États-Unis : haro sur la liberté d’expression au nom de la « désinformation » !

Démocrates et républicains érodent chaque jour davantage les principes de la liberté d’expression, jadis sanctuarisée aux États-Unis.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis : haro sur la liberté d’expression au nom de la « désinformation » !

Publié le 3 mai 2022
- A +

N’en déplaise aux révisionnistes, les États-Unis ont été fondés sur une promesse de liberté et de gouvernement limité. Au fil des années, de nombreux amendements à leur Constitution ont généralement respecté le premier point.

Malheureusement, le second point, surtout au niveau fédéral, est un échec total. Washington ne cesse de prendre de l’expansion, et sa proximité avec le totalitarisme s’affiche maintenant au grand jour.

En effet, voilà maintenant que l’administration Biden vient de créer un Bureau de lutte contre la désinformation. Sous l’égide du tentaculaire Département de la sécurité intérieure (Homeland Security), il vise à combattre les fausses informations à propos du virus de 2020 et l’interférence russe dans les élections.

Non, ce n’est pas un poisson d’avril qui arrive un mois plus tard. Pour ajouter l’insulte à l’injure, la directrice dudit bureau, qui se prend pour Mary Poppins, est une négationniste de l’infâme histoire de l’ordinateur portable de Hunter Biden, qu’elle a qualifié d’histoire fantaisiste.

Des mauvais perdants ?

Ce dernier développement survient – un hasard ? – dans la foulée de la prise totale de contrôle de Twitter par l’excentrique Elon Musk. Bien qu’il doive une grande partie de sa fortune au gouvernement, Musk en est très critique et en voit les nombreux excès. Il a déménagé avec grand fracas de la Californie pour le Texas.

Musk s’affiche également comme un grand défenseur de la liberté d’expression. Depuis sa nouvelle acquisition, il rappelle à quel point un biais évident, notamment pour défendre Hunter Biden, était nuisible pour les débats publics. Il espère maintenant « imposer » une meilleure transparence des algorithmes afin d’avoir une plateforme d’échange plus neutre.

Il n’en fallait pas moins pour qu’on lui tombe dessus à bras raccourcis. Partout dans les médias, on s’époumone à dire que sa défense de la liberté d’expression n’est qu’un paravent pour défendre le racisme, voire le rêve d’un retour à l’apartheid. C’est même un danger contre la démocratie et les personnes marginalisées !

Comble du comble : on se plaint, sans la moindre dose de conscience de soi, que Musk pourrait réduire l’influence de certains politiciens.

Parlant de politiciens, les démocrates ne sont pas en reste. Un sénateur dénonce la prise de contrôle des milliardaires des médias sociaux et promeut une « justice algorithmique ». Hillary Clinton, maitresse de la désinformation depuis 2016, soutient les efforts pour une loi luttant contre la désinformation.

L’ancien président Barack Obama, qui n’était pas un défenseur de la liberté d’expression, a hypocritement dénoncé ses opposants politiques dans un récent discours, négligeant le fait qu’il a gagné le titre peu enviable du mensonge de l’année en 2013.

Une attitude revancharde

Dans tout ce cirque, les républicains se sont présentés en défenseurs de la liberté d’expression en saluant l’achat d’Elon Musk. On tente déjà de couper le financement au « ministère de la Vérité » avant qu’il ne gagne en importance.

Mais ne vous laissez pas berner, le GOP et les conservateurs ne sont pas défenseurs de la liberté d’expression. Rappelez-vous l’opprobre subi par le trio country Dixie Chicks quand il a osé faire part de sa « honte » d’être texan comme George W Bush, ou des relents puritains qui ont surgi plusieurs fois dans l’histoire.

Le gouverneur de la Floride, pressenti par plusieurs comme candidat potentiel à la présidentielle en 2024, a récemment rappelé ce fait. Il a approuvé une loi supprimant le statut spécial dont jouissait Walt Disney depuis 1967.

Oh, le problème n’est pas la fin de ce privilège. Tout libéral qui se respecte s’oppose à ce que quiconque jouisse d’un privilège au détriment des autres. Les largesses de la Floride envers Disney sont un exemple pourri de corporatisme, où un territoire était dépourvu de presque toute supervision publique. Même De Santis a nourri ce corporatisme en 2021 avec une exclusion à peine voilée de Disney de sa loi anti « censure » contre les médias sociaux.

Le problème est plutôt le contexte du retrait de ce privilège spécial. Disney a montré son opposition envers la mal nommée loi « Ne dites pas gay », ce qui n’a pas plu aux républicains de la Floride. Des vidéos de la compagnie ont aussi fait surface, suggérant que certains sont en faveur « d’injecter » leur idéologie dans leurs produits – les messages à Disney World sont maintenant libres de toute référence au sexe.

Que ce dernier point soit vrai ou non est sans aucune importance. Disney est une compagnie privée, et qu’elle décide de montrer des couples de même sexe est son affaire. Si les parents ne sont pas contents, ils cesseront de consommer leurs produits. Si les politiciens commencent à s’en mêler, on ouvre la porte à un revanche envers des mal-aimés qui parlent trop fort ou montrent une opposition impopulaire.

En effet, Elon Musk n’a jamais caché son dédain contre l’agence de réglementation des marchés financiers, qui lui colle constamment aux fesses. Son achat de Twitter semble l’exposer à encore plus de problèmes…

Bref, la dérive des États-Unis de ses principes fondateurs se confirme une fois de plus. Les deux principaux partis, chacun à leur manière, montrent que l’opposition n’y est plus tolérée et que tous les moyens nécessaires seront pris pour y « remédier. »

Et les démocrates joueront respectivement les vierges offensées quand la main de fer du gouvernement les étouffera. En effet, est-ce qu’ils seront aussi enthousiastes quand les Républicains nommeront un sympathisant au ministère de la Vérité ? Est-ce que les républicains applaudiront quand un gouverneur récompensera les mouchards anti-armes à feu selon le modèle anti-avortement du Texas ?

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Avatar
    jacques lemiere
    3 mai 2022 at 6 h 11 min

    L’absence de réaction des intellectuels des savants et des journalistes est stupéfiantes, quand ce n’est pas un soutien, est pathétique…

    La démocratie est une tyrannie comme une autre.. ce qui fait l’occident différent, c’est la liberté individuelle.. avec la liberté d’expression qui permet de se défendre, de critiquer le pouvoir..

    Pas de science moderne sans liberté d’expressionnon plus au passage..

  • L’histoire de la loi anti gay est un gros complot des démocrates et l’histoire de Disney est un juste retour de règles égalitaires ; l’auteur ne semble pas trop forcer sur ce sujet.
    Les conservateurs sont beaucoup plus proches des principes fondamentaux des US que les démocrates, c’est prouvé chaque jour.
    On peut être relativement confiant que des comptes démocrates ne seront pas supprimés de Twitter s’ils s’opposent au discours conservateur… contrairement à ce qui est pratiqué depuis plusieurs années par les démocrates.
    Le ministère de la vérité est une belle fumisterie, une dernière attaque des démocrates avant la déconfiture aux élections prochaines.

    • Déconfiture aux élection qui sera peut-être soudain reversée pendant le décompte nocturne des votes dans les zones clés mais qu’on ne pourra pas contester sous peine d’être un « fake news-er »… y compris ici assez étrangement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles