Les liaisons funestes de l’Église orthodoxe et de l’État russe

Pour pénétrer la politique russe, il faut aussi se référer à la religion orthodoxe qui lie le cœur de la nation russe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Procession orthodoxe à Jérusalem en 2011 (Crédits : Beautiful Faces of Palestine, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les liaisons funestes de l’Église orthodoxe et de l’État russe

Publié le 24 avril 2022
- A +

Un article de l’IREF Europe

Pour comprendre la guerre d’Ukraine, il faut prendre en compte les différences de mentalité. Les Russes ne raisonnent pas comme les Occidentaux. Après avoir abattu le communisme soviétique, une frange de jeunes Russes impatients ont cherché à prendre leur revanche sur le monde en s’enrichissant au-delà de l’outrecuidance.

Mais depuis que ces Slaves orientaux ont construit et étendu leur nation, ils l’ont fait avec le dédain du peuple et une certaine propension à l’arrogance et à la violence.

Les Russes ne comptent pas leurs morts

Pour Giulano da Empoli  :

« On n’échappe pas à son destin,et celui des Russes est d’être gouverné par les descendants d’Ivan le Terrible ». (Le mage du Kremlin, Nrf, 2022)

Pour les Russes, la sphère du pouvoir prévaut toujours sur celle des affaires privées. Ils ont une vision holistique et autocratique du pouvoir, une maladie commune semble-t-il à beaucoup de terres incommensurables et à de nombreux peuples vivant aux bords des très grands fleuves qu’il fallait dompter. Ils sont à ces différents titres encore très éloignés de la nouvelle civilisation occidentale qui défend la démocratie mais voudrait faire la guerre sans avoir de morts. Les Russes ne comptent pas leurs morts.

Pour pénétrer la politique russe, il faut aussi se référer à la religion orthodoxe qui lie le cœur de la nation russe. À l’inverse de l’Église catholique romaine soumise à l’autorité papale, les Eglises orthodoxes se revendiquent comme autonomes sur les territoires où elles vivent. Certes, l’Église orthodoxe prétend ne former qu’un seul corps dont le chef serait le Christ, mais autour des patriarcats, dont les principaux sont ceux de Constantinople et de Moscou, il existe des Églises autocéphales et des Églises autonomes, notamment en Ukraine. Ces Églises orthodoxes ont conservé l’esprit dans lequel elles étaient nées sous l’Empire romain ou sur ses cendres.

Certes, l’empereur Constantin (272-337) se montra tolérant à l’égard du christianisme sans vouloir en faire une religion d’État. Mais ses fils revendiquèrent la direction de l’Église et, contre l’avis de nombreux évêques, en firent un instrument de pouvoir. Après la chute de Rome, en 476, l’Empire poursuivit sa vie pendant encore un millénaire en Orient depuis Constantinople dans l’union étroite du sceptre et du goupillon. En Occident, dans les restes éparpillés de l’Empire, l’Église de Rome ne cessa jamais de résister à l’emprise du pouvoir temporel pour parvenir à s’en dégager au XIe siècle par la force du pape Grégoire VII obligeant, à Canossa, l’empereur à respecter ses prérogatives.

Les événements pourraient pousser les Russes à comprendre l’intérêt, voire l’urgence, de séparer plus définitivement l’Église et l’État

Cette séparation de l’Église et de l’État fut une grande victoire de la liberté en évitant la confusion des pouvoirs qui incline toujours au despotisme. Comme je l’ai écrit dans mon dernier ouvrage (Civilisation et libre arbitre), elle a sans doute permis à l’idée de laïcité, étrangère aux mondes antiques, de naître et de se glisser subrepticement dans l’Histoire. En dissociant la justice de Dieu de celle de César, la réforme grégorienne laissait sa place à la transcendance et à la résistance, mais aussi à la politique malgré la religion ou à la religion au-delà de la politique ; elle favorisait l’équilibre des ambitions et la tempérance. Elle évitait que l’autorité soit monolithique, elle érigeait chaque pouvoir en protecteur des individus contre les risques d’usurpation de l’autre, elle permettait qu’en droit, il y ait des forces de critique réciproque pour équilibrer la société et lui éviter de tendre aux extrêmes.

Mais cette garantie institutionnelle n’était acquise qu’en Occident tandis que l’empire d’Orient continuait la tradition romaine qui explique sans doute encore la proximité de l’Église orthodoxe et des princes de ce monde, quels qu’ils soient, notamment les complaisances que l’orthodoxie eut parfois avec le pouvoir soviétique et aujourd’hui la connivence avec Poutine du patriarche Cyrille reprenant les arguments du Kremlin pour soutenir que le conflit ukrainien était « un élément de la stratégie géopolitique à grande échelle visant, avant tout, à affaiblir la Russie ».

La guerre d’Ukraine illustre ainsi l’antinomie des deux catholicismes dans leur rapport au pouvoir. Mais elle fera peut-être évoluer les conceptions de l’orthodoxie au sein de laquelle des voix s’élèvent en Russie même contre le patriarche. Ainsi, cette lettre ouverte, début mars, signée par plus de 350 prêtres russes orthodoxes pour demander « la fin de la guerre fratricide » et un « processus de réconciliation ». Ainsi également la révolte contre le patriarche de Moscou de nombreux orthodoxes ukrainiens qui travaillent à la défense ardente de leur pays.

Les événements pourraient alors pousser les Russes et plus généralement les Slaves, souvent orthodoxes, à comprendre l’intérêt, voire l’urgence, de séparer plus définitivement l’Église et l’État. Ce serait un pas de géant vers l’idée que le pouvoir politique lui-même doit être divisé pour s’empêcher d’être despotique, vers l’État de droit et un recentrage de leur mentalité au profit de l’Occident.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Que connaît-il à la Russie ce « brave » avocat? Rien, visiblement rien?

    • @petilu

      J’ignore quel est le degré de connaissance de la Russie (Histoire, civilisation, langue, etc.) de M. Delsol.
      En tout cas, pour autant qu’on puisse en juger sur la base d’une solide culture générale en Histoire et en géopolitique mais sans être spécialiste de la Russie, son article rappelle de manière argumentée des éléments pertinents, que l’on soit d’accord on non avec les conclusions qu’il en tire.
      Surtout, le ton méprisant (« ce « brave » avocat ») que vous vous permettez d’adopter constitue une agression gratuite, d’autant plus que :
      – de votre côté, vous n’indiquez pas si vous êtes un spécialiste de ces questions ;
      – surtout, vous n’apportez ni information ni argument montrant que telle ou telle assertion contenue dans cet article est erronée.
      Bref, vous crachez votre bile sans contribuer au débat sur une question qui le mérite particulièrement, vue sa complexité. Cela revient, en quelques mots, non seulement à agresser gratuitement l’auteur de l’article mais encore à mépriser les lecteurs, apparemment indignes de bénéficier de vos « lumières ».
      Un forum digne de ce nom sert à confronter les idées, y compris en exprimant des désaccords et non à faire le malin avec une remarque aussi petite sur la forme que sur le fond. En ce sens, le pseudonyme « petilu » vous va bien.
      Lu et réprouvé.

      -1
  • Avatar
    franc.clemente@gmail.com
    24 avril 2022 at 19 h 14 min

    Je suis en accord avec M Delsol ! Ces articles sont le point de depart de discussions sur des sujets d’actualité. Toutefois, cet article n’évoque pas le point de vue des Chrétiens Orthodoxes russes (et aussi des Catholiques ) sur les principes de moralité auxquels ils se rattachent. C’est pourquoi il ne me paraît pas étonnant que les orthodoxes russes soutiennent Poutine . L’Occident est en train d’introduire certains principes que l’Eglise Othodoxe russe n’accepte pas. Contrairement à l’Ukraine, où le LGBT s’introduit petit à petit.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les décisions de la Finlande et de la Suède de solliciter leur adhésion à l'OTAN constituent une victoire majeure pour l'alliance militaire, mais une victoire bien plus douteuse pour ces deux pays. L'OTAN a grandement besoin d'un succès en ce moment, car ni la guerre économique contre la Russie ni le conflit en Ukraine ne semblent aller dans le sens de l'Occident. Reste à savoir si l'ajout officiel de deux autres pays nordiques constituerait un réel avantage militaire pour l'OTAN, mais au moins ce serait une victoire claire en termes de relat... Poursuivre la lecture

histoire laïcité
2
Sauvegarder cet article

La question de la religion fait une nouvelle fois surface suite à la délibération votée et adoptée à la mairie de Grenoble à l’initiative du maire Éric Piolle et de l’association Alliance citoyenne, d’autoriser le burkini dans les piscines municipales.

Face à cette délibération, à la fois électoraliste et communautariste, le préfet de l’Isère a introduit un référé-liberté, nouvelle procédure d’urgence créée suite à la « loi contre le séparatisme », devant le juge administratif pour obtenir l’annulation de cette délibération.

Si ... Poursuivre la lecture

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles