Entre le Rassemblement national et la Russie, une longue lune de miel

Retour sur les liens entre le Rassemblement national et la Russie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vladimir Poutine (Crédits World Economic Forum, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Entre le Rassemblement national et la Russie, une longue lune de miel

Publié le 22 avril 2022
- A +

Par Marlene Laruelle.

À quelques jours du second tour des élections présidentielles françaises, Marine Le Pen a explicité son programme de politique étrangère : limiter le soutien militaire à l’Ukraine et ne pas voter de nouvelles sanctions contre la Russie, quitter le commandement intégré de l’OTAN, et dès que la paix est possible entre Moscou et Kiev, relancer un « rapprochement stratégique entre l’OTAN et la Russie ».

Avec la guerre en Ukraine, Marine Le Pen a dû adoucir son discours pro-russe afin de rester en ligne avec l’opinion publique, mais elle n’en continue pas moins à proposer une politique étrangère qui dénote avec une large part du paysage politique français et européen.

Une relation avec la Russie établie du temps de Jean-Marie Le Pen

Cette fidélité à la Russie s’explique par de multiples raisons.

Les liens du Front national (FN)–Rassemblement national (RN) avec la Russie sont anciens : dès les années 1960, Jean-Marie Le Pen avait reçu le peintre nationaliste et antisémite soviétique Ilya Glazounov, venu à Paris au sein d’une délégation soviétique dans l’espoir (déçu) de faire le portrait du général de Gaulle et qui avait au final peint celui de Le Pen – un signe avant-coureur de l’instrumentalisation de l’héritage gaulliste par le FN afin de parler à la Russie.

Ces liens anciens s’expliquent par le fait qu’une partie de la droite catholique, monarchiste et collaborationniste française n’a cessé de cultiver l’image d’Épinal de la Russie éternelle, tsariste et orthodoxe. En outre, des liens personnels entre émigration russe et extrême droite française se sont tissés au fil des années : Jean-François Chiappe, l’un des membres du comité central du FN, écrivant des billets pour Rivarol et issu d’une famille proche de l’association monarchiste des Camelots du Roi, a par exemple épousé Maria Denikina (plus connue sous son nom de plume Marina Grey), la fille du général Anton Denikine, l’un des héros « blancs » (antibolcheviques) de la guerre civile russe.

La mouvance du FN dite solidariste, dirigée par Jean-Pierre Stirbois, était quant à elle en partie inspirée par le solidarisme russe, un mouvement corporatiste à la Mussolini luttant contre l’Union soviétique et le communisme.

Ces liens se sont poursuivis dans les années 1980 lorsque des figures de l’émigration culturelle russe comme l’écrivain Eduard Limonov, futur chantre du national-bolchévisme, fréquentait les milieux contre-culturels d’extrême droite et présenta Vladimir Zhirinovsky, l’excentrique politicien impérialiste russe, à Jean-Marie Le Pen.

Les deux hommes avaient tenté de lancer une sorte d’« Internationale des patriotes » mais leurs caractères ombrageux et des divergences de vues avaient fait capoter le projet. Le jeune idéologue Alexandre Douguine, alors inconnu mais déjà bien connecté, avait interviewé Jean-Marie Le Pen pour le principal journal national-conservateur russe Den’. L’ancien diplomate et chef du KGB Vladimir Krioutchkov, l’un des leaders du putsch conservateur d’août 1991 qui tenta de renverser Mikhail Gorbatchev, aurait lui aussi été l’un des instigateurs de ces contacts avec l’extrême droite française.

Jean-Marie Le Pen (ainsi que son numéro deux de l’époque, Bruno Gollnisch) s’est ensuite rendu à plusieurs reprises en Russie, au moins en 1996, puis en 2003, tandis que des figures de la droite nationaliste russe telle que Sergueï Babourine ont participé à des conventions du FN.

Jean Marie Le Pen rend visite à Vladimir Zhirinovsky (AP Archive).

L’officialisation de la relation russe avec Marine Le Pen

Une fois Marine Le Pen à la tête du FN en 2011, les relations de la famille Le Pen avec la Russie, jusque-là principalement du domaine du privé, s’officialisent et deviennent la ligne directrice du parti sur les questions de politique étrangère.

De nombreux proches de la nouvelle présidente (Emmanuel Leroy, Frédéric Chatillon, Jean-Luc Schaffhauser, ou encore son ex-conseiller international, Aymeric Chauprade) ont des liens étroits, à différents niveaux, avec la Russie.

L’attirance entre le FN/RN et la Russie est mutuelle et fondée sur des valeurs partagées. Le mot clé de ce mariage idéologique est celui de souveraineté, décliné sous différentes formes :

  • politique et géopolitique : l’État-nation doit être au-dessus des législations internationales et des organisations supranationales,
  • économique : le protectionnisme économique est légitime pour s’opposer à une globalisation déstructurante et dominée par les corporations internationales,
  • culturelle : la nation comme entité ethnoculturelle homogène dans laquelle les minorités ou migrants sont acceptés s’ils acceptent de s’assimiler et intègrent l’idée d’être des citoyens de seconde zone.

 

Mais ce mariage idéologique entre le FN/RN et la Russie dispose également de facettes plus opportunistes. Dès son arrivée à la tête du FN, Marine Le Pen est en quête de reconnaissance internationale afin de consolider sa stature de potentielle cheffe d’État et travaille ardemment à se faire recevoir par Vladimir Poutine, ce qui sera fait en mars 2017.

Marine Le Pen : « On ne peut pas traiter par le mépris Vladimir Poutine » – INA Politique.

Son entrisme en Russie s’est effectué en grande partie grâce à l’oligarque orthodoxe et monarchiste Konstantin Malofeev, introduit auprès de Jean-Marie et Marine Le Pen par Ilya Glazounov, et dont la chaîne Internet Tsargrad TV fait régulièrement la part belle à Marine.

Les intérêts réciproques d’une alliance Russie-Rassemblement national

Le FN est également à la recherche de soutiens financiers, et là encore, c’est la Russie qui offrira à Marine un prêt d’un montant de 9 millions d’euros, nécessaire pour sa campagne en vue des présidentielles de 2017 (Jean-Marie Le Pen obtient quant à lui 2 millions d’euros pour son microparti), en échange d’un soutien appuyé à l’annexion de la Crimée par Moscou comme l’ont révélé les enquêtes de Mediapart.

Du côté russe, on cherche des alliés influents, capables d’accéder à des postes de décision et de servir de chambre de résonance à la vision du monde avancée par le Kremlin. Moscou a longtemps considéré la France comme un pays clé à cause de son positionnement géopolitique en partie autonome des États-Unis, son statut de puissance nucléaire, son siège au Conseil de Sécurité de l’ONU, ses entreprises du CAC40 très implantées en Russie et donc aptes à faire du lobbying en faveur de Moscou, et une forte présence culturelle russe due à l’histoire de l’émigration russe.

Marine Le Pen : sa passion russe qu’elle veut faire oublier (Mediapart).

Mais la présidence de François Hollande n’est pas favorable à la Russie, et le Kremlin s’engage alors clairement aux côtés de Marine Le Pen. Moscou n’est pas nécessairement un amant fidèle : lorsque la candidature de François Fillon se précise, la perspective d’un candidat de droite classique, capable de rallier les milieux conservateurs catholiques et des cercles économiques influents, fait basculer les médias russes en faveur de François Fillon contre Le Pen, avant de revirer en direction du FN une fois François Fillon mis en échec.

Dans le champ médiatique et politique russe, Marine Le Pen est présentée comme une patriote de l’Europe authentique, digne héritière du gaullisme et de l’idée d’une Europe des nations, non inféodée aux intérêts américains et transatlantiques et fondamentalement tournée vers une identité européenne continentale et conservatrice. Marine a fait l’objet de plusieurs livres en russe écrits par des publicistes et est régulièrement célébrée à la télévision russe comme l’une des figures majeures du monde politique européen.

Une victoire de Marine Le Pen aux élections de dimanche serait bien évidemment une bonne nouvelle pour Moscou, dont les soutiens européens se sont réduits comme peau de chagrin avec la guerre, se limitant principalement à la Hongrie et la Serbie. Une voix sympathique aux intérêts russes au cœur de l’Europe occidentale serait donc inespérée.

Mais même en cas d’échec, le succès de la politique de normalisation du RN, ainsi que la présence de multiples voix prorusses dans l’ensemble du champ politique du souverainisme de droite (mais également, avec plus de nuances, de gauche) – de Philippe de Villiers à Marion Maréchal et Éric Zemmour – garantissent à Moscou que ses points de vue continueront à être reflétés dans les débats français.

Marlene Laruelle, Research Professor and Director at the Institute for European, Russian and Eurasian Studies (IERES), The George Washington University, George Washington University

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • En lisant cet article, plusieurs questions me viennent en tête:
    – Pourquoi doit-on être contre la Russie? C’est un partenaire économique de choix et nous ne sommes pas en guerre avec ce pays.
    – Le protectionnisme est une réalité même dans des pays aussi libéraux que la Suisse. Donc, loin de l’idéologie, un brain de souveraineté économique ne nous ferait pas de mal.
    – Mise à part l’existence de citoyens de seconde zone (qui me paraît aberrant), la Nation supérieure aux traités me semble être une question de bon sens.

    Alors pourquoi TOUS les articles de Contrepoints vont dans le sens « gentil zelensky vs méchant poutine?

    10
    • La Russie est un allié fidèle , qui nous à libéré de l’armée Allemande en 1945 . Elle nous a pas envahie contrairement a L’occupation militaire américaine en France .

    • un « brain » de souveraineté économique…
      Lapsus révélateur 🙂

    • Oh! Comment pouvez-vous remettre en question la supériorité morale de nos bons maîtres et leur droit divin à nous imposer leur vision bien proprette du Bien et du Mal?

    • Excellente question, que je me pose également depuis le début de la médiatisation du conflit Russie/Ukraine.
      Est-ce que la ligne éditoriale de Contrepoints cherche à rester tendance par rapport à ce qu’ils estiment être leur lecteur médian ? (bien que les commentaires montrent clairement une certaine méfiance face à une position trop atlantiste)
      Est-ce carrément plus profond avec la peur que Contrepoints subisse le sort de RT ou Sputnik News pour collusion avec l’ennemi (sans même être en guerre, mais notre Bruno a tout de même déclaré une guerre « économique » donc j’imagine qu’on les bombarde d’euros comme on a fait chez nous pendant la pandémie avec un certain succès dans la destruction du pays) ?
      Ou alors ils y croient réellement à force de lire partout ailleurs le même point de vue ?
      J’aurais tendance à croire qu’une voix discordante serait tout de même profitable à la liberté d’expression et donc à une potentielle résolution pacifique. Personne n’arrive jamais à envahir la Russie et les russes n’ont pas l’habitude d’abandonner, il faudra bien écouter leur point de vue et négocier, même si on n’est pas d’accord avec eux (j’avais sottement jusque là pensé que c’était la définition de la diplomatie, de passer des accords avec des gens différents et pas toujours sympathiques, en vue de favoriser paix et prospérité). On peut faire de la cancel culture, c’est un peu comme fermer les yeux, se boucher les oreilles et brailler « nanana j’écoute pas », mais quand on rouvrira les yeux, il y aura toujours la Russie et les Russes, et on devra tenir compte de leur position…

      • Lisez les bio des auteurs

      • @Evarixe

        Tout à fait d’accord !

        En étant prêts à poursuivre la guerre jusqu’au dernier Ukrainien et en poussant leurs vassaux européens à appliquer la politique étasuno-otanienne également relayée par l’UE, les États-Unis pratiquent logiquement une politique impérialiste (sous ma plume, ce n’est pas une critique) dans leur seul intérêts. Mais les dirigeants européens qui appliquent docilement une politique atlantiste contraire aux intérêts de leur pays sont éminemment critiquables, pour rester courtois.

  • Les deux Guerres de 14-18 et 39-45 ont été perdues par l’ Allemagne parcequ’ il y avait le front Est de la Russie. Et puis en quoi nos alliés de l’ Arabue Saoudite sont plus fréquentables que les russes? On vous a parlé de la guerre au Yemen ? Et puis parlons des USA, si on met bout à bout toutes les dictatures qu’ ils ont soutenu depuis 100 ans et bien il n’ y a pas à être bien fier.

  • De Gaulle ne disait il pas qu’il ne faut connaitre que les Etats, et non leurs dirigeants? Qu’on le veuille ou non, la Russie a toujours joué un rôle en Europe, et, quels que soient nos griefs, il faut se rappeler comment, depuis 1940, les relations entre la France et l’Allemagne ont évolué.
    Or, en ce moment, ce ne sont qu’attaques ad hominem contre le président Russe: il est fou, il a un cancer, c’est un criminel…Son homologue Ukrainien, lui, est un parfait humaniste, modèle de démocratie et de probité. Pourtant, d’après « le Monde » (20/04/2019)environ 100.000 Ukrainiens quittaient le pays chassés par la corruption, la misère, le chômage! Mais l’un est le chouchou de la famille Biden, l’autre sera donc systématiquement diabolisé (qu’il ait tort ou raison n’entre pas en ligne de compte!)

  • Il apparaît, à la lecture de cet article qui reflète le point de vue américain, que ces derniers n’ont pas envie que MLP soit élue.
    L’amitié franco-russe date du XIXème siècle, époque ou les élites russes parlaient français.
    Il ne faut pas confondre la Russie traditionnelle et la nouvelle politique de Poutine, ce dernier semblant avoir perdu la raison.
    Souvenons nous des paroles de De Gaulle: une seule Europe de l’Atlantique à l’Oural. Les Américains n’aimaient pas non plus la politique du général, qui avait quitté l’OTAN.

    • La lecture rapide me joue des tours. J’ai cru que vous aviez écrit que Biden semblait avoir perdu la raison.

  • Il parait normal, pour tout homme politique qui se soucie au moins un peu de l’avenir à long terme pour notre pays, d’essayer d’entretenir des relations avec un pays qui dispose d’importantes ressources, a des valeurs comparables aux nôtres (même s’il y a pas mal de différences qu’il faut savoir gérer), des intérêts communs (la sécurité entre autres) et qui accessoirement nous sert de bouclier contre de potentiels envahisseurs venus de l’est.

    Il y a aussi les sombres crétins (dont celui qui nous sert actuellement de président), qui arment les ennemis de la Russie au risque de nous mener dans une guerre sans fin (ou une fin très rapide et définitive) et nous ruiner pour défendre des idées qui ne sont las les nôtres (le national socialisme ukrainien manipulé par les USA) …

    Ironie du sort: pour éviter de se retrouver à défendre les valeurs nazies, et en guerre contre la Russie ennemie du nazisme, il faudra voter dimanche pour la candidate qui se rapproche le plus ce ce type d’idéologie… moralité: la politique demande souvent de faire des compromis assez curieux !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles