Twitter : copions Elon Musk, tenons-les par les bourses

L’arrivée d’Elon Musk parmi les actionnaires de Twitter est une leçon pour reprendre le pouvoir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Twitter : copions Elon Musk, tenons-les par les bourses

Publié le 20 avril 2022
- A +

Entre Elon Musk et Twitter, c’est une histoire d’amour qui dure depuis des années. Le milliardaire plébiscite la plateforme pour partager ses réflexions plus ou moins abouties, ses annonces plus ou moins réalistes et ses sondages plus ou moins utiles.

Il y a eu quelques querelles comme dans tout couple. Notamment sur des tweets à propos de Tesla ou Bitcoin qui ont affolé les cours des bourses. Elon Musk s’est plusieurs fois fait rappeler à l’ordre par la SEC.

Mais au final c’est le changement de politique de Twitter et sa censure qui ont mis en péril le couple. La suppression du compte de Donald Trump puis la démission de Jack Dorsey furent la goutte de trop.

À tel point que Elon Musk s’est demandé s’il ne fallait pas rebâtir un nouveau Twitter. Cette idée a germé également dans la tête d’un proche de Trump qui a développé la plateforme Gettr qui connaît un succès modéré néanmoins supérieure à celle de Trump lui-même, qui a eu aussi l’idée et a lancé sa plateforme Truth Social, un flop à l’heure actuelle.

Fort de ces deux tentatives aux résultats peu probants, Elon Musk a pris une autre décision. Il a acheté des actions de Twitter afin de devenir le premier actionnaire et faire bouger les choses de l’intérieur. Une leçon pour tous, que l’on peut réutiliser !

Une méthode à réutiliser

Elon Musk rappelle qu’avec une entreprise boursière, nulle obligation de rester dehors à protester. On peut tous prendre des actions et y entrer.

Évidemment quand on est milliardaire, c’est plus simple. Mais des mouvements civiques portés par des associations pourraient voir le jour. Voici quelques exemples :

La Société Générale pèse 25,8 milliards d’euros et compte 10 millions de clients. Il suffit que chaque client achète 8 actions soit 180 euros, pour que les clients deviennent le premier actionnaire du groupe avec 7 %, devant Black Rock. Une banque qui appartient à ses clients, ça change tout…

Autre exemple avec Altice que le youtubeur français Idriss Aberkane a dénoncé sur sa chaîne suivie par 500 000 abonnés. Il suffirait que chaque abonné achète 10 actions pour 100 euros afin de détenir 1 % de l’entreprise et ainsi faire de leur youtubeur un actionnaire important.

De même, les anti-Zemmour pourraient acheter des actions Vivendi. Ou les écolos pourraient se retrouver actionnaires de Total pour demander des comptes au groupe.

L’épisode de WallStreetBet a montré la force de la foule en bourse. Des internautes ont réussi à mettre à genoux des fonds d’investissement en s’organisation autour de l’action de GameStop.

De plus, il n’est pas nécessaire d’être majoritaire et de peser dans les décisions. Le simple fait d’être actionnaire donne des droits :

  • d’information, y compris de documents non publics comme certains rapports
  • d’adresser des questions au dirigeant. Lequel doit y répondre durant l’Assemblée Générale
  • de présence en Assemblée générale
  • de vote
  • de défense des intérêts de la société. Les actionnaires peuvent saisir la justice et demander l’annulation d’une décision ou la révocation d’un membre du directoire s’ils estiment qu’il y a faute grave de gestion.

 

On pourrait ainsi acheter un paquet d’action Pfizer et se regrouper en tant qu’actionnaires pour faire valoir nos droits sur les résultats des tests du vaccin covid et ses effets secondaires.

Sait-on jamais, nos droits et notre vote ne valent plus rien en tant que citoyen. Peut-être valent-ils davantage en tant qu’actionnaires ?

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • C’est la méthode d’Elise Lucet dans cash investigation..
    Faire le bazar dans les AG.

  • … et un état qui souhaite influencer la politique d’une entreprise peut aussi la nationaliser. C’est le même principe : un groupe ou un individu prend le contrôle d’une boite pour en changer la stratégie. L’expérience montre que si c’est pour répondre à une vision commerciale, ça a de bonnes chances de marcher, et que si c’est pour imposer des idéologies de café du commerce, ça échoue toujours lamentablement. Parce que les clients peuvent boycotter une boite pour des raisons idéologiques et la couler, mais on ne les a jamais vus se précipiter en masse chez un commerçant ou un fournisseur en faisant primer l’idéologie sur la qualité et le prix du service.
    Avant d’aduler Musk (ou, à cause du même T-shirt kaki, Zelensky), réfléchissez : Est-ce qu’il servira vos buts, ou est-ce que vous servirez les siens ?

  • NON!! laissez crever twitter..

    moi un site qui supprime un commentaire, je ne lis plus plus et je ne commente plus… et quand on me cite ce site comme mesure de l’opinion ou outil démocratique je dis NON…

    le vicieux est le tango qui se joue entre les gafam et le gouvernement… le gouvernement se plaint du monopole… mais le enforce en légiférant sr l’expression..

  • Elon c’est l’homme de la publicité pour lui même, il profite de la guerre en Ukraine pour présenter ses satellites comme indispensable pour les Ukrainiens et qui permettent d’abattre des avions Russes sans aucun problème

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Cela fait pas mal d'années voire de décennies que la liberté d'expression passe un mauvais quart d'heure et subit des atteintes, des restrictions.

D'abord avec les lois qui instituent des délits d'opinion, comme la loi Pleven sur les propos discriminatoires à raison de la religion ou de la race, la loi Gayssot qui pénalise le stupide négationnisme des chambres à gaz donnant ainsi une tribune judiciaire à ses méchants adeptes, les lois mémorielles qui veulent écrire l'histoire, la loi Taubira sur la traite esclavagiste limitée au trafic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles