Détruire la nourriture « pour le climat » est une folie

Ce qui se passe en Irlande du Nord fait partie d’un mouvement plus large visant à sevrer l’homme de la viande rouge, en particulier du bœuf, que l’homme consomme à hauteur de 350 millions de tonnes chaque année.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
alkainel - vache-agriculture(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Détruire la nourriture « pour le climat » est une folie

Publié le 13 mai 2022
- A +

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s’est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu’il s’inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l’Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n’était pas un acte de suicide. C’est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l’attention sur la crise climatique. »

L’acte de Bruce n’est qu’un exemple de la peur croissante du changement climatique, une peur qui porte préjudice aux humains de diverses manières, notamment par une montée de ce qu’on appelle « l’anxiété climatique ».

Cette peur se manifeste également par d’autres moyens, notamment dans le domaine des politiques publiques.

De nombreux pays du monde entier mettent en œuvre de manière agressive des plans d’émission zéro carbone destinés à atténuer les effets du réchauffement de la planète.

La « perte » d’un million de moutons et de bovins

Les gens ont tendance à penser que la réduction des émissions passe par la fermeture des centrales au charbon, l’utilisation de véhicules électriques et le recours accru à l’énergie solaire et éolienne, chacune de ces mesures ayant un coût environnemental et économique. Mais ce ne sont pas les seules politiques envisagées.

Les États s’attaquent de plus en plus à une autre source d’émissions : l’alimentation (le bétail en particulier). Les raisons de cette évolution ne sont pas difficiles à trouver.

L’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), qui fait autorité en la matière, note qu’environ un tiers du réchauffement climatique dû aux gaz à effet de serre provient des émissions de méthane d’origine humaine. Alors que le CO2 retient davantage l’attention, l’EPA note que le méthane est en fait un gaz à effet de serre plus puissant, piégeant environ 30 fois plus de chaleur que le CO2 sur un siècle.

Une nouvelle loi en Irlande du Nord fixe un objectif de zéro émission nette d’ici 2050, et la BBC rapporte que la législation comprend une proposition de réduction de 46 % des émissions de méthane.

Étant donné qu’environ un tiers des gaz méthane d’origine humaine provient du bétail, l’Irlande du Nord envisage une réduction considérable du nombre d’animaux d’élevage, en particulier des moutons et des bovins, pour atteindre cet objectif.

The Guardian a récemment rapporté :

« L’Irlande du Nord devra perdre plus d’un million de moutons et de bovins pour atteindre ses nouveaux objectifs légalement contraignants en matière d’émissions climatiques. « 

Plus précisément, selon les estimations de l’Union des agriculteurs d’Ulster, quelque 500 000 bovins et environ 700 000 ovins devraient « être perdus pour que l’Irlande du Nord puisse atteindre les nouveaux objectifs climatiques ».

Les secteurs du porc et de la volaille devront également être réduits pour atteindre les objectifs d’émissions, mais les responsables du climat ont déclaré que ces secteurs sont moins nocifs pour l’environnement que le bétail à viande rouge.

Selon Ewa Kmietowicz, chef de l’équipe chargée de l’atténuation de l’utilisation des terres au Comité du changement climatique :

« Si vous examinez les preuves du cycle de vie des émissions de gaz à effet de serre, les sources de bétail à viande rouge – bœuf, lait, mouton – ont les émissions les plus élevées parce qu’il s’agit de ruminants et qu’ils ont des émissions élevées de méthane. »

Chris Stark, directeur général du CCC, a déclaré au Guardian qu’un passage à l’agriculture arable serait probablement nécessaire pour maintenir les niveaux de production alimentaire.

Qu’ils mangent du bœuf synthétique

Ce qui se passe en Irlande du Nord s’inscrit dans le cadre d’une campagne beaucoup plus vaste visant à sevrer l’homme de la viande rouge, en particulier du bœuf, qu’il consomme à hauteur de 350 millions de tonnes chaque année.

Beaucoup de monde, dont le fondateur de Microsoft Bill Gates, a affirmé que les nations ont la responsabilité d’abandonner le bœuf pour des raisons environnementales.

Dans une interview accordée à la MIT Technology Review l’année dernière, Bill Gates a dit :

« Je pense que tous les pays riches devraient passer au bœuf 100 % synthétique. On peut s’habituer à la différence de goût, et on peut affirmer qu’ils vont le rendre encore meilleur avec le temps. »

Gates n’explique pas vraiment comment cette transition devrait se produire, mais nous commençons à le voir.

S’il ne fait aucun doute que les températures mondiales augmentent – en moyenne une augmentation de 0,14 degré Fahrenheit par décennie depuis 1880 – les gens devraient trouver plus alarmants que la hausse des températures tous les efforts des planificateurs centraux pour freiner le changement climatique.

Ces politiques présentent les caractéristiques des programmes collectivistes ratés du passé, tels que le l’abattage de porcs pendant la gouvernance de Roosevelt : des millions de porcs et de truies ont été abattus alors que les gens souffraient de la faim, tout cela dans le but de maintenir des prix élevés.

Le programme fou de FDR n’était toutefois qu’un jeu d’enfant comparé à celui du président Mao, qui prévoyait de révolutionner le secteur agricole de la Chine avec son Grand Bond en avant.

Les choses ne se sont pas passées comme prévu. La production alimentaire était plus complexe que ce que Mao avait prévu. Via Britannica Online :

L’inefficacité des communes et le détournement à grande échelle de la main-d’œuvre agricole vers la petite industrie ont sérieusement perturbé l’agriculture chinoise, et trois années consécutives de calamités naturelles ont ajouté à ce qui s’est rapidement transformé en un désastre national ; au total, on estime qu’environ 20 millions de personnes sont mortes de faim entre 1959 et 1962.

Vous avez compris ? Vingt millions de personnes sont mortes sous l’effort collectiviste de Mao.

Ce n’était pas non plus la première famine artificielle créée par les socialistes. En 1932 et 1933, des millions d’Ukrainiens sont morts d’une famine provoquée par l’Union soviétique.

Selon l’historien Andrea Graziosi, professeur à l’université de Naples :

« Dans le cas de l’Holodomor, il s’agit du premier génocide qui a été méthodiquement planifié et perpétré en privant de leur nourriture (pour la survie) ceux-là même qui étaient des producteurs de nourriture. »

Graziosi note que le génocide n’était pas seulement tragique mais aussi ironique, car il a eu lieu dans une région reconnue mondialement comme étant le grenier de l’Europe.

Ces témoignages nous rappellent une réalité sombre et inquiétante mise en lumière par l’économiste Thomas Sowell :

« Bon nombre des plus grands désastres de notre époque ont été créés par des experts. »

Dans son discours d’acceptation du prix Nobel, l’économiste F.A. Hayek a expliqué que ces catastrophes découlent du manque d’humilité des planificateurs centraux quant aux connaissances (ou au manque de connaissances) qu’ils possèdent dans leur « effort fatal pour contrôler la société ».

Par-dessus tout, selon Hayek, le rôle de l’économie est de tempérer ces grands projets. Dans The Fatal Conceit il observe :

« La tâche curieuse de l’économie est de démontrer aux humains combien ils en savent peu sur ce qu’ils s’imaginent pouvoir concevoir. »

Tenter d’enrayer le changement climatique en détruisant les réserves alimentaires peut ne pas sembler aussi fou que de s’immoler par le feu devant la Cour suprême pour protester contre l’absence d’action gouvernementale en matière de changement climatique.

Mais elle pourrait se révéler encore plus mortelle.

 

Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • Il faut se rendre compte que vouloir le pouvoir (par élection ou autre), c’est vouloir le contrôle sur les autres et qu’il est dans l’ADN de ces gens d’étendre leur contrôle dans un maximum de domaine. Les dirigeants libéraux, je n’en connais pas

  • Avatar
    jacques lemiere
    13 mai 2022 at 7 h 28 min

    Au moins moins manger de viande est possible , j’ai plus de mal à envisager 100% renouvelable en électricité ou autre..

    Et de toutes façons, la consommation de viande est EN GENERAL un signe de prospérité, si on augmente le prix de l’énergie, les gens ne pourront plus s’offrir de viande ou moins..pas besoin d’imposer …
    La vraie question est de savoir comment ils vont imposer une augmentation du prix de l’énergie sensiblement plus grande que celle qui serait liée au libre marché..
    Je suis désolé mais on ne peut pas vouloir le pouvoir d’acaht et une énergie plus chère.. la mise en place de politiques « climatiques ».. se heurte toujours à la résistance du peuple à l’appauvrissement…

    Même les bourgeois verts veulent qu’on leur donne du pognon pour acheter la voiture électrique…ou aller au boulot en vélo…

    Et le discours vert quand il est attaqué la dessus en revient toujours à expliquer aux pauvres que EUX seront beneficiaries.. les riches paieront.. sauf que…

    On va le répéter , toute politique de réduction des missions de CO2 globale est une politique d’appauvrissement. globale. donc absolument inacceptable pour les pays pauvres..et difficile à faire passer pour les pauvres des pays riches..

    donc une politique climatique est une politique d’apapuvrissement double pour les pays riches, diminution+ transfert vers les pays pauvres…

    Certes on devine que ça fait la joie des politiques et surtout des instances internationales qui gèrent les transferts..

    mais c’est intenable politiquement…

    Et le supposé modèle européen c’est l’energiewende allemande …

    mais si on regarde ce qui est supposé « compter3 les emissions par personne, ou si on regarde les émissions par personne par unité de richesse produite..

    https://www.gapminder.org/tools/#$model$markers$bubble$encoding$y$data$concept=co2_emissions_tonnes_per_person&space@=country&=time;;&scale$domain:null&zoomed:null&type=linear;;&x$data$concept=time&space@=time;;&scale$domain:null&zoomed:null&type:null;;&frame$value=2018;&trail$data$filter$markers$fra=1802&deu=1800;;;;;;;;&chart-type=bubbles&url=v1

    https://www.gapminder.org/tools/#$model$markers$bubble$encoding$y$data$concept=co2_intensity_of_economic_output_kg_co2_per_2011_ppp_of_gdp&space@=country&=time;;&scale$domain:null&zoomed:null&type=log;;&x$data$concept=time&space@=time;;&scale$domain:null&zoomed:null&type:null;;&frame$value=2018;&trail$data$filter$markers$fra=1990&deu=1990;;;;;;;;&chart-type=bubbles&url=v1

    On se demande..

  • Bel article mais faux sur le fait que les
    Températures augmentent. D’après la NASA la température actuelle est égale à la
    Moyenne des 30 dernières années…. Donc pas de réchauffement !

    • oui vous avez raison et pas seulement la NASA, aussi des chercheurs astrophysiciens:
      Valentina Zharkova est titulaire d’un Ph.D. en astrophysique et professeure de mathématiques à l’Université de Northumbria (Royaume Uni). Elle a développé avec son équipe de l’Université de Northumbriaun un modèle reproduisant avec précision l’activité cyclique du soleil. Ces travaux qui ont fait l’objet en octobre 2015 d’une publication dans la revue Nature font débat depuis cette date.
      https:/ /www.climato-realistes.fr/un-grand-minimum-solaire-attendu-pour-la-periode-2020-2053-conduira-a-un-refroidissement-terrestre/

      • Je connais l’existence de cette théorie de l’arrivée d’une période de froid dû à l’activité solaire…..avec en plus l’énergie chère, on va bien le sentir.
        Et je dois dire que cela me tarde, en effet, je vais avoir 20 ans devant moi pendant lesquelles, dès qu’un uberlu me défendra une théorie foireuse, je pourrais sortir :  » et le réchauffement ? On en est où ? »
        Ça devrait en calmer quelques uns.

  • « La « perte » d’un million de moutons et de bovins ». Un moment j’ai cru qu’on parlait d’électeurs… Bon, en Irlande du Nord, ils ont d’autres soucis, notamment les unionistes, en effet, il se pourrait que l’Irlande du Nord disparaisse…

  • « Vous avez compris ? Vingt millions de personnes sont mortes sous l’effort collectiviste de Mao. »
    … en 3 ans.
    D’après l’EdNat, la solution réside dans la consommation d’insectes. A ce que je sache, les pays où on consomme des insectes ne font partie des pays où on ne subissant pas la sous-alimentation. En général, on mange des insectes quand on a rien à manger, ou qu’on est en état de survie.
    Manger est un besoin primaire ; s’attaquer à la nourriture c’est vouloir voir des morts par million. Cela ne me surprend pas vu que ces spécimens pensent aussi qu’il y a trop d’humains sur la planète et que le nombre acceptable ne devrait pas dépasser le milliard.

    • C’est assez bien pensé il faut le dire : « si le co2 humain est le problème, alors l’humain doit être bridé, contrôlé, domestiqué dans chacune de ces activités ».
      Puis on admet sans aucune difficulté que le CO2 humain est le problème , donc c’est bon.
      J’ai perdu des gens que je pensais être des amis pour la vie quand ils ont commencé à croire réellement à leurs délires liberticides et à évoquer tranquillement entre la poire et le fromage la réduction de la population mondiale. Des gens biens, des cadres ou professions libérales, pas des punks à chien hein, ceux là je peux encore leur parler, c’est dire.
      Bon après je ne généralise pas, ni le punk à chien qui est assez ennuyeux en général mais il ne me fait pas peur, ni les cadres car il ne faudrait pas me faire dire ce que que je ne dis pas. J’ai même des amis profs. ( et c’est pas facile tous les jours, mais les pastèques je les fuis ou je deviens vraiment agressif, le choix se pose comme ça, désolé, mais ils me mettent en rogne donc je fuis )

  • Pour le « grand bond en avant » de Mao, les vingt millions sont maintenant le chiffre officiel reconnu par la Chine, la réalité étant probablement à plus de quarante millions – mais, quand on aime ( le socialisme )), on ne compte pas

  • Concernant l’holodomor ce n’est pas la planification qui en est l’origine. C’est la volonté de Staline de supprimer toute forme de résistance au pouvoir communiste. Cela a d’ailleurs commencé par la destruction de la classe des koulaks partout dans l’Union. C’est donc le jusqu’au boutisme Stalinien le grand responsable de tous ces terribles maux !

    • Disons que pour une fois les planificateurs ont réalisé leur plan. Cela arrive quand il est question de destruction plutôt que de création.

    • « Nous aimons à appeler koulak tout paysan qui a assez à manger pour vivre ». Les quotats de Staline ont été explosés (pour les exécutions, pas les récoltes..), il y en avait tellement qu’il fallait les tuer sur place, pas le temps de les envoyer au goulag.
      C’est aussi la planification, car Staline voulait vendre du blé contre des machines. Voyant que les quotats de blé n’étaient pas atteints, il en a déduit que les paysans volaient la nourriture. Ah, ces salauds de paysans, ils cachent la nourriture en la mangeant!

      • Il me semble que c’était des quotas de prélèvements et non de production, ce qui explique sa colère contre la résistance des paysans.
        J’ai toujours pensé que ce qui animait les mégas tyrans ce n’est pas une idéologie en soi, mais ce en quoi elle leur permet d’exprimer une soif de pouvoir pathologique. La seule et unique planification d’un staline était de supprimer toute opposition ou résistance aussi minime soit-elle.

        • Bon j’ai bien bien compris que vous pourriez trouver des vertus à la planification ( pourquoi pas ? ) sans pour autant vous faire le procès d’aimer Staline qui n’a jamais appliqué la planification de l’économie et la collectivisation des moyens de production, hein lol, ce ne devait pas être du vrai communisme.
          🙂

          • @indivisible

          • Ben faudrait surtout voir ce qui nuit le plus la planification ou le fou derrière la planification. Ensuite je ne dis pas que la planification c’est bien au contraire si elle est conduite par une idéologie. Mais on a bien planifié de marcher sur la Lune. Avec réussite ! Devait-on le faire ? Hein l’histoirte a son propre moteur .

            • Bah c’est parce que je parle de planification économique et non pas de planification de projets industriels, scientifique ou ayant tout simplement pour but la connaissance, la curiosité ou le fun entre agents consentants et libres de participer ou pas si ils le souhaitent à ce purée de projet.
              C’est différend que de fixer le nombre de chaussures droites ou de quintaux de blé à produire par tête de pipe ( ou le nombre d’heure ou d’année à travailler par exemple )
              La planification est possible lorsque tous les éléments sont connaissables. Qui connaît les goûts et les couleurs de tous les autrui ? Les dictateurs échouent là où la liberté réussi.
              Mais indivisible, je ne vous accuse pas de dérive socialiste, vraiment.

          • L’erreur fréquente est de penser que les libertés économiques sont distinctes des libertés individuelles. Si vous ne me croyez pas, méditez le sujet.
            Lorsqu’on atteint à la liberté de faire des échanges libres entre personnes consentantes on s’en prend à l’homme.
            Mais bon je suis radical parait il.
            (Aero vous aime, bon et beau week-end end à tous )

            • Sommes-nous vraiment si différents ? Je ne pense pas. Le but de Staline était de rivaliser avec l’occident, voire de le surpasser, sans lui ressembler et cela quoiqu’il en coûte. Il en a fait une affaire personnelle avec son égo démesuré, c’était un fou ! C’est mon avis, contrairement à Lenine, Staline n’en avait rien à foutre du communisme en lui-même. Et la planification était un bon moyen de contrôle pour un pouvoir absolu tyrannique !
              Je me trompe peut être mais au delà de cet aspect je suis complètement d’accord avec vous Aero ! Bon WE !

              • Oui on est d’accord 🙂

                • Oui je vous fais un procès que je pressentais mauvais depuis le début de cette conversation. Staline n’avait rien à ficher du communisme, je comprends cette formulation, mais j’ai de grosses difficultés à ne pas mettre les crimes de Staline sur le compte du communisme. Mon côté réac anti-communisme primaire 🙂. En même temps je n’ai aucune difficulté à ne pas mettre sur le compte du libéralisme les crimes de Pinochet, c’est du même ordre je crois.

                  • Eh oui qu’est ce qu’on peut chipoter parfois ! 😉

                  • @Aérosollid
                    Bonsoir,
                    « je n’ai aucune difficulté à ne pas mettre sur le compte du libéralisme les crimes de Pinochet »
                    Puisque vous mettez le doigt dessus, je ne vois pas en quoi Pinochet était libéral ni quels crimes libéraux il a commis… si vous aviez des exemples. Le libéralisme étant le respect et le maintien des droits fondamentaux/libertés individuelles, je me pose la question de savoir quels crimes concrets il a commis en lien avec le libéralisme. Parce que là je vois pas.

          • Avatar
            jacques lemiere
            15 mai 2022 at 7 h 41 min

            la planification a des vertus..quand elle est librement consentie..

  • On prend, une fois de plus, le problème à l’envers…Depuis que la terre existe, les variations climatiques sont permanentes, de périodes chaudes à glaciations. L’homme est bien présomptueux s’il pense pouvoir y changer quelque chose, sinon « à la marge ». On ferait mieux d’étudier comment s’adapter à ces changements !

  • d’autant plus stupide pour le méthane que sa bande d’absorption est déjà saturée par la vapeur d’eau et ou le CO2 donc que ses émissions n’on aucun effet sur la température terrestre. En outre le méthane n’est pas stable dans l’atmosphère et se transforme rapidement en CO2 et en H2O. les « experts » cités dans cet alarmisme devraient retourner sur les bancs de l’école

  • Objectivement ce brave photographe militant est allé au bout de ces convictions…
    J’invite d’ailleurs tous ceux estimants que nous sommes trop nombreux sur cette planète à ( expression à la mode ) prendre leurs responsabilités.
    Et put*** que l’on nous laisse vivre!!
    Quelle est encore cette horreur à vouloir empêcher les gens de vivre. Surtout que l’on sait maintenant que chaque planification d’envergure est voué à l’échec hormis peut-être en Corée du Nord, qui est la définition même d’un échec.
    A quand les tickets de rationnement en viandes ?
    Le pass vert ?

    • Pour très bientôt je crois. Grande campagne de culpabilisation des mangeurs de viande, réduction des portions autorisées à la vente, taxes incitatives et subventions pour les lentilles et les pois chiches. Un esclave ne mange pas de viande, il risquerait d’être fort, et lucide. La viande est l’aliment de ceux qui se veulent maîtres de ce nouvel ordre mondial.

  • Pour info, si on arrête le boeuf on arrête aussi la vache et le veau, donc on arrête le lait. Les substituts (lait d’amande, de soja ou d’avoine) sont produits en quantité largement insuffisante et hors de prix. Donc arrêter la viande rouge implique le retour à l’allaitement maternel obligatoire des enfants jusqu’à deux ans. Ou alors le retour du métier de nourrice. Les féministes apprécieront.

  • et je rajouterais que (presque) toujours dans l’histoire,quand l’homme a eu faim et froid, il a fait la guerre…..
    Quand c’est à cause d’un phénomène climatique (comme la mini ère glacière du 17ème) et que les récoltes étaient mauvaises combiné à un maintien des taxes, cela provoque la révolution française.
    Mais quand les deux phénomènes (faim et froid) sont politiques, je laisse présager le pire !!!
    A bon entendeur.

    • « Et lorsque que l’homme a chaud, qu’il est bien rassasié et modérément alcoolisé, il va faire une sieste à la fraîche. »
      Je suis d’accord, j’y vais.

  • Voilà un article d’un autre âge ! complètement dépassé et où tout est mélangé !
    Quel rapport entre réduire la consommation de viande et la famine en Chine ? Bien sûr aucun !
    Cela ne fait que marquer l’ignorance de son auteur : Mao a volontairement affamé les campagnes chinoises et provoquer la mort de millions de personnes, à des seules fins d’installer sa dictature.
    Réduire la cosommation de viande est une évidence et une obligation. Ce fait est connu depuis plus de 50 ans. Apparemment notre auteur n’a pas suivi le débat …
    Pour ma part, j’ai une formation agricole et agronome (il y a 50 ans elle était basée sur l’élevage intensif).
    L’élevage aujourd’hui, se présente avant tout comme une industrie, au même titre que l’industrie automobile, navale , ou autre. Or les animaux ne sont pas des « objets ». NOUS sommes aussi des animaux : l’être humain l’oublie trop vite !
    Nous savons aussi qu’il faut 10 fois plus de quantité de céréales et végétaux pour nourrir un individu avec de la viande que pour nourrir un individu végétarien.
    C’est pire pour la consommation d’eau ! La production d’eau nécessite énormément d’eau, surtout pour la viande rouge, or l’eau devient un enjeu planétaire. Ce n’est pas pour rien que les pays africains consomment beaucoup de poulet et de moutons : ces deux espèces ont des besoins faibles en eau.
    Sans compter l’énergie nécessaire à produire de viande : productions végétales, transformation de la nourriture animale, abattage, transports (internationnaux …) transformation de la viande,… etc …
    Le comparatif entre alimentation carnée et alimentation végétale est imparable. Chiffres à l’appui.
    La consommation de viande des riches est une des causes de la faim dans le monde .
    Notre auteur a bien besion de s’informer et de se former aux réalités économiques, environnementales et humaines.

    -3
    • @OCTAVO
      Bonsoir,
      « La consommation de viande des riches est une des causes de la faim dans le monde. »
      N’importe quoi !
      Ne savez vous pas qu’il y a moins de 10% des habitants de la planète qui sont en état de pauvreté avancée ? Que ce taux était de 60% dans les années 50 et qu’il représentait plus de 2,5 milliards de personnes (contre 800 millions de nos jours) ? Que plus de 90% des Terriens ont accès à l’eau potable ?
      Les populations qui ont faim sont affamées par leurs gouvernements. Ça fut le cas plusieurs fois en URSS, ou en Chine, au siècle dernier, et c’est qui nous pend au nez avec les mesures tordues qui sont prises par les gouvernements tel que celui d’Irlande du Nord. Les gouvernements moisis ne laissent pas leurs populations manger à leur faim ni même produire suffisamment de nourriture (comme au Brésil).
      Ne savez-vous pas qu’en Inde où les vaches sont sacrées et où niveau alimentaire on est loin de la suffisance, les vaches sacrées sont vendues à l’étranger pour y être abattues, transformées pour ensuite être consommées ?
      Combien de personnes nourrissez-vous avec 1kg de salade vs combien avec 1kg de bœuf ? Personnellement, je vous laisse la salade et je prends le bœuf. Les végétariens que je connais ne travaillent pas dans des métiers physiques, ils sont derrière un écran, un bureau. Vu les plans des décroissants, je vois mal des végétariens trimer dans les champs (sans machines évidemment, puisqu’elles polluent et prennent le travail des hommes et des femmes ne serait-ce que pour subvenir à leurs propres besoins et encore moins à ceux d’une communauté.

  • Rien à ajouter car tout est clairement exposé. La planification écologique est une hérésie mortifère.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand on est jeune étudiant d'Agrotech Paris, filière de formation pour ingénieur dans l'agriculture et l'agroalimentaire, il n'est pas toujours simple de faire le buzz. Reconnaissons cependant une belle réussite à l'exercice mené par un petit groupe d'entre eux pour exprimer leurs soucis.

C'est une vidéo qui a largement fait parler d'elle ; c'est normal, elle a tous les bons ingrédients de la recette pratique pour une viralité d'actualité : tombée à un moment plutôt creux sur le plan politique (la campagne électorale n'intéresse perso... Poursuivre la lecture

Gimmick électoral, surenchère écolo-vertueuse pour attirer les électeurs de la France insoumise au second tour de l’élection présidentielle et faire barrage à Jean-Luc Mélenchon qui ambitionne de devenir Premier ministre de cohabitation à l’issue des législatives de juin ? À l’évidence. Après tout, c’est dans l’entre-deux tours et à Marseille, terre assez nettement mélenchonienne, qu’Emmanuel Macron a soudain repris le concept de « planification écologique » porté par le leader insoumis.

Et puis c’est tout à fait dans le style beaux di... Poursuivre la lecture

La France vise la neutralité carbone en 2050 afin de lutter contre le réchauffement climatique. La certitude que l’on peut avoir est que l’exploitation des énergies fossiles qui a permis la croissance des moyens de production alimentaire et du confort de vie ne pourra perdurer que dans la limite de l’existence de ces ressources.

D’après l’ADEME, 47 % de l’énergie produite est consommée par les ménages à des fins domestiques (éclairage, chauffage, cuisine, hygiène) mais la majeure partie est constituée par le chauffage et le cas échéant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles