l’excès d’eau dans le sol qui asphyxie les racines) ou d’irrigation qui lutte contre la pénurie de pluie (qui assèche les plantes et diminue ou anéantit le rendement). 

Cependant, les pratiques d’irrigation, qui sont intégrées dans l’inconscient collectif de pays beaucoup plus exposés que la France aux sécheresses, sont l’objet de critiques et d’oppositions féroces dans notre métropole dont les précipitations sont largement suffisantes aux besoins, même si elles sont irrégulièrement réparties dans le temps et dans l’espace. Les précipitations moyennes annuelles en France se situent entre 550 et 700 mm, et environ 1200 mm pour l’ouest et 1500 mm pour le Pays basque. 

Une réglementation contraignante 

Le PTGE (Projet Territorial de Gestion de l’Eau) a été défini dans l’instruction du 7 mai 2019 comme : 

« … une démarche reposant sur une approche globale et coconstruite de la ressource en eau sur un périmètre cohérent d’un point de vue hydrologique ou hydrogéologique. Il aboutit à un engagement de l’ensemble des usagers d’un territoire (eau potable, agriculture, industries, navigation, énergie, pêches, usages récréatifs, etc.) permettant d’atteindre, dans la durée, un équilibre entre besoins et ressources disponibles en respectant la bonne fonctionnalité des écosystèmes aquatiques, en anticipant le changement climatique et en s’y adaptant ».

Cette définition qui semble forgée au coin du bon sens devrait suffire à régler tous les problèmes inhérents à la gestion de l’eau. Comme les ressources ne correspondent pas en quantité et en temps opportun aux besoins, il est donc nécessaire d’étudier quels aménagements peuvent permettre la disponibilité de l’eau en temps voulu. La meilleure solution est de stocker l’eau en période de pluies excédentaires plutôt que de la laisser repartir rapidement à la mer, afin de l’utiliser en période de sécheresse pour irriguer les cultures et réalimenter l’étiage des rivières. Je passerai sur la complexité de la réglementation pour la réalisation de ces stockages que l’on peut retrouver dans ce document

Le problème majeur est l’opposition de certaines associations écologiques qui vont jusqu’au sabotage d’installations existantes pour s’opposer à la création de nouveaux stockages. Pourtant, nombre de ces créations de stockage ont fait la preuve de leur utilité : depuis 1990 et 2000 les barrages de Lavaud et Mas Chaban en Charente, contenant 10 et 14,2 millions de m³ permettent l’irrigation de nombreux hectares de cultures et la régularité du débit du fleuve dans l’intérêt de tous. De même les lacs de la forêt d’Orient, sur le bassin supérieur de la Seine ont été construits pour éviter une autre crue centennale de 1910 qui avait dévasté Paris et ne sont plus contestés.

En ce qui concerne la notion d’eau excédentaire, au début décembre 2019, le débit du fleuve Charente était d’environ 180-200 m³ par seconde. Si l’on considère que la moitié de ce débit est excédentaire, un rapide calcul nous amène à 90 m³ x 3600 s x 24 h = 7776 000 m³ par jour. Ce qui revient à constater qu’en deux jours, part à la mer le contenu du lac de Mas Chaban.

Le stockage issu du pompage soit de la collecte des eaux de ruissellement présente l’avantage supplémentaire de limiter les dégâts causés par les excès d’eau et les inondations qui en résultent. Il permet de réguler les inconvénients de l’excès ou du manque d’eau douce arrivant dans les bassins ostréicoles à l’embouchure des fleuves, sans compter les pollutions émanant de l’inondation des stations d’épuration.

Une utilisation de l’eau strictement contrôlée

Contrairement à ce que prétendent les associations opposées au stockage destiné à l’irrigation, le remplissage par pompage n’est pas laissé à la libre initiative des propriétaires ou usagers des réserves. Ces pompages ne sont autorisés par les préfectures que dans des conditions de disponibilité bien définies qui ont été discutées au sein des instances prévues par la loi. Lorsque les limites minima de ces conditions sont atteintes, les pompages sont interdits, et toute infraction peut être facilement contrôlée et sanctionnée grâce aux compteurs. 

De même, en période de sécheresse, l’irrigation ainsi que certains usages sont interdits dès qu’ils mettent en péril la ressource disponible et indispensable.
Quant au remplissage des retenues collinaires, il ne s’effectue qu’avec l’eau qui ruisselle lorsqu’elle ne peut plus s’infiltrer à cause de la saturation des sols par simple gravité naturelle sans aucune consommation d’énergie.

Ce remplissage est permis par les premiers alinéas des articles 641 et 642 du Code civil n’ont pas été abrogés par la loi sur l’eau du 3 janvier 1992 et sont toujours en vigueur :

« Tout propriétaire a le droit d’user et de disposer des eaux pluviales qui tombent sur son fonds. »
« Celui qui a une source dans son fonds peut toujours user des eaux à sa volonté dans les limites et pour les besoins de son héritage. » 

Ainsi, il est logique et légal qu’un agriculteur puisse s’organiser pour stocker l’eau de pluie qui tombe et ruisselle sur ses terres. L’arrêté du 21 août 2008 précise les conditions de récupération des eaux de pluie par les particuliers et les entreprises. À titre d’exemple le conseil général de Saône-et-Loire subventionne la collecte des eaux de pluie avec un plafond de subvention de 1000 euros pour le particulier dont le revenu ne dépasse pas 29 148 euros et un plafond de 16 000 euros pour une entreprise agricole. Cependant, ces aides ne sont prévues que pour la récupération des eaux des toitures. La création de retenues collinaires des eaux de ruissellement en est exclue.

Des oppositions farouches et incompréhensibles

Bien que la récupération des eaux de pluie soit considérée comme d’intérêt général par les pouvoirs publics et subventionnée comme tel, de nombreuses associations militent et s’opposent à ce qu’elles appellent l’accaparement de l’eau par une minorité de profiteurs.

On peine à comprendre le bien-fondé des actions de ceux qui ont empêché la création du barrage de Sivens sous prétexte de préserver une zone humide en bas d’un bassin versant. Pourtant, une retenue de 907 000 m³ permettait une disponibilité d’eau pour irriguer environ 650 ha sur 82 exploitations agricoles et maraîchères. Une telle retenue aurait créé sur ses berges un environnement favorable à la faune et à la flore beaucoup plus important que la zone humide initiale. 

On ne peut non plus accepter le saccage des bassines en Charente-Maritime en novembre 2021 au cours duquel des gendarmes ont été blessés et les bâches d’étanchéité de la bassine lacérées obligeant le remplacement intégral de toute la réserve.

L’irrigation assure, malgré la sécheresse, une régularité de récolte en quantité et en qualité qui permet d’éviter la flambée des prix redoutée par les consommateurs. L’irrigation est donc sans contestation d’intérêt général.

Un peu de pédagogie sur l’eau 

Il est inconvenant et erroné de prétendre que tel ou tel consomme de l’eau. Chacun utilise l’eau pour ses besoins et la rejette dans le milieu naturel, plus ou moins polluée, mais toujours en quantité égale à celle qu’il a temporairement déviée du cycle naturel.

On voit ici la démonstration de la manipulation de la communication sur le sujet.

 

 

L’irrigation est le poste le moins élevé des prélèvements. Ce qui est considéré comme consommation est la quantité prétendue non restituée au milieu naturel ou évaporée. Toute eau retourne au milieu naturel (eaux pluviales ou eaux sanitaires) ou par évaporation. Or il est faux de prétendre que l’eau évaporée n’est pas restituée au milieu naturel, car les pluies sont constituées d’eau qui s’est évaporée (lacs, océans et évapo-transpiration des forêts et des cultures). C’est ainsi que l’on veut rendre l’irrigation responsable de la consommation d’eau, alors qu’elle participe le plus directement au retour de l’eau dans la nature, sans pollution intermédiaire comme l’usage de l’eau potable qui sort des stations d’épuration après avoir abreuvé les citoyens. Il serait d’ailleurs très utile de pouvoir stocker cette eau après dépollution et l’utiliser pour l’irrigation comme c’est déjà le cas dans l’Hérault.

Quand on sait que chaque année en France 5 milliards de m³ d’eau sortent des stations d’épuration qui retournent directement à la mer, cette quantité d’eau permettrait d’irriguer deux millions d’hectares de cultures avec la terre pour filtre comme c’est le cas pour les boues de ces stations d’épuration. Rien que cette eau récupérée temporairement permettrait de doubler les surfaces irriguées avant de rejoindre le cycle naturel. En France, seulement 6 % de 26,325 millions d’hectares cultivés sont irrigués. 

Prévoir, c’est guérir

Quand on voit avec quelle soudaineté et quelle ampleur la guerre en Ukraine a déstabilisé l’approvisionnement en denrées alimentaires et énergétiques de l’économie mondiale, il est nécessaire de réfléchir aux solutions pour lutter contre les effets de la sécheresse, elle-même induite par le réchauffement climatique dont on nous martèle depuis longtemps l’aggravation.

Le réflexe naturel quand il fait chaud est de boire, ou celui d’arroser les fleurs du balcon ou les légumes du potager quand ils fanent.

Il est impératif de mettre en œuvre tous les moyens existants, dont le stockage de l’eau excédentaire hivernale, pour permettre aux agriculteurs de se prémunir contre la sécheresse en irrigant leurs cultures afin de permettre une production alimentaire régulière et de qualité. C’est un intérêt commun et vital pour les Français afin d’assurer une souveraineté alimentaire dans un monde en perpétuelle effervescence sociale et économique, sans compter les risques d’extension de conflits engendrés par des pénuries alimentaires.

 

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Avatar
    jacques lemiere
    16 mai 2022 at 7 h 30 min

    euh…on interdit le glyphosate…parce que..
    vous ne parlez pas à des humanistes mais des environnementalistes..

    • La sécheresse va révéler des carences prévisibles. Et que l’on est déja trois miliards de trop

      -1
      • Avatar
        jacques lemiere
        20 mai 2022 at 7 h 46 min

        la nature a des mécanismes de rétroaction sur les surpopulations..
        le jour du dépassement est définit en décidant arbitrairement que l’environnement ne doit pas changer!!!!
        un écolo à la préhistoire aurait sans doute pu crier surpopulation…

        que les surpopulistes ne fassent pas d’enfants !!!!!!! on accorde ses gestes avec ses paroles!!! sinon on finit en pensant « espace vital » ..

        je vous en prie.. pouvez vous me donner le chiffre de la population « convenable »..

    • ATTENTION ! Ne comptez pas vous debarasseer des ecolos en leur faisant boire du glyphosate, ça les rend encore plus méchant.

  • Va vite falloir songer à l’interconnection des réseaux d’eau… Comme pour l’électricité n’est-ce pas, comme quoi, un monopole d’état peut être parfois utile…. Sans oublier de se debarasser de ces parasites couleur pastèque dans des oubliettes

  • Avatar
    jmarc.boussard@orange.fr
    16 mai 2022 at 10 h 54 min

    Excellent article qui fait le point sur la question ! remarquable, au vu des sottises publiées sur le sujet !
    Un point mériterait une remarque : l’eau, au bon moment au bon endroit, c’est une affaire d’énergie. Stocker l’eau, c’est se donner la possibilité de produire de l’électricité en la turbinant, ou, au moins, d’éviter d’en utiliser en la puisant quelque part… Et bien sûr, c’est de l’énergie « verte », autant que les éoliennes ! Alors, pourquoi s’en passer ?

  • La sécheresse va révéler des carences prévisibles. Et que l’on est déja trois miliards de trop

    -2
  • Très bon papier, bonne explication.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Juste avant le début du conflit en Ukraine, j’avais mis en avant plusieurs raisons montrant que Poutine ne craignait pas l’Europe. La dépendance énergétique et les effets néfastes d’une potentielle guerre énergétique en était une. Nous y sommes désormais.

Les sanctions européennes contre la Russie et les contremesures de cette dernière ont débouché sur un affrontement économique sur l’énergie. Néanmoins, un certain nombre d’éléments montrent que la situation en Europe va être difficile à supporter pour les Européens cet hiver : l’appro... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

Nombreux sont ceux qui ont lu qu'une crise alimentaire était imminente et que la pénurie de céréales suscitait de vives inquiétudes. La principale raison de cette éventuelle crise est l'invasion de l'Ukraine.

Cependant, ce n'est pas tout à fait le cas.

De nombreux pays dans le monde connaissent un important déficit en céréales, qui sont essentielles pour nourrir le bétail. Le principal coupable est l'intervention croissante des États, qui a fait grimper les coûts en flèche même en période de faibles pr... Poursuivre la lecture

union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles